Parcourir
l’infothèque

Outil de recherche

Le formulaire ci-dessous permet de trouver plus facilement les articles, capsules, documents ou sites internet qui vous intéressent. Vous pouvez, si vous le souhaitez, restreindre la recherche par rubriques et/ou mots-clés. Le résultat est affiché dans un nouvel onglet.

Plus bas vous avez l’actualité triée par rubriques.

Par rubriques

Rubrique argent

argent

Rubrique bien commun

bien commun

Rubrique écologie

écologie

Rubrique économie

économie

Rubrique éducation

éducation

Rubrique médias

médias

Rubrique organisation

organisation

Rubrique santé

santé

Rubrique science

science

Rubrique social

social

Rubrique spiritualité

spiritualité

Rubrique travail

travail

ARGENT

GéopolintelL’Etat veut capter nos économies pour financer son projet climatique et d’IA

Géopolintel - 27 fév 2024

Bruno Le Maire a insisté lors de son discours au forum de Davos, sur la nécessité pour l’Union Européenne de mener une politique industrielle plus ambitieuse. Il a appelé l’Europe à se montrer offensive pour répondre au plan d’investissements climatiques américain, l’Inflation Reduction Act.

   

« Les Etats-Unis ont décidé d’investir pour combattre le changement climatique, et c’est une bonne chose. Mais l’Europe doit en faire de même, à travers une politique industrielle souple et ambitieuse ».

« Je ne parle pas de protectionnisme mais de défendre nos intérêts économiques. La question clé, c’est de savoir comment faire passer le climat en premier. Nous devons investir dans les puces, mais c’est compatible avec les investissements américains, avec les investissements chinois ».

« Pour garder une industrie européenne puissante, et même tirer parti du changement climatique, des investissements doivent être mis sur la table, privés comme publics. Il est essentiel par exemple de réaliser l’union des marchés de capitaux, c’est la seule façon de lever des fonds de façon suffisante et d’offrir aux industriels les moyens de réaliser leurs investissements ».

L’Europe travaille actuellement à la mise en place d’un marché unique des capitaux dans tous les États membres afin de débloquer des fonds pour stimuler la croissance et ouvrir des possibilités d’investissement aux citoyens, tout en assurant un niveau élevé de protection des investisseurs.
Cette nouvelle source de financement aidera les pays européens à retrouver le niveau de croissance qu’ils avaient avant la crise, tout en diminuant le taux de chômage.

Capter l’épargne des français pour financer la transition écologique et l’IA.
Un pactole de 35000 milliards dort tranquillement sur des comptes que veulent voler les agents de Davos. Ils se permettent et osent tout, ils sont en train de plancher sur les moyens de soutirer l’argent, non pas des contribuables, mais des épargnants.

Il faut lever des dizaines de milliards d’euros pour financer notre prospérité explique Bruno le Maire, mais laquelle, la leur ou la notre ?
Il faut se poser la question de la nomination de l’économiste Emmanuel Moulin à Matignon.
Emmanuel Moulin Directeur général du Trésor a reçu à Bercy des représentants des Trésors et Ministères des finances de l’Espagne, de l’Irlande, de l’Italie, de la Suède et des Pays-Bas pour échanger sur l’Union des marchés de capitaux et la manière dont celle-ci peut concrètement améliorer les conditions de financement de nos entreprises pour leur permettre de faire face au défi de la double transition écologique et numérique.

Emmanuel Moulin : "J’ai souligné la nécessité de se concentrer, sous le mandat européen à venir, sur un nombre réduit d’actions réellement transformatrices pour : mieux mobiliser l’abondante épargne des européens, soutenir l’émergence de champions pan-européens, relancer le marché de la titrisation. Je retiens de cet échange une volonté partagée et forte de préparer un agenda ambitieux pour la prochaine mandature européenne.

L’Europe n’a pas les moyens financier pour mener à bien son projet mondialiste, elle n’a pas les réserves financières suffisantes. Sans cet argent il n’y aura pas d’intelligence artificielle, ce tournant se fera à nos frais comme d’habitude. Faire travailler l’épargne des européens c’est convoiter ces 35 000 milliards. Bruno Le Maire, a proposé la création d’un « produit d’épargne européen » avec les États de l’UE qui le souhaitent, afin de mobiliser les capitaux privés au service de la croissance.

« Lançons dès 2024 un produit d’épargne européen dont nous définirons les caractéristiques, le rendement, avec les États volontaires ».
« Il y a chez moi beaucoup d’impatience. Je ne viens pas à Gand rencontrer mes amis ministres des Finances pour taper la causette ». « Je ne viens pas pour publier le 10e, 15e ou 20e communiqué sur l’Union des marchés de capitaux dans lequel il n’y a rien ou presque rien »
Réunion des Vingt-Sept à Gand (Belgique) 23 février 2024.

Une seule réponse est possible de la part des français, c’est de dire non à une spoliation de nos économies. Ils son tellement en panique qu’ils osent nous demander de financer leur prospérité avec notre argent. Ce monde devient de plus en plus fou.
Opposez vous à ce projet si vous voulez garder votre argent, l’Etat n’a qu’à bien gérer nos impôts au lieu de les distribuer en cadeaux à des amis.

NB : L’Otan nous coute 60 milliards par an, la reconstruction de l’Europe post Covid coute 75 milliards et l’aide aux entreprises coute à l’Etat 160 milliards par an, soit un total de 295 milliards qui manquent pour financer notre pays.

accéder à l'article

InsolentiaeLimitation des espèces à 10 000 € dans toute l’Union Européenne

Insolentiae - 24 jan 2024

Guerre contre le cash.

   

La grosse commission de Bruxelles, l’U.E a décidé de la limitation des paiements en espèces à 10.000 euros, et c’est pour bientôt !

Pour nous, en France cela ne changera rien car la législation française était déjà plus que sévère dans sa lutte contre le cash puisque l’on ne peut pas payer depuis longtemps plus de 1 000 euros en espèces chez un commerçant. Il faut bien lutter contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme n’est-ce pas.

Mais ce n’était pas encore le cas chez certains voisins européens nettement plus ouverts aux espèces en particulier l’Allemagne et l’Autriche où les espèces sont culturellement très utilisées.

Utiliser des espèces et pas les paiements sans contact est devenu un acte de résistance et subversif, simple, pacifique, mais tout de même subversif.

Le modeste économiste de grenier normand que je suis reste très favorable aux espèces (avec évidemment certaines limites) car, un billet circule bien plus vite que la même somme provenant de compte en compte. Les espèces ne se stockent pas vraiment, elles s’utilisent. La vitesse de circulation de 20 euros en billet est bien plus rapide que la même somme digitalisée.

Si vous comprenez ce message, vous êtes la résistance à la société du contrôle absolu dont rêvent les psychopathes de Davos.

accéder à l'article

France SoirSG, BNP Paribas et Crédit Mutuel : Mise en commun des distributeurs de billets

France Soir - 17 jan 2024

Faire mieux avec moins : Société Générale, BNP Paribas et Crédit Mutuel Alliance fédérale (qui possède également le CIC) annoncent jeudi la mise en service des premiers distributeurs de billets communs avec à la clé une baisse des coûts et un nombre réduit d'automates.

   

"Cash Services, la nouvelle offre de services bancaires de proximité commune aux quatre enseignes bancaires BNP Paribas, Crédit Mutuel, CIC et SG, démarre le déploiement d'une soixantaine de sites à travers toute la France", annonce leur coentreprise 2SF dans un communiqué.

Le premier distributeur automatique de billets (DAB), habillé de noir et arborant le logo Cash Services, est en test depuis le 22 novembre dernier au parc des expositions à Mulhouse, dans le Haut-Rhin. Il a depuis été rejoint par six autres sites, tous hors agences bancaires.

Les clients concernés sont ceux de BNP Paribas, de SG, fusion des réseaux Société Générale et Crédit du Nord, des 14 caisses régionales (sur 18) du Crédit Mutuel Alliance fédérale ainsi que deux caisses indépendantes du groupe Crédit Mutuel, Crédit Mutuel Océan et Crédit Mutuel de Maine-Anjou et de Basse-Normandie.

Concrètement, un client Société Générale sera par exemple invité à retirer de l'argent dans un distributeur Cash Services attaché à une agence BNP Paribas, et vice-versa.

Après reconnaissance de la carte, chaque client de ces réseaux retrouvera l’interface propre de sa banque sur l'écran du DAB. Tout autre client, de Crédit Agricole par exemple, évoluera à travers une interface Cash Services.

Les automates seront en mesure de proposer un large panel de services, comme les dépôts de chèques ou de monnaie.

5.000 DAB en moins

"Les banques françaises évoluent pour répondre aux besoins de leurs clients. Aussi, si l’utilisation des espèces diminue, elles restent vigilantes à ce que tous les Français y aient accès sans difficulté", souligne la Fédération bancaire française (FBF).

Au terme du déploiement de ce projet de mutualisation, prévu pour 2026, le réseau Cash Services comptera 7.000 sites (5.000 agences et 2.000 hors agences), soit 30% de moins que le nombre de sites actuels, environ 10.000.

accéder à l'article

Égalité et RéconciliationQui dirige nos dirigeants ? L’Ordre mondial d’Eustace Mullins

Égalité et Réconciliation - 03 nov 2023

Dans cet entretien de 2005 (Mullins est mort en 2010) consacré à son père spirituel Ezra Pound, qui a formé quatre prix Nobel, Eustace Mullins dénonce avec une précision chirurgicale le pouvoir à la fois démesuré et criminel de la Banque.

   

Mullins plonge son analyse encore plus loin dans les racines de ce pouvoir profond qu’on appelle Réserve fédérale : elle est au centre de la politique monétaire américaine, de sa géopolitique agressive et des guerres qui ont embrasé le XXe siècle. Mullins démasque aussi le sionisme derrière la politique américaine.

Une vidéo, sous-titrée par E&R, riche et instructive pour comprendre le mécanisme qui a conduit à la situation actuelle.

« Elle n’est pas plus “fédérale” que la société Federal Express. Et elle n’a pas de “réserves”. Elle n’a pas besoin de réserves car elle imprime sa propre monnaie. Si vous imprimez votre propre monnaie, à quoi bon ? Il suffit de mettre en marche l’imprimante et de créer 10 milliards de dollars !

Enfin, ce n’est pas un “système”. On l’appelle le “système de la Réserve fédérale” mais il n’est pas fédéral, il n’a pas de réserves et ce n’est pas un système. Je suis le seul au monde à l’avoir défini, dans mes travaux, comme un syndicat du crime.

Et c’est ce qu’il est : un syndicat du crime ! Comme la mafia, qui est une de ses filiales. Ainsi que la CIA et tous les syndicats du crime qui dépendent du système de la Réserve fédérale. Une banque centrale est un groupe de banquiers qui exercent un contrôle total sur l’économie d’un pays. Ils impriment leur propre monnaie, autant qu’ils veulent, et elle finit par ne plus rien valoir... par la spéculation... Une banque centrale est conçue pour la spéculation.

Le système de la Fed a été mis en place uniquement pour la spéculation. Son créateur fut Paul Warburg, associé chez Kuhn, Loeb & Co. à New York, qui, soit dit en passant, a financé la révolution communiste, la révolution hitlérienne, et l’entrée du Japon dans la Seconde Guerre mondiale… »

Eustace Mullins

TVLibertesPourquoi les banques se montrent-elles si réticentes aux retraits ?

TVLibertes - 21 oct 2023

Banques : rien ne va plus ! - Politique & Eco n°408 avec Jean-Pierre Chevallier - TVL

   

Les banques françaises sont-elles menacées et pourquoi se montrent-elles si réticentes aux retraits de leurs clients ?

L’étude des comptes de la BNP et de la Société Générale montre qu'elles prêtent les dépôts de leurs clients bien au-delà de leurs fonds propres. En cas de crise, cela peut provoquer un retrait brutal et la faillite comme pour SVB. En plus de ce risque, les comptes font apparaître, dans le hors bilan, des masses de produits dérivés qui représentent des montants 20 à 30 fois le PIB dans des opérations financières opaques et risquées. Néanmoins ce comportement contraire à la prudence bancaire n’a pas conduit à l’apocalypse bancaire, les banques présentent une forte résilience. Quelles en sont les raisons : fausseté des comptes, désinformation, aide des pouvoirs publics ? Autre problème : les obligations souscrites à des taux très bas ne valent plus rien, les épargnants s’en défont. Allons-nous vers un krach obligataire ?

Avec la guerre Israël/Hamas, l’incertitude vient de monter fortement, ce qui n’est jamais une bonne nouvelle pour les marchés. En réalité, les marchés obligataires de nos démocraties se sont écroulés dans les trois dernières années, perdant 40% de leur pouvoir d’achat depuis décembre 2020.

Pour conclure, retour sur la transaction Nestlé/Pfizer conduite par Emmanuel Macron. On se demande où est passé le montant (30 millions de $ ?) de la transaction.

Jean-Pierre Chevallier (https://chevallier.biz/), business économiste et analyste financier indépendant.

BIEN COMMUN

Echelle de JacobDerrière la beauté des aurores boréales, le danger

Echelle de Jacob - 21 mai 2024

Pour les experts chargés de la surveillance des tempêtes solaires, le spectacle de la semaine dernière en Europe était peu séduisant et ses causes toujours menaçantes.

Normalement limitées aux latitudes élevées, des aurores boréales et australes ont récemment ébloui un grand nombre de Terriens, même les Suisses. Mais pour ceux chargés de la protection des installations terrestres vulnérables aux tempêtes solaires, le spectacle était moins séduisant et ses causes toujours menaçantes. «Nous devons comprendre qu’il y a un danger derrière cette beauté», explique Quentin Verspieren, coordinateur du programme de sécurité à l’Agence spatiale européenne (ESA).

Même son de cloche chez Mike Bettwy, du Centre américain de prévision de météo de l’espace, plutôt «concentré sur les impacts potentiellement nuisibles» des tempêtes solaires. A l’origine des aurores boréales, elles peuvent aussi griller des réseaux électriques et des satellites ou exposer des astronautes à des radiations dangereuses.

Les aurores boréales apparues les 11 et 12 mai ont été causées par le plus puissant orage géomagnétique depuis les «orages d’Halloween», en octobre 2003, qui avaient provoqué des pannes de courant en Suède et endommagé des réseaux en Afrique du Sud. Cette fois, les dommages ont apparemment été moindres, même s’il faudra quelques semaines ou mois avant que les sociétés de satellite ne révèlent d’éventuels dégâts.

Les orages géomagnétiques surviennent quand des flux de particules chargées électriquement sont expulsés depuis la surface du Soleil et atteignent la magnétosphère, le champ magnétique terrestre. Ces flux de particules sont particulièrement intenses lors des éjections de masse coronale, des éruptions très fortes survenant à proximité des taches solaires. Comme celle à l’origine des derniers événements et d’une éruption particulièrement forte mardi dernier.

Avec la rotation du Soleil, cette tache se trouve près de la tranche de l’astre, déviant d’autant les flux de particules d’éventuelles éruptions. Mais d’ici environ deux semaines, elle se retrouvera à nouveau face à la Terre. Et dans l’intervalle, une nouvelle tache «est en train d’apparaitre maintenant», et pourrait entrainer «une intense activité dans les prochains jours», dit Alexi Glover, coordinateur de la météo spatiale à l’ESA.

L’activité solaire est «tout sauf terminée», selon cet expert, même s’il est difficile de prévoir la sévérité d’éventuelles éruptions ou si elles provoqueront des aurores boréales. Les astronomes savent seulement que le Soleil approche un pic d’activité dans son cycle de onze ans. Les risques d’un nouvel orage géomagnétique sont donc au plus haut «entre maintenant et la fin de l’année prochaine», selon Mike Bettwy.
Quelles menaces?

Les orages géomagnétiques créent une charge électrique qui grille les circuits des satellites et surcharge les réseaux d’électricité. Les astronautes sont particulièrement à risque de doses élevées de radiations, avec la possibilité de s’en protéger dans une zone spéciale de la station spatiale internationale.

Les radiations accompagnant un orage géomagnétique peuvent aussi potentiellement «traverser le fuselage» d’un avion de ligne près du pôle Nord, selon Mike Bettwy. Les compagnies aériennes modifient parfois les trajets de leurs appareils en cas d’orage extrême.

Sott : Sign of The TimesConditions météorologiques extrêmes - Avril 2024

Sott : Sign of The Times - 19 mai 2024

Révolte de la planète et boules de feu

   

Alors que l'actuel cycle solaire atteint son apogée, les phénomènes météorologiques et géologiques extrêmes et très inhabituels s'intensifient, tout comme les troubles sociaux et géopolitiques.

Le 23 avril, quatre éruptions solaires se sont produites de manière quasi simultanée, un phénomène rare suivi le 30 avril d'une éruption solaire de classe X qui a provoqué des pannes radio généralisées dans toute la région du Pacifique.

Cette activité pourrait être à l'origine de plusieurs phénomènes intenses qui se sont manifestés au cours de la dernière partie du mois d'avril :

États-Unis — Plusieurs tornades se sont abattues dans au moins cinq États.
Chine — Une tornade d'une force inhabituelle a provoqué la mort de cinq personnes et des blessures pour trente-trois autres dans la ville de Guangzhou [Canton).
Arabie Saoudite — Des pluies diluviennes ont été suivies d'inondations généralisées.

Une baisse inattendue des températures dans certaines parties de l'hémisphère nord a entraîné des chutes de neige particulièrement abondantes entre le milieu et la fin du mois d'avril. Des conditions météorologiques anormalement froides devraient se poursuivre en mai.

Cependant, el Niño a provoqué des chaleurs extrêmes et des épisodes de sécheresse dans certaines parties de l'Amérique du Nord, de l'Amérique centrale et de l'Amérique du Sud, qui ont impacté les cultures et entraîné un rationnement de l'eau dans certains pays, tels que le Mexique et la Colombie.

Le 3 avril, un tremblement de terre d'une magnitude de 7,4 sur l'échelle de Richter a frappé la côte est de Taïwan. Plus de cent répliques, dont celle dont la magnitude initiale a été estimée à 6,5, ont secoué l'île. Au moins neuf personnes ont été tuées et plus d'un millier d'autres blessées dans le plus fort séisme qui ait frappé Taïwan depuis vingt-cinq ans.

Il convient d'ajouter que les 10 et 25 avril, Ventusky et d'autres systèmes de cartographie météorologique ont détecté entre l'Antarctique et l'Afrique australe deux grandes anomalies dans les vagues océaniques. Ventusky a tenté d'ignorer la première, mais le silence s'est installé après la seconde. Ces singularités ont donné lieu à de nombreuses spéculations, mais les modèles et les mesures indiquent très probablement un dégazage massif.

Le Media en 4-4-2Voler sur les avoirs russes gelés pour financer l’armée ukrainienne

Le Media en 4-4-2 - 10 mai 2024

Les ambassadeurs des 27 membres de l'Union européenne ont ouvert la boite de Pandore en trouvant un accord pour utiliser les revenus générés par les avoirs russes gelés afin de financer l'armée ukrainienne.

   

Cette décision intervient alors que la Russie continue de gagner du terrain en Ukraine, contraignant les soldats ukrainiens à rationner leurs munitions. Au total, ce sont 200 milliards d’euros d’actifs russes qui ont été gelés dans les pays européens, principalement en Belgique. L’objectif n’est pas de toucher à ces avoirs, mais de s’approprier les revenus qu’ils génèrent. Ces derniers sont estimés entre 2,5 et 3 milliards d’euros par an.

90 % de cette somme seront consacrés à l’assistance militaire à l’Ukraine, tandis que les 10 % restants serviront « à la reconstruction du pays », déchiré par la guerre depuis février 2022. La première tranche d’aide devrait être livrée au gouvernement de Kiev dès le mois de juillet prochain.

Les États-Unis avaient adopté le « REPO Act » en juin 2023 pour utiliser les biens saisis à la Russie et les donner à l’Ukraine, suscitant des inquiétudes de certains pays européens quant à la création d’un précédent dangereux. L’UE avait élaboré un plan similaire en octobre 2023 pour financer la reconstruction de l’Ukraine avec les bénéfices des avoirs gelés de la Banque centrale russe, mais certains États membres restaient sceptiques en raison de problèmes juridiques liés aux droits de propriété, et la Russie avait annoncé des recours.

Yoann

accéder à l'article

Révolution 2030 : Autre sourceFrance : Situation des nappes d'eau souterraines au 1er avril 2024

Révolution 2030 : Autre source - 06 mai 2024

Carte de France hexagonale de la situation des nappes d'eau souterraine au 1er avril 2024.

