Vera Sharav

On prend les mêmes et on recommence

Vera Sharav, enfant juive roumaine déportée à l’âge de trois ans en camp de concentration, est une survivante de l’Holocauste. Elle nous rappelle que ceux qui oublient l’histoire sont condamnés à la répéter. Elle est connue pour son travail sur War on Health : The FDA’s Cult of Tyranny (2012) et The Silent Epidemic : The Untold Story of Vaccines (2013). Fondatrice de l’organisation à but non lucratif Alliance for Human Research Protection elle est aujourd’hui une activiste infatigable en lutte contre les abus de la médecine, en particulier dans l’instrumentalisation des enfants par l’industrie pharmaceutique.

« La dure leçon de l’holocauste, c’est qu’à chaque fois que les médecins unissent leurs forces avec le gouvernement et s’écartent de leur engagement clinique professionnel, la médecine humanitaire et bienveillante se transforme en un appareil meurtrier. »

Vera Sharav

Dans un discours prononcé le dimanche 23 janvier 2022 à Bruxelles, la rescapée de la Shoah a décrit les parallèles frappants entre ce dont elle a été témoin en tant qu’enfant dans l’Allemagne nazie et les politiques du COVID mises en œuvre aujourd’hui par les gouvernements du monde entier.

Transcription du discours de Vera Sharav

« Je m’appelle Vera Sharav et je suis une rescapée de l’Holocauste, mais plus encore une défenseuse des droits de l’homme durant presque toute ma vie. Je voudrais aborder, dans cette discussion, la plus obscure des périodes et sa pertinence avec aujourd’hui. 

Durant tout le processus de l’Holocauste, le génocide a été facilité par le silence généralisé, l’indifférence et l’absence d’intervention. L’Holocauste a été déclenché lorsque la liberté individuelle, les droits légaux et les droits civils ont été balayés.

L’auteur Primo Levi, un juif italien survivant d’Auschwitz, a prévenu :

“Cela s’est produit. Par conséquent, cela peut se reproduire. Cela peut se produire partout”.

En tant que survivant de l’Holocauste, je suis consternée par les poseurs qui contrôlent le récit de l’Holocauste. Ils nient la pertinence de l’Holocauste par rapport à la discrimination actuelle et aux décrets de plus en plus agressifs et répressifs.

Ces justiciers censurent et réduisent au silence ceux qui s’expriment. En niant la pertinence de l’Holocauste par rapport à la répression actuelle, les justiciers sont des négationnistes de l’Holocauste.

Elie Wiesel, survivant d’Auschwitz et lauréat du prix Nobel, était considéré comme la voix des victimes. Il a déclaré :

“L’indifférence et le silence des gens ont conduit à l’Holocauste. Rester silencieux et indifférent est le plus grand péché de tous.”

Aujourd’hui, les survivants sont ébranlés par les discours alarmistes et les mesures discriminatoires qui divisent une minorité. Des scènes horribles montrent des policiers en uniformes noirs attaquant brutalement des manifestants dans des villes européennes, en Australie et, oui, en Israël. Ce sont des rappels douloureux du prélude à l’Holocauste dans lequel les nazis :

  • ont utilisé les armes psychologiques de la peur et de la propagande pour imposer un régime génocidaire.
  • ont diabolisé les Juifs comme étant les propagateurs de maladies et la cause de leur misère.
  • ont imposé l’oblitération systématique des normes et valeurs morales.
  • ont détruit leur conscience sociale au nom de la santé publique.

Les prédateurs d’aujourd’hui utilisent également la peur et la propagande pour maintenir un état d’anxiété et d’impuissance. L’objectif – à l’époque et aujourd’hui – est identique : conditionner les gens à devenir obéissants et à suivre les directives sans poser de questions.

L’assaut mondial contre nos libertés et notre droit à l’autodétermination est facilité par la militarisation de la médecine. Hier et aujourd’hui, le corps médical a fourni un vernis de légitimité au meurtre médical de masse.

Les nazis déclaraient les personnes handicapées – “inaptes à la vie”. Les 1 000 nourrissons et jeunes enfants allemands qui ont été les premières victimes de meurtres médicaux au monde ont en fait été assassinés dans des hôpitaux.

En 2020, les gouvernements mondiaux ont déclaré une urgence et émis des diktats médicaux mortels :

  • Les hôpitaux ont reçu l’ordre de ne pas traiter les personnes âgées dans les maisons de retraite. Le résultat a été un meurtre médical de masse – que la Suède a appelé “euthanasie active”.
  • Les hôpitaux britanniques ont utilisé des doses létales du médicament Midazolam pour assassiner médicalement des personnes âgées – un médicament qu’ils continuent de stocker.
  • Les directives hospitalières américaines prévoient toujours que les personnes âgées reçoivent un traitement minimal.
  • Les médecins d’Europe occidentale et des États-Unis n’ont pas le droit de prescrire aux patients du COVID des traitements existants, autorisés, sûrs et efficaces, susceptibles de sauver des vies.

Aujourd’hui, l’humanité est menacée par les héritiers des nazis du monde entier. Le véritable virus qui continue à infecter ces prédateurs est l’eugénisme.

Un rapport de la Commission américaine sur l’Holocauste, présidée par Elie Wiesel, a noté : “… l’inclination à reproduire l’option nazie et à exterminer une fois de plus des millions de personnes reste une menace hideuse.”

L’objectif des nazis des temps modernes est la réduction de la population mondiale. Les oligarques mondiaux sont déterminés à obtenir le contrôle absolu des ressources mondiales – naturelles, financières et humaines.

Bill Gates, eugéniste de toujours et acteur majeur de l’industrie du vaccin, a déclaré que le vaccin COVID était la “solution finale”.

