Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Rumble défie la censure

Aube DigitaleRumble défie les tendances mondiales de la censure

Aube Digitale - 01 mai 2024

Rumble rejette la demande de censure de la Nouvelle-Zélande après qu’un lanceur d’alerte a révélé des décès liés au vaccin contre le covid.

   

Le PDG de Rumble, un concurrent libre d’expression de YouTube, affirme que les niveaux de censure dans le monde sont en hausse, mais que ce qui est particulièrement remarquable, ce sont les demandes de censure émanant de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, qui semblent suivre les traces, pour le moins controversées, de la France et du Brésil.

D’une part, cela est surprenant, étant donné la provenance démocratique formelle de ces pays.

D’autre part, leurs actions au cours des dernières années, notamment le blocage de sites au niveau des fournisseurs d’accès, les demandes constantes d’une réglementation plus stricte pour faciliter le retrait du contenu des médias sociaux, et même les mesures draconiennes de l’ère du Covid – et de l’ère post-Covid – racontent une autre histoire.

Chris Pavlovski a expliqué à Mat Kim que la chaîne FreeNZMedia est devenue une cible de déplatforming en Nouvelle-Zélande, pour avoir parlé de la fuite de données de la base de données nationale sur les vaccinations, qu’un dénonciateur, Barry Young, ancien employé du service informatique de Health New Zealand, a rendue disponible.

Les données communiquées par Young aux journalistes et aux activistes concernent les décès liés aux vaccins Covid et les allégations selon lesquelles ces faits sont dissimulés.

Pour avoir fait référence à Young et aux données qu’il a fournies au public, une lettre a été envoyée à Rumble pour qu’il supprime FreeNZMedia. Cette lettre émane de l’Autorité nationale de santé.

Cependant, Pavlovski a déclaré que la société avait décidé de refuser de le faire, ou de se retirer du pays, et qu’elle allait plutôt « contester et voir ce qui se passe ».

Pavlovski a ensuite qualifié cette affaire néo-zélandaise d' »absurde » et de « répugnante », dans la mesure où elle présente des similitudes avec les « Pentagon Papers ». À l’époque, le journaliste Daniel Ellsberg était devenu un héros de la liberté d’expression protégée par les tribunaux américains.

Mais c’était il y a près de 50 ans, et les choses ont clairement changé, non seulement dans des pays lointains, mais aussi aux États-Unis eux-mêmes, et les dénonciateurs risquent tout, de la déploration à la prison à vie.

S’exprimant sur le cas de Young et de FreeNZMedia, Pavlovski a déclaré que le dénonciateur « a une formation en statistiques, a passé en revue toutes les données, a trouvé les différents lots de vaccins qui avaient un taux de mortalité irrégulièrement élevé et les a publiés, et a donné différentes interviews à ce sujet ».

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
censure france

Égalité et RéconciliationCensure : 18 mois de prison ferme requis contre le directeur de Rivarol

Égalité et Réconciliation - 29 mar 2024

La répression atteint actuellement des niveaux inouïs. Il faut se pincer pour y croire tellement la situation devient ubuesque.

   

[...]

Le même jour, on apprenait que l’école primaire hors contrat Saint-Pierre-Julien-Eymard, tout près de Grenoble, était menacée de fermeture par le préfet de l’Isère à la suite d’un rapport vipérin du rectorat qui a inspecté l’établissement catholique traditionaliste, proche de la Fraternité Saint-Pie X, en janvier dernier. Selon le Dauphiné libéré, les services de l’État ont donné trois mois à la direction de l’école pour se mettre en conformité avec la loi avant de prononcer une fermeture temporaire voire définitive de l’établissement. Mais qu’a donc fait de si abominable la direction de cette modeste école primaire pour qu’on la menace ainsi de disparition pure et simple, alors même que le maire, très hostile, l’avait déjà provisoirement fermée 24 heures en février en arguant de manière erronée d’une grave insuffisance en matière de sécurité des locaux ?

Le rapport du rectorat relève, manifestement effrayé, « des activités physiques et sportives non mixtes et genrées, avec du football pour les garçons et de la corde à sauter pour les filles » !

[...]

Autrement dit, les écoles où des transsexuels viennent exhorter les enfants et adolescents à se grimer, à se travestir, à changer de sexe, à réaliser leur transition de genre, bref à se mutiler, souvent de manière irréversible et ô combien douloureuse et dangereuse pour leur santé physique et mentale, pour leur salut de leur âme et pour leur vie ici-bas sont parfaitement conformes aux valeurs de la République, à l’ordre républicain mais pas les rares établissements privés qui dispensent encore un enseignement et une morale traditionnels.

Voilà où l’on est dans un pays qui fut appelée la fille aînée de l’Église, qui compte tant de saints, de héros et de martyrs dans son histoire, où tant d’églises et de chapelles se dressent encore dans nos villes et nos villages, où les oratoires, les calvaires, les statues des saints et de la Vierge dominent les carrefours de nos rues, de nos chemins et de nos sentiers ou sont placés au sommet de nos collines et de nos montagnes.