   

Carte établie le 10 avril 2024 par le BRGM, à partir de données de la banque ADES acquises jusqu’au 31 mars 2024. Source des données : banque ADES (ades.eaufrance.fr) / Hydroportail (hydro.eaufrance.fr) / Fond de carte © IGN. Producteurs de données et contribution : APRONA, BRGM, Conseil Départemental de la Vendée, Conseil Départemental des Landes, Conseil Départemental du Lot, EPTB Vistre Vistrenque, Parc Naturel Régional des Grandes Causses, Syndicat Mixte d’Etudes et de Travaux de l’Astien (SMETA), Syndicat Mixte pour la protection et la gestion des nappes souterraines de la plaine du Roussillon (SMNPR).

Cette carte présente les indicateurs globaux traduisant les fluctuations moyennes des nappes. Ils sont établis à partir des indicateurs ponctuels relevés au niveau des points de surveillance du niveau des nappes (piézomètres).

L'indicateur "Niveau des nappes" compare le mois en cours par rapport aux mêmes mois de l’ensemble de la chronique, soit au minimum 15 ans de données, et jusqu'à plus de 100 ans. Il est réparti en 7 classes, du niveau le plus bas (en rouge) au niveau le plus haut (en bleu foncé).

Les zones grises correspondent à des secteurs sans nappes libres, c'est-à-dire avec une couche imperméable ou semi-perméable au-dessus de la nappe, et/ou des secteurs comportant une très faible densité de points de suivi. Ce dernier cas concerne notamment les zones montagneuses dont les nappes sont petites et hétérogènes.

L'indicateur "Évolution des niveaux" traduit la variation du niveau d'eau du mois échu par rapport aux deux mois précédents (stable, à la hausse ou à la baisse).

Ces indicateurs globaux rendent compte de situations et de tendances générales et ne tiennent pas compte d'éventuelles disparités locales.

© BRGM

accéder à l'article

Nouveau MondeLe Japon produit du bois de manière durable depuis 700 ans

Nouveau Monde - 21 avr 2024

Comment le Japon produit du bois de manière durable depuis 700 ans sans couper d’arbres

   

L’héritage de 700 ans du Japon en matière de production durable de bois est un exemple d’harmonie avec la nature. Grâce à des techniques telles que le Daisugi, mis au point au XIVe siècle, les Japonais préservent les forêts tout en récoltant le bois. Cette tradition garantit un approvisionnement continu en bois de haute qualité, préservant les écosystèmes pour les générations futures et témoignant de l’engagement du Japon en faveur de la gestion de l’environnement.

Le Daisugi, une ancienne méthode de sylviculture japonaise, est apparu au XIVe siècle à Kitayama en raison de la pénurie de jeunes arbres. L’élagage sélectif des cèdres permettait d’obtenir des bois de charpente droits et sans nœuds. Née d’une nécessité, cette méthode a évolué pour devenir une pratique durable, incarnant la tradition japonaise d’innovation en matière de gestion des ressources depuis plus de sept siècles. Dans le Daisugi, les cèdres sont plantés et taillés d’une manière particulière afin d’encourager la croissance de bois droits et sans nœuds. Cette taille sélective consiste à couper à la main les pousses tous les deux ans, en ne laissant que les branches supérieures intactes.

[...]

accéder à l'article

ÉCOLOGIE

Anguille sous rocheL’ensemencement des nuages a-t-il noyé Dubaï ?

Anguille sous roche - 23 avr 2024

Dubaï a procédé à des exercices d’ensemencement des nuages pendant deux jours consécutifs avant les inondations. A-t-on dépassé les bornes ?

   

La ville de Dubaï est paralysée après les pluies torrentielles qui ont touché la région en 24 heures, soit la totalité des précipitations de l’année.

Les écoles ont été fermées et les employés ont été invités à travailler chez eux après l’inondation des parkings souterrains. Les services de métro ont également été interrompus après deux jours d’averses. L’aéroport international de Dubaï, l’un des plus fréquentés au monde, est confronté à d’importantes perturbations, les vols étant détournés ou retardés de plusieurs heures.

Les dégâts ne se limitent pas à la ville. Les routes de la capitale, Abu Dhabi, ont également été inondées, tandis qu’un homme de 70 ans a perdu la vie lorsque son véhicule a été pris dans les crues soudaines à Ras Al Khaimah.

Dans le pays voisin d’Oman, 19 personnes, dont des écoliers, sont mortes après des jours de pluies consécutives qui ont inondé des communautés, ont rapporté les médias locaux.
Déclenchées par l’ensemencement des nuages ?

De nombreux médias ont attribué les inondations aux activités d’ensemencement des nuages auxquelles Dubaï se livre régulièrement pour répondre à ses besoins en eau douce.

Dans le cadre de cette approche, des avions sont utilisés pour introduire des produits chimiques et de petites particules, telles que des sels de chlorure de potassium, dans les nuages de pluie afin d’augmenter les précipitations.

Selon Ahmed Habib, météorologue spécialisé au Centre national de météorologie (NCM), l’État a procédé à l’ensemencement des nuages les jours précédant les pluies. Des avions ont été envoyés de l’aéroport d’Al Ain lundi et mardi pour ensemencer les nuages convectifs qui s’étaient formés au-dessus de la région, a rapporté Bloomberg.

Depuis la publication de cette nouvelle, les utilisateurs se sont rendus sur les médias sociaux pour partager des images et des vidéos des inondations et ont attribué la responsabilité de ces inondations aux exercices d’ensemencement.
Faut-il incriminer l’ensemencement des nuages ?

S’il est facile d’établir une corrélation entre les deux incidents et d’imputer les inondations aux exercices d’ensemencement, un examen plus approfondi de la réalité révèle une autre histoire.

L’ensemencement des nuages n’est pas nouveau à Dubaï. Le rapport de Bloomberg indique que cette technique est utilisée depuis 2002 et qu’elle n’a jamais eu de résultats aussi désastreux au cours des deux décennies précédentes. On peut être certain que les expériences d’ensemencement n’ont pas mal tourné cette fois-ci puisque Dubaï mène environ 300 opérations de ce type chaque année. Le NCM a également précisé qu’il n’avait pas procédé à l’ensemencement des nuages le jour de la tempête.

accéder à l'article

Aube DigitaleLe Sénat du Tennessee interdit les « chemtrails » de la géo-ingénierie

Aube Digitale - 27 mar 2024

Le projet de loi vise à « interdire l’injection, la libération ou la dispersion intentionnelle, par quelque moyen que ce soit, de produits chimiques, de composés chimiques, de substances ou d’appareils à l’intérieur des frontières de cet État dans l’atmosphère, dans le but exprès d’affecter la température, le temps ou l’intensité de la lumière du soleil ».

   

Les législateurs du grand État du Tennessee ont adopté cette semaine un projet de loi visant à interdire la pulvérisation de produits chimiques dans l’atmosphère, une technique gouvernementale de manipulation du temps connue sous le nom de « géo-ingénierie ».

Le projet de loi poursuit : « L’injection, la libération ou la dispersion intentionnelle, par quelque moyen que ce soit, de produits chimiques, de composés chimiques, de substances ou d’appareils à l’intérieur des frontières de cet État dans l’atmosphère dans le but exprès d’affecter la température, le temps ou l’intensité de la lumière du soleil sont interdites ».

Depuis des années, nombreux sont ceux qui soupçonnent le gouvernement de pulvériser des particules en aérosol dans l’atmosphère – sous forme de traînées de nuages blancs qui ne se dissipent pas – non seulement de manipuler le temps, mais aussi de détruire l’écosystème de la Terre.

Ce projet de loi intervient alors que d’éminents géoscientifiques ont récemment accusé les Nations unies de conspirer pour détruire l’environnement de la Terre.

Dans leur article, publié dans le « Advances In Social Sciences Research Journal » en septembre 2022, James Marvin Herndon et Mark Whiteside ont averti que « le temps est compté pour mettre un terme définitif à toutes les activités de géo-ingénierie », en particulier « les cendres volantes de charbon aérosolisées qui, selon eux, sont pulvérisées par des avions à réaction » et « dans la troposphère », où elles « détruisent systématiquement les systèmes de soutien de la Terre et empoisonnent la vie sur cette planète ».

Le gouvernement fédéral américain a également admis tacitement qu’il se livrait à cette pratique, appelée injection d’aérosols dans la stratosphère (SAI). L’ancien directeur de la CIA, John Brennan, l’a décrite comme « une méthode d’ensemencement de la stratosphère avec des particules qui peuvent aider à refléter la chaleur du soleil, de la même manière que le font les éruptions volcaniques ».

accéder à l'article

Nouveau MondeArthur Firstenberg : Où sont passés tous les insectes ?

Nouveau Monde - 22 mar 2024

Les satellites les emportent tous. L’agression la moins remarquée et la plus grave contre la vie terrestre nous tombe dessus depuis le ciel.

   

Les fils [invisibles] de la nature qui nous surplombent d’un horizon à l’autre et qui transportent l’électricité qui alimente nos corps et les informations qui guident notre croissance, notre guérison et notre vie quotidienne, transportent maintenant de l’électricité sale — des millions de fréquences et de pulsations qui troublent nos cellules et nos organes et assombrissent nos systèmes nerveux, que nous soyons humains, éléphants, oiseaux, insectes, poissons ou plantes à fleurs.

Les pulsations polluent la Terre sous nos pieds, nous entourent dans l’air où nous volons, traversent les océans où nous nageons, coulent dans nos veines et nos méridiens, et nous pénètrent par nos feuilles et nos racines. Le transformateur planétaire qui ménageait le vent solaire s’agite, s’enflamme.

Le lac illustré ci-dessus est le plus grand du Royaume-Uni. Situé en Irlande du Nord, le Lough Neagh est tellement envahi par les mouches au printemps et en été que les habitants ferment leurs fenêtres pour se protéger de cette fumée vivante. Les vêtements laissés sur une corde sont couverts de mouches. Il en allait de même pour le pare-brise de tout véhicule circulant sur les 90 miles du littoral du Lough Neagh. Jusqu’en 2023.

L’année dernière, incroyablement, on n’a pas vu de mouches. Les pare-brise et les vêtements suspendus en étaient dépourvus. Aucune ne passait par les fenêtres ouvertes. Les autres espèces qui les mangeaient ont également disparu : canards, grenouilles, poissons, anguilles et insectes prédateurs. Les larves de mouches ne sont plus là pour maintenir le fond du lac propre. Il n’y a plus grand-chose de vivant dans le lac, si ce n’est une prolifération d’algues. « L’écosystème du plus grand lac du Royaume-Uni s’est-il effondré ? » s’interroge le Guardian dans un article paru le 19 février 2024.

L’écosystème de la Terre entière s’est-il effondré, demandons-nous, car la même chose se produit partout, selon les rapports que je reçois depuis un an d’un peu partout sur tous les continents ?
56 ans de vandalisme mondial

Le 13 juin 1968, les États-Unis ont achevé le lancement de la première constellation mondiale de satellites militaires. Vingt-huit d’entre eux, soit plus du double des satellites en orbite autour de la Terre jusqu’alors, ont été lancés à une altitude de 18 000 pieds, au cœur de la ceinture de radiation extérieure de Van Allen. La pandémie de grippe « Hong Kong » a débuté deux semaines plus tard et a duré près de deux ans.

Au cours des trois décennies suivantes, le ciel s’est lentement rempli de centaines de satellites, principalement à des fins militaires. Puis, à la fin des années 1990, les téléphones portables sont devenus populaires.

Le 17 mai 1998, une société du nom d’Iridium a achevé le lancement d’une flotte de 66 satellites dans l’ionosphère, à une altitude de 485 miles seulement, et a commencé à les tester. Ces satellites devaient fournir un service de téléphonie cellulaire au grand public à partir de n’importe quel point du globe. Chaque satellite a dirigé 48 faisceaux distincts vers la surface de la Terre, divisant ainsi la planète en 3 168 cellules. Des cas d’insomnie ont été signalés dans le monde entier.

Les satellites Iridium sont entrés en service commercial le 23 septembre 1998. L’effet a été dévastateur. J’ai contacté 57 personnes de mon réseau dans 6 pays, ainsi que deux infirmières, un médecin et un groupe de soutien pour les patients. 86 % des personnes que j’ai interrogées, et la majorité des patients et des membres des groupes de soutien sont tombés malades le mercredi 23 septembre exactement, avec des maux de tête, des vertiges, des nausées, des insomnies, des saignements de nez, des palpitations cardiaques, des crises d’asthme, des bourdonnements d’oreilles, etc. Une personne a déclaré avoir eu l’impression qu’un couteau lui avait traversé l’arrière de la tête tôt mercredi matin. Une autre a ressenti des douleurs lancinantes dans la poitrine. Certains, dont moi, étaient tellement malades qu’ils n’étaient pas sûrs de vivre. Nous avons tous été gravement malades pendant trois semaines. Le 23 septembre, j’ai soudainement perdu mon odorat, que je n’ai pas retrouvé pendant six ans. Les statistiques de mortalité des centres américains de contrôle des maladies ont révélé une augmentation de 4 à 5 % du taux de mortalité national à partir de la dernière semaine de septembre et pendant deux semaines. Certaines personnes ont signalé un ciel rougeâtre la nuit du 23 septembre.

Au début du mois de décembre 1998, j’ai de nouveau reçu des appels téléphoniques de toutes parts me demandant ce qui avait changé. Orbcomm, qui fournit des services de données aux industries, était devenu commercial le 30 novembre avec 28 satellites en orbite à 500 miles d’altitude.

Le 25 juillet 1999, une autre société, Globalstar, a atteint une couverture mondiale en téléphonie cellulaire avec 32 satellites, à 876 miles d’altitude, et a commencé à faire des essais. J’ai de nouveau reçu des appels de personnes qui étaient certaines que la Terre était de nouveau différente.

Le 28 février 2000, Globalstar a complété sa constellation de 48 satellites et est devenue une entreprise commerciale. Nausées, maux de tête, douleurs dans les jambes et problèmes respiratoires se sont généralisés, tant chez les personnes qui se disaient électrosensibles que chez celles qui ne l’étaient pas. Les effets ont été ressentis dès le vendredi 25 février, le jour ouvrable précédent.

Iridium, qui avait fait faillite en août 1999, a repris son service commercial de téléphonie cellulaire dans le monde entier le 30 mars 2001, après avoir signé un contrat avec l’armée américaine. La nuit du 30 mars a été accompagnée d’un ciel rouge encore plus intense et étendu que celui qui avait accompagné le lancement initial du service deux ans et demi auparavant. Une aurore rouge a été observée dans l’hémisphère nord, jusqu’au Mexique, ainsi que dans l’hémisphère sud. Une perte catastrophique de poulains de chevaux de course du Kentucky a été enregistrée à la fin du mois d’avril et au début du mois de mai, et comme les juments avortent plusieurs semaines à un mois après une infection virale ou un autre événement déclencheur, l’événement déclencheur se situe aux alentours de la fin du mois de mars. Des problèmes de poulinage similaires ont été signalés à la même époque dans l’Ohio, le Tennessee, la Pennsylvanie, l’Illinois, le Maryland, le Texas, le nord du Michigan et le Pérou. Les éleveurs ont également signalé des chevaux nouveau-nés et plus âgés présentant des problèmes oculaires inhabituels, ainsi que des chevaux adultes atteints de péricardite.

Le 5 juin 2001, Iridium a ajouté des données à son service vocal, y compris la connexion à l’Internet. L’enrouement a été l’une des principales plaintes des personnes qui m’ont contacté au cours des semaines suivantes.

Pendant les deux décennies suivantes, Iridium et Globalstar ont été les seuls fournisseurs de téléphones par satellite. En 2019, SpaceX entre en scène.

En novembre 2019, SpaceX a commencé à lancer régulièrement 60 satellites à la fois sur une orbite encore plus basse, à seulement 326 à 350 miles d’altitude, et j’ai commencé à recevoir des rapports de personnes du monde entier faisant état de maux de tête, de vertiges, d’insomnies, d’épuisement, de problèmes de peau, de sentiments d’oppression et de problèmes cardiaques. Près de 200 personnes de mon réseau ont signalé des palpitations cardiaques, des arythmies cardiaques ou des crises cardiaques.

En mars 2021, la densité des signaux polluant l’ionosphère a augmenté de manière significative. SpaceX, qui avait déjà lancé plus de 1 000 satellites Starlink et les testait sur un nombre limité de clients, a lancé 60 satellites le 4 mars, 60 autres le 11 mars, 60 autres le 14 mars et 60 autres le 24 mars. Un concurrent, OneWeb, a également lancé 36 satellites dans la nuit du 24 mars. Le nombre de satellites lancés dans l’espace au cours de ce mois et de cette journée n’a jamais été aussi élevé. Et le 24 mars, SpaceX a considérablement augmenté la vitesse de ses connexions Internet par satellite, la faisant passer à plus de 400 Mb/s.

Le 24 mars 2021, un seuil a été franchi et la détérioration de la vie sur Terre s’est considérablement accélérée. Certaines personnes ont déclaré ne pas se sentir bien à partir du 4 ou du 11 mars, mais 1 000 personnes dans 50 pays m’ont envoyé des courriels ou m’ont appelé le 24 mars ou après, confirmant ma propre prise de conscience que quelque chose de terrible était en train d’arriver à notre planète. Les rapports provenaient d’habitants de New York, de Paris et de Londres, ainsi que de personnes vivant dans des endroits reculés, à des kilomètres de l’antenne relais la plus proche. Ils provenaient de personnes qui n’utilisaient aucune technologie sans fil et d’autres qui avaient des compteurs intelligents chez eux et des antennes 5G à l’extérieur et qui m’envoyaient des courriels depuis leur téléphone portable. Ils venaient de personnes jeunes et âgées. Peu importe, ils ont tous vécu des expériences similaires. Tous, qu’ils aient été malades auparavant ou non, sont devenus soudainement et profondément malades le 24 ou le 25 mars, selon le fuseau horaire dans lequel ils vivaient, et la plupart ont peu dormi ou pas du tout la nuit du 24 mars.

Les gens ont déclaré que non seulement eux, mais aussi leur conjoint, leurs enfants, leurs parents, leurs voisins, leurs amis, leurs collègues, leurs clients et toutes les personnes qu’ils connaissaient étaient malades, épuisés et irritables le 24 ou le 25 mars et qu’ils avaient du mal à dormir. Certains ont déclaré que leurs animaux de compagnie ou de ferme étaient malades au même moment : chats, chiens, poulets, chèvres, vaches.

Les détails sont cohérents. Ils n’ont pas pu dormir pendant une, deux, trois nuits ou plus, à partir du 24 ou 25 mars. Certains ont pris de la mélatonine ou d’autres somnifères, mais n’ont toujours pas trouvé le sommeil. Ils souffraient de douleurs et de démangeaisons, soit sur tout le corps, soit sur des parties spécifiques du corps, généralement les pieds et les jambes. Ils avaient des maux de tête. Ils avaient des spasmes musculaires. Ils étaient faibles et épuisés et pouvaient à peine se tenir debout ou marcher, et certains ont trébuché ou sont tombés. Ils présentaient des éruptions cutanées. Ils avaient des vertiges et des nausées, des maux d’estomac et de la diarrhée. Le bourdonnement d’oreilles s’est soudainement intensifié. Leurs yeux étaient rouges ou enflammés, ou leur vision s’est soudainement détériorée. Ils ont eu des palpitations cardiaques, des battements de cœur rapides ou irréguliers, ou une tension artérielle soudainement élevée ou très basse. Quelques-uns ont saigné du nez ou craché du sang, ou un vaisseau sanguin a éclaté dans leurs yeux. Ils étaient anxieux, déprimés, suicidaires et irritables.

Depuis lors, SpaceX a lancé des fusées transportant des dizaines de satellites à la fois sur une base hebdomadaire ou bihebdomadaire, remplissant le ciel d’objets lumineux qui interfèrent avec l’astronomie, crachant des produits chimiques qui détruisent la couche d’ozone protectrice de notre planète, remplissant les couches supérieures de l’atmosphère avec de la vapeur d’eau qui ne devrait pas s’y trouver et qui augmente le courant dans le circuit électrique mondial et la violence des orages, et en encombrant l’espace de satellites qui ne sont rien d’autre que des panneaux solaires et des ordinateurs qui tombent en panne, s’usent et doivent être remplacés en permanence, et qui sont désorbités pour brûler dans la basse atmosphère, la remplissant de métaux et de produits chimiques toxiques que tout le monde peut respirer — et en modifiant l’environnement électromagnétique de la Terre qui n’a pas changé depuis trois milliards d’années et dont la vie en bas dépend pour sa vitalité et sa survie.