Les injections de COVID utilisent une technologie expérimentale de transfert de gènes. Son expérimentation sur la population mondiale constitue une violation flagrante du droit humain fondamental au “consentement volontaire et éclairé”.

Ceux qui refusent de se faire injecter sont vilipendés comme des propagateurs d’un virus mortel. Ils sont soumis à des sanctions de plus en plus sévères et à des discriminations. L’Allemagne, l’Autriche et l’Italie sont une fois de plus emportées dans une orgie de haine fasciste. Cette fois, ce sont les non-vaccinés qui sont visés.

La raison invoquée pour justifier l’obligation de vacciner était de protéger les gens contre les infections et leur transmission. Cependant, les preuves irréfutables montrent que les injections de COVID ne préviennent pas l’infection ou sa transmission et qu’elles ne confèrent pas d’immunité.

Même la directrice des Centers for Disease Control and Prevention, Rochelle Wallensky, a reconnu que les vaccins COVID ne peuvent pas empêcher la transmission.

Albert Bourla, PDG de Pfizer, a concédé que “deux doses du vaccin n’offrent qu’une protection très limitée – voire aucune”.

Si les personnes vaccinées peuvent être infectées et propager le COVID, pourquoi sont-elles privilégiées ? Pourquoi les personnes non vaccinées – qui refusent de se faire injecter un produit cliniquement sans valeur – sont-elles calomniées, discriminées, menacées de perdre leur emploi et de voir la scolarité de leurs enfants interrompue ?

Si les injections de COVID ne protègent la santé de personne, quel est le véritable objectif des mandats de vaccination et des passeports numériques ?

De nombreux scientifiques indépendants avertissent que ces injections sont des armes biologiques de destruction massive. Des dizaines de milliers de médecins, de scientifiques et d’infirmiers refusent les injections, quitte à perdre leur emploi et leur licence.

Les données gouvernementales du Royaume-Uni, d’Israël, des États-Unis et de l’EMA [European Medicines Agency] confirment que des décès et des blessures ont été signalés en masse. Près de 38 000 Européens sont morts à la suite de ces injections. Et plus de 3 390 000 ont subi des blessures. De jeunes adultes, athlétiques, en parfaite santé sont morts. Les enfants souffrent de myocardite et de caillots sanguins. Des maladies neurodégénératives apparaissent également chez les vaccinés.

Nous sommes à un tournant catastrophique de l’histoire de l’humanité. Les prédateurs d’aujourd’hui ont libéré une arme biologique injectable conçue pour délivrer une protéine de pointe toxique, ainsi qu’une technologie de surveillance furtive, dans le corps.

Cette arme permet aux prédateurs de contrôler à distance la population mondiale, 24 heures sur 24. Nous devons choisir – désobéir, affirmer notre liberté et nos droits en tant qu’êtres humains – ou être réduits en esclavage.

On a demandé à Mariann Turski, journaliste polonaise, survivante d’Auschwitz, si un Holocauste pouvait se reproduire. Il a répondu : “Cela pourrait arriver. Si les droits civils sont violés – si les droits des minorités ne sont pas respectés et sont abolis.”

Il a exhorté chacun à “défendre la constitution, défendre vos droits, défendre votre démocratie. Les droits des minorités doivent être protégés… Tu ne dois pas être indifférent lorsqu’une minorité est victime de discrimination.”

Dietrich Bonnhoeffer – un ministre protestant allemand exceptionnel pendant le régime nazi a déclaré : “Le silence face au mal est lui-même un mal. Ne pas parler, c’est parler. Ne pas agir, c’est agir”.

Le rabbin Michoel Green vient de poster un appel urgent pour dire qu’il est “temps d’expier l’Holocauste en ne permettant pas qu’il se répète”. Green exhorte chacun à ne pas obéir aux ordres des tyrans et à ne pas marginaliser et persécuter les minorités. Et il dit aux Juifs : “Ne répétez pas l’erreur fatale d’écouter aveuglément vos capo-traîtres et de marcher docilement comme des moutons vers l’abattoir. Réveillez-vous MAINTENANT.”

Ne vous faites pas d’illusions, les non-vaccinés ne sont pas l’ennemi. Le premier pas sur la pente glissante du génocide est la stigmatisation d’une minorité. Le silence invite à des restrictions répressives toujours plus grandes. Si nous voulons survivre en tant qu’êtres humains libres, nous devons nous élever contre la discrimination. Nous ne devons plus jamais nous taire – ni aujourd’hui, ni demain, ni jamais. »

Vera Sharav

(source)

Entretien entre Reiner Füllmich et Vera Sharav

Vera Sharav - portrait

Le 17 mai 2021, Reiner Füllmich, avocat allemand, a conduit un entretien historique avec la rescapée de l’holocauste Vera Sharav concernant la crise planétaire dites Covid-19. Dans ce témoignage émouvant la rescapée juive alerte sur les similitudes de la crise sanitaire actuelle avec le règne de terreur nazi.

Ce sont les mêmes acteurs, les mêmes cartels bancaires, les mêmes multinationales et des gouvernements corrompus qui collaborent pour mener à bien cette-fois l’ancien agenda.

La capsule a été doublée par OVAL media.

La militante fait référence à un rapport d’enquête important publié en février 2021 dont vous pouvez lire une version française Les valeurs de la famille Schwab sur notre blog.

« Ma perspective est différentes des autres. Je ne suis pas scientifique mais en tant qu’enfant, survivante du règne de terreur nazi, j’ai appris des leçons indélébiles sur la nature du vrai mal. »

Vera Sharav - Holocauste 2.0

Vera Sharav

Interview de Reiner Füllmich dans le cadre de l’enquête pour le procès INTERNATIONAL

FrançaisDeutschEnglishEspañolItalianoPortuguêsРусский