Toujours ce 20 mars, mercredi de la Passion, votre serviteur comparaissait devant la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris (chambre de la presse) pour trois dossiers distincts : un article mordant de Jean-Philippe Robiquet paru dans Rivarol du 6 septembre 2023 et évoquant l’homosexualité de Gabriel Attal qui venait alors d’être nommé ministre de l’Éducation nationale et qui nous vaut une accusation d’homophobie (un an de prison ferme encouru), un éditorial du 15 février 2023 consacré au discours d’Élisabeth Borne, alors Premier ministre de Macron, au dîner annuel du CRIF pour contestation publique de crimes contre l’humanité (un an également de prison ferme encouru) et enfin une vidéo rivarolienne postée sur notre chaîne YouTube le 19 février 2023 pour « provocation publique à la discrimination, à la haine et à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée » et également pour contestation de l’existence d’un ou plusieurs crimes contre l’humanité (encore deux ans de prison ferme encourus).

Au terme d’une audience se déroulant dans une ambiance très hostile et devant un tribunal totalement féminin (la greffière et le procureur étaient également ce qu’on appelait autrefois des personnes du sexe), Madame le procureur de la République a requis contre le directeur de Rivarol 18 mois de prison ferme (dont la révocation de neuf mois de prison avec sursis) et 15 000 euros d’amende. Elle a explicitement refusé tout aménagement de peine (bracelet électronique, travail d’intérêt général ou semi-liberté), malgré les six enfants mineurs (dont un bébé de quinze mois), expliquant que puisque votre serviteur ne comprenait toujours pas, il fallait frapper très fort, la haine envers les homosexuels et les juifs étant parfaitement intolérable.

Pourtant, la seule haine que l’on voyait dégouliner lors de cette audience, c’était la sienne pendant son réquisitoire totalement glaçant. En tout, l’on réclame bien plus de 50 000 euros au directeur de Rivarol puisque les deux parties civiles, l’Observatoire juif de France (OJF) et le Bureau national de vigilance contre l’antisémitisme (BNVCA) exigent à eux deux près de 30 000 euros de dommages et intérêts, plus trois publications judiciaires aux frais du condamné dans Le Figaro, Le Monde et Le Parisien, ce qui ajoute, au moins sur le papier, quelque 15 000 euros supplémentaires. Enfin, cerise sur le gâteau, Sébastien Chenu, vice-président du RN et de l’Assemblée nationale, a réclamé via son avocat, Me Alexandre Varaut, 15 000 euros de dommages et intérêts car Jean-Philippe Robiquet aurait moqué son homosexualité dans son article daté du 6 septembre 2023. Voilà où en est aujourd’hui le RN mariniste mais cela n’étonnera que les naïfs.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Le Canada s’apprête à criminaliser le christianisme

Aube DigitaleLe gouvernement canadien veut criminaliser le christianisme

Aube Digitale - 08 mar 2024

Le Canada s’apprête à criminaliser le christianisme, le gouvernement canadien d’extrême gauche cherchant à étendre ses lois sur les « discours de haine » pour y inclure des éléments clés de la foi chrétienne.

   

Le gouvernement du Premier ministre canadien Justin Trudeau, contrôlé par le Forum économique mondial, envisage de mettre le christianisme hors la loi, la lecture de la Bible et la prière étant considérées comme des « discours de haine », un « crime » passible d’une peine d’emprisonnement.

Sous la direction de Trudeau, un jeune leader mondial du FEM, le gouvernement introduit un amendement au Code pénal qui pourrait voir les croyants condamnés à une peine de prison pour avoir exprimé les enseignements historiques du christianisme.

Le projet de loi C-367 rendra illégale la réitération de certaines parties de la Bible.

En supprimant la défense de « bonne foi », le gouvernement pourra poursuivre les chrétiens pour ce qu’il considère comme un « discours de haine ».

Les pratiques chrétiennes traditionnelles, telles que la célébration de Noël ou la participation à un service religieux, seront considérées comme des crimes passibles de lourdes peines.

L’amendement proposé vise à supprimer la disposition qui permet aux individus de se défendre en affirmant qu’ils croient sincèrement et qu’ils ne font qu’exprimer un enseignement religieux déjà présent dans les Écritures.

Cela signifie que le fait d’invoquer des croyances religieuses pour justifier des paroles ou des actes que l’État considère comme de l' »hérésie » ne sera plus accepté comme une défense valable au regard de la loi.

Le projet de loi stipule ce qui suit :

« Le texte modifie le code pénal afin d’éliminer comme moyen de défense contre l’incitation volontaire à la haine ou à l’antisémitisme le fait qu’une personne, de bonne foi, a exprimé ou tenté d’établir par un argument une opinion ou un sujet religieux ou une opinion fondée sur une croyance en un texte religieux.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
acte de censure scientifique stupéfiant

The DefenderUn acte de censure scientifique stupéfiant

The Defender - 05 mar 2024

Une revue rétracte une étude évaluée par des pairs critiquant le vaccin Covid-19.