Jeudi matin dernier, depuis Boca Chica, au Texas, SpaceX a lancé avec succès dans l’espace, pour la première fois, son vaisseau spatial, la plus grande fusée jamais construite, celle avec laquelle il veut transporter des hommes et des femmes sur Mars. Vendredi, il a lancé 23 autres satellites Starlink, ce qui porte à plus de 6 000 le nombre total de satellites qui polluent l’ionosphère, non seulement pour la communication Internet avec les antennes paraboliques, mais aussi pour la communication directe avec les téléphones portables. Les 6 000 satellites communiquent également directement entre eux, enveloppant la Terre de lasers pulsés transportant 42 millions de gigaoctets de données chaque jour.

Toutes les personnes que je connais ont du mal à dormir et souffrent depuis mercredi dernier, la nuit où Starship a été lancé.

Depuis le 24 mars 2021, non seulement la santé humaine s’est dégradée, mais la biodiversité de la Terre, partout, s’est effondrée. Les gens n’ont pas tellement remarqué le déclin des grands animaux sauvages comme les loups, les ours, les lions et les tigres, qui étaient déjà rares, mais ils sont choqués par la disparition totale des plus petits animaux qui étaient encore récemment si communs que vous ne pouviez pas ouvrir vos fenêtres sans qu’ils volent à l’intérieur. Ils sont choqués par la disparition de toutes les grenouilles qui nageaient dans leurs étangs, des oiseaux qui nichaient dans leurs arbres, des vers qui glissaient sur le sol, des insectes qui passaient par leurs fenêtres et recouvraient leurs vêtements suspendus sur le fil. Mes bulletins d’information du 29 mars, du 21 juin, du 20 septembre, du 17 octobre et du 28 novembre 2023 contenaient des articles importants à ce sujet provenant de diverses parties du monde. Mes bulletins d’information des 5 et 26 décembre 2023, et des 9 janvier et 6 février 2024 ont cité des personnes du monde entier qui m’ont envoyé des courriels ou appelé, et j’ai un énorme arriéré d’autres rapports de ce type que vous pourrez lire lorsque je les publierai à l’avenir.

Si nous voulons avoir une planète sur laquelle vivre, non seulement pour nos enfants, mais aussi pour nous-mêmes, les radiations doivent cesser. Il faut non seulement démanteler les tours de téléphonie mobile, qui sont si laides à regarder, mais aussi les téléphones portables que nous tenons dans nos mains et dont nous sommes devenus si dépendants, ainsi que les satellites qui écrasent toute la vie qui subsiste sous leurs pieds. Le temps presse.

accéder à l'article

BastamagRéconcilier agriculture et biodiversité en améliorant le revenu des agriculteurs

Bastamag - 05 mar 2024

« La biodiversité est à la base de la production agricole », insiste l’écologue Vincent Bretagnolle. Des recherches menées depuis 30 ans avec des exploitations agricoles des Deux-Sèvres démontrent que la protection de la biodiversité augmente les rendements.

   

Cibler l’environnement pour éteindre la colère agricole. C’est le choix fait par le gouvernement français début février qui a notamment annoncé la suspension du plan Ecophyto. Celui-ci visait à réduire de moitié les usages de pesticides d’ici à 2030. Pour l’exécutif, la protection de l’environnement serait incompatible avec le fait de produire : les normes environnementales sont réduites à des tracasseries administratives empêchant la profession agricole de vivre bien. Les études scientifiques s’accordent pourtant sur le rôle des pesticides - notamment des néonicotinoïdes - dans l’effondrement des populations d’abeilles, ou des conséquences de l’agriculture intensive sur la disparition des oiseaux et de la diversité florale.

Un grand laboratoire à ciel ouvert de 45 000 hectares dans les Deux Sèvres, créé il y a 30 ans par le chercheur Vincent Bretagnolle en collaboration avec les agriculteurs, montre au contraire que la protection de la biodiversité, notamment des insectes pollinisateurs, permet d’augmenter les rendements. Ce terrain d’expérimentation révèle aussi que les agriculteurs parviennent à augmenter leur revenu en diminuant les pesticides et les fertilisants comme l’azote de synthèse. Il nous a semblé essentiel à Basta! de diffuser cet entretien avec Vincent Bretagnolle pour que cette expérience scientifique à grande échelle sur les changements de pratiques agricoles soit davantage connue.

Sophie Chapelle : Faut-il parler d’érosion ou d’effondrement de la biodiversité ?

Vincent Bretagnolle : Les deux termes sont appropriés. Chaque année, on assiste à une érosion lente de la biodiversité : on perd 1 à 2 % des effectifs d’oiseaux en milieu agricole dans tous les pays d’Europe. Au bout de 50 ans cela représente au moins 50 % des oiseaux ! On peut donc parler d’effondrement quand on prend du recul.

Quelles sont les données les plus évocatrices en la matière ?

On a des données très précises sur les populations d’oiseaux [1]. Elles déclinent particulièrement en milieu agricole – cinq à huit fois plus vite que dans les milieux boisés par exemple. Une trentaine d’espèces sont inféodées au milieu agricole en France – perdrix, cailles, busards cendrés, alouette des champs, outardes canepetières.... Ces espèces là diminuent encore plus vite que les autres.

Les données sur les insectes vont dans le même sens. 90 % des populations de papillons diurnes européens ont disparu des milieux agricoles. Pour les criquets et carabes, la baisse observée est de 30 à 50 % sur notre site d’étude. Il n’est donc pas étonnant que les oiseaux disparaissent puisqu’ils se nourrissent d’insectes. La baisse de l’un entraine la baisse de l’autre. Il y a un effondrement à long terme de la biodiversité, des insectes et des oiseaux.

[...]

accéder à l'article

ReporterreMinibarrages : les torrents alpins sacrifiés pour produire de l’énergie

Reporterre - 01 mar 2024

Le déploiement de petites centrales hydroélectriques sur les torrents alpins est en pleine croissance selon les données recueillies par Reporterre. Bien des maires sont ravis mais la biodiversité trinque.

   

On croyait les rivières alpines déjà bien corsetées de barrages et de turbines. Mais la ruée vers l’or bleu se poursuit dans les montagnes, au risque de causer des dommages irréversibles aux derniers cours d’eau sauvages des Alpes. « Il y a eu une bascule ces vingt dernières années, dit David Doucente, ingénieur piscicole de la fédération des pêcheurs des Hautes-Alpes. Jusque dans les années 2000, il y avait quelques centrales hydroélectriques dans les Alpes, mais ces projets étaient cadrés par EDF avec des aménagements mesurés. Depuis, beaucoup d’opérateurs privés ont déposé des dossiers et on a commencé à constater une surexploitation des cours d’eau. »

Ni les services de l’État, ni le syndicat professionnel France Hydro Électricité ne possèdent d’informations chiffrées précises sur ce déploiement. Leur inventaire avait cependant déjà été réalisé par un ingénieur d’étude en 2021 sur les départements de Haute-Savoie, Savoie, Alpes-Maritimes et Hautes-Alpes. Dans le cadre de son mémoire rédigé au sein du laboratoire EcoFlows à l’Institut national de la recherche agronomique (INRAe), Nils Dumarski a recensé les centrales installées depuis 1900 dont la puissance est inférieure à 10 000 kilowatts. Sur les 323 barrages hydroélectriques comptabilisés, 124 ont été érigés entre 2000 et 2020, quand seulement 116 ont été bâtis entre 1950 et 2000. « Le rythme d’installation des microcentrales hydroélectriques dans les quatre départements étudiés s’accélère, notamment depuis les années 2000. Cette dynamique est particulièrement importante au-dessus de 1 000 mètres », constate-t-il.

Une augmentation que corroborent les données de Reporterre. Grâce au registre national des installations de production et de stockage d’électricité, nous avons identifié 347 petits barrages en activité dans les Alpes dont au moins 167 ont été créés ou rénovés ces vingt dernières années.
L’État mise sur l’hydroélectricité

Ce déploiement s’explique par la volonté de l’État d’augmenter l’hydroélectricité dans son mix énergétique. Pour y parvenir, EDF rachète depuis 2007 sa production à un tarif préférentiel. La France mène également depuis 2016 des appels d’offres pour l’exploitation de nouvelles petites centrales hydroélectriques, ce qui a garanti aux lauréats un complément de rémunération. Ces incitations financières ont favorisé la professionnalisation de la filière et la multiplication des projets.

Las, la plupart des rivières françaises sont « déjà largement exploité[es] et présente[nt] peu d’opportunités supplémentaires à long terme », souligne le rapport Futurs énergétiques 2050 du gestionnaire du réseau de transport d’électricité haute tension RTE.

[...]

accéder à l'article

ÉCONOMIE

GéopolintelLe PDG de BlackRock sous haute surveillance

Géopolintel - 10 mai 2024

A force de voler les impôts des pays de la planète avec les normes ESG pour la transition climatique, sociale et politique, Larry Fink, le PDG de BlackRock, voit ses investisseurs et les politiques républicains se retourner contre la stratégie du mastodonte financier.

   

Les pertes de BlackRock sont plus importantes que prévues et la guerre présente des rentabilités plus importantes que la transition verte.

Larry Fink s’est même inquiété de voir que le dollar est en forte baisse et supplie les investisseurs et les pays de la planète d’acheter des obligations du Trésor américain pour limiter la chute du dollar.

Si le dollar tombe, c’est en quelque sorte la faute des ces ESG et de BlackRock, le marché s’est restreint et l’entre soi ne peut pas générer des profits à la hauteur des espérances des placements.
Macron a été obligé d’acheter des obligations américaines tout en négociant la captation de l’épargne des français.
Si nos impôts sont la ressource majeure de ces voleurs, la récession a fait baisser les rentrées fiscales et limitent les flux en direction de ces fonds de placement, puisque le militaire a monopolisé les dons envers l’Ukraine et Israël.
En conséquence, Larry Fink a peur pour sa personne et a reçu des menaces suffisamment sérieuses pour demander une protection rapprochée pour sécuriser ses déplacements.

Tremblez messieurs, vous récoltez ce que vous avez semé.

BlackRock a multiplié par deux les dépenses de sécurité pour son PDG Larry Fink, alors que les investissements ESG suscitent de plus en plus de réactions négatives

BlackRock, le plus grand gestionnaire d’actifs au monde, a considérablement augmenté les dépenses de sécurité de son PDG Larry Fink au cours de l’année écoulée, selon des documents déposés auprès des autorités boursières.
Ces dépenses comprenaient 216 837 dollars pour l’embauche de gardes de sécurité et 563 513 dollars pour la mise à jour d’un système de sécurité au domicile de M. Fink.

BlackRock a commencé à fournir des services de sécurité à M. Fink en 2022 à la demande du conseil d’administration, selon des documents déposés l’année dernière. À l’époque, la société a engagé une société de sécurité tierce pour faire une recommandation sur la sécurité dont M. Fink pourrait avoir besoin. En 2022, la première année où la société lui a fourni des services de sécurité, M. Fink a reçu 198 410 dollars pour des agents de sécurité et 177 950 dollars pour un système de sécurité à domicile.

Au cours des dernières années, M. Fink et BlackRock ont été critiqués par des politiciens et des experts conservateurs (ainsi que par certains activistes libéraux) pour l’utilisation par la société des principes ESG dans ses produits d’investissement. Nombre de ces groupes estiment que la décision de M. Fink d’intégrer l’environnement, le développement durable et la gouvernance comme l’un des nombreux facteurs de sélection des investissements est une tentative d’imposer des idéologies de gauche aux entreprises. En réalité, cette pratique vise simplement à fournir une vision plus holistique de l’avenir d’une entreprise en comptabilisant les facteurs de risque et les opportunités au-delà de ses seules performances financières.

Dans sa lettre annuelle aux actionnaires pour 2020, M. Fink a annoncé que BlackRock, qui gère quelque 10 000 milliards de dollars, placerait le développement durable au cœur de son approche en matière d’investissement. Cette décision a placé BlackRock et Fink dans le collimateur de certains responsables républicains, qui ont estimé qu’il s’agissait d’une forme de sélection idéologique discriminatoire à l’égard de certaines entreprises.

Plusieurs élus républicains ont alors cherché à mettre fin aux contrats passés avec BlackRock pour les fonds publics qu’elle gérait.

Au Texas, l’État a retiré un fonds d’éducation de 8,5 milliards de dollars géré par BlackRock. En Floride, le gouverneur républicain Ron DeSantis a menacé de trouver un autre gestionnaire pour les fonds publics gérés par BlackRock. M. DeSantis a réussi à retirer à BlackRock 2 milliards de dollars d’actifs sous gestion, mais en janvier dernier, BlackRock gérait encore 13 milliards de dollars pour le compte de l’État.

La réaction personnelle à l’encontre de M. Fink a atteint son paroxysme lors des débats des primaires républicaines à la fin de l’année dernière. Lors d’un débat en décembre, M. DeSantis et l’investisseur en biotechnologie Vivek Ramaswamy se sont attaqués à BlackRock. M. DeSantis a vanté le fait qu’il avait « retiré 2 milliards de dollars » à la société, tandis que M. Ramaswamy a qualifié M. Fink de « roi du complexe industriel de l’évasion ». Ces propos ont suscité une réponse de M. Fink, qui a qualifié l’affaire de « triste » représentation de l’état de la politique américaine.

M. Fink a évoqué à plusieurs reprises les réactions négatives auxquelles il était confronté, déclarant à une occasion qu’il était surpris par le caractère personnel des attaques. « C’est difficile, parce que ce n’est plus du business, ils le font de manière personnelle », a déclaré Fink à Bloomberg en janvier 2023. « Pour la première fois dans ma carrière professionnelle, les attaques sont désormais personnelles. Ils essaient de diaboliser les problèmes ».

Le plus souvent, M. Fink attribue la fureur à une mauvaise compréhension de ce qu’est l’ESG et au fait que lui et BlackRock ont été pris au piège des courants transversaux de la politique américaine. « Le récit est affreux », a déclaré M. Fink dans l’interview accordée à Bloomberg. "Malheureusement, certains hommes politiques sortent certains passages d’une phrase de leur contexte, et c’est le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui.

BlackRock, comme d’autres institutions financières, est désormais plus tiède sur certains engagements précédemment déclarés en matière de changement climatique, ce que certains considèrent comme le résultat de la pression exercée par les politiciens et les activistes conservateurs.

En fin de compte, les boycotts ont eu peu d’effet sur les activités de BlackRock. Au début de l’année 2023, M. Fink a reconnu que l’année précédente, BlackRock avait perdu environ 4 milliards de dollars d’actifs sous gestion en raison des boycotts dont la société a fait l’objet. Toutefois, selon M. Fink, ce chiffre est peu de chose par rapport aux 230 milliards de dollars d’argent frais que BlackRock a reçus de la part de ses clients américains.

Fortune

accéder à l'article

Géopolintel81 % de la dette publique provient de l’État

Géopolintel - 08 mai 2024

Si les français détiennent indirectement la dette française, il faut se poser les questions de comment la calcule-t-on et la rembourse-t-on et à quel prix.

   

Emmanuel Moulin ancien directeur du Trésor et adjoint de Gabriel Attal à Matignon avait préconisé de lever l’épargne des français pour les pousser à investir dans des livrets qui financeraient la future dette de la transition climatique et les guerres en Ukraine et à Gaza.
Le levier sera non pas notre dynamisme économique mais l’épargne des français placée en investissement ou bien en augmentant les impôts, seul moyen légal de voler l’argent des français.

Il faut distinguer le déficit public, qui est le flux, c’est-à-dire la différence entre les recettes et les dépenses, et la dette publique, qui est le stock, c’est-à-dire la somme des déficits accumulés.

Pour comprendre l’état de nos finances en France, il faut calculer le déficit public par rapport au P.I.B. et celui de la dette publique par rapport au P.I.B.
La France a levé 8 mds d’euros au moyen d’une nouvelle OAT à échéance en mai 2055 auprès de la BNP Paribas, Citi, Deutsche Bank, HSBC et Société Générale. Les OAT (obligations assimilables du Trésor) sont des valeurs assimilables du Trésor à moyen et long terme, de maturité de 2 à 50 ans.

De là à dire que nous sommes détenus par des banques il n’y a qu’un pas.
Le rôle de Macron à la banque Rothschild est crucial pour comprendre la hausse de l’endettement français.
Les OAT sont désormais la forme unique du financement à moyen et long terme de l’État, une fuite en avant pour un endettement perpétuel.
Pour résumer, ces levées de fonds augmentent le flux, c’est à dire le déficit budgétaire pour se transformer en stock c’est à dire en dette.

Quand on remplace les stocks de marchandises par la dette, on comprend comment fonctionne notre économie, financée uniquement par la dette détenue par des banques et des fonds de gestion d’actifs comme BlackRock et Vanguard.

La seule garantie de cette dette est notre épargne, convoitée par Emmanuel Moulin, l’ancien directeur du Trésor français.
« Il y a 35 000 milliards d’euros d’épargne privée en Europe, a martelé le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, lors d’un déplacement à Berlin, lundi 18 mars. L’argent est là, mais il ne va pas là où il faut… Un tiers dort sur des comptes et un tiers finance l’économie américaine. »

C’est l’Agence France Trésor (AFT) qui gère la dette de l’État. La dette publique correspond à l’ensemble des engagements financiers pris sous forme d’emprunts par l’État, les collectivités publiques et les organismes qui en dépendent directement. (soit 5500 milliards d’euros).
La dette publique évolue constamment au rythme des remboursements d’emprunts effectués par l’État et les administrations publiques et des nouveaux emprunts qu’ils contractent pour financer leurs déficits.

Si le déficit est un flux, la dette est un stock
Les ressources sont constituées par les impôts, les taxes, et autres recettes non fiscales (par les dividendes des entreprises dont l’État est actionnaire).

Les dépenses intègrent non seulement les dépenses courantes de fonctionnement (salaires, achats de fournitures et de services…), les opérations de redistributions (aides, bourses, minimas sociaux…) mais aussi les investissements (travaux d’équipement, acquisitions immobilières et mobilières des collectivités locales…) et les dépenses en capital (charges de la dette des différentes administrations publiques par exemple).

Répartition de la dette par administrations publiques
À la fin du quatrième trimestre 2023, la dette publique s’établit à 3 101,2 milliards d’euros. Comme le montre le graphique ci-dessus, 81 % de la dette publique provient de l’État. Si l’on ajoute les autres organismes d’administration centrale, le total de l’État représente 83,4 %.
Les organismes de Sécurité sociale et les administrations publiques locales (collectivités territoriales) représentent respectivement 8,5 % et 8,1 % de la dette publique. L’État a, à cette date, accumulé à lui seul 2 513,5 milliards d’euros de dettes.
Rappelons que les critères européens exigent que la dette publique des pays membres ne dépasse pas la norme de 60 % du PIB (alors qu’elle est de 110,6 % du PIB en France).

La crise du Covid-19 a entraîné un fort accroissement de l’endettement public en France.
Pour rembourser la part de sa dette arrivant à échéance, L’État emprunte de l’argent sur les marchés financiers notamment par le biais d’obligations du Trésor (OAT) pour financer son déficit. L’argent nécessaire pour couvrir ces besoins est appelé besoin de financement. En 2024, le besoin de financement de l’État est anticipé à 299,7 milliards d’euros (pour financer le déficit et refinancer la dette arrivée à maturité). C’est l’Agence France Trésor (AFT) qui gère la dette de l’État.

Mesurer l’endettement public
Pour mesurer la dette publique, on la rapporte au produit intérieur brut (PIB). Ainsi, on peut comparer la dette publique à la taille de l’économie.
Depuis quinze ans, la dette publique s’est largement accrue. Elle était de 60 % du PIB au début des années 2000, a dépassé le seuil des 100 % du PIB en 2017 et atteint désormais 110,6 % du PIB.

Dette au sens de Maastricht des administrations publiques
Qui détient la dette publique ?
À la différence des entreprises ou des ménages, les collectivités publiques ne financent pas leur dette principalement en faisant appel à du crédit bancaire mais en émettant des titres financiers (surtout des obligations) sur les marchés financiers.

Une forme d’endettement spécifique
Contrairement aux particuliers, les organismes publics, lorsqu’ils s’endettent, ne remboursent à chaque échéance que les intérêts, car ils émettent des obligations.

S’il émet une OAT à 10 ans, l’État remboursera les intérêts (par exemple 0,5 % du montant de l’obligation émise) chaque année ou chaque semestre pendant 10 ans, mais remboursera le capital en une seule fois, à l’échéance. Pour cela il se réendettera. En période d’intérêts très faibles, il semble facile de s’endetter, puisque cela ne coûte rien et parfois même rapporte (intérêts négatifs). Mais à l’échéance il faudra se réendetter pour le même montant et si les taux d’intérêt ont monté fortement, cela pourra devenir difficile pour l’Etat et son budget de faire face à la charge de la dette (coût des emprunts).

