Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
voler les avoirs russes

Le Media en 4-4-2Voler sur les avoirs russes gelés pour financer l’armée ukrainienne

Le Media en 4-4-2 - 10 mai 2024

Les ambassadeurs des 27 membres de l'Union européenne ont ouvert la boite de Pandore en trouvant un accord pour utiliser les revenus générés par les avoirs russes gelés afin de financer l'armée ukrainienne.

   

Cette décision intervient alors que la Russie continue de gagner du terrain en Ukraine, contraignant les soldats ukrainiens à rationner leurs munitions. Au total, ce sont 200 milliards d’euros d’actifs russes qui ont été gelés dans les pays européens, principalement en Belgique. L’objectif n’est pas de toucher à ces avoirs, mais de s’approprier les revenus qu’ils génèrent. Ces derniers sont estimés entre 2,5 et 3 milliards d’euros par an.

90 % de cette somme seront consacrés à l’assistance militaire à l’Ukraine, tandis que les 10 % restants serviront « à la reconstruction du pays », déchiré par la guerre depuis février 2022. La première tranche d’aide devrait être livrée au gouvernement de Kiev dès le mois de juillet prochain.

Les États-Unis avaient adopté le « REPO Act » en juin 2023 pour utiliser les biens saisis à la Russie et les donner à l’Ukraine, suscitant des inquiétudes de certains pays européens quant à la création d’un précédent dangereux. L’UE avait élaboré un plan similaire en octobre 2023 pour financer la reconstruction de l’Ukraine avec les bénéfices des avoirs gelés de la Banque centrale russe, mais certains États membres restaient sceptiques en raison de problèmes juridiques liés aux droits de propriété, et la Russie avait annoncé des recours.

Yoann

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
paysans vs l'Union Européenne

VoltairenetL’Union européenne contre les paysans

Voltairenet - 29 fév 2024

Partout dans l’Union européenne, les paysans se dressent contre la Politique agricole commune (PAC) qui pourtant les subventionne.

   

Les gouvernements leur répondent avec des mesures d’ajustement, des simplifications bureaucratiques et quelques paroles de réconfort. En réalité, ils sont impuissants face à une structure conçue pour appliquer une idéologie qui se révèle folle.

Dans toute l’Europe occidentale et centrale, les paysans manifestent. Ce fut d’abord aux Pays-Bas, en Italie, en Suisse et en Roumanie, aujourd’hui en Espagne, en France, en Allemagne et en Pologne. Cette jacquerie à l’échelle continentale se soulève contre la Politique agricole commune (PAC) de l’Union européenne.

Lors de la signature du Traité de Rome, instituant la Communauté économique européenne, en 1957, les six États fondateurs (Allemagne de l’Ouest, Belgique, France, Italie, Luxembourg et Pays-Bas) ont accepté le principe de libre circulation des marchandises. Ils s’interdisaient ainsi toute politique agricole nationale.

Afin de garantir des revenus aux paysans, ils mirent donc en place une politique agricole commune. Selon les États-membres, une aide de l’Union européenne est versée aux régions qui les répartissent aux agriculteurs ou directement aux exploitants (comme en France). C’est le « Premier pilier ». En outre, la Commission européenne détermine des normes de production afin d’améliorer la qualité de vie des populations rurales et celle de leurs productions. C’est le « Second Pilier ».

Le Premier pilier n’a pas résisté à l’élargissement de l’Union européenne, et au passage au libre-échange global (L’UE adhère à OMC en 1995) qui induit une augmentation démesurée des subventions communautaires. Le Second pilier a été pulvérisé par le Pacte vert pour l’Europe (2019) qui ambitionne de faire baisser la température de la Terre en limitant les émissions de gaz à effet de serre.

En l’absence de PAC globale, il n’existe pas de solution à l’échec du Premier pilier : le principe anglo-saxon de libre-échange global est incompatible avec celui du libre-échange européen compensé par la PAC européenne. Des prix plancher des produits agricoles, tels qu’annoncés par divers exécutifs nationaux, ne sauveront pas les paysans, mais au contraire les tueront dans la mesure où l’on continuera à accepter des produits importés à des prix bien plus bas.