   

Lundi, la revue Cureus a rétracté le premier article évalué par des pairs qui présentait une analyse approfondie des données des essais du vaccin ARNm Covid-19 et des lésions consécutives à l'injection. Les auteurs de l'article ont également appelé à un moratoire mondial sur les vaccins.

Lundi, la revue Cureus a rétracté le premier article évalué par des pairs qui présentait une analyse approfondie des données des essais du vaccin ARNm Covid-19 et des lésions consécutives à l’injection. Les auteurs de l’article ont également appelé à un moratoire mondial sur les vaccins.

Le Dr Peter McCullough, l’un des auteurs de l’article, a qualifié la rétractation d'”acte stupéfiant de censure scientifique”. Il a dit au Defender :

“La revue et ses rédacteurs avaient le droit de rejeter l’article à tout moment au cours du processus d’examen. Une fois publié, la rétractation d’un article sans justification adéquate constitue une violation des lignes directrices du Comité d’éthique de la publication (COPE) “.

Le document, publié le mois dernier, décrit en détail les graves effets nocifs potentiels des vaccins, les problèmes de contrôle et de traitement des vaccins, les mécanismes à l’origine des effets indésirables, les raisons immunologiques de l’inefficacité des vaccins et les données relatives à la mortalité issues des essais d’homologation.

Les auteurs de l’article ont conclu :

“L’approbation par l’agence fédérale des produits injectables à base d’ARNm Covid-19 sur la base d’une couverture générale de la population n’était pas étayée par une évaluation honnête de toutes les données d’enregistrement pertinentes et par une prise en compte proportionnelle des risques par rapport aux avantages.

Ils ont également demandé que les vaccins soient immédiatement retirés du calendrier de vaccination des enfants du CDC (Centres de contrôle et de prévention des maladies) et que les rappels soient suspendus.

Le document a été lu plus de 350 000 fois dans le mois qui a suivi sa publication. Un article moyen de Cureus n’est consulté qu’à environ 2 700 reprises au cours d’une année entière.

M. McCullough a indiqué que Tim Kersjes, responsable de l’intégrité de la recherche chez Springer Nature, qui publie Cureus, a informé les auteurs la semaine dernière que la revue rétractait l’article. M. Kersjes a soulevé huit points de préoccupation, auxquels M. McCullough a déclaré que les auteurs avaient déjà répondu dans le cadre d’un processus exhaustif d’examen par les pairs.

Le Dr McCullough a déclaré au Defender :

“Je soupçonne Kersjes et Springer Nature d’avoir subi des pressions de la part du puissant complexe bio-pharmaceutique, composé d’organisations de santé publique coordonnées, de fabricants de vaccins et d’organismes de réglementation, pour censurer notre article afin d’empêcher la communauté médicale d’obtenir des informations cruciales sur la sécurité des vaccins.

“Nous avons rejeté la rétractation, nous avons fait appel et nous signalerons cette action contraire à l’éthique à toutes les autorités compétentes, tout en continuant à publier ailleurs”.

M. Nathaniel Mead, l’auteur principal de l’article, a déclaré au Defender qu’il craignait depuis le premier jour que la revue ne subisse des pressions pour rétracter l’article.

J’ai su dès que j’ai appuyé sur le bouton “publier” de Cureus le 24 janvier, à la suite d’un processus d’examen approfondi et de multiples re-soumissions, que nous avions affaire à une bombe à retardement”, a déclaré M. Mead.

“En citant des preuves solides et en exposant la manière dont les essais parrainés par l’industrie ont induit le public en erreur, notre article fondé sur des données probantes a été un véritable réquisitoire contre l’entreprise du vaccin COVID-19”.

Les “rétractations prédatrices” profitent à Big Pharma

John Adler, de l’université de Stanford, et Alexander Muacevic, de l’université de Munich, ont fondé Cureus en 2009. Il s’agit d’une revue médicale générale en ligne à accès libre, évaluée par des pairs, dont les coûts de publication sont peu élevés.

Le géant de l’édition universitaire Springer Nature a racheté Cureus en décembre 2022.

Springer Nature est un conglomérat d’édition fondé en 2015 par la fusion de Nature Publishing Group, Palgrave Macmillian, Macmillan Education et Springer Science+Business Media.

L’éditeur a généré 1,8 milliard d’euros en 2022, affichant une croissance continue d’une année sur l’autre depuis 2020.

Springer Nature dispose d’un groupe interne d’intégrité de la recherche chargé de veiller à ce que le contenu scientifique de l’entreprise soit “rigoureusement évalué“. Lorsque des questions nécessitant l’intervention d'”experts en intégrité de la recherche” se posent, l’équipe de résolution, dirigée par M. Kersjes, intervient.