Pour financer la dette publique, l’État émet des titres de créances négociables sur les marchés financiers sur une durée plus ou moins longue. Plus précisément, deux types de titres sont émis par l’État : les Bons du Trésor à taux fixe et à intérêt précompté (BTF) et les Obligations Assimilables du Trésor (OAT). Les OAT constituent la forme privilégiée du financement à long terme de l’État (échéances pouvant dépasser dix ans). Créés en 1985, les Bons du Trésor à intérêts annuels (BTAN) ne sont plus proposés et ne circulent plus sur le marché depuis 2017.

Les non-résidents sont les principaux détenteurs de la dette publique française.
Qui détient la dette de l’état
Selon les chiffres publiés par l’Agence France Trésor (AFT), parmi les détenteurs de la dette publique, on trouve, fin 2023, 53,2 % de non-résidents. Une proportion en hausse sensible depuis la fin du XXe siècle (en 1993, seul un tiers de la dette publique française était détenu par des non-résidents), mais en baisse par rapport à 2009 (67 %).
Pour l’essentiel il s’agit d’investisseurs institutionnels (fonds de pensions et fonds d’assurance notamment), mais aussi de fonds d’investissements souverains, de banques, voire de fonds spéculatifs.
On retrouve au sein de l’Union européenne une certaine hétérogénéité entre les pays. Fin 2022, selon les données d’Eurostat, 93 % de la dette chypriote était ainsi détenue par des non-résidents, contre moins de 25 % au Danemark.

Les particuliers, détenteurs indirects de la dette publique française

Ce sont d’ailleurs également des banques et des investisseurs institutionnels que l’on retrouve parmi les principaux détenteurs résidents de la dette publique française.
L’État français emprunte donc environ un tiers de sa dette auprès des banques et des sociétés financières nationales. 9,5 % de la dette publique est détenue par des compagnies d’assurance, qui « achètent » des titres de dette française pour les placements d’assurance-vie. Les particuliers sont donc indirectement détenteurs d’une partie significative de la dette publique française. Les banques françaises en détiennent environ 7,7 %.

La Finance pour tous

accéder à l'article

Réseau InternationalBRICS : 260 milliards de dollars d’échanges commerciaux sans 1 seul dollar

Réseau International - 08 mai 2024

Alors que la folle croissance de la dette américaine de plus de 34 600 milliards de dollars continue d’inquiéter, les BRICS assènent un nouveau coup au billet vert.

   

La Chine et la Russie, deux pays fondateurs de l’alliance, ont prévu 260 milliards de dollars d’échanges commerciaux sans recours au moindre dollar américain. Uniquement du rouble russe, du yuan chinois et un peu d’euros. D’autres membres de la coalition devraient bientôt leur emboîter le pas. Ayant perçu l’immédiateté de la menace, les USA réagissent en combinant menaces et diplomatie. Précisions.
La Chine et la Russie accélèrent le plan de dédollarisation des BRICS

La menace de la dédollarisation des échanges mondiaux a dépassé l’étape de la rhétorique. Déterminées à détrôner le billet vert, la Chine et la Russie prévoient effectuer cette année, 260 milliards de dollars d’échanges sans utiliser un seul dollar.

L’information a été relayée sur X par le célèbre analyste géopolitique indien S.L. Kanthan qui prédit une généralisation prochaine de cette initiative au sein des BRICS. En effet, l’année passée, la Chine et la Russie avaient effectué plusieurs échanges commerciaux officiels en yuan et en rouble.

De même, la Russie effectue depuis un moment des transactions en yuan avec plusieurs pays dont le Japon, les Émirats arabes unis, Singapour, la Malaisie, la Thaïlande, les Philippines, la Mongolie et le Tadjikistan.
La Chine bientôt première puissance économique mondiale grâce aux BRICS ?

En accélérant la dédollarisation de ses échanges avec la Russie, la Chine poursuit son ambition de détrôner les USA, actuellement première puissance économique mondiale. Le pays a annoncé une croissance économique de 5% en 2024. Il fait aussi partie, en 2024, des plus grands investisseurs dans l’or, l’actif auquel la future monnaie des BRICS devrait être adossée.

Pour contrecarrer le plan des deux membres influents des BRICS en faveur de la dédollarisation, les autorités américaines jouent la carte des sanctions. En effet, le projet russo-chinois de limitation des échanges commerciaux en dollars américains intervient dans le contexte du conflit russo-ukrainien.

Les USA menacent donc de sanctions les banques chinoises qui font des transactions avec Moscou, les contraignant à rejeter les paiements en rouble russe. Ces dernières sont menacées d’être accusées d’aider le Kremlin à combattre l’Ukraine.

Toutefois, un rapport de Reuters révèle que les autorités américaines auraient adopté une approche de résolution diplomatique pour calmer les ardeurs. On verra si cela empêche la Palestine de rejoindre les BRICS après que le véto des USA a empêché sa pleine adhésion à l’ONU.

accéder à l'article

Réseau InternationalUn « Léopard » capturé livré à Moscou

Réseau International - 01 mai 2024

Rheinmetall est en colère, Berlin grogne que «ce n’est pas la bonne façon de faire», Poutine a organisé un «zoo».

   

Dans la nuit du 28 avril, un char allemand Leopard 2A6 a été amené à Moscou. Il sera ajouté à l’exposition de véhicules trophées sur la colline de Poklonnaya, qui ouvrira ses portes le 1er mai.

La société allemande Rheinmetall AG, qui fabrique des «blindages» et des canons, surveille avec anxiété et colère les actions de l’entreprise à la bourse. L’été dernier, lorsque les nôtres ont touché le premier «félin» du Vaterland, les cours du géant industriel allemand se sont effondrés d’un coup de près de 10%. La démonstration du char capturé sur Poklonka n’apportera pas de croissance aux titres de l’entreprise. Berlin marmonne que cela ne se fait pas dans le «monde civilisé», que c’est de la «barbarie russe», que Poutine a organisé un «zoo».

Les trophées d’équipements militaires occidentaux capturés au cours de l’opération SVO ne sont pas une nouveauté dans les étendues russes. En août 2023, lors du forum de l’armée au Patriot Park, une exposition correspondante a eu lieu, et Svobodnaya Pressa avait déjà noté qu’une telle exposition devrait avoir lieu à Poklonnaya Gora. L’idée, en fait, n’était pas révolutionnaire, mais il devait y avoir des circonstances qui ne permettaient pas de la réaliser à l’époque. Aujourd’hui, c’est chose faite !

Et cela a été fait très rapidement, ce qui n’a pas empêché l’Occident, qui était devenu complètement fou, de commencer à s’offusquer contre la Russie – ils ont dit : «Comment pouvez-vous faire cela, c’est de très mauvais goût». Jens Stoltenberg se plaint que l’exposition montre l’implication de l’OTAN dans le conflit en Ukraine. Eh bien, oui, c’est le cas. La Russie en a assez d’être délicate, il est temps de s’en rendre compte.

L’exposition de trophées sera inaugurée le 1er mai, juste à côté de la sortie de la station de métro «Parc de la Victoire». Elle est vouée au succès, cela ne fait aucun doute. Lorsqu’un journaliste de Svobodnaya Pressa s’est rendu sur place deux jours avant l’ouverture, il y avait beaucoup de monde autour de la clôture, y compris de nombreux étrangers. Et ce, un jour ouvrable, même sous la pluie.

Si vous êtes impatient et que vous avez l’occasion de venir à Poklonnaya, ne vous retenez pas, vous pourrez voir beaucoup de choses avant le début officiel de l’exposition. Mais ne tardez pas, l’exposition ne sera ouverte que pendant un mois, jusqu’au 1er juin.

Je ne sais pas pourquoi elle n’a pas été qualifiée d’«internationale», car à Moscou (au moment de la rédaction de ce document) ce sont quatorze pays étrangers qui ont présenté – on ne peut pas dire avec fierté – les réalisations de leurs complexes militaro-industriels. Bon, peut-être pas tous les meilleurs, mais tous les équipements sont activement utilisés par les armées de l’OTAN. Au cas où, ils ne pourront pas montrer grand-chose qui puisse surprendre un soldat russe.

[...]

accéder à l'article

InsolentiaeAttal, Le Maire, Cazenave, les Tondeurs-Flingueurs de votre épargne

Insolentiae - 19 avr 2024

Protégez-vous !

   

Cette information est essentielle pour vous… enfin pour vos impôts !

Au cas où vous ne l’auriez pas compris, la France ne fera pas faillite.

La France est solide grâce à vous, grâce à nous, et pour être plus précis grâce à votre argent, à votre épargne.

Le HCFP juge peu crédible le plan de réduction du déficit du gouvernement

Le HCFP c’est le Haut Conseil des finances publiques l’organe de la Cour des comptes et qui a estimé dans un avis que l’objectif du gouvernement d’un retour à un déficit public sous 3 % du produit intérieur brut (PIB) en 2027 « manque de crédibilité » au regard de la dégradation actuelle des finances publiques et des prévisions de croissance économique!

Sans blague. Le HCFP ne va pas jusqu’à dire que nous sommes dirigés par des Mozart de la finance qui jouent des fausses notes et une mauvaise partition mais presque.

L’institution alerte sur le manque de cohérence de cette nouvelle trajectoire. Son premier président, Pierre Moscovici, dans un entretien exclusif au Figaro, juge que les promesses de l’exécutif manquent de crédibilité, notamment sur la réduction des dépenses…

Moscovici. Il est défavorablement connu de mes services de police avicoles (des poulets quoi).

Depuis des années mes poules de cristal accumulent un dossier épais comme le bras sur Pierre Moscovici. Ministre de l’économie qui défaille et des finances qui dérapent, camarade commissaire européen, puis président de la basse-cour des comptes qui tombent pas ronds. N’oublions non pas plus son amour pour la belle Marie-Charline et son chat à qui Moscovici faisait prendre son bain. Vous remarquez que cette dernière avait eu le goût exquis d’avoir un chat nommé Hamlet et pas une chatte ce qui évitera de nombreux propos grivois. Bref, ce n’est pas les mentions au casier de ce mamamouchi qui manquent !

Alors écoutons ces derniers propos au sujet justement de cette gestion ciselée à la Mozart.

« On ne réduit pas aussi massivement les dépenses publiques sans effet sur la croissance économique. Un scénario cohérent supposerait donc de changer soit la prévision macroéconomique, soit celle des finances publiques. »

Là nous sommes d’accord. D’un point de vue technique, il y a une grosse coquille dans le potage.

Mais le mieux c’est quand le Figaro l’interroge sur ce qu’il faudrait faire… et là on sent les années d’expérience dans le rien qui remontent à la surface

« Nous devons retrouver des marges de manœuvre. Pour cela, il faut de la volonté politique, du courage, car c’est sans doute impopulaire, de l’intelligence pour définir les économies qui ne nuisent pas à la croissance indispensable, et de la pédagogie. »…

Nous y voilà.

L’effort indispensable de pédagogie.

Quand on nous parle de pédagogie c’est que nous allons avoir des problèmes !

Vous avez compris je suppose, depuis le temps que nous vivons en Macronie.

En Macronie, qui est une grande démocratie, celle de la Corée de l’Ouest, on fait toujours preuve de pédagogie avant de vous envoyer les Brav-M et les CRS si vous n’avez pas compris la pédagogie. Phase 1, la pédagogie qui explique pourquoi il faut que vous obéissiez. Gilets Jaunes ? Pédagogie puis flashballs. Mouvement sur les retraites ? D’abord de la pédagogie bien évidemment, puis flashballs. Les vaccins ? D’abord de la pédagogie (tous vaccinés, tous protégés) puis…passe sanitaire.

Ici nous parlons de sous. De dettes. De déficits.

Donc la pédagogie c’est vous expliquer pourquoi vous allez devoir faire plein d’efforts. Travailler plus, gagner moins, travailler plus longtemps, retraite plus petite. Moins d’hôpital et évidemment payer plus d’impôts. Pour vous faire payer plus d’impôts… de la pédagogie. Puis après la taxation d’office puisque vous serez d’accord.

Ici vous ne risquez pas d’être éborgné par un flashball, rassurez-vous, c’est juste votre épargne qui va se faire amputer, vos revenus qui seront éborgnés, et vous qui souffrirez d’une belle hernie fiscale au niveau L1,L2, L3, L4, L5 mais aussi L6, 7, 8, 9, 10… c’est fou le nombre de vertèbres que nous avons !

La hernie fiscale inévitable…

« Compte tenu de la dégradation du solde public enregistrée en 2023 par rapport à la prévision de la LPFP [loi de programmation des finances publics] et d’hypothèses de croissance moins élevées, le retour du déficit public sous trois points de PIB en 2027 supposerait un ajustement structurel massif entre 2023 et 2027 », pointe le HCFP.

« Le Haut Conseil considère que cette prévision manque de crédibilité: alors qu’un tel effort en dépenses n’a jamais été réalisé par le passé, sa documentation reste à ce stade lacunaire et sa réalisation suppose la mise en place d’une gouvernance rigoureuse », ajoute-t-il.

Et quand un effort de réduction de dépenses de cette ampleur n’a jamais été fait, sachez qu’il n’a aucune raison de l’être cette fois.

Donc, et c’est une résolution logique, d’un problème logique. Si nous ne sommes pas capable de faire cet effort de réduction des dépenses, nous ferons, enfin, nous subirons la seule chose facile qu’ils sachent faire depuis que je suis né dans ce pays… augmenter les impôts.

Poursuivons le raisonnement logique et rationnel.

Ils vont donc tondre un peu plus les épargnants.

Faisons une analogie avec les moutons. Espèce animale bien connue de tous les contribuables français.

Pour tondre un mouton, il faut qu’il ne bouge pas !

Si vous appliquez ce principe aux contribuables français, vous pouvez en déduire assez facilement ce qui ne bouge pas ou difficilement. L’immobilier par exemple évidemment. Donc nous pouvons déjà avoir une bonne idée de ce qui va être taxé plus.

C’est la première bonne nouvelle.

Anticiper la future tonte, avec quelle tondeuse, et qui sera le tondeur…

accéder à l'article

ÉDUCATION

Aube DigitaleSuite à l'interdiction des téléphones portables dans plusieurs écoles

Aube Digitale - 13 mai 2024

L’interdiction des téléphones portables dans les écoles a permis d’améliorer les résultats scolaires, de réduire les brimades et de diminuer le besoin de conseil des élèves, selon une étude norvégienne de 73 pages.

   

Ce sont les filles qui ont le plus bénéficié de ces politiques.

« L’interdiction des smartphones réduit considérablement le recours aux soins de santé pour les symptômes psychologiques et les maladies chez les filles », écrit Sara Sofie Abrahamsson, chercheuse postdoctorale et seule auteure de l’article, dans le résumé. Après l’interdiction, les brimades entre les deux sexes diminuent ».

L’étude s’est appuyée sur les données des dernières décennies, en se concentrant principalement sur la période 2010-2020.

La chercheuse n’a observé aucun impact négatif de l’introduction d’une telle politique.

« Les téléphones sont une distraction absolue. Même si un enfant a son téléphone dans sa poche pendant les cours, s’il vibre à chaque fois, ce qui est le cas en permanence, son esprit se détourne automatiquement de l’enseignement du professeur pour se concentrer sur le téléphone », a déclaré Tom Kersting, psychothérapeute qui a été conseiller scolaire pendant 25 ans, à Epoch Times, en accord avec les conclusions du rapport.

En tant que partisan de l’interdiction des téléphones à l’école, M. Kersting pense que la Norvège constatera une amélioration des résultats scolaires, de la santé mentale et des compétences sociales et émotionnelles des élèves.
Principales conclusions

Il n’existe pas de directives nationales sur l’utilisation des smartphones en Norvège. Les écoles décident elles-mêmes d’autoriser ou non l’utilisation des smartphones.

Par conséquent, Mme Abrahamsson a utilisé une enquête pour collecter des données auprès des collèges norvégiens sur l’utilisation des smartphones et pour savoir si et quand ils avaient mis en place des réglementations sur les smartphones.

Ces données ont ensuite été comparées aux données de l’école, notamment les notes attribuées par les enseignants et les examens externes, les moyennes pondérées des élèves, les visites des élèves chez les psychologues et les médecins généralistes, ainsi que les mesures de harcèlement.

Les quatre principales conclusions de Mme Abrahamsson sont les suivantes :

Le nombre de consultations psychologiques a été réduit de 60 % chez les étudiantes.
L’incidence des brimades a diminué tant chez les filles que chez les garçons.
Les filles ont progressé en termes de moyenne générale et de tests de mathématiques notés à l’extérieur.
Les filles étaient plus susceptibles de suivre une filière académique au lycée.

L’auteur a constaté que plus la politique en matière de smartphones était stricte, plus l’amélioration était importante chez les étudiantes. Les écoles les plus strictes interdisent aux élèves d’apporter leur téléphone à l’école ou les obligent à le rendre avant le début des cours.

Les filles issues de milieux socio-économiques défavorisés sont celles qui ont le plus progressé.

Toutefois, l’interdiction des smartphones n’a pas eu d’incidence sur la santé mentale et la moyenne générale des garçons.

accéder à l'article

Mr MondialisationVivre sans les GAFAM ? La liste des alternatives !

Mr Mondialisation - 12 mai 2024

Les GAFAM – ces mastodontes du web – sont régulièrement sous le feu des critiques.

   

Contrôle du marché de l’information et de la publicité en ligne, revente des données personnelles, hégémonie économique, influence de la démocratie via des lobbies surpuissants, les motifs de se méfier de ces géants ne manquent pas. Difficile pourtant de s’en défaire tant ils sont partout dans notre univers numérique. Néanmoins, voici quelques pistes pour les remplacer au quotidien.

Derrière l’acronyme de GAFAM se cachent 5 groupes tentaculaires travaillant sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication : Google, Amazon, Facebook, Apple et Microsoft. Ces géants connus de tous et aux croissances folles sont aujourd’hui les leaders en matière de capitalisations boursières au prix de pratiques moralement douteuses. Au cœur des scandales, entre l’intrusion massive dans la vie privée des utilisateurs et la gestion peu scrupuleuse de leurs données personnelles, nous retrouvons également des collusions avec certains gouvernements comme ont pu le démontrer les lanceurs d’alerte de Wikileaks ou Edward Snowden. Une hégémonie quasi totale qui n’est pas signe de bonne santé pour nos démocraties déjà fragilisées.

Une autre vision du Web et de l’informatique

Depuis les débuts de l’informatique, un autre modèle s’organise en marge des logiques marchandes et liberticides grâce aux acteurs – ou hackteurs – des « free softwares » ou logiciels libres. De manière générale, ces logiciels peuvent être redistribués librement (gratuitement dans la majeure partie des cas, même si ce n’est pas obligatoire) et l’utilisateur peut avoir accès à leurs codes sources pour customiser et améliorer son expérience et celles des autres utilisateurs.

La plupart des logiciels ou services distribués sous licence libre sont développés de manière coopérative par leur communauté, permettant ainsi de répondre de manière efficace aux besoins des utilisateurs et de corriger un grand nombre de bugs. Bien moins avides en données personnelles, car non-financés par la publicité, ils peuvent s’avérer de bonnes alternatives aux services proposés par les GAFAM et se révèlent parfois même plus performants. VLC Media Player par exemple est un des seuls logiciels grand public permettant de lire, convertir et télécharger des fichiers audio et vidéo dans tous les formats existants.

Pour Richard Stallman, pionnier de la philosophie du Libre, ce mouvement veut poser les fondations d’une nouvelle société où les idées et la culture s’échangent librement. C’est à dire, sans soumission à une logique strictement commerciale qui oriente les actes des producteurs de contenus. L’objectif est de permettre à tout le monde de s’épanouir sans entrave, en favorisant la compréhension de la technologie et l’utilisation du matériel informatique tout en limitant le gaspillage et l’obsolescence. Bâtie sur ce modèle, la fondation Wikipédia, quotidiennement enrichie par les contributions de ses utilisateurs, en reste le meilleur exemple.
Des alternatives concrètes aux GAFAM pour se réapproprier son ordinateur et la navigation web

Dans la mesure du possible, nous tâchons de proposer ici quelques solutions libres, open-source et respectueuses de la vie privée des utilisateurs, sans prétendre que celles-ci soient qualitativement supérieures. Si nous ne pouvons pas traiter en un seul article tous les services proposés par les GAFAM, nous tenterons de mettre en avant des alternatives aux services les plus couramment utilisés.

[...]

accéder à l'article

Xavier-Louis de IzarraPompe-Au-Cul-Thérapie et le wokisme

Xavier-Louis de Izarra - 02 mai 2024

Le spécialiste Xavier-Louis de Izarra présente la thérapie du « Coup de Pompe au Cul » pour soigner le wokisme.

   

Selon le spécialiste Xavier-Louis de Izarra, la ‘Thérapie du Coup de Pompe’ est une méthode révolutionnaire pour engager des échanges constructifs avec les personnes désorganisées. Son efficacité est garantie. Bilal Hassani a été choisi comme sujet pour cette expérience.