Quant au Second pilier, il ne poursuit plus d’objectif politique, mais idéologique. En effet, l’affirmation selon laquelle le réchauffement de la planète n’est pas local, mais global, est contredit par les relevés de température. Tandis que l’affirmation selon laquelle il ne provient pas de facteurs astronomiques, mais de l’activité humaine, ne résiste pas au débat scientifique.

Rappelons que le Groupe inter-gouvernemental d’étude sur l’évolution du climat (GIEC) n’est pas une académie scientifique, mais une réunion de hauts-fonctionnaires (dont certains sont des scientifiques, mais qui siègent toujours en tant que hauts-fonctionnaires) constituée, en 1988, à l’initiative de Margaret Thatcher pour justifier le passage du charbon au pétrole, puis au nucléaire [1]. Ses conclusions, si elles ont été approuvées par les gouvernements qui peuvent passer au nucléaire, ont été violemment rejetées par des cénacles scientifiques dont la prestigieuse Académie des sciences de Russie [2]. Le prétendu « consensus scientifique » en la matière n’existe pas plus que la fameuse « communauté internationale » qui « sanctionne » la Russie. Au demeurant, la science ne fonctionne pas par consensus, mais par essai-erreur.

Les tentatives de développer un tourisme vert dans les zones rurales ne sauvera pas les paysans. Tout au plus leur permettra-t-il de louer des chambres dans leurs fermes quelques semaines par an. Le problème n’est pas de changer d’activité, mais de permettre aux paysans de vivre et de nourrir leur population.

Les paysans d’Europe occidentale et centrale sont aujourd’hui dépendants des subventions européennes. Ils ne s’opposent pas à l’Union européenne qui leur permet de survivre, mais dénoncent ses contradictions qui les étouffent. La question n’est donc pas d’abroger tel ou tel règlement, mais de dire quelle forme d’Union européenne nous souhaitons construire.

Les prochaines élections de l’Union européenne se tiendront en juin. Il s’agira d’élire les députés du Parlement européen, les seuls élus de l’Union. En effet, le Conseil n’est pas élu au plan de l’Union, mais est composé de chefs d’État et de gouvernement élus au plan national, quant à la Commission, elle n’est pas élue du tout et représente les intérêts des parrains de l’Union.
Les différents projets de construction européenne

Pour comprendre cet étrange système, et éventuellement le modifier, revenons sur son origine : de l’entre-deux-guerres (1918-1939) à l’immédiat après-guerre (1945-57), il y a eu six projets concurrents d’union.

1- Le premier était porté par les Républicains radicaux. Il visait à unir des États administrés par des régimes comparables. On parlait alors d’unir des pays d’Europe et d’Amérique latine gouvernés en République.
La définition des Républiques et des Monarchies n’avait aucun rapport avec les élections et les successions dynastiques. Ainsi, le roi de France Henri IV se décrivait comme « républicain » (1589-1610), dans la mesure où il se dévouait au Bien commun de ses sujets et non pas aux intérêts de sa noblesse. Notre lecture des Républiques et des Monarchie date des Démocraties (le gouvernement du Peuple, par le Peuple et pour le Peuple). Elle se focalise sur les règles de désignation des dirigeants et non plus sur ce qu’ils font. Ainsi, nous considérons le Royaume-Uni contemporain comme plus démocratique que la France et ne tenons pas compte des invraisemblables privilèges dont jouit la noblesse britannique au détriment de son peuple.
L’Argentine d’Hipólito Yrigoyen (qui était alors la principale puissance économique des Amériques) aurait côtoyé au sein de cette union la France d’Aristide Briand (dont l’Empire s’étendait sur tous les continents). Le fait que ces Républiques ne soit pas nécessairement contigües ne choquait personne. Au contraire, cela garantissait que l’union ne se transformerait jamais en une structure supra-nationale, mais resterait un organe de coopération inter-étatiques.
Ce projet sombra avec la crise économique de 1929 et la montée du fascisme qu’elle provoqua.