Le 16 février, M. Kersjes a informé les auteurs que les rédacteurs de la revue prévoyaient de rétracter l’article, en précisant que la revue “avait été récemment informée de plusieurs préoccupations concernant la validité du travail”.

Selon le texte de l’e-mail, publié sur Substack par Steve Kirsch, un autre des coauteurs de l’article, ces préoccupations “ne peuvent, à notre avis, être résolues par une correction”.

M. Kersjes a indiqué aux auteurs qu’ils avaient la possibilité d’accepter ou de refuser la rétractation, ce qui serait indiqué sur le site web.

Ils n’étaient pas d’accord. “Nous rejetons vigoureusement cette décision arbitraire et capricieuse, prise a posteriori, de la part de M. Kersjes et de ses supérieurs de Springer”, ont-ils écrit.

La lettre de M. Kersjes fait état de préoccupations concernant les affirmations des auteurs au sujet de données sur la mortalité toutes causes confondues, dusystème de notification des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS),du nombre de décès dus à la vaccination par rapport au nombre de vies sauvées, de la possibilité de contamination des vaccins,de l’affirmation selon laquelle les vaccins n’ont pas fait l’objet de tests de sécurité et d’efficacité adéquats, de la déclaration “incorrecte” selon laquelle les protéines spike restent dans l’organisme et peuvent avoir des effets néfastes et que les vaccins sont des produits de thérapie génique.

Dans leur réfutation, les auteurs ont répondu à chaque critique en expliquant leur argumentation et en fournissant des citations à l’appui. Ils ont noté que les huit évaluateurs de l’article et les rédacteurs en chef de la revue avaient jugé leurs réponses satisfaisantes.

Quelques jours après la publication initiale, M. Adler, qui est le rédacteur en chef de Cureus, a déclaré au site web Retraction Watch, qui est favorable envers l’industrie: “Notre réponse éditoriale a été une vigilance accrue au cours du processus d’évaluation par les pairs, avec 8 évaluateurs différents pesant sur la publication ou non, y compris quelques-uns ayant de solides connaissances en statistiques. Par conséquent, un processus crédible d’évaluation par les pairs a été suivi et les conséquences sont tombées comme elles l’ont dû”.

M. Adler a également déclaré que la revue procéderait à une réévaluation si des “failles fatales” étaient identifiées. “Le processus de décision de Cureus contraste fortement avec la décision éditoriale d’Elsevier de censurer l’article en utilisant des arguments ad hominem.

Cependant, un porte-parole de Cereus a déclaré aujourd’hui au Defender : “Après la publication, des inquiétudes ont été soulevées concernant un certain nombre d’affirmations faites dans l’article et une enquête menée par Cureus et l’équipe de Springer Nature chargée de l’intégrité de la recherche a identifié plusieurs problèmes avec l’article qui ont justifié une rétractation”.

Le porte-parole a ajouté : “Il est préférable que de tels problèmes soient détectés lors de l’examen par les pairs, mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Il est donc important, comme cela s’est produit dans ce cas, que lorsque des problèmes sont soulevés après la publication, ils soient traités rapidement afin de préserver l’intégrité du dossier universitaire.”

Les auteurs affirment dans leur réfutation que la plupart des préoccupations “semblent être adaptées, directement ou indirectement, des nombreux commentaires faits par les trolls bien connus de l’industrie des vaccins sur les médias sociaux, Jonathan Laxton et Matthew Dopler”, qui ont fréquemment commenté l’article sur le site web de Cureus.

[...]

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Tucker - Benz

Quantum LeapL'entrevue historique de Mike Benz avec Tucker Carlson

Quantum Leap - 21 fév 2024

L’État de sécurité nationale et l’inversion de la démocratie

   

L’État de sécurité nationale est le principal moteur de la censure et de l’ingérence électorale aux États-Unis.

Une synthèse historique compréhensible et éclairante sur la guerre de l'information.

« Ce que je décris est un régime militaire, c’est l’inversion de la démocratie. »

Mike Benz

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Mojeek - moteur de recherche

Echelle de JacobCensure massive des moteurs de recherche : Testez Mojeek

Echelle de Jacob - 19 fév 2024

Mojeek est un des projets les plus intéressant dans le domaine des moteurs de recherche.

   

Et pour cause : c’est un des rares moteur de recherche face à Google, Bing etc…

Qwant, Ecosia, Duckduckgo… ce sont des méta-moteur de recherche. Ils tirent leurs résultats de Bing. Ce ne sont pas des moteurs de recherche.

Mojeek, lui, construit ses propres résultats de recherche, avec ses propres robots qui fouillent le web.

Et en plus de ça, l’entreprise derrière ne collecte pas de données superflues, ne fait pas de l’analyse de données personnelles, de comportement etc… et elle est financé proprement.

Bref, un vrai bon projet (j’en avais parlé un peu plus en détail ici)

Évidemment, dû à sa jeunesse et à ses moyens limités Mojeek n’est pas aussi pertinent que Google. (et encore plus sur les résultats de recherche en français)

Trop souvent il ne trouve pas ce que je lui demande.