Le Média en 4-4-2

Amélie PaulAmélie Paul enquête sur les Molochs

Amélie Paul - 24 avr 2024

Les Nouvelles de La Vérité Brutale #22

   

Dans ce nouveau bulletin des nouvelles de la vérité brutale, Amélie Paul plonge dans les ténèbres pour nous parler des molochs du monde contemporain. Pour cela, elle nous donne un cours d'histoire en remontant aux anciens Grecs, précurseurs du mouvement LGBT et champions olympique des mauvaises décisions parentales, qui sont souvent dépeints comme ayant consacré la pédophilie. Amélie nous révèle les secrets les plus sombres de notre monde : préparez-vous à être secoués et peut-être même effrayés...

« Est-ce vraiment étonnant qu’il y ait maintenant un agenda mondial pour que les enfants soient initiés aux complexités du genre, de l’orientation sexuelle ou de la masturbation avant même de comprendre les mathématiques ? La culture populaire a été totalement pervertie pour infiltrer l’âme de la jeunesse et les offrir en sacrifice dans les anales de l’histoire musicale. »

Amélie Paul

Nouveau MondeCalcul mental rapide en fin de primaire

Nouveau Monde - 10 avr 2024

Dans les Hautes-Pyrénées pas de calculette ! … juste les doigts pour atteindre des « sommets »

   

Qui a dit que le calcul mental était rébarbatif pour les élèves?

Démonstration de différentes techniques de C.M.R. (Calcul Mental Rapide) utilisées à l'école Sainte-Bernadette de Tarbes en C.M.1-C.M.2. La gestuelle nous est propre. Elle est librement adaptée de la gestuelle indienne "abacus finger". Les techniques d'additions et la graphie des chiffres sont inspirées de celles de Scott Flansburg, la plupart des autres techniques sont personnelles à notre école: nous les avons adaptées aux enfants à partir de techniques de Trachtenberg ou de techniques védiques.

Ces enfants ne sont pas des surdoués mais des enfants ordinaires. Et surtout, tous y arrivent, y compris des enfants encore en difficulté il y a 6 mois. Ce résultat est obtenu grâce à une équipe pédagogique professionnelle et passionnée.

MÉDIAS

Égalité et RéconciliationLa Guerre secrète contre les peuples de Claire Séverac

Égalité et Réconciliation - 17 mai 2024

Les cafés littéraires de Kontre Kulture

   

Le livre peut être commandé sur Kontre Kulture : https://kontrekulture.com/produit/la-guerre-secrete-contre-les-peuples/

On nous dit que ce sont de simples avions de ligne… Dormez bien, braves gens, il ne se passe rien ! De ces traînées blanches laissées par des avions qui pulvérisent sur nos têtes des produits toxiques, transformant nos beaux ciels bleus en plafonds laiteux, au programme Haarp, officiellement destiné à permettre les communications longue distance, mais qui sert à bien d’autres fins… on nous ment sur tout. Le temps qui se détraque, les catastrophes météorologiques à répétition, dus au CO2 vraiment ? Des documents déclassifiés de l’armée, des experts repentis, des scientifiques intègres parlent, eux, de guerre climatique. Quelles meilleures armes que celles qui se dissimulent sous des phénomènes naturels !

Beaucoup d’entre nous ont entendu parler des diverses expériences de la CIA, toutes plus horrifiantes les unes que les autres. Mais combien savent qu’elles touchent le commun des mortels, que nous sommes tous victimes des armes bactériologiques, des implants, des nanoparticules, des mutations génétiques, des manipulations mentales, exposés aux perspectives terrifiantes ouvertes par le transhumanisme et l’eugénisme qui sont le but de nos élites ? Si nous ne nous y opposons pas, demain, ces nouvelles technologies au service des puissants feront de nous au mieux des pions, au pire des esclaves.

Plus ou moins tenus secrets, ces projets revêtent tous un alibi humanitaire : la faim dans le monde, le réchauffement climatique, la santé, l’écologie, la sécurité… En réalité, ils obéissent tous au plan d’une oligarchie qui n’a plus besoin de toutes « ces bouches inutiles », comme ses membres nous appellent en privé, et qui se donne ouvertement comme objectif de réduire l’humanité à 500 millions d’individus. Le plus grand génocide de l’histoire est en marche dans la désinformation la plus totale.

Pendant trois ans, Claire Séverac a mené l’enquête autour de ces questions inquiétantes pour l’avenir de l’Homme. Elle a décrypté pour nous des centaines de documents, recoupé des discours, fouillé dans les archives et les sites d’organisations internationales, d’ONG ou encore d’institutions gouvernementales. Elle a accumulé les témoignages et les preuves pour les livrer ici à notre jugement. Afin que chacun réagisse avant qu’il ne soit trop tard.

Aube DigitaleRumble défie les tendances mondiales de la censure

Aube Digitale - 01 mai 2024

Rumble rejette la demande de censure de la Nouvelle-Zélande après qu’un lanceur d’alerte a révélé des décès liés au vaccin contre le covid.

   

Le PDG de Rumble, un concurrent libre d’expression de YouTube, affirme que les niveaux de censure dans le monde sont en hausse, mais que ce qui est particulièrement remarquable, ce sont les demandes de censure émanant de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande, qui semblent suivre les traces, pour le moins controversées, de la France et du Brésil.

D’une part, cela est surprenant, étant donné la provenance démocratique formelle de ces pays.

D’autre part, leurs actions au cours des dernières années, notamment le blocage de sites au niveau des fournisseurs d’accès, les demandes constantes d’une réglementation plus stricte pour faciliter le retrait du contenu des médias sociaux, et même les mesures draconiennes de l’ère du Covid – et de l’ère post-Covid – racontent une autre histoire.

Chris Pavlovski a expliqué à Mat Kim que la chaîne FreeNZMedia est devenue une cible de déplatforming en Nouvelle-Zélande, pour avoir parlé de la fuite de données de la base de données nationale sur les vaccinations, qu’un dénonciateur, Barry Young, ancien employé du service informatique de Health New Zealand, a rendue disponible.

Les données communiquées par Young aux journalistes et aux activistes concernent les décès liés aux vaccins Covid et les allégations selon lesquelles ces faits sont dissimulés.

Pour avoir fait référence à Young et aux données qu’il a fournies au public, une lettre a été envoyée à Rumble pour qu’il supprime FreeNZMedia. Cette lettre émane de l’Autorité nationale de santé.

Cependant, Pavlovski a déclaré que la société avait décidé de refuser de le faire, ou de se retirer du pays, et qu’elle allait plutôt « contester et voir ce qui se passe ».

Pavlovski a ensuite qualifié cette affaire néo-zélandaise d' »absurde » et de « répugnante », dans la mesure où elle présente des similitudes avec les « Pentagon Papers ». À l’époque, le journaliste Daniel Ellsberg était devenu un héros de la liberté d’expression protégée par les tribunaux américains.

Mais c’était il y a près de 50 ans, et les choses ont clairement changé, non seulement dans des pays lointains, mais aussi aux États-Unis eux-mêmes, et les dénonciateurs risquent tout, de la déploration à la prison à vie.

S’exprimant sur le cas de Young et de FreeNZMedia, Pavlovski a déclaré que le dénonciateur « a une formation en statistiques, a passé en revue toutes les données, a trouvé les différents lots de vaccins qui avaient un taux de mortalité irrégulièrement élevé et les a publiés, et a donné différentes interviews à ce sujet ».

accéder à l'article

Le Media en 4-4-2Quand la stratégie de com de l’oligarchie était dévoilée par les Guignols de l’info

Le Media en 4-4-2 - 01 avr 2024

La communication c'est important et encore plus en pleine guerre ! Sylvestre nous explique comment rendre une guerre attrayante, sexy, partisante... avec la guerre en Irak ! La sauce américaine va-t-elle prendre ?

   

Les Guignols de l'info avaient une liberté de parole qu'on ne retrouve plus de nos jours en macronie... La bande à Bruno Gaccio en profitait pour franchir les lignes rouges qui commençaient à peine à se dessiner. En 2003, ils mettaient en lumière la stratégie de communication de l'armée américaine pour rendre sexy la seconde guerre en Irak. Toute ressemblance avec les évènements actuels autour de la guerre en Ukraine serait purement fortuite.

Pour faire accepter cette guerre au monde entier, l’armée américaine avait mené une campagne classique de marketing. Tout d’abord, ils ont créé le besoin, puis ils ont fait connaître le produit (la guerre) qui correspond à ce besoin, et enfin, ils ont matraqué la publicité. La campagne s’adressait à toute la famille, avec « une implication ludique et informative ».

La réalité de la guerre est évidemment bien différente de ce qui est montré dans les « publicité »s. Le responsable de la communication admet que « la guerre, c’est du sang, des larmes, de la merde, des gosses égorgés, des mères qui pleurent, de la viande partout, des femmes violées, des chiens qui bouffent les cadavres ». Mais il insiste sur le fait qu’il ne faut surtout pas communiquer là-dessus.

Yoann

« Vendre une bagnole et vendre la guerre, c’est pareil »

Sylvestre

Le Media en 4-4-2Le concept de Médiavers : comprendre la manipulation médiatique

Le Media en 4-4-2 - 23 mar 2024

Le médiavers est un concept désignant un environnement médiatique où la perception de la réalité est déformée par des narratifs préétablis.

   

À une époque où l'information est abondante mais souvent manipulée, où les médias semblent dicter la réalité, un concept émerge, celui du "Médiavers", développé par le philosophe Alexis Haupt. Dans cette ère de l'hyper-connectivité où tout un chacun peut accéder à une pléthore d'informations en quelques clics, se pose une question cruciale : qu'est-ce qui empêche les individus de se libérer du Médiavers ?

Au cœur du Médiavers réside un manque fondamental : celui de la volonté de savoir. Les médias, contrôlés par des intérêts particuliers, déforment la réalité et manipulent les masses. Dans cet univers parallèle, les véritables enjeux sont occultés, reléguant des sujets essentiels au second plan.

Dans le Médiavers, les déclarations sensationnalistes de certaines organisations, telles que l’OMS, sont amplifiées, détournant l’attention du véritable enjeu. Par exemple, une alarmante augmentation des cas de cancer va être attribuée à des causes superficielles telles que la pollution, l’alcool et la cigarette, alors que des facteurs plus profonds et systémiques sont négligés.

Mais le Médiavers va au-delà de la simple manipulation de l’information. Il façonne la perception de la réalité chez les individus, créant une dichotomie entre ce qui est présenté par les médias et ce qui est vécu dans le monde réel. Les personnes piégées dans le Médiavers nient les réalités évidentes sous leurs yeux, préférant croire ce qui leur est présenté par les médias.

La psychologie des individus en proie au Médiavers est intrigante. Leur perception de la réalité est déformée, et ils peuvent nier les faits les plus flagrants pour adhérer à un récit prédéfini. Même lorsque des preuves tangibles contredisent les récits médiatiques, ils choisissent de les ignorer, préférant vivre dans une illusion confortable.

Il est crucial de reconnaître les dangers du Médiavers. En concentrant l’attention sur des problèmes superficiels ou en déformant la réalité, il détourne l’attention des véritables enjeux. Par exemple, les préoccupations concernant des figures politiques éloignées peuvent occulter les menaces plus proches et plus pressantes qui affectent les individus au quotidien.

accéder à l'article

Égalité et RéconciliationUSA : Candace Owens lance le BrigitteGate

Égalité et Réconciliation - 13 mar 2024

USA : Candace Owens, la jolie trumpiste aux 8M d’abonnés, lance le BrigitteGate.

   

Un petit air de Rihanna, un positionnement blacko-trumpiste, un podcast qui cartonne, un dossier bien potassé (merci F&D), et voilà une magnifique rampe de lancement au cœur de la politique US. L’affaire Brigitte vient de traverser l’Atlantique, thanks to Candace Owens.

Son podcast sur YouTube totalise 3M d’abonnés, et son compte X monte à 4,8M. Candace, plus honnête que les journalistes français mainstream, qui pompent et ne citent jamais F&D, a cité et relayé sa source.

accéder à l'article

ORGANISATION

StratpolMission au Donbass, Kharkov 2024 : Broussilov ou Joukov ?

Stratpol - 18 mai 2024

STRATPOL : Bulletin n°186 de Xavier Moreau

   

01:00 – Mission dans le Donbass :
• Terrorisme kiévien
• Intégration russe
• Aide humanitaire

12:45 – Économie :
• Chine vs dette US
• Chine-Russie en chiffres
• Washington vs uranium russe
• Budget militaire russe

16:54 – Politico-diplomatique :
• Rencontre Poutine - Xi Jinping à Pékin
• Choïgou à Pékin
• Nouveau gouvernement de Vladimir Poutine

22:59 – Terrorisme :
• Belgorod
• Donetsk

25:12 – Armement :
• Skylink hors service ?
• Robot Scorpion vs THEMIS

27:21 – Considérations militaires générales
• Guerassimov aux commandes
• Échec de la défense ukrainienne
• Kharkov 2024 : Joukov ou Broussilov ?
• Offensive sur Kharkov ?

41:00 – Carte des opérations militaires

VoltairenetL’élection du Parlement européen : une onéreuse mascarade

Voltairenet - 15 mai 2024

Les élections européennes servent à montrer que l’Union européenne est démocratique puisqu’elle organise des élections. Bien sûr, ce Parlement n’a pas du tout les attributs des parlements nationaux.

   

Dans la réalité, il ne sert presque à rien… sauf à être élu. Il coûtera durant sa mandature 15 milliards d’euros, non compris le prix de l’élection.

L'élection du nouveau Parlement européen se tiendra du 6 au 9 juin selon les États membres. Les parlementaires n’auront qu’un pouvoir très limité : ils votent les lois rédigées par la Commission. Depuis sa création, celle-ci n’est que la courroie de transmission de l’Otan dans les institutions européennes. Elle s’appuie à la fois sur le Conseil des chefs d’État et de gouvernement et sur le patronat européen (BusinessEurope). Les parlementaires disposent en outre d’un pouvoir de résolution par lequel ils expriment des avis à la majorité simple, sans que personne ne les lise, ni ne leur donne de suite. La majorité actuelle étant atlantiste, tous ces avis reprennent la logorrhée de la propagande de l’Otan.

Traditionnellement, ces élections servent de défouloir dans les différents États membres. Les Exécutifs les craignent donc et suscitent une multiplication de listes alternatives sur les territoires de leurs concurrents. En France, où la législation sur le financement des campagnes est très restrictive, l’argent que les États-Unis et l’Élysée injectent dans ces campagnes provient prioritairement d’États étrangers (généralement africains) et des imprimeurs des candidats. Cette stratégie conduit à une impressionnante multiplication des listes : déjà 21 en France et 35 en Allemagne !

Si les élections sont toujours de liste, chaque État dispose de son propre mode de scrutin. Dans la plupart des cas, il s’agit de listes bloquées comme en Allemagne et en France. Dans certains autres, de listes transférables : chaque poste à pourvoir est élu un à un (ce qui diminue le rôle des partis tout en conservant le côté proportionnel), comme en Irlande et à Malte. Dans d’autres cas, les électeurs peuvent modifier l’ordre de la liste qu’ils choisissent, comme en Suède et en Belgique. Ou encore, comme au Luxembourg, ils peuvent choisir des candidats dans différentes listes. Chacun de ces modes de scrutin a ses avantages et ses inconvénients, mais chacun ne mesure pas la même chose.

Les Traités avaient prévu des partis européens, mais à ce jour, il n’y en a aucun ; signe qu’il n’y pas de peuple européen.

Les partis nationaux sont donc invités à se réunir au sein d’alliances partisanes européennes qui peuvent désigner leur candidat à la présidence de la Commission européenne. C’est désormais parmi eux que le Conseil européen des chefs d’État et de gouvernement doit le choisir. Ce mode d’élection indirecte a été mis en place en 2014. Dans la pratique la plus grosse coalition était identifiée à l’avance. Jean-Claude Juncker, puis Ursula von der Leyen étaient donc désignés avant que leur coalition n’emporte une majorité relative.

Si Mario Draghi devait s’imposer à la tête de la Commission, il faudrait donc que la coalition arrivée en tête change son fusil d’épaule au dernier moment. Elle aurait désigné à nouveau Ursula von der Leyen, mais après avoir eu connaissance du rapport Draghi sur la compétitivité des entreprises européennes, elle le choisirait. Cette manipulation permettrait de changer brutalement des sujets de discussion : pendant les élections on parle du bilan de l’administration von der Leyen, puis soudain de la fédéralisation de l’Union européenne au détriment des États membres.

Il s’agit là d’un sujet auquel les électeurs ne comprennent rien. Ils peuvent penser que l’« Union fait la force », mais pas ce que la disparition des États-membres signifierait pour eux. L’Union n’est déjà pas du tout une organisation démocratique, l’État-Europe le serait encore moins.

Même si Mario Draghi ne peut pas se présenter, la question centrale, et pourtant cachée, est celle-là : « Les populations de l’Union européenne doivent-elles ou non former un État unique, bien qu’à ce jour, elles ne forment pas un peuple unique ? ». En d’autres termes, accepteront-elles que des décisions leur soient imposées par une majorité de « régions » (on ne devrait plus parler d’États membres) dont elles ne feraient pas partie ?

Cette problématique avait été explicitement posée, dès 1939, par le chancelier allemand Adolf Hitler. Il entendait former une Grande Allemagne, constituée de tous les peuples parlant l’allemand, au centre d’une constellation de petits États européens, fondés chacun autour d’une ethnie. Après la chute du Reich, en 1946, le Premier ministre britannique, Winston Churchill, souhaitait voir se former des États-Unis d’Europe auxquels son pays ne devrait surtout pas participer [1]. Il s’agissait pour l’« Empire sur lequel le soleil ne se couchait jamais » de pouvoir traiter avec un seul interlocuteur qui ne pourrait pas rivaliser avec lui. Ce projet non plus ne fut pas réalisé, au profit cette fois d’un « marché commun ». C’est à lui que nous revenons maintenant.

En matière économique, l’Union se dirige vers une spécialisation du travail : par exemple, à l’Allemagne l’automobile, à la France, les produits de luxe et à la Pologne les produits agricoles. Mais, que vont penser les agriculteurs allemands et français qui seront sacrifiés ou les fabricants d’automobile polonais qui le seront aussi ?

En matière de politique étrangère et de Défense, l’Union est déjà sur une ligne atlantiste. C’est-à-dire qu’elle défend les mêmes positions que Washington et Londres. Mais cette ligne s’imposerait à tous, y compris aux Hongrois qui refusent de devenir anti-Russe ou aux Espagnols qui refusent de soutenir les génocidaires israéliens. Selon les Traités, c’est l’Otan qui est responsable de la Défense de l’Union. Le président états-unien Donald Trump exigeait que cette défense ne coûte rien aux États-Unis et donc que les Européens augmentent leurs budgets militaires à hauteur de 2 % de leur PIB. À ce jour, seuls 8 États sur 27 l’ont fait. Si l’UE devenait un État unique, ce souhait de Washington deviendrait une obligation pour tous. Pour certains États, comme l’Italie, l’Espagne ou le Luxembourg, cela impliquerait une ponction subite dans leurs programmes sociaux. Il est peu probable que les populations concernées apprécient.

En outre, il y a le cas particulier de la France, qui dispose d’un siège au Conseil de sécurité des Nations unies et de la Bombe atomique. Elle devrait mettre ces atouts au service de l’État unique au risque que la majorité du Conseil européen les utilise contre les opinions françaises. Là encore, les populations concernées, les Français en l’occurrence, ne l’accepteront pas.

Au demeurant, l’État-Europe (sans rapport avec le continent européen qui est beaucoup plus vaste) serait donc un Empire, bien qu’une partie de son territoire (Chypre-Nord) soit occupé par la Türkiye depuis 1974 et qu’il s’en accommode.

accéder à l'article

Égalité et RéconciliationGeorge Soros finance les manifestations pro-palestiniennes

Égalité et Réconciliation - 12 mai 2024

Si le vieux George Soros finance la chienlit universitaire pro-palestinienne, on imagine bien qu’il y a derrière cette générosité un nécessaire projet et une nécessaire vilénie. Bingo !

   

Comme nous l’explique dans le menu Renaud Beauchard, le financement des manifestations et des occupations universitaires sert à alimenter un chaos qui exaspèrent les étudiants non militants, qui irritent les témoins d’un spectacle de violence et de chaos, et qui justifie ensuite le tour de vis par les autorités en faveur de la sacro-sainte sécurité. On arrive alors au nœud gordien – ou plutôt sorosien : la censure des idées en général et la répression de tout ce qui sera qualifié de près ou de loin d’antisémitisme.