2- Le deuxième était celui d’une union qui garantirait la paix. Le ministre des Finances français, Louis Loucheur, assurait que si l’Allemagne et la France s’unissaient dans un seul complexe militaro-industriel, ils ne pourraient plus se faire la guerre. [3].
Il fut réalisé lorsque, après la Seconde Guerre mondiale, les Anglo-Saxons décidèrent de réarmer l’Allemagne. En 1951, l’ancien ministre pétainiste Robert Schuman créa la Communauté européenne du charbon et de l’acier (CECA).
La CECA a pris fin en 2002 et a été intégrée par le Traité de Nice à l’Union européenne.

3- Le troisième emprunte aux deux précédents. Il a été rédigé par le comte autro-hongrois Richard de Coudenhove-Kalergi. Il vise à unir tous les États du continent (sauf le Royaume-Uni et l’URSS) au sein d’une « PanEuropa ». Dans un premier temps, il se serait agi d’une fédération comparable à la Suisse, mais à terme ce serait devenu une entité supra-nationale sur le modèle des États-Unis et de l’URSS stalinienne (qui défendait les cultures des minorités ethniques) [4].
Ce projet a été plus ou moins réalisé avec le soutien des États-Unis. C’est, en 1949, la création du Conseil de l’Europe. J’écris « plus ou moins » parce que le Royaume-Uni en est un membre fondateur, ce qui n’était pas initialement prévu. Ce Conseil a élaboré une Convention de sauvegarde des droits de l’homme et des libertés fondamentales (CSDHLF). Il s’est doté d’une Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) chargée de veiller à son application.
Cependant, à partir de 2009, de nombreux magistrats de cette Cour ont été sponsorisés, pour ne pas dire corrompus, par le milliardaire états-unien George Soros. Progressivement, ils ont interprété la Convention de manière à modifier la hiérarchie des normes. Par exemple, aujourd’hui, ils considèrent que les Traités internationaux sur le sauvetage en mer (qui prévoient
de débarquer les naufragés dans le port le plus proche) doivent s’effacer devant le droit des migrants à introduire des demandes d’asile politique en Europe.
Aujourd’hui, cette Cour juge en son absence et condamne systématiquement la Fédération de Russie, alors que celle-ci a été suspendue du Conseil de l’Europe, puis l’a quitté.

4- Le quatrième projet, le « Nouvel Ordre Européen », était celui du III° Reich à partir de 1941. Il s’agissait d’unir le continent européen en répartissant sa population, par région, selon des critères linguistiques. Chaque langue régionale, comme le Breton, aurait eu son État. L’État de loin le plus important aurait été celui où l’on parle allemand (Allemagne, Autriche, Liechtenstein, Luxembourg, Suisse alémanique, Tyrol italien, Sudètes tchécoslovaques, Carpates slovaques, Banat roumaine, etc.). En outre, des critères raciaux aurait déterminé les populations qui auraient été« réduites » (Juifs, Tsiganes et Slaves) et mises en esclavage.
Ce projet a été négocié entre le chancelier Adolf Hitler et le duce Benito Mussolini par l’entremise du juriste allemand Walter Hallstein. Il a été partiellement réalisé durant la Seconde Guerre mondiale, mais s’est effondré avec la chute du III° Reich.

5- Le cinquième projet fut formulé, en 1946, par l’ancien Premier ministre britannique, Winston Churchill [5]. Son objectif était de réconcilier le couple franco-allemand et d’écarter les Soviétiques. Il s’inscrit dans la vision de la Charte de l’Atlantique (1942) pour qui le monde d’après-guerre devait être gouverné conjointement par les États-Unis et l’Empire britannique. Plus encore, il participe de sa vision du rôle du Royaume-Uni appuyé sur le Commonwealth. Du côté atlantique, il développe une relation privilégiée avec les États-Unis et, du côté continental, il supervise l’Europe dont il ne se considèrent pas comme membre.
Winston Churchill a lancé simultanément plusieurs institutions. En définitive, c’est ce projet qui a été réalisé d’abord, en 1957, sous le nom de Communauté économique européenne (CEE) puis, en 1993, sous celui d’Union européenne (UE). Il emprunte des éléments à trois des projets précédents, mais jamais à celui de l’union des Républiques.
Les Anglo-Saxons ont toujours contrôlé la CEE-UE via la Commission européenne. C’est la raison pour laquelle elle n’est pas élue, mais nommée. D’ailleurs, Londres en a fait nommer comme premier président Walter Hallstein, l’ancien conseiller du chancelier Adolf Hitler pour les questions européennes. Par ailleurs, la Commission disposait initialement du pouvoir législatif qu’elle partage aujourd’hui avec le Parlement européen. Elle l’utilise pour proposer des normes que le Parlement valide ou rejette. Toutes ces normes reprennent mot à mot celles de l’Otan qui, contrairement à une idée répandue, ne se préoccupe pas seulement de Défense, mais de l’organisation des sociétés. Les bureaux de l’Otan, initialement situés au Luxembourg et aujourd’hui à côté de la Commission à Bruxelles, lui transmettent ses dossiers, depuis la largeur des routes (pour laisser passer les blindés) jusqu’à la composition du chocolat (pour composer la ration du soldat).