C’est pour ça que ce n’est pas mon moteur de recherche par défaut.

Mais dernièrement, je lui ai trouvé une un point fort :

Mojeek est très bon pour trouver de petits blogs/sites indépendants ! Et ça même dans les recherches en français

Ces derniers jours, j’ai fait tout un tas de petites découvertes grâce à Mojeek. Découvertes que je ne faisais pas (alors que je faisais la même recherche) sur Swisscows (qui utilise Bing) ou Qwant (qui utilise Bing aussi et un chouilla de son propre index)

(pour les curieux : j’ai fait des recherches avec le titre de livres que j’ai bien aimé, pour voir s’il y a des blogs qui en parlaient)

Bing s’en fout des petits blogs/sites indépendants !

Tu ne les trouves pas dans les résultats de recherches.

Alors que sur Mojeek, tu peux les trouver !

C’est vraiment super cool. C’est comme découvrir une partie de l’internet qui est caché !

Bing a aussi tendance à mettre des résultats en Anglais, alors que ta recherche et en français (et que tu as paramétrer le moteur de recherche pour qu’il soit en français)

Alors que si tu règles Mojeek pour te sortir des résultats en français, il va vraiment te sortir des résultats en français.

En fait, ça donne l’impression que Bing essaye de te sortir des résultats un peu universels, qui pourrait convenir à un peu tous le monde, et en même temps exclu tout ce qui est trop « petit » ou « spécifique »

Alors que Mojeek laisse de la place pour le petit et le spécifique.

Et ça c’est vraiment cool !

Parce que ça veut dire que tu peux à nouveau découvrir de nouveaux sites/blogs avec un moteur de recherche.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
censored

Réseau InternationalCensure des chaînes Telegram le jour où l’Ukraine fait un massacre à Belgorod

Réseau International - 17 fév 2024

par Christelle Néant

   

Le 15 février 2024, alors que l’Ukraine bombarde lourdement la ville russe de Belgorod (tuant plusieurs civils dont un bébé), la France censure une vingtaine de chaînes Telegram francophones pour «désinformation». Le moment choisi pour cette censure indique clairement que Paris ne veut plus que les Français puissent savoir que l’Ukraine tue délibérément des civils avec les armes que les pays occidentaux lui fournissent.

En pleine journée ce 15 février 2024, l’armée ukrainienne a tiré 18 roquettes avec des lance-roquettes multiples Vampire fournis par la république Tchèque (la portée des roquettes utilisées et de 40 km). La défense anti-aérienne russe abat 14 roquettes, mais quatre continuent leur vol vers la ville. Le résultat est un véritable bain de sang. Six personnes, dont un bébé, sont tuées, et 17 blessées. Plusieurs personnes étant dans un état grave, le nombre de morts pourrait encore évoluer.

Les cibles visées (un centre commercial, le stade d’une école et autres zones résidentielles) n’ont rien de militaire, et prouvent encore une fois, que l’Ukraine utilise les armes occidentales pour commettre des crimes de guerre, des faits qui dérangent le narratif occidental, alors pour éviter que les gens se posent des questions, la France (avec l’Allemagne et la Pologne) a décidé d’opter pour la censure pure et simple d’une vingtaine de chaînes Telegram francophones qui faisaient prétendument de la « désinformation russe ».

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Digital Service Act - EU

Le courrier des stratègesLa censure de Bruxelles repose sur un nouveau système d’espionnage

Le courrier des stratèges - 28 jan 2024

Les protestations persistantes en France ou en Allemagne constituent une menace pour les élites de l’UE.

   

Le mécontentement a atteint la classe moyenne et donc le pilier de l’économie nationale. L’artillerie à Bruxelles s’alourdit. Le Digital Service Act établit de nouvelles autorités et un système d’espionnage moderne pour lutter contre les informations indésirables. Le « discours de haine », quoi que l’on entende par-là, sera désormais un « crime de l’UE ». Cette division de la société coûtera aux États membres plusieurs millions d’euros pour sa mise en œuvre et surchargera complètement les autorités : rien qu’en Allemagne, l’Office fédéral de la police criminelle s’attend à 720.000 cas suspects par an, contre 6.000 jusqu’à présent. Tout cela n’intéresse pas les institutions européennes. Elles continuent à se mettre au service de la technostructure et de ses intérêts de lobbying. Car le contrôle prétexte de la technostructure ne peut fonctionner qu’avec les outils de la technostructure, n’est-ce pas?

C’est désormais un modèle bien connu de tous les observateurs critiques : des « situations d’urgence » et des « scénarios de menace » proclamés par le biais de réseaux d’élites sont utilisés par les décideurs politiques comme base et justification de mesures restrictives et d’atteintes à différents droits de la liberté.

Pour contrôler la souveraineté d’interprétation, il est important de présenter de telles situations de danger aux décideurs politiques (et à ceux qui veulent encore le devenir). C’est ce qui s’est passé, une fois de plus, lors du Forum économique mondial. Le « Global Risk Report 2024 » met en garde avec insistance contre le plus grand risque global – la mauvaise information.