Rien de neuf, donc, les gauchistes sont ici utilisés comme les idiots utiles qu’ils ont toujours été, mais à un niveau confinant présentement à un remarquable tour de force.

Ainsi, sont en cours ou déjà réalisés, une loi de type loi Gayssot – malgré le sacro-saint Premier amendement – mais aussi la « loi Tik Tok », le National Security Act, les aides monstrueuses à l’Ukraine, la reconduction de la Foreign Intelligence Surveillance Act (FISA), etc. Tout cela permet la mise en place d’une oligarchie de surveillance nous entraînant vers une dystopie dangereuse mais bien réelle.

Le pire étant le ralliement de la plupart des Républicains à toutes ces volontés liberticides et ces censures. Même Donald Trump, empêtré dans ses procès, se rallie à un certain nombre de ces positions. Les optimistes espéreront qu’il cherche à ne pas faire trop de vagues et à envoyer des signaux lui permettant de disposer d’un meilleur traitement. L’avenir nous le dira.

Enfin, même Robert Kennedy Jr, qu’on espérait comme vrai subversif (là où Trump se félicite encore de sa politique vaccinale et n’a jamais renvoyé Anthony Fauci), semble s’aligner sur certaines positions peu recommandables, que ce soit sur le conflit israélo-palestinien ou son choix de Nicole Shanahan, ex-femme du cofondateur de Google Sergey Brin, comme colistière.

L’avenir paraît sombre, mais n’oublions pas que le pire n’est jamais certain, et que l’espoir fait vivre, parfois même jusqu’à la victoire.

accéder à l'article

VoltairenetLa narration du 7 octobre contredite par l’Histoire

Voltairenet - 11 mai 2024

Nous reproduisons le texte d’une conférence donnée le 4 mai à Boulogne-sur-mer. Thierry Meyssan y explique que le conflit actuel en Palestine n’est pas imputable aux populations arabes et juives.

   

Il a été organisé, dès 1915, par la puissance coloniale avec l’idée que jamais le ou les États à venir ne devaient parvenir à assurer leur sécurité. À leur insu et à leurs dépens, les Palestiniens et les Israéliens, en jouant l’opération du 7 octobre et sa réplique, ne font que mettre en œuvre cette politique. En ne parvenant pas à arrêter le nettoyage ethnique des gazaouis, les Anglo-Saxons ne manifestent pas leur insensibilité, mais le fait qu’ils considèrent les massacres comme de simples variables d’ajustement.

Bien que les massacres au Soudan et au Congo soient beaucoup plus meurtriers qu’en Palestine, c’est de ces derniers dont je vais vous parler aujourd’hui. En effet, c’est la première fois que l’on assiste, en direct sur nos téléphones portables, à un nettoyage ethnique. Je voudrais revenir sur diverses informations que j’ai déjà traitées dans divers articles, mais que, manifestement, certains médias ne veulent pas intégrer à leurs analyses. Je voudrais vous dire qu’il n’y a pas de fatalité communautaire : ce conflit n’est pas été provoqué par les populations de Palestine, qu’elles soient juives, chrétiennes ou musulmanes, mais par des puissances extérieures qui, depuis un siècle ont souhaité qu’elles ne connaissent jamais la paix.

La création d’Israël par les Britanniques

Pour me faire comprendre, je vais, avant toute chose, vous parler du Royaume-Uni. Vous avez assisté au couronnement du roi Charles III. Vous vous souvenez qu’au milieu de la cérémonie, il a ôté ses riches habits et s’est habillé d’une toile de lin. Ses pages ont dressé des paravents pour que l’assistance ne soit pas éblouie. Lorsque l’on a ôté les paravents, il était devenu roi. On lui a alors remis les symboles de son pouvoir, le sceptre et et le globe. Que s’était-il passé durant ces quelques instants hors de la vue du public ? Le prince de Galles avait vu Dieu, comme Moïse devant le buisson ardent [1]. Cette explication vous paraît probablement saugrenue et vous vous demandez comme ses sujets peuvent croire un tel conte à dormir debout. En réalité, depuis Jacques VI, au XVI° siècle, les souverains britanniques se déclarent rois d’Israël [2]. C’est contre sa conception du droit divin, qu’Oliver Cromwell renversa le roi Charles et proclama le Commonwealth. Cependant le Lord Protecteur était tout aussi illuminé, il professait qu’il fallait regrouper tous les juifs en Palestine et y reconstruire le temple de Salomon [3]. En définitive, les dynasties se succédèrent en entretenant ce mythe. Elles ont adopté divers rites et en ont imposés d’autres à leurs sujets, comme la circoncision juive, pratiquée d’office dans les maternités au XX° siècle sur tous les nouveaux-nés mâles du Royaume à leur naissance.

Deux ans avant la déclaration Balfour (1917) qui annonça la création d’un foyer national juif en Palestine, un diplomate juif et futur ministre des Affaires étrangères, Lord Herbert Samuel, rédigea un mémorandum sur le Futur de la Palestine (1915). Il y plaidait pour un État juif qui permettrait de placer toute la diaspora au service de l’Empire. Un peu plus tard, il précisa que ce nouvel État ne devrait jamais pouvoir seul assurer sa sécurité afin d’être éternellement dépendant de la Couronne d’Angleterre. C’est très exactement ce à quoi nous assistons aujourd’hui. C’est le sort qui a maudit la population de Palestine.

La déclaration de Lord Arthur Balfour a été suivie des 14 points du président états-unien Woodrow Wilson. Il y décrit les objectifs atteints par son pays durant la Première Guerre mondiale. Le point 12 est étrangement rédigé, mais lors de la Conférence de Paris qui rédigea le Traité de Versailles, il précisa par écrit ce qu’il fallait comprendre : la création de l’État d’Israël en Palestine (et du Kurdistan en Turquie). La Guerre mondiale avait provoqué un rééquilibrage des forces, de sorte que désormais, Washington travaillait aux côtés de Londres dans la défense d’intérêts communs.

Durant l’entre-deux-guerres, l’immigration juive dans la Palestine mandataire se passa bien. Les propriétaires terriens arabes vendirent sans problème une partie de leurs terres aux juifs. Cependant, dès 1920, des terroristes arabes assassinèrent des juifs. Parmi les assassins, Mohammed Amin al-Husseini fut condamné par les Britanniques à 10 ans de prison, mais ils ne les lui firent jamais exécuter. Bien au contraire, Lord Herbert Samuel (celui qui avait écrit qu’il ne devait jamais avoir de sécurité en Palestine), qui était devenu le haut-commissaire britannique en Palestine, le gracia et le nomma grand mufti de Jérusalem, prétendument pour maintenir un équilibre entre les deux grandes familles locales.

Survint un salafiste (c’est-à-dire un musulman souhaitant vivre comme les compagnons du Prophète au VII° siècle), Izz al-Din al-Qassam, qui avait déjà organisé une révolte contre les Français en Syrie et qui devint imam à Haïfa. Il décida le jihad, non pas contre l’occupant britannique, mais contre les immigrés juifs. Il s’en suivit divers attentats et pogroms de juifs. Pour maintenir la paix civile, les Britanniques tuèrent al-Qassam, ce personnage a donné son nom aux actuelles Brigades al-Qassam du Hamas.

La mort d’al-Qassam n’avait rien résolu du tout. Les Britanniques, fidèles à leur technique coloniale du « Diviser pour régner », ont toujours développé d’une main ce qu’ils combattaient de l’autre. En 1936, Lord Willam Peel, à la tête d’une commission officielle assura que l’on ne pourrait rétablir la paix qu’en séparant les populations arabes et juives en deux États distincts. C’est ce que l’on appelle aujourd’hui la « solution à deux États ».

Durant la Seconde Guerre mondiale le grand mufti de Jérusalem est devenu l’allié du chancelier Adolf Hitler. Il a notamment levé les musulmans des Balkans pour les engager dans la SS et a soutenu la « solution finale de la question juive ». De leur côté, les fascistes juifs (les « sionistes révisionnistes ») de l’Ukrainien Vladimir Jabotinsky, combattirent aux côtés de l’Axe contre les Britanniques. Les sionistes quant à eux, se battirent aux côtés des Alliés tout en contestant les limites que les Britanniques imposèrent en théorie à l’immigration juive ; en théorie seulement.

[...]

accéder à l'article

Aube DigitaleNetanyahou dévoile un plan utopique pour « Gaza 2035 »

Aube Digitale - 07 mai 2024

Le plan israélien en trois étapes vise à faire de Gaza un grand centre commercial et à l’intégrer dans l’économie du Moyen-Orient.

   

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a publié vendredi un plan utopique pour une Gaza reconstruite, intitulé « Gaza 2035 ».

Le bureau du Premier ministre a publié un fichier PowerPoint de 9 pages décrivant un avenir où Gaza serait déradicalisée de l’islamisme, transformée en un centre commercial de prospérité et d’innovation et intégrée dans l’économie du Moyen-Orient.

Le plan « Gaza 2035 » cherche à tirer parti du rôle géopolitique de Gaza sur les routes commerciales entre Le Caire et Bagdad, et entre l’Europe et le Yémen.

Les documents présentent trois étapes pour permettre à Gaza de retrouver l’autonomie et la croissance économique.

La première étape consisterait en 12 mois d’aide humanitaire, au cours desquels Israël créerait lentement des zones sûres dans la bande de Gaza, du nord au sud.

Deuxièmement, un processus de reconstruction de 5 à 10 ans supervisé par une coalition d’États arabes (Arabie saoudite, Émirats arabes unis, Égypte, Bahreïn, Jordanie et Maroc).

« Le plan consiste à transférer la responsabilité de la sécurité israélienne à Israël, tandis que la coalition arabe créera un organisme multilatéral appelé Autorité de réhabilitation de Gaza (GRA) pour superviser les efforts de reconstruction et gérer les finances de la bande », a rapporté le Jerusalem Post.

« La GRA sera dirigée par des Palestiniens de Gaza et sera responsable de la gestion des zones de sécurité. Cela se fera en coordination avec la mise en œuvre d’un « plan Marshall » et d’un programme de déradicalisation ».

La troisième étape, appelée « Autogouvernance », verrait Israël conserver le droit d’agir contre les « menaces à la sécurité ».

« Le pouvoir serait lentement transféré soit à un gouvernement local de Gaza, soit à un gouvernement palestinien unifié (incluant la Cisjordanie). Toutefois, cela dépend de la réussite de la déradicalisation et de la démilitarisation de la bande de Gaza et sera soumis à l’accord de toutes les parties », a rapporté le JPost.

accéder à l'article

SANTÉ

Mr MondialisationUn patch Sanofi bidon validé par le comité des Jeux Olympiques

Mr Mondialisation - 19 mai 2024

Le Youtubeur G Milgram tire la sonnette d’alarme avec l’aide de plusieurs pharmaciens concernant une nouvelle marque lancée par Sanofi en partenariat avec les Jeux Olympiques.

   

Un patch « miracle » qui soignerait les douleurs par « infrarouge » sans composant médical… Du « bullshit » commercial, selon des pharmaciens, qui fait tâche mais promet de rapporter beaucoup d’argent grâce aux J.O. de Paris.

Décidément, les scandales qui entourent ces J.O. commencent à se faire nombreux. Le dernier en date concerne un nouveau produit lancé par le géant de la Big Pharma : Sanofi. Initiv est un nouveau patch collant à « Biologie Augmentée » lancé en partenariat officiel avec les Jeux Olympiques 2024. Sans actif médicamenteux, celui-ci promet de soulager les douleurs en renvoyant les émissions naturelles d’infrarouges de la peau. Tout ce verbiage pour dire que ce simple autocollant hors de prix va garder un peu de chaleur de la peau et la renvoyer vers la zone concernée avec la promesse de soulager quelques douleurs. C’est du moins ce qu’affirme la marque.

Sanofi n’a pas fait dans la dentelle. Avec un plan marketing agressif envoyé à tous les pharmaciens de France à l’occasion des J.O., il est question de convaincre le consommateur de l’efficacité « prouvée » du patch. À ce propos, les patchs sont en vogue depuis quelques temps. On en trouve pour absolument tout. Ils ne coûtent absolument rien à produire mais promettent d’importants profits pour leurs inventeurs. Selon des documents promotionnels ayant fuité, le marché du patch pèserait quelques 400 millions d’euros. Le tout consistant surtout à convaincre le consommateur de leurs pouvoirs de guérison qui, la plupart du temps, n’existent que dans notre imaginaire.

Des pharmaciens en colère.

Plusieurs pharmaciens – avec un minimum de conscience professionnelle – ont naturellement réagit à l’arrivée de ce produit sur leur marché. Il existe déjà des produits « sans effet réel » en pharmacie, mais c’est peut-être la première fois qu’une énorme société comme Sanofi s’infiltre dans ce marché douteux, brouillant toujours un peu plus les cartes, et créant toujours plus de méfiance chez le consommateur.

[...]

« En tant que professionnel de santé, je trouve ça scandaleux de vendre en pharmacie ce genre de produit sans réel fondement scientifique. Notre conseil à un poids non-négligeable sur la santé des gens, et je ne veux pas me faire charlatan au nom du pognon des grands groupes pharmaceutiques censés respecter une certaine déontologie et pratiquer une rigueur scientifique exemplaire »

Un pharmacien anonyme

accéder à l'article

Le Media en 4-4-2Eau du robinet, en bouteille ou de Quinton : Quelle est la meilleure option ?

Le Media en 4-4-2 - 17 mai 2024

Dans ce quatrième numéro des RDV de Kate, Gilles Lartigot et notre journaliste Kate nous embarque dans une discussion passionnante autour de l’eau.

   

Gilles Lartigot nous emmène dans un voyage à travers l’histoire de l’eau de ville, en soulignant les progrès réalisés dans la distribution d’eau potable à grande échelle. Cependant, nous ne pouvons pas ignorer les scandales liés à l’eau potable, tels que la contamination par des produits chimiques et des bactéries. Ensemble, nous avons également abordé les scandales liés à l’eau en bouteille, notamment en ce qui concerne la présence de polluants éternels et la contamination microbiologique.

Mais ce n’est pas tout ! Nous explorons l’histoire de l’eau de Quinton, cette eau quantique et les bienfaits thérapeutiques qu’elle peut apporter.

En somme, cet épisode est une mine d’informations pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur l’eau qu’ils boivent et sur les choix qu’ils peuvent faire pour leur santé et pour l’environnement. Une discussion aussi passionnante qu’informative.

The DefenderLicenciement, puis 42 millions pour préparer la prochaine pandémie

The Defender - 15 mai 2024

Une université obtient 42 millions de dollars pour la “préparation à la pandémie”, deux semaines après avoir licencié un scientifique qui remettait en question les vaccins COVID destinés aux enfants.

   

L’université Laval de Québec, au Canada, a licencié le professeur Patrick Provost, docteur en médecine, pour avoir publiquement mis en doute la sécurité et la nécessité des vaccins COVID-19 pour les enfants. Deux semaines plus tard, l’université a reçu 42 millions de dollars de la Fondation canadienne pour l’innovation afin de créer un centre de préparation aux futures pandémies.

Une université canadienne a licencié Patrick Provost, docteur en sciences, professeur et scientifique expérimenté dans le domaine des nanoparticules d’ARN et de lipides, relançant ainsi le débat sur la liberté académique et la suppression du discours scientifique.

L’université Laval, une université publique de recherche située dans la ville de Québec, a suspendu M. Provost à plusieurs reprises pour avoir publiquement remis en question la sécurité des vaccins COVID-19 et la nécessité de vacciner les enfants.

Le 28 mars, l’université a licencié M. Provost, qui était titulaire du département de microbiologie, de maladies infectieuses et d’immunologie de la faculté de médecine de l’université.

Le licenciement, qui intervient alors que les suspensions précédentes font toujours l’objet d’un arbitrage – et malgré une loi québécoise protégeant la liberté académique – a d’abord fait les gros titres du journal québécois Le Devoir le 26 avril, un jour après que Libre Média a publié des extraits de la lettre de M. Provost à ses collègues.

“Sommes-nous en train d’assister à une réingénierie de la société, où nous ne pourrons plus nous exprimer ou débattre librement … où les professeurs se censureront eux-mêmes, plutôt que d’intervenir … afin de préserver leurs privilèges ? a écrit M. Provost.

La décision controversée de l’Université Laval fait suite à l’exemple de l’Université Harvard qui, en mars dernier, a congédié Martin Kulldorff, Ph.D., l’un des auteurs de la Déclaration de Great Barrington, apparemment pour ne pas avoir respecté le mandat de l’Université concernant le vaccin COVID-19.

Au cours de ses 35 années de carrière dans la recherche universitaire, M. Provost a rédigé près de 100 articles, a été cité dans plus de 16 000 articles de recherche et a reçu trois prix “Découverte de l’année” en reconnaissance de ses recherches.

Il a été un expert de premier plan dans le domaine de l’ARN au cours des 20 dernières années et dans le domaine des nanoparticules lipidiques au cours des 10 dernières années.

Sa connaissance approfondie de ces composants clés des vaccins mRNA COVID-19 l’a amené à s’interroger sur les dangers potentiels associés à ces nouveaux traitements lorsque le gouvernement canadien les a mis en œuvre en 2021.

Conscient des risques potentiels, connus et inconnus, associés à ces nouveaux “vaccins”, je ne pouvais rester silencieux sur des questions aussi importantes, où des vies sont en jeu, en particulier celles d’enfants”, a écrit M. Provost dans sa lettre.

Il a déclaré qu’il se sentait obligé de partager ses préoccupations avec le public, ses collègues et les représentants du gouvernement, afin de promouvoir la transparence et la prise de décision en connaissance de cause.

Malgré ses tentatives de dialogue et de débat, le Provost n’a reçu d’autre réponse que les mesures disciplinaires prises par l’Université Laval.

Il a été suspendu sans salaire à quatre reprises. La première suspension, de huit semaines, a été imposée le 13 juin 2022 à la suite d’une plainte d’un professeur, et la seconde, de quatre mois, a été imposée le 23 janvier 2023 à la suite d’une plainte d’un citoyen.

Une sixième plainte a été retirée le 14 février 2023, après que plus de 275 collègues ont écrit à l’université pour dénoncer la façon dont elle traitait M. Provost, la qualifiant d'”abusive”.

Laval maintient que ses actions n’étaient pas liées à la liberté académique mais qu’elles portaient atteinte à l’autorité politique de l’université, a déclaré le vice-recteur à The Defender.

Dans sa lettre, M. Provost a exprimé sa déception face à l’absence de discussion ouverte sur la question du vaccin COVID-19, en demandant : “Pourquoi les pairs ont-ils disparu du débat public avec opinions dissidentes ?

La liberté académique est la dernière ligne de défense de la démocratie

Le licenciement de M. Provost a suscité des inquiétudes quant à l’application de la loi québécoise – adoptée en juin 2022 – protégeant la liberté académique, a rapporté The Epoch Times.

“Les professeurs d’université ont le droit de critiquer leurs propres institutions, et même le gouvernement”, a déclaré M. Provost au Defender, qui a ajouté que son affaire n’aurait jamais dû être soumise à un arbitre.

Le ministre parlementaire a toutefois refusé d’intervenir et, voulant éviter d’être accusé d’intervenir dans la procédure judiciaire, a affirmé que la procédure d’arbitrage devait se poursuivre, selon M. Provost.

Les critiques affirment que la loi n’a pas été appliquée de manière efficace, ce qui a conduit à la suppression des opinions dissidentes et à la sanction des chercheurs qui remettent en cause les récits dominants.

[...]

accéder à l'article

Le Media en 4-4-2AstraZeneca retire son vaccin contre le covid-19 dans le monde entier

Le Media en 4-4-2 - 09 mai 2024

Un procès est en cours au Royaume-Uni.

   

Le fabricant britannique de médicaments AstraZeneca a annoncé le retrait de son vaccin contre le Covid-19 dans le monde entier, suite à l'admission de la société que le vaccin "peut provoquer le thrombose-thrombocytopénie (TTS)".

Le fabricant britannique de médicaments AstraZeneca a annoncé le retrait de son vaccin contre le Covid-19 dans le monde entier, suite à l’admission de la société que le vaccin « peut provoquer le TTS ». Le TTS, ou thrombose avec syndrome de thrombocytopénie, peut entraîner des caillots sanguins et un nombre de plaquettes trop faible.

Le vaccin, connu sous le nom de Vaxzevria, ne peut plus être utilisé dans l’Union européenne maintenant qu’AstraZeneca l’a retiré, selon le journal The Telegraph. Au Royaume-Uni, un procès collectif est en cours contre AstraZeneca, le géant pharmaceutique étant poursuivi pour des allégations selon lesquelles son vaccin, développé avec l’Université d’Oxford, aurait causé la mort et des blessures graves dans des dizaines de cas.