6- Le sixième projet a été développé par le président français Charles De Gaulle en réponse à celui des Britanniques. Il entendait construire une institution non pas fédérale, mais confédérale : l’« Europe des Nations ». Il déplora le Traité de Rome, mais l’accepta. Il interdit en 1963 et en 1967 au Royaume-Uni d’y adhérer. Il précisa que si élargissement devait y avoir, ce serait de Brest à Vladivostok, c’est-à-dire sans le Royaume-Uni, mais avec l’Union soviétique. Surtout, il se battit bec et ongles pour que les questions influant sur la Sécurité nationale ne puissent être prises qu’à l’unanimité.
Sa vision disparut avec lui. Les Britanniques sont entrés dans la CEE en 1973 pour en sortir en 2020. Il n’a jamais été proposé à la Russie d’y entrer et aujourd’hui, l’UE accumule les « sanctions » à son égard. Enfin, la prochaine réforme des Traités prévoit une majorité qualifiée pour les questions influant sur la Sécurité nationale.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
UE espionner internet

Aube DigitaleL’UE veut espionner l’utilisation de l’internet par les Européens

Aube Digitale - 20 jan 2024

Ces dernières années, la censure pure et simple sous toutes ses formes a augmenté. Pendant la folie du covid, le gouvernement et l’industrie se sont associés pour créer un complexe censure-industrie afin de promouvoir plus efficacement de faux récits et de faire taire les dissidents.

   

La Commission européenne est un organe législatif de l’UE doté d’une autorité réglementaire en matière de technologie numérique. L’article 45 de la proposition de règlement eIDAS de la CE affaiblirait délibérément certains aspects de la sécurité de l’internet que l’industrie a soigneusement développés et renforcés depuis plus de 25 ans. Cet article accorderait en fait aux 27 gouvernements de l’UE des pouvoirs de surveillance très étendus sur l’utilisation d’Internet.

La règle exigerait que tous les navigateurs Internet fassent confiance à un certificat racine supplémentaire émanant d’une agence (ou d’une entité réglementée) de chacun des gouvernements nationaux de chacun des États membres de l’UE. Pour les lecteurs non spécialistes, je vais expliquer ce qu’est un certificat racine, comment la confiance dans l’internet a évolué et ce que l’article 45 apporte à cet égard. Ensuite, je mettrai en lumière certains commentaires de la communauté technologique sur cette question.

La section suivante de cet article explique comment fonctionne l’infrastructure de confiance de l’internet. Ce contexte est nécessaire pour comprendre à quel point l’article proposé est radical. L’explication est destinée à être accessible à un lecteur non technicien.

Le règlement en question porte sur la sécurité de l’internet. Par « internet », on entend ici, dans une large mesure, les navigateurs qui visitent des sites web. La sécurité de l’internet comporte de nombreux aspects distincts. L’article 45 vise à modifier l’infrastructure à clé publique (ICP), qui fait partie de la sécurité de l’internet depuis le milieu des années 90. L’ICP a d’abord été adoptée, puis améliorée sur une période de 25 ans, afin de donner aux utilisateurs et aux éditeurs les garanties suivantes :