La présidente de la Commission, Ursula von der Leyen, a donc attrapé cette balle lors de son discours à Davos :

« Il y aura toujours des tentatives de désinformation et de mésinformation destinées à nous déstabiliser. Et jamais nous n’en avons connu autant qu’au sujet de l’Ukraine…La Russie n’atteint pas ses objectifs stratégiques. Elle échoue avant tout sur le plan militaire…La Russie a également échoué sur le plan économique. Les sanctions ont isolé son économie des technologies modernes et de l’innovation. Le pays dépend désormais de la Chine. Enfin, la Russie a échoué sur le plan diplomatique. La Finlande a rejoint l’OTAN. Elle sera bientôt suivie de la Suède. Et l’Ukraine est plus proche que jamais, sur son chemin vers l’Union européenne. »

Un contrôle sans faille

Laissons de côté la question légitime de savoir qui a réellement recours à la désinformation. Tournons-nous plutôt vers la question de savoir pourquoi le risque global de désinformation évoqué par le Forum économique mondial est si important pour l’UE.

Actuellement la Commission construit ses nouvelles super-autorités afin de garantir l’application de la loi sur les services numériques (DSA). En avril dernier, le Centre européen pour la transparence algorithmique (ECAT) a été créé à Séville pour aider la Commission et les autorités nationales à contrôler le respect de la DSA. L’ECAT effectuera notamment des tests techniques sur les systèmes algorithmiques afin de comprendre leur fonctionnement, ainsi que des évaluations des risques liés aux plateformes et aux moteurs de recherche. Un accord de coopération a été signé à cet effet avec le centre français « PEReN » (Pôle d’expertise du Régime du Numérique).

La Commission européenne vise les « informations indésirables » sur Internet et introduit à cette fin de nouveaux organes de contrôle étatiques et supranationaux dotés de pouvoirs essentiels. Afin de garantir la mise en œuvre complète (et en temps voulu) de la structure de gouvernance de la DSA, les États membres doivent désigner leurs coordinateurs de services numériques et autres autorités nationales chargées d’assurer la conformité avant le 17 février 2024. Il n’est donc pas étonnant qu’il faille une « situation de risque » pour que les États membres en retard agissent. En effet, selon les propres informations de la Commission, seuls deux États membres, l’Italie et la Hongrie, ont à ce jour désigné valablement leurs autorités nationales.

Collapsus de la justice

L’Allemagne travaille encore à la mise en œuvre nationale de la loi européenne sur les services numériques (DSA). Le Bundestag allemand a débattu de cette question pour la première fois le 18 janvier. Selon le projet de loi du gouvernement fédéral, l’Agence fédérale des réseaux (Bundesnetzagentur) sera responsable de la surveillance des fournisseurs et de l’application de la DSA.

Dans ce contexte, les détails dont on n’aime pas parler publiquement sont toujours intéressants, et ce sont les coûts de mise en œuvre : ainsi, en Allemagne, les coûts annuels ( !) pour l’Agence fédérale des réseaux sont estimés à au moins 17 millions d’euros (frais de personnel, informatique, frais matériels et autres). Pour l’administration fédérale, la charge d’exécution annuelle augmente d’environ 8 millions d’euros, auxquels s’ajoute une charge d’exécution unique d’environ 2,1 millions d’euros.

Mais ce n’est pas tout. Celui qui se penche sur les explications détaillées trouvera ce qu’il cherche. L’Office fédéral allemand de la police criminelle s’attend à une nette augmentation des coûts annuels d’environ 44 millions d’euros et des coûts uniques d’environ 21 millions d’euros. En effet, l’Office fédéral de la police criminelle doit recevoir les déclarations concernant les cas suspects de contenus punissables sur Internet et les transmettre aux autorités de poursuite pénale compétentes. En raison de la nette extension des services de médiation soumis aux obligations de diligence, l’Office fédéral de la police criminelle s’attend à une augmentation des cas de traitement annuels, qui passeront d’environ 6 000 actuellement à quelque 720 000 ( !).

C’est là que s’arrêtent les estimations de coûts – à tort, car pour être correct, il faudrait également calculer les coûts supplémentaires pour les autorités de poursuite pénale et la justice. Si seulement une partie des 720.000 cas suspects estimés est poursuivie, la justice allemande risque de s’effondrer définitivement. Elle est en effet chroniquement surchargée depuis des années et le nombre de procédures non traitées atteint un niveau record.

Division de la société

Cependant, les institutions européennes ne s’intéressent pas à la question de savoir si et comment les États membres peuvent supporter les coûts de la mise en œuvre de la DAS. Elles ne s’intéressent pas non plus à la capacité des services répressifs à traiter l’énorme quantité de nouveaux dossiers.