Les avocats des victimes et de leurs proches affirment que le vaccin a produit un effet secondaire qui a eu un effet dévastateur sur un bon nombre de familles. Le premier cas a été déposé l’année dernière par Jamie Scott, père de deux enfants, qui a subi une lésion cérébrale permanente après avoir développé un caillot de sang et une hémorragie cérébrale qui l’a empêché de travailler après avoir reçu le vaccin en avril 2021.

Cinquante et une affaires ont été déposées devant la Haute Cour, les victimes et leurs proches réclamant des dommages-intérêts estimés à 100 millions de livres sterling. Les scientifiques ont identifié pour la première fois un lien entre le vaccin et une nouvelle maladie appelée thrombocytopénie et thrombose immunitaires induites par le vaccin (VITT) dès mars 2021, peu de temps après le début du déploiement du vaccin Covid-19, mais ont été considérés comme « complotistes » sur tous les plateaux de télévision du monde entier.

L’aveu d’AstraZeneca fait suite à d’intenses querelles juridiques et pourrait donner lieu à des paiements si la société pharmaceutique admet que le vaccin a été la cause de maladies graves et de décès dans des affaires juridiques spécifiques. Le gouvernement britannique s’est engagé à prendre en charge les frais juridiques d’AstraZeneca.

« AstraZeneca est un vaccin qui est très efficace, très efficace ! »

Olivier Véran

accéder à l'article

Réseau InternationalPfizer comparaîtra face à un footballeur français

Réseau International - 07 mai 2024

Le tribunal devra décider si les injections sont responsables des troubles de santé dont souffre François-Xavier Fumu Tamuzo.

   

Dans la foulée de l’aveu historique de AstraZeneca, qui dans des documents judiciaires au Royaume-Uni a récemment admis que son injection pouvait effectivement causer des effets secondaires graves, c’est au tour de Pfizer et BioNTech de répondre en justice des effets dévastateurs de leurs injections. Le plaignant est cette fois un footballeur, François-Xavier Fumu Tamuzo, milieu de terrain de l’équipe du Stade Lavallois qui évolue en Ligue 2 du championnat de France.
«La longue marche est à peine supportable»

L’avocat du footballeur explique :

«Depuis deux ans, mon client est dans une errance médicale et personne n’a émis un doute sur les effets indésirables du vaccin. Alors qu’on sait qu’ils existent aujourd’hui, personne ne peut le nier. Et au fur et à mesure de ces soucis, François-Xavier est allé consulter des spécialistes de médecine interne qui ont émis éventuellement ce doute. Il faut le lever».

Et le footballeur d’ajouter :

«J’aimerais comprendre pourquoi mon corps a arrêté de fonctionner. La longue marche est à peine supportable, les footings me sont impossibles. Au moment où je veux mettre une impulsion, par exemple pour monter mes escaliers ou monter une étagère ou même descendre les escaliers, les douleurs sont vives».
Pfizer refuse de commenter

Dans un communiqué relayé par la presse, Pfizer indique ne pas avoir encore reçu l’assignation et ne souhaite pas commenter la procédure. Dans le même communiqué, la société affirme de surcroît que «la santé et la sécurité des patients sont nos priorités absolues», alors que des fuites en caméra cachée du journaliste Justin Leslie, et dont nous faisions rapport au mois de mars, révèlent pourtant le contraire.

Le laboratoire ajoute :

«Comme le veut le processus en vigueur pour l’ensemble des vaccins autorisés en Europe, l’EMA [Agence européenne des médicaments] surveille et évalue les cas déclarés d’effets indésirables liés à notre vaccin contre la Covid-19. Le cas échéant, l’EMA recommande également la mise à jour du RCP (Résumé des Caractéristiques Produit) de notre vaccin contre la Covid-19 pour intégrer toute nouvelle information de sécurité. Nous suivons scrupuleusement ces recommandations et modifions le RCP de notre vaccin en conséquence le cas échéant».
Audience en juillet

Au total, quatre entités sont assignées en justice : Pfizer-Allemagne et BioNTech en tant que concepteurs du vaccin, Pfizer-France en tant que fournisseur et la Fédération Française de Football.

Une audience aura lieu le 2 juillet au tribunal judiciaire de Paris. À cette occasion, la justice devra décider si elle nomme un collège d’experts. L’objectif de ce dernier sera d’établir si un lien de causalité existe effectivement entre l’injection et l’état de santé du footballeur.

accéder à l'article

SCIENCE

Profession GendarmeVotre ADN est-il une antenne de réception des EMF ?

Profession Gendarme - 20 mai 2024

Des centaines et des centaines d’études montrent que notre monde merveilleux des EMF (champ électromagnétique, par ses sigles en anglais, ) sans fil n’est pas bon pour notre santé.

   

Mais vous vous demandez peut-être : Comment ?

Lorsque nous parlons de » EMF « , nous parlons de différents types d’ondes électromagnétiques, de différentes fréquences, de différents niveaux de puissance, et ainsi de suite. Par quel mécanisme cela pourrait-il fonctionner ?

Il s’avère que la réponse pourrait bien se trouver dans notre ADN !

Liens associés :
– L’ADN est une antenne fractale dans les champs électromagnétiques (https://www.researchgate.net/publicat…)
– Une image en 3D montre comment l’ADN se rassemble en un « globule fractal » (https://scitechdaily.com/3-d-image-sh…)
– Conductance électronique élevée grâce à des molécules d’ADN à double hélice dotées de groupes d’ancrage en fullerène (https://pubs.acs.org/doi/10.1021/acs….)
– L’arc-en-ciel invisible : Une histoire de l’électricité et de la vie par Arthur Firstenberg (https://amzn.to/3PZuB0r)
– Genetic Entropy (Entropie génétique) par le Dr John Sanford (https://amzn.to/4cHv0hM)

Pour d’autres conseils techniques : https://scottiestech.info

Aube DigitaleLa communication sans fil 6G pourrait bientôt arriver

Aube Digitale - 18 mai 2024

La communication sans fil 6G pourrait bientôt voir le jour, car l’un des principaux problèmes liés à cette technologie semble avoir été résolu.

   

Jusqu’à présent, l’un des principaux obstacles à la communication 6G était la taille minuscule des ondes térahertz qu’elle utilise. Celles-ci sont facilement perturbées par des obstacles tels que les murs, les meubles et les créatures vivantes.

Aujourd’hui, des chercheurs des universités Brown et Rice affirment avoir trouvé un moyen de courber les ondes térahertz autour des obstacles.

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Communications Engineering, les chercheurs démontrent une nouvelle approche pour envoyer des ondes 6G sur des trajectoires courbes, en maintenant un lien fort entre l’émetteur et le récepteur.

« Il s’agit de la première liaison de données incurvée au monde, une étape cruciale dans la réalisation de la vision de la 6G en matière de débit de données élevé et de haute fiabilité », déclare Edward Knightly, professeur d’ingénierie électrique et informatique à l’université Rice.

La question des effets sur la santé de l’exposition aux rayonnements non ionisants (CEM), y compris la 5G, reste une source importante de controverse.

Alors que les vérificateurs de faits et les médias grand public alternent entre la minimisation des craintes concernant les effets négatifs sur la santé et leur ridiculisation comme étant liées à diverses « théories du complot de droite », les experts médicaux et les scientifiques continuent d’avertir qu’il y a de bonnes raisons de croire qu’une exposition constante peut être liée à une grande variété de dommages, allant de la réduction du nombre de spermatozoïdes au cancer et à la démence.

En 2017, des médecins et des scientifiques ont lancé une pétition dans l’UE pour empêcher le déploiement de la technologie de la 5G. Ils ont invoqué des risques potentiels de cancer et ont également fait remarquer qu’en raison de la nouveauté de la technologie, des tests de sécurité adéquats n’avaient pas été réalisés.

Diverses études ont montré que les rayonnements non ionisants pouvaient causer des dommages aux gènes.

Comme l’indique une étude de synthèse, « de nombreuses études ont fait état d’effets sur des cellules et des animaux après une exposition aux CEM à des intensités similaires à celles que l’on trouve dans l’environnement public et professionnel ».

L’étude ajoute que « les mécanismes par lesquels les effets sont induits par les CEM sont fondamentalement inconnus ».

accéder à l'article

Profession GendarmeLes Ondes Électromagnétiques agissent sur les Nanorobots !

Profession Gendarme - 27 avr 2024

Les Ondes Électromagnétiques agissent sur les Nanorobots des Vaxx pour modifier notre Comportement et créer les Maladies programmées par les Ondes !

   

Mike Adams, chercheur et militant, avec le Dr Alphonzo Monzo, médecin naturopathe américain spécialisé dans la biophysique et la nanotechnologie en tant qu’arme, et son interaction avec la biologie : Par nanotechnologie, nous entendons de petites machines générées naturellement ou en présence d’un champ électromagnétique.

Elles s’auto-assemblent et peuvent se répliquer à l’intérieur du corps.

Il s’agit d’une arme.

Le danger est que nous ne la connaissons pas.

L’information est en train de sortir, il y a donc de l’espoir.

La nanotechnologie crée des maladies et modifie le comportement.

Elle interagit avec les ondes électromagnétiques !

Source : Changera4

accéder à l'article

Aube DigitaleL’accélérateur du CERN sera mis en service pendant l’éclipse solaire

Aube Digitale - 02 avr 2024

Après deux années d’interruption, l’accélérateur de particules de l’organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) sera utilisé pour rechercher des particules cachées lors de l’éclipse solaire du 8 avril.

   

La machine, le Grand collisionneur de hadrons (LHC), fait exploser des protons les uns contre les autres pour les ouvrir et étudier les particules subatomiques qu’ils contiennent.

Au cours de l’éclipse du mois prochain, l’équipe de scientifiques tentera de prouver l’existence de la matière noire, dont on estime qu’elle constitue environ 28 % de l’univers, bien qu’on ne l’ait jamais vue.

Alors que le LHC fonctionne généralement pendant un mois chaque année, cela fait deux ans qu’il a été remis en service après avoir été arrêté pendant la crise énergétique européenne de 2022.

La semaine dernière, des scientifiques ont révélé qu’une structure « fantôme » avait été découverte à l’intérieur du collisionneur de particules.

Le compte X populaire « Concerned Citizen » a commenté les tests du CERN sur l’éclipse solaire et a également noté que la NASA lancera des fusées portant le nom d’une divinité serpentine égyptienne pendant l’événement.

La mission de la NASA, connue sous le nom de Perturbations atmosphériques autour de la trajectoire de l’éclipse (APEP), a été baptisée en l’honneur de la « divinité serpent de l’ancienne mythologie égyptienne », qui était une « némésis de la divinité du Soleil, Râ ».

« On dit qu’Apep poursuivait Râ et que, de temps à autre, il le consumait presque, ce qui provoquait une éclipse », peut-on lire sur le site web de la NASA.

Selon Ancient Egypt Online, « Apep était l’ancien esprit égyptien du mal, de l’obscurité et de la destruction. En tant qu’ennemi juré du dieu du soleil, Râ, il était une force malveillante qui ne pouvait jamais être entièrement vaincue. Chaque nuit, lorsque le soleil traversait le monde souterrain (ou le ciel), son rugissement emplissait l’air et il lançait son attaque ».

Le projet de la NASA a pour but d’étudier comment l’éclipse solaire, en provoquant une baisse soudaine de la lumière du soleil, affecte la haute atmosphère de la Terre.

accéder à l'article

Guy BoulianneIA prédicative pour déceler les volontaires à la vaccination COVID-19

Guy Boulianne - 26 mar 2024

Un nouveau système d’intelligence artificielle est capable de prédire si une personne est prête ou non à se faire vacciner contre le COVID-19.

   

Un nouvel outil puissant d’intelligence artificielle est capable de prédire si une personne est prête à se faire vacciner contre le COVID-19. Le système intègre les mathématiques du jugement humain à l’apprentissage automatique pour prédire l’hésitation à la vaccination. Le système prédictif utilise un petit ensemble de données issues de données démographiques et de jugements personnels tels que l’aversion au risque ou à la perte.

Les résultats encadrent une nouvelle technologie qui pourrait avoir de vastes applications pour prédire la santé mentale et donner lieu à des campagnes de santé publique plus efficaces.

Une équipe dirigée par des chercheurs de l’Université de Cincinnati et de l’Université Northwestern a créé un modèle prédictif utilisant un système intégré d’équations mathématiques décrivant les modèles légaux de jugement de récompense et d’aversion grâce à l’apprentissage automatique.

« Nous avons utilisé un petit nombre de variables et des ressources informatiques minimales pour faire des prédictions », a déclaré l’auteur principal Nicole Vike, associée de recherche principale au Collège d’ingénierie et de sciences appliquées de l’UC.

« Il est peu probable que la COVID-19 soit la dernière pandémie que nous verrons au cours des prochaines décennies. Disposer d’une nouvelle forme d’’intelligence artificielle pour la prédiction en santé publique constitue un outil précieux qui pourrait aider à préparer les hôpitaux à prédire les taux de vaccination et les taux d’infection qui en découlent. »

L’étude a été publiée dans le Journal of Medical Internet Research Public Health and Surveillance.

Les chercheurs ont interrogé 3 476 adultes à travers les États-Unis en 2021 pendant la pandémie de COVID-19. Au moment de l’enquête, les premiers vaccins étaient disponibles depuis plus d’un an.

Les personnes interrogées ont fourni des informations telles que leur lieu de résidence, leurs revenus, leur niveau d’éducation le plus élevé atteint, leur appartenance ethnique et leur accès à Internet. Les données démographiques des personnes interrogées reflétaient celles des États-Unis, d’après les chiffres du US Census Bureau. Il a été demandé aux participants s’ils avaient reçu l’un ou l’autre des vaccins disponibles contre la COVID-19. Environ 73 % des personnes interrogées ont déclaré avoir été vaccinées, soit un peu plus que les 70 % de la population nationale qui avaient été vaccinées en 2021.

En outre, il leur a été demandé s’ils suivaient systématiquement quatre recommandations destinées à prévenir la propagation du virus : porter un masque, respecter la distance sociale, se laver les mains et ne pas se rassembler en grands groupes.

Il a été demandé aux participants d’évaluer dans quelle mesure ils aimaient ou n’aimaient pas un ensemble de 48 images séquencées au hasard sur une échelle de sept points de 3 à -3. Les images provenaient de l’International Affective Picture Set, un vaste ensemble de photographies couleur émotionnellement évocatrices, réparties en six catégories : sports, catastrophes, animaux mignons, animaux agressifs, nature et nourriture.

Vike a déclaré que le but de cet exercice est de quantifier les caractéristiques mathématiques des jugements des gens lorsqu’ils observent des stimuli légèrement émotionnels. Les mesures de cette tâche incluent des concepts familiers aux économistes comportementaux — ou même aux joueurs — tels que l’aversion au risque (le point auquel quelqu’un est prêt à accepter une perte potentielle pour une récompense potentielle) et l’aversion à la perte. Il s’agit de la volonté d’éviter les risques, par exemple en souscrivant une assurance.

« Cela peut fonctionner très simplement. Il ne nécessite pas de super calcul, est peu coûteux et peut être appliqué à toute personne possédant un smartphone. Nous l’appelons IA cognitive computationnelle. Il est probable que vous verrez d’autres demandes concernant des modifications de jugement dans un avenir très proche. »

Aggelos Katsaggelos, professeur

accéder à l'article

SOCIAL

Echelle de JacobIls veulent nos âmes

Echelle de Jacob - 20 mai 2024

Texte intégral d'un discours prononcé le 10 mai par l'archevêque Carlo Maria Viganò à l'Auditorium Gavirate de Varèse, en Italie.

   

Une approche « médico-légale » du crime psychopandémique

L’un des effets les plus immédiats de l’opération psychopandémique infernale et manipulatrice est le refus des masses de reconnaître qu’elles ont été l’objet d’une fraude colossale. Sous prétexte d'empêcher la propagation d'un virus présenté comme mortel et incurable – et dont on sait désormais qu'il n'a jamais été isolé selon les postulats de Koch – des milliards de personnes ont été contraintes de se soumettre à l'inoculation d'un médicament expérimental réputé inefficace. pour son objectif déclaré. Et pour ce faire, les autorités en charge n'ont pas hésité à discréditer les traitements existants qui auraient rendu impossible l'autorisation de vente de ce sérum génétique.

La raison de ce refus instinctif des masses de se reconnaître comme victimes d’un véritable crime contre l’humanité n’efface cependant pas l’évidence des intentions des auteurs de ce crime. Ces intentions, déclarées depuis des décennies sur la base d'une falsification grotesque de la réalité, s'incarnent dans une action systématique visant à encourager le dépeuplement de la planète à travers des pandémies, des famines, des guerres, des affrontements entre différentes couches de la population, l'appauvrissement des plus faibles et la réduction drastique des services publics – y compris la santé et la sécurité sociale – que l’État devrait garantir à ses citoyens.

L'Institut Bill & Melinda Gates pour la population et la santé reproductive est l'un des principaux architectes d'un plan de réduction de la population qui part de l'hypothèse néo-malthusienne selon laquelle la population de la Terre doit être drastiquement réduite et que sa nourriture et ses ressources énergétiques doivent faire l’objet d’interventions favorisant cette réduction. Les déclarations confirmant ce projet d'extermination ne sont même plus dissimulées ; au contraire, elles sont explicitement réitérées dans les conférences et études produites par le réseau d’organisations et d’instituts financés par des philanthropes autoproclamés.

Mais si un lobby composé de personnes très riches déclare vouloir réduire la population mondiale grâce à des vaccinations de masse qui provoquent la stérilité, la maladie et la mort ; et si ces vaccinations provoquent effectivement la stérilité, la maladie et la mort chez des millions de personnes vaccinées, je crois que nous devrions tous élargir nos horizons – et j'adresse mon appel aux éminents juristes et intellectuels, ainsi qu'aux médecins et scientifiques – et ne nous limitons pas à une enquête qui a pour seul objet les effets néfastes et mortels du sérum expérimental.

Si nous ne situons pas l’organisation de la psychopandémie dans le contexte plus large du projet criminel qui l’a conçue, nous nous exclurons de la possibilité, non seulement de comprendre qu’il s’agissait d’un crime prémédité, mais aussi de voir sur quels autres fronts nous sommes, et nous serons l’objet de nouvelles attaques – qui ont toutes le même objectif ultime, à savoir l’élimination physique de milliards de personnes.

Les failles du système de censure généralisé qui s’instaure dans presque tous les États occidentaux – ou plutôt dans ceux qui sont soumis aux diktats de l’OMS et à l’ombrelle subversive du Forum économique mondial – ont permis à beaucoup d’entre nous de constater un fait incontestable : ces sérums – produits par les agences gouvernementales à partir de virus génétiquement modifiés grâce à la recherche sur le gain de fonction et qui sont soumis au secret militaire – non seulement ne servent pas à guérir la maladie fantôme du Covid-19, mais induisent également des effets indésirables graves, voire la mort ; et cela n’est pas seulement dû à la nouvelle technologie d’ARNm avec laquelle ils sont produits, mais aussi à la présence de substances qui n’ont aucun rapport avec l’objectif déclaré de lutter contre le virus. Des substances – dont l’oxyde de graphène – qui, par coïncidence, ont été brevetées bien avant le lancement de l’opération pandémie – un détail pour le moins inquiétant.

Par conséquent, étant donné que ces sérums ne font pas ce pour quoi ils ont été déclarés lorsqu'ils ont été approuvés par les différentes agences de santé, mais s'avèrent au contraire très efficaces pour induire des pathologies même très graves, pour provoquer la mort et pour réaliser la stérilisation des personnes inoculées, il faut passer à l’étape suivante – qui est la plus redoutée par le système qui les a imposées – et dénoncer la malveillance et la préméditation – la mens rea, comme diraient les juristes – de ceux qui ont délibérément utilisé une fausse pandémie pour exterminer la population, selon une vision folle et anti-humaine qui considère l'humanité comme le cancer de la Planète.

C'est pourquoi je vous invite à franchir une nouvelle étape dans cette louable opération de vérité et de dénonciation dans laquelle vous vous engagez courageusement.

Ne posez pas les mauvaises questions, car vous obtiendrez de mauvaises réponses. Si vous supposez que les autorités sanitaires ont agi dans un but licite et que les erreurs commises sont dues à l'inexpérience ou à la pression de l'urgence ; si vous prenez pour acquis que les producteurs de sérum génétique ont pour objectif de guérir les maladies et non le profit le plus cynique et la création de malades chroniques, vous finirez par falsifier la réalité, et les conclusions que vous tirerez seront nécessairement les mêmes supercheries.