Confidentialité de la conversation entre le navigateur et le site web : Les navigateurs et les sites web conversent sur l’internet, un réseau de réseaux exploités par des fournisseurs d’accès à l’internet et des opérateurs de niveau 1, ou des opérateurs cellulaires si l’appareil est mobile. Le réseau lui-même n’est pas intrinsèquement sûr ni digne de confiance. Votre fournisseur d’accès à Internet à domicile, un voyageur dans la salle d’attente de l’aéroport où vous attendez votre vol, ou un fournisseur de données cherchant à vendre des prospects à des annonceurs peuvent vouloir vous espionner. Sans aucune protection, un acteur malveillant pourrait consulter des données confidentielles telles qu’un mot de passe, le solde d’une carte de crédit ou des informations sur la santé.
Garantissez que vous visualisez la page exactement comme le site web vous l’a envoyée : Lorsque vous consultez une page web, celle-ci a-t-elle pu être modifiée entre l’éditeur et votre navigateur ? Un censeur peut vouloir supprimer un contenu qu’il ne veut pas que vous voyiez. Les contenus qualifiés de « désinformation » ont été largement supprimés pendant l’hystérie du covid. Un pirate informatique qui a volé votre carte de crédit pourrait vouloir supprimer les preuves de ses dépenses frauduleuses.
Garantissez que le site web que vous voyez est bien celui qui figure dans la barre d’adresse du navigateur : Lorsque vous vous connectez à une banque, comment savez-vous que vous voyez le site web de cette banque, et non une version falsifiée qui semble identique ? Vous vérifiez la barre d’adresse de votre navigateur. Votre navigateur pourrait-il être piégé et vous montrer un faux site web qui semble identique au vrai ? Comment votre navigateur sait-il – avec certitude – qu’il est connecté au bon site ?

Dans les premiers temps de l’internet, aucune de ces garanties n’existait. En 2010, un plugin de navigateur disponible dans le magasin de modules complémentaires permettait à l’utilisateur de participer au chat d’un groupe Facebook d’une autre personne dans un café hotspot. Aujourd’hui, grâce à l’ICP, vous pouvez être pratiquement sûr de ces choses.

Ces caractéristiques de sécurité sont protégées par un système basé sur des certificats numériques. Les certificats numériques sont une forme d’identification – la version Internet d’un permis de conduire. Lorsqu’un navigateur se connecte à un site, ce dernier lui présente un certificat. Le certificat contient une clé cryptographique. Le navigateur et le site web travaillent ensemble à l’aide d’une série de calculs cryptographiques pour établir une communication sécurisée.

Ensemble, le navigateur et le site web fournissent les trois garanties de sécurité :

- confidentialité : en chiffrant la conversation.
- signatures numériques cryptographiques : pour s’assurer que le contenu n’est pas modifié en vol.
- vérification de l’éditeur : grâce à la chaîne de confiance fournie par l’ICP, que j’expliquerai plus en détail ci-dessous.

Une bonne identité doit être difficile à contrefaire. Dans l’Antiquité, le moulage en cire d’un sceau servait à cette fin. Les identités humaines reposent sur la biométrie. Votre visage est l’une des formes les plus anciennes. Dans le monde non numérique, lorsque vous devez accéder à un lieu où l’âge est limité, par exemple pour commander une boisson alcoolisée, on vous demandera une pièce d’identité avec photo.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
macron empereur EU

Révolution 2030 : Autre sourceLes propos troublants de Philippe de Villiers sur l'avenir de Macron

Révolution 2030 : Autre source - 11 jan 2024

Philippe de Villiers prétend savoir où veut en venir notre cher président, et ça ne fait pas rêver...

   

Le peuple aura été prévenu. Cela fait longtemps que certains individus avisés pointent du doigt le pouvoir total en devenir du président de la commission européenne non élu. Avec Macron empereur de l'Europe occidentale en déconfiture, Elon Musk en soutien avec son médias alternatif et son Neurolink transhumaniste, Bill Gates à la tête de l'OMS et de la gestion des pandémies, Soros aux flux migratoires, etc, etc ... ne voyez-vous pas venir l'Agenda 2030 dans toute sa spleen d'heure 6.6.6 ?

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Medvedev impitoyable avec l'UE

Égalité et RéconciliationMedvedev impitoyable avec l’UE, cette "prostituée vieillissante"

Égalité et Réconciliation - 02 nov 2023

Ce texte a été écrit par le député et patron du conseil de sécurité russe Dmitri Medvedev.