Au contraire, la semaine dernière seulement, le Parlement européen a fait une nouvelle avancée en la matière : le Conseil devrait prendre une décision d’ici la fin de la législature actuelle afin d’inclure le discours de haine et les crimes de haine parmi les infractions visées à l’article 83, paragraphe 1, du TFUE (appelés « crimes de l’UE »). Le droit à la liberté d’expression ne doit pas être utilisé comme un bouclier pour le modèle économique des plateformes de médias sociaux visant à diffuser et à amplifier les discours de haine, a-t-on déclaré dans l’entourage des députés.

La division de la société par les institutions européennes se poursuit. Déjà, les « signaleurs de confiance » prévus par l’article 22 de la DSA, c’est-à-dire des informateurs qui surveillent les communications sur les plateformes en ligne et qui interviennent dès qu’ils soupçonnent une infraction, se forment. Nous savons que certains d’entre eux font partie de l’ « International Fact Checking Network » (IFCN) , un réseau qui est lui-même affilié au Poynter Institute. Parmi ses bailleurs de fonds figurent – entre autres – le Democracy Fund, la Lumina Foundation for Education, le National Endowment for Democracy (NED), l’Omidyar Network Fund ou les Open Society Foundations (OSF).

On ne saurait trop avertir et souligner avec force : les élites de l’UE ont fait des institutions de Bruxelles des auxiliaires des intérêts de la technostructure. Car ce qu’elles veulent nous vendre comme un « contrôle » de la technostructure, elles ne peuvent le réaliser qu’avec les outils de la technostructure. Les États membres surchargent leurs capacités et leurs ressources en mettant en œuvre cette politique – c’est particulièrement vrai pour les autorités judiciaires. Mais lorsque le pouvoir de l’État s’érode et que la société se divise, de grands malheurs se préparent en Europe.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Alternatiba Lyon perd ses subventions

ReporterreJugée trop radicale, Alternatiba Lyon perd ses subventions

Reporterre - 05 jan 2024

La préfecture du Rhône a supprimé la subvention d’Alternatiba à Lyon, à qui elle reproche ses actions de désobéissance civile. Une pratique désormais commune pour réprimer les associations écologistes.

   

Au pain sec et à l’eau. La préfecture du Rhône a supprimé une demande de subvention d’Alternatiba, a révélé Mediapart fin décembre dernier. Cette enveloppe de 3 500 euros devait servir à rénover la cuisine du bar associatif lyonnais du mouvement écologiste.

Sa coupe a été annoncée en mai 2023, lors de la réunion du collège du Fonds pour le développement de la vie associative (FDVA). Selon un compte-rendu que s’est procuré le média d’investigation, la secrétaire générale de la préfecture du Rhône, Vanina Nicoli, a indiqué retirer la demande de subvention d’Alternatiba en raison de sa « position problématique sur la désobéissance civile ».

La haute fonctionnaire aurait fait référence au contrat d’engagement républicain (CER), déclarant que celui-ci implique « le devoir de ne pas porter atteinte à l’ordre public ». Depuis la loi Séparatisme d’août 2021, les associations ont l’obligation de signer le CER. Tout manquement à ses valeurs les expose au refus des subventions accordées. « On l’imaginait cibler des associations catégorisées “islamistes” ou “séparatistes”, mais le CER sert surtout à créer un halo de suspicion autour des associations environnementales », constate Julien Talpin, sociologue au CNRS et membre de l’Observatoire des libertés associatives.
« On ne veut pas se laisser censurer »

Contactée par Reporterre, la préfecture confirme n’avoir « pas souhaité subventionner des actions de désobéissance civile portées par cette structure associative ». Elle fait valoir que « l’obtention d’une subvention n’est pas de droit » et que sur les 593 dossiers déposés, seuls 283 ont été sélectionnés. Pourtant selon Mediapart, la demande d’Alternatiba était appuyée par un avis positif des services de la préfecture.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
je suis Ivo Sasek qui se tient devant dieu depuis 47 Ans

Profession GendarmeIvo Sasek : Censure totale – et après ?

Profession Gendarme - 02 jan 2024

Celui qui pense que la restriction totale de notre liberté d’expression et d’opinion sur Internet, prévue à partir de l’année 2024, mettra fin à ce processus de limitation se trompe – il n’a toujours pas compris comment fonctionnent nos contrôleurs d’opinion.

   

La censure totale sur Internet n’est que le premier acte de restriction numérique, comme l’indique déjà le nom DSA (Digital Services Act). Je l’avais déjà prédit en 2009, lors de la création de notre journal Express main à main d’une feuille A4, le Voix et Contre Voix. (V&CV). Cela avait déclenché à l’époque une tempête d’indignation. Jamais une censure ne serait possible dans nos médias libres, oh combien sociaux, disait-on alors de toutes parts – on me traitait d’amateur inconscient. Mes pronostics allaient se confirmer, c’est pourquoi nous réitérons ici avec force ce que nous constatons depuis 2008 avec nos archives AZK et depuis 2012 avec nos archives Kla.TV. C’est maintenant une question d’être ou ne pas être, chers amis. Écoutez !