Adopter plutôt une approche forensique, pour ainsi dire, afin de montrer qu'il existe une parfaite cohérence entre les outils adoptés et les résultats obtenus, quels que soient les objectifs affichés ; sachant que leurs véritables motivations, précisément en raison de leur désir intrinsèque de nuire, devaient être dissimulées et niées. Qui pourrait admettre, avant d'imposer frauduleusement un traitement génétique de masse, que son objectif était de rendre une très grande partie de la population mondiale soit malade, soit stérile, soit morte ?

Mais si c’est là l’objectif de l’idéologie néo-malthusienne ; s’il existe des preuves que les effets indésirables des sérums ont été dissimulés par malveillance ; si dans les différents lots se trouvent des substances qui n'ont aucune justification prophylactique mais qui, au contraire, induisent des pathologies et permettent de falsifier l'ADN humain, les conclusions logiques ne peuvent manquer de mettre en évidence la volonté criminelle derrière l'opération, et donc la complicité coupable du public, institutions, entités privées, voire les dirigeants de la Hiérarchie catholique, les médias, le pouvoir judiciaire, la police, les forces armées et l’ensemble du corps médical – à de très rares exceptions près – dans une opération d’extermination massive.

La question que nous devons désormais nous poser – et que nous devons poser à ceux qui prétendent nous gouverner et nous imposer des règles et des comportements qui affectent directement notre vie quotidienne et notre santé – n’est pas de savoir pourquoi les sérums ont été imposés, même s’ils sont manifestement nocifs. et mortel , mais plutôt pourquoi aucun organe de l'État – dont le but ultime devrait être le bien commun, la santé et le bien-être de ses citoyens – n'a mis fin à ce crime, mais en est devenu complice, allant jusqu'à violer les droits fondamentaux et à piétiner la Constitution. Et une fois que l’on comprend la complicité du pouvoir judiciaire, du Parlement, du gouvernement et du chef de l’État, il faut se demander quelle peut et doit être la réponse des citoyens – que l’article 1er de la Constitution reconnaît comme seuls détenteurs de la souveraineté nationale. être confronté à un acte subversif et à une trahison du pouvoir.

Qui est custodiet ipsos custodes ? demande Juvénal ( Satires , VI, 48-49).

Si un système de gouvernement en vient à être structuré de telle manière que ceux qui sont constitués en autorité peuvent nuire à ceux qui doivent leur obéir ; si des forces non légitimées par un quelconque mandat politique ou social parviennent à manœuvrer des gouvernements entiers et des institutions supranationales avec l’intention de s’approprier le pouvoir et de concentrer entre leurs mains tous les instruments de contrôle et toutes les ressources – finance, santé, justice, transports, commerce, alimentation, éducation, information ; si une entité subversive peut se vanter publiquement d'avoir à son service des premiers ministres, des ministres et des fonctionnaires, nous devons ouvrir les yeux et dénoncer l'échec de ce pacte social qui est à la base de la coexistence civile et qui légitime la délégation de pouvoir du peuple à leurs représentants. Et de là, inévitablement, doit naître la prise de conscience que la pandémie – ainsi que l’urgence climatique et toutes les autres pseudo-catastrophes envisagées à des fins d’intimidation par le même lobby – constituent un élément fondamental dans le cadre d’un coup d’État mondial plus large. État auquel il faut s'opposer, qu'il est essentiel de dénoncer, et dont les auteurs – tant au sommet de ces organisations subversives que dans les gouvernements, les institutions publiques et les plus hautes sphères de l'Église catholique – seront inexorablement jugés et reconnus coupables de haute trahison. et les crimes contre l'humanité.

Mais pour y parvenir – il faudra le reconnaître après quatre ans – il est essentiel de comprendre que ce lobby criminel agit pour le Mal, sert le Mal et poursuit la mort non seulement du corps mais aussi de l’âme de chacun. un de nous ; que ses émissaires sont des serviteurs de Satan, voués à la destruction de tout ce qui ressemble même de loin à l'œuvre parfaite de la Création, tout ce qui fait référence à l'acte généreux et gratuit par lequel le Créateur infuse la Vie. Satan est meurtrier depuis le commencement (Jn 8, 44), et ceux qui le servent ne peuvent rien faire d'autre que désirer la mort, quel que soit le moyen par lequel elle est infligée.

Prétendre que nous avons affaire à de vils marchands intéressés uniquement par l’argent et refusant de voir la matrice satanique du projet mondialiste est une erreur impardonnable qu’aucun d’entre nous ne peut commettre, si nous voulons vraiment arrêter la menace qui pèse sur l’humanité tout entière. Pour cela, je vous assure de mes prières et implore sur vous la bénédiction de Dieu et le patronage de la Très Sainte Vierge Salus Infirmorum .

Carlo Maria Viganò, archevêque

"Ils veulent nos âmes. Les mondialistes veulent nous faire subir à tous ce que les Israéliens font aux Palestiniens. Et grâce à notre soutien à Israël, nous leur donnons le droit moral de nous dévaster."

Henry Makow

accéder à l'article

Sott : Sign of The TimesLe transgenrisme préfigure une ère de post-vérité transhumaniste

Sott : Sign of The Times - 16 mai 2024

Entretien avec les auteurs de Transmania qui raconte « l'un des plus gros casses conceptuels du siècle » : l'histoire du transgenrisme.

   

En s'attaquant de front à ce tabou idéologique, les auteurs de cet ouvrage à succès, Dora Moutot et Marguerite Stern, deux anciennes égéries du féminisme ostracisées après avoir refusé de nier les fondements scientifiques de l'existence des sexes, sont aujourd'hui la cible de menaces de mort. Cela leur a d'ailleurs valu un soutien de poids en la personne de J.K. Rowling, l'auteur d'Harry Potter. Quel est leur parcours et quels sont les dangers de ce « projet » dénoncés par ces deux féministes ? Elles répondent aux questions d'Epoch Times.

Epoch Times : Comment vous êtes-vous retrouvées nez à nez avec l'idéologie transgenre durant votre parcours de féministes et quelles ont été les motivations qui vous ont poussées à écrire cet ouvrage en collaboration ?

Dora Moutot : Marguerite et moi-même évoluions dans les milieux féministes sans nous connaitre mutuellement. Pour ma part, après avoir quitté le monde du journalisme, j'ai créé un compte Instagram à succès promouvant une sexualité épanouie des femmes hétérosexuelles, que j'avais appelé @tasjoui. En 2019, des militants queers et transgenristes sont venus me reprocher de ne pas être suffisamment « inclusive » et m'ont enjoint de parler de « pénis de femme ».

Ne connaissant pas véritablement l'idéologie transgenre, j'ai initialement trouvé cette demande farfelue, mais drôle. J'ai refusé, revendiquant un fait simple : il existe deux sexes et être une femme, c'est biologique. À partir de là, mon monde s'est écroulé. Accusée d'être transphobe, j'ai subi un harcèlement lunaire de la part des fous furieux du transgenrisme, qui ont exigé des marques pour lesquelles je produisais du contenu à travers ce compte Instagram de résilier leur contrats partenaires avec moi. Je les ai perdus un à un. C'est par le biais de ces tribulations que j'ai rencontré l'idéologie transgenre.

Marguerite Stern : Comme Dora, le sujet du transgenrisme a fait effraction dans ma vie. Fin 2019, Paris était recouvert de collages contre les féminicides, dont je suis la créatrice. Cependant, des femmes ont commencé à instrumentaliser l'esthétique de mes visuels pour promouvoir la pensée transgenre au moyen de slogans comme « une femme trans est une femme ». Féministe, j'ai estimé problématique de ne pas pouvoir faire des femmes l'objet principal de ce mouvement. Sur Twitter, j'ai donc publié un thread visant à dénoncer l'infiltration de ce que j'ai appelé des hommes déguisés en femmes à l'intérieur du camp féministe. À l'image de Dora, alors que j'étais en train de devenir une des nouvelles égéries du féminisme - mon portrait figurait dans le Monde et Libération, j'ai réalisé plusieurs séries podcasts comme « Héroïnes de la rue » (3T dans Télérama), j'étais en discussion avec des boites de production -, ma carrière de féministe en plein essor s'est subitement effondrée.

Dora et moi-même étions les seules féministes bénéficiant d'une certaine exposition dans les médias et sur les réseaux sociaux à avoir osé prendre la parole contre l'idéologie transgenre. Harcelées, menacées, insultées quotidiennement, nous avons fini par nous rencontrer puis nous rapprocher l'une de l'autre, car nous subissions toutes les deux le même traitement.

In fine, deux choix ont fini par s'imposer à nous : soit nous cessions tout militantisme, puisque nous avions payé très cher, tant socialement que professionnellement, nos prises de position, soit nous allions au bout de notre démarche et écrivions un livre en vue de délivrer au grand public notre message de mise en garde contre le projet transgenre. Un moyen aussi de faire savoir à nos contempteurs qu'ils ne nous muselleraient pas. Nous avons emprunté la seconde voie. Et c'est ainsi que nous avons fait la rencontre de notre éditrice, Laura Magné, avec laquelle nous sommes heureuses de collaborer, car il nous fallait une maison d'édition ayant les épaules pour porter ce livre.

Et depuis sa publication, Transmania est effectivement la cible de violentes attaques. Notre campagne d'affichage a été censurée par l'afficheur privé JC Decaux, SOS homophobie a porté plainte contre nous et nous avons reçu des menaces de mort à plusieurs reprises.

Vous dénoncez une « esthétique de la violence » faisant partie intégrante du mouvement transgenre et allez même jusqu'à dénoncer des « pratiques fascistes ». Quelles sont les causes de cette violence ?

M. S. : La violence fait partie intégrante du mouvement transgenriste. Structurellement. On le voit par exemple aux mantras que ses activistes répètent inlassablement : « Kill the TERF » (acronyme de Trans-Exclusionary Radical Feminist : féministe radicale qui exclut les personnes trans), « Une TERF, une balle », « Sauve un trans, tue une TERF »... Cette esthétique de la violence s'observe également au travers de l'apologie de la défense armée. Sur certains sites commerciaux, il est possible d'acheter des stickers représentant le drapeau trans avec des slogans comme « Defend Equality » surplombés de kalachnikovs, ou bien des t-shirts arborant la phrase « Guns Rights are Trans Rights », également avec une kalachnikov. Elle se voit encore par « le Trans Day of Vengeance » (Jour de la vengeance trans) et les attentats terroristes ayant été commis au nom de cette idéologie.

Aborder les causes à l'origine de cette violence nous conduit à un sujet tabou : la forte occurrence de comorbidités psychiatriques au sein de la population trans (troubles du spectre autistique, troubles de la personnalité borderline, dépression, anxiété...), qui se greffe à des logiques d'embrigadement sectaires.

Enfants et jeunes adultes sont amenés à croire que leurs parents sont transphobes s'ils s'opposent à leur transition. S'isolant de leurs familles, ils rejoignent ensuite une communauté trans formant une sorte de bulle repliée sur elle-même et tournant en boucle toute la journée sur la haine d'un ennemi commun : les TERFs. La désignation d'un ennemi commun est un phénomène bien connu en psychologie, qui permet de créer une psychose collective. Par exemple, Dora et moi-même sommes accusées d'être responsables du « génocide trans » et d'avoir du sang sur les mains. Or, que fait-on lorsqu'on se croit en danger de mort ? On riposte.

La question transgenre, qui fait aujourd'hui régulièrement la une de l'actualité, est parfois décrite comme un simple « effet de mode ». Vous vous inscrivez en faux par rapport à cette idée et rappelez que certaines féministes, telles que Valerie Solanas, Antoinette Fouque ou encore Janice Raymond, avaient alerté dès les années 1960 sur le péril transgenriste. Considérez-vous que les dérives contemporaines de ce mouvement soient le résultat d'une longue marche des idéologues transgenres à travers les institutions ?

D. M. : Tout à fait. Par exemple, Janice Raymond, une professeure d'éthique médicale, a écrit L'Empire transsexuel dans les années 1970, alertant dès cette époque sur ce qui allait se produire. Depuis lors, les associations transgenristes ont grandement œuvré et sont parvenues à changer le discours sur la notion de transsexualité, autrefois considérée comme une pathologie psychiatrique.

Ce qui relevait seulement quelques décennies plus tôt de l'ordre de la maladie mentale est présenté aujourd'hui comme un lifestyle qui devrait être accepté par tout le monde. En d'autres termes, des gens diagnostiqués auparavant comme des malades psychiatriques nous dictent en 2024 la façon dont nous devrions percevoir la réalité. C'est inquiétant.

Comment les idéologues transgenres sont-ils parvenus à imposer leur vision du monde dans toutes les strates de la société, que ce soit à l'école, dans les médias, ou encore dans les institutions ?

D. M. : Le phénomène transgenre a connu une accélération notable à partir des années 2010 suite à des investissements financiers colossaux par des groupes de pression en soutien aux revendications de cette minorité. Aux États-Unis, en 2021, un rapport de LGBT Funders nous apprend que 36 millions de dollars ont été investis pour faire avancer ce programme idéologique par le biais d'une nébuleuse d'ONG pro-trans.

Notre travail s'est appuyé sur les recherches menées par la journaliste d'investigation Jennifer Bilek, première femme à s'être penchée sur les investissements massifs de certains milliardaires militant pour les « droits trans ». Parmi eux, on compte Jon Stryker, petit-fils de l'inventeur du lit d'hôpital. Héritier d'une entreprise américaine spécialisée dans la fabrication de matériel médical, qui, en 2022, a généré un chiffre d'affaires de plus de 18 milliards de dollars, il verse chaque année environ 30 millions de dollars à la fondation Arcus, dont il est le créateur, en vue d'œuvrer à la normalisation du transgenrisme.

Autre grand financier de la cause transgenre : Jennifer Pritzker, anciennement « James », héritier des hôtels Hyatt. Pour sa part, il oriente ses fonds vers les hôpitaux et universités. Deux millions de dollars ont par exemple été investi par ses soins pour créer la première chaire d'études sur le trangenrisme à l'université Victoria, en Colombie-Britannique. Parmi les autres « bienfaiteurs » de la cause transgenre figurent également George Soros, l'ex-femme de Jeff Bezos, Peter Buffett, fils de Warren Buffett, ou encore Roy P. et Sheri Disney, héritiers de Walt Disney.

Pour institutionnaliser le transgenrisme, ces individus fortunés créent en premier lieu des fondations, elles reversent ensuite des fonds à diverses ONG agissant au quotidien dans divers domaines tels que la politique, le juridique, le médiatique, etc. Par exemple, l'association américaine qui s'occupe du lobbying auprès des médias se nomme GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation). Financée en 2020 à hauteur de 17 millions de dollars, elle a mis au point, en association avec Associated Press, l'équivalent de l'Agence-France presse (AFP), un guide et un lexique visant à faire en sorte que les journalistes emploient la novlangue transgenre.

Sur le plan politique, l'entrée au gouvernement de Rachel Levine au poste de secrétaire adjoint à la Santé des États-Unis a été rendue possible grâce au travail de lobbying du LGBTQ+ Victory Institute, un institut qui a reçu 10 millions de dollars de l'Arcus Foundation pour former et faire élire des politiciens LGBT. Malgré les scandales sanitaires retentissants qui ont éclaté au sein la clinique du genre Tavistock en Grande-Bretagne ou de l'hôpital Karolinska en Suède, cet homme transféminin fait publiquement la promotion de la transition des enfants et des bloqueurs de puberté, soutenant par exemple en 2022 que « les soins d'affirmation du genre sont essentiels pour la jeunesse trans et peuvent sauver des vies ».

Les ONG transgenristes comptent également parmi leurs investisseurs des laboratoires pharmaceutiques, comme Gilead, désireux de booster les ventes de son médicament préventif contre le sida, le Truvada, auprès de la population transgenre. D'après Global Philanthropy, les hommes trans sont 49 fois plus susceptibles de contracter le VIH que les autres adultes... Il y a aussi le laboratoire AbbVie, fabriquant du Lupron, un bloqueur de puberté. AbbVie verse des dons, notamment au Trevor Project, qui soutient les jeunes LGBT, et au GenderCoolProject, association promouvant le transgenrisme chez les enfants.

Il faut savoir que certains des laboratoires produisant ces hormones de synthèse utilisées pour la transition, comme Endo Pharmaceuticals, sont les mêmes qui ont été condamnées en justice pour marketing trompeur lors de la crise des opioïdes, responsable du décès de plus de 500 000 personnes...

Le lobbying transgenriste a aussi produit ses effets au niveau du monde de l'entreprise. En France, dans certaines d'entre elles, il faut par exemple accepter de prononcer le pronom « iel ». Aux États-Unis, de plus en plus de sociétés font la promotion de leurs assurances remboursant les transitions sexuelles. Pourquoi ? Car leur niveau d'inclusivité est noté à travers le « système d'indice d'égalité des entreprises » (CEI), créé par la Human Rights Campaign (HRC), une association financée, entre autres, par la fondation Soros et le géant pharmaceutique Gilead.

Ce CEI entre dans le cadre du mouvement ESG (Environnemental, Social et de Gouvernance d'entreprise), que les fonds d'investissement comme BlackRock et Vanguard suivent de près pour savoir s'ils décident ou non d'accorder des investissements... Résultat, alors qu'en 2000, seulement 3% des entreprises du classement Fortune 500 intégraient l'identité de genre dans leurs politiques de non-discrimination, elles étaient 83% en 2024. On peut dire que la HRC a bien bossé.

Vous dénoncez dans votre ouvrage un scandale sanitaire autour des bloqueurs de puberté. Quels sont les risques associés à la prise de ces médicaments ?

M. S. : Il faut comprendre que la substance active de ces médicaments, la leuproréline ou la triptoréline, est utilisée pour bloquer la puberté précoce des enfants avant l'âge de huit ans, traiter des cas d'infertilité liés à l'endométriose ou bien castrer chimiquement les prédateurs sexuels.

Dans le premier cas, le corps médical estime que les bloqueurs de puberté doivent être administrés aux enfants sur une durée aussi courte que possible, ne devant pas dépasser un maximum de deux ans. Pourtant, certains enfants trans les prennent parfois pendant six ans... Ce qui n'est pas sans graves effets secondaires, car ces molécules détruisent le squelette et empêchent le développement du cerveau. Si bien qu'on se retrouve aujourd'hui avec des jeunes de quinze ans qui ont de l'ostéoporose et des capacités cognitives endommagées. Ces personnes trans deviennent également infertiles et incapables d'avoir un orgasme : on en fait des eunuques.

En France, l'administration aux enfants de bloqueurs de puberté dans le cadre d'une transition est juridiquement autorisée. Sous l'impulsion de la sénatrice Jacqueline Eustache-Brinio, le groupe sénatorial des Républicains porte un projet de loi visant à mettre fin à ce scandale éthique et sanitaire. Nous espérons que ce texte sera voté. Le Royaume-Uni et la Suède ont déjà interdit cette pratique médicale, au motif que cela constitue une expérimentation médicale sur mineurs.

« Les perturbateurs endocriniens nous rendent-ils queers ? » : c'est la question que vous posez dans votre ouvrage. Comment en êtes-vous arrivées à formuler cette hypothèse ?

D. M. : Au-delà de la question trans, je m'intéresse au sujet de la santé en général, et plus spécialement des hormones. Mes lectures m'ont amené au livre Le Grand désordre hormonal de Corinne Lalo, une journaliste scientifique française qui a fait un travail exceptionnel pour expliquer l'impact des perturbateurs endocriniens sur les animaux, mais aussi sur le corps humain.

On constate aujourd'hui que les animaux dans la nature transitionnent réellement. Sous l'effet des perturbateurs endocriniens, des grenouilles mâles deviennent femelles et certains poissons dans les rivières, intersexes.

En 1991, un groupe de 21 scientifiques a signé la déclaration de Wingspread pour sonner l'alarme sur les altérations du développement sexuel causé par ces produits chimiques sur les animaux, appelant à mener des recherches sur l'humain. Dans les années 1990, il existait un terme pour les désigner : « Gender bending chemicals » (produits chimiques perturbateurs du genre). Sans doute attentatoire au politiquement correct, ce terme n'est plus employé aujourd'hui.

Pourtant, l'ouvrage de Corinne Lalo nous dévoile une montée inquiétante des cas, notamment de cryptorchidie et de gynécomastie. Il se passe quelque chose. C'est pourquoi nous nous sommes demandé si les perturbateurs endocriniens ne pourraient pas être responsables de cette soudaine épidémie de dysphorie de genre à un niveau biologique, au-delà du phénomène de contagion sociale.

L'idéologie transgenre s'est infiltrée jusque dans l'enceinte de l'école. En France, on pense par exemple à la fameuse circulaire Blanquer, qui autorise un enfant à changer de sexe et de prénom, sur le papier, mais aussi à occuper les espaces réservés au sexe opposé. Aux États-Unis, des personnalités de la sphère conservatrice n'hésitent pas à parler de « guerre contre