   

L’Union européenne est aujourd’hui de facto incapable d’agir de manière indépendante non seulement sur la scène internationale, mais aussi sur la scène européenne.

Pratiquement tous les pays de l’UE se sont mis au garde-à-vous devant les États-Unis et la Grande-Bretagne et ont docilement commencé à suivre leurs instructions pour soutenir le régime nazi de Kiev. Et maintenant, il n’y a plus d’ordre du tout. L’UE a dilapidé son autorité internationale en tant que médiateur dans tout conflit. Et l’Europe joue aujourd’hui, hélas, le rôle d’une prostituée vieillissante, répondant sans broncher à tous les caprices de la clientèle étrangère.

L’Europe s’est castrée de façon sanglante et sans anesthésie en refusant la coopération énergétique avec notre pays. Elle a été gâtée ou gelée pendant très longtemps. Mais voilà que l’Amérique, se frottant les mains, fournit à l’Europe son GNL au triple du prix. Les temps difficiles sont arrivés pour longtemps.

Les entreprises européennes ont subi des pertes colossales irrécupérables en quittant notre pays. Leur préjudice se mesure en dizaines de milliards de dollars (et avec les pertes de profits, en centaines). Mais si elles pourront peut-être couvrir leurs pertes financières à un moment donné, elles ne pourront guère couvrir leurs pertes d’image et de réputation. Il sera très difficile, voire impossible, de revenir en Russie.

Nous ne sommes même plus des voisins, mais de véritables ennemis. L’UE a perdu la Russie en tant que partenaire stratégique à long terme. Nous ne nous en réjouissons pas, mais c’est un fait. En décidant de devenir le pire ennemi de notre pays à la demande des États-Unis, l’Europe s’est rapprochée de la dégénérescence finale.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Foetus business

Réseau InternationalL’UE ouvre les portes à la commercialisation du fœtus

Réseau International - 20 sep 2023

Un libre marché des embryons, des fœtus et des gamètes humains se profile.

   

Le Parlement européen a approuvé une proposition de règlement assimilant les embryons humains aux cellules et aux tissus, les définissant comme des «substances d’origine humaine». Cela ouvre les portes à l’eugénisme et aux usages industriels.

Mardi 12 septembre, le Parlement européen a approuvé en première instance de nouvelles mesures par lesquelles il souhaite mieux protéger les citoyens qui donnent du sang, des tissus ou des cellules ou qui sont traités avec ces substances humaines. Mais en réalité, ignorant les alarmes de diverses organisations d’experts et les préoccupations des évêques européens, le projet de règlement approuvé par une large majorité composée de socialistes, de verts et de libéraux, autorise le libre marché des embryons, des fœtus et des gamètes humains et les expériences et sélections eugéniques qui en résultent.

La proposition de règlement sur les Normes de qualité et de sécurité pour les substances d’origine humaine destinées à être appliquées chez l’homme (ou règlement SoHO), qui vise à partager les cellules, le sang et les tissus humains au sein des États membres de manière harmonisée et standardisée, a été adoptée le 12 septembre, avec 483 voix pour, 89 abstentions et 52 voix contre. De nombreux députés ont insisté sur le fait que les dons de ces «substances» doivent toujours être volontaires et non rémunérés et que les donateurs ne peuvent recevoir qu’une compensation ou un remboursement pour les pertes ou les dépenses encourues.

Nous sommes confrontés à l’hypocrisie la plus flagrante qu’on puisse imaginer, car elle ouvre en fait à la marchandisation de l’humanité. En effet, pour garantir que l’Union européenne dispose de son propre approvisionnement indépendant en ces substances, comme cela est également précisé dans la fiche de mesure approuvée, «les députés demandent une stratégie européenne coordonnée par la Commission pour garantir leur disponibilité, une liste européenne de substances destinées à l’usage humain ou d’origine humaine (SoHO) déficientes ainsi que l’établissement de plans nationaux d’urgence et de continuité d’approvisionnement».

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Virginie Joron

Le courrier des stratègesVirginie Joron décrit la corruption des institutions européennes

Le courrier des stratèges - 14 jan 2023

Il n’est désormais plus possible de ne pas connaître le Qatargate, le scandale de la corruption de certains parlementaires européens par le gouvernement qatarie.