Notre monde est malheureusement depuis des siècles sous l’emprise d’une société secrète bestiale.

Et celle-ci massacrera une fois de plus des peuples entiers si nous ne nous unissons pas maintenant pour réclamer sa tête. Et ceux qui prétendent le contraire mentent. Celui qui complique ce schéma simple de notre problématique mondiale primaire, trompe, séduit et paralyse ainsi toute résistance unifiée nécessaire, sur laquelle je vais maintenant dire des choses importantes !

Le fait est que cette élite secrète au pouvoir veut empêcher par tous les moyens que le monde sache dans quelles dimensions inconcevables elle lui a menti, elle l’a trompé, volé et continue de le faire. Étant donné que tous les médias de censure et les grandes plateformes appartiennent à cette secte secrète, ils séparent stratégiquement le peuple des personnes libres chargées de l’information. Ils ont délibérément poussé ces derniers dans des bulles Internet de plus en plus isolées. Nous ne pouvons les surmonter qu’ensemble. Mais ils ont d’abord mis leur couteau DSA sur la poitrine de leurs propres vassaux. La Commission européenne, par exemple, a immédiatement interdit TikTok sur tous les téléphones portables professionnels. Même chose aux États-Unis, etc. Mais ce n’était que le début. Vous comprenez ? Maintenant, toutes les plateformes doivent être systématiquement nettoyées de tout ce qui menace cette secte dominante mondiale. Vous comprenez ? Il est donc urgent de se mettre en réseau physiquement, et pas seulement numériquement !

Mais venons-en à la question principale : que se passera-t-il après la censure totale sur Internet ? Réponse : ce que ce clan de la domination mondiale a déjà imposé à chaque étape précédente de son infiltration internationale : la censure totale à chaque niveau d’information libre ! L’obligation d’adopter des narratifs obligatoires comme pour le Covid – cette fois sous la menace de l’expropriation et de la peine de mort au moindre écart ! Et ceux qui me considèrent à nouveau comme un idiot qui ne connaît rien, témoigneront encore de la justesse de mes propos ! Faites partie, si possible, du réseau mondial du journal Voix & Contre Voix. Nous nous propageons de manière exponentielle, plus rapidement et de manière plus sûre que sur le net.

Et maintenant, le plus important...

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
vaxx schmilblick

Jean-Dominique MichelLe Schmilblick

Jean-Dominique Michel - 18 nov 2023

Censure et YouTube, médias véreux et médias libres, sans oublier ce bon vieux Schmilblick !

   

L'info non censurée de Jean-Dominique Michel

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
ECH - crypted web access

Aube DigitaleL’ECH se généralise et pourrait contribuer à débloquer les sites web bloqués

Aube Digitale - 12 oct 2023

Les tentatives des gouvernements de bloquer des sites web pourraient être contrées avec ce nouvel outil.

   

La guerre contre la censure et la surveillance en ligne a récemment connu un développement formidable qui pourrait renverser le cours des choses en faveur de la liberté et de la vie privée sur l’internet. Cloudflare, le titan de l’infrastructure Internet, a dévoilé la prise en charge de la fonction de confidentialité Encrypted Client Hello (ECH), créant ainsi un sanctuaire pour les défenseurs de la liberté d’expression et remettant en question les tentatives de blocage de sites déjà établies.

Pour les non-initiés, comme l’a rapporté TorrentFreak, le blocage du web est l’outil anti-piratage privilégié du secteur du divertissement depuis plus d’une décennie et demie. Employée dans plus de quarante pays, cette méthode implique que les fournisseurs d’accès à Internet (FAI) bloquent l’accès à des sites web spécifiques, souvent en vertu d’une directive légale. Après avoir commencé par des blocages DNS rudimentaires, le système a évolué, employant des techniques sophistiquées d’écoute de Server Name Indication (SNI), ou parfois un mélange des deux. Mais il a également été utilisé par les gouvernements pour censurer les sites web et en bloquer l’accès.

Toutefois, le paysage a commencé à changer avec l’apparition de technologies axées sur la protection de la vie privée, telles que Encrypted DNS (DNS crypté), qui remettent en cause ces blocages. Aujourd’hui, l’introduction de l’ECH est sur le point de révolutionner ce domaine, en rendant les efforts de surveillance des fournisseurs de services Internet pratiquement, voire totalement, inefficaces.

Pour simplifier, l’ECH est un protocole innovant de protection de la vie privée conçu pour masquer le trafic internet et contrecarrer les efforts de surveillance. Les géants des navigateurs comme Chrome, Firefox et Edge ont déjà fait un clin d’œil à sa mise en œuvre. Toutefois, pour que son potentiel soit pleinement exploité, les sites web doivent également l’intégrer. La décision de Cloudflare d’intégrer l’ECH par défaut dans tous ses plans gratuits, desservant d’innombrables sites web, représente un pas de géant vers une adoption généralisée...

accéder à l'article