   

Mais cette affaire fait suite au Pfizergate, scandale de la négociation du colossal contrat entre la Commission Européenne et Pfizer (plusieurs dizaines de milliards€) en dehors de toute procédure démocratique et transparente. Dans ce dernier scandale, c’est la présidente de la Commission, Ursula von der Leyen elle-même, qui est impliquée personnellement, puisqu’elle a choisi de conduire directement la négociation avec Albert Bourla, patron de Pfizer, sans aucun contrôle et sans aucune transparence. Cette dérive grave a conduit la Commission a acheté 9 doses de vaccin par habitant à un prix unitaire exorbitant… Sur tous ces points la députée européenne Virginie Joron nous explique le « dessous des cartes ».

Une interview décapante qu’il faut absolument voir.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
cash en Europe

Le courrier des stratègesFlorent Machabert : L’euro joue à cache-cash

Le courrier des stratèges - 26 déc 2022

Grosse annonce en Italie ! Dans la loi de finances 2023, le gouvernement italien a présenté une mesure qui autorise les commerçants à refuser le paiement par carte bancaire pour un montant inférieur à 60€.

   

Toujours dans cette loi de finances, une autre mesure prévoit le relèvement du montant maximal pour payer en liquide un artisan ou un commerçant : désormais fixé à 5 000 €, le plafond était auparavant de 2 000 € et le même Draghi avait prévu qu’il soit rabaissé à 1 000 € en 2023 !

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
se prémunir de l'euro numérique

Le courrier des stratègesComment empêcher ce putsch monétaire appelé "monnaie numérique"

Le courrier des stratèges - 22 déc 2022

Le Courrier des Stratèges

   

Après mon intervention sur le Stalingrad de Macron, je reviens sur la préparation du putsch monétaire par la Commission européenne et le grand remplacement de l'euro papier par un euro numérique entièrement contrôlable par la Banque Centrale. Voici quelques idées pour un anti-putsch pacifique et légal.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
QatarGate

Le courrier des stratègesNous n’en sommes qu’au début du scandale de la corruption par le Qatar

Le courrier des stratèges - 13 déc 2022

Virginie Joron, députée européenne bien connue des lecteurs de nos colonnes, a réagi au "Qatargate", le scandale de la corruption présumée du Parlement européen par le Qatar, qui éclate au beau milieu de la Coupe du Monde de football.

   

Elle souligne que ce scandale n'en est probablement qu'à ses débuts... et regrette que la procédure concernant la signature des contrats sur les vaccins, en particulier sur les vaccins Pfizer, ne bénéficie pour l'instant d'aucune suite judiciaire.

Virginie Joron a bien voulu répondre à quelques questions concernant le “Qatargate”, scandale où il semblerait que le Qatar ait pu “acheter des voix” au sein du Parlement européen pour bénéficier de votes favorables à ses intérêts. Virginie Joron résume efficacement les enjeux de ce dossier à tiroir… qui ne doit surtout pas faire oublier les autres dossiers. 

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Ursula von der Leyen

Le courrier des stratègesNouveauté : L'Union Européenne peut instaurer un passe vaccinal en France

Le courrier des stratèges - 28 oct 2022

ALERTE : un nouveau règlement confie à von der Leyen le pouvoir d’instaurer un passe vaccinal en France;

   

Un nouveau transfert de souveraineté vient d'avoir lieu en toute discrétion au profit de la Commission Européenne. Et il ne s'agit pas de n'importe quel transfert ! En l'espèce, le Conseil vient d'adopter deux nouveaux règlements (d'application directe, donc) qui permettront à la Commission Européenne de remplacer les Etats-membres dans les réponses aux pandémies. Concrètement, c'est donc Ursula von der Leyen, à l'avenir, qui décidera de mettre en place un passe vaccinal en France.

accéder à l'article

Dernière modification par Kelib - 54 ans il y a
Virginie Joron 9 doses

Ciel VoiléVirginie Joron : 9 doses achetées pour chaque européen

Ciel Voilé - 16 mai 2022

Virginie Joron, député européenne, déclare que la commission européenne en charge de la commande des vaccins à commandé plus de 4 milliards de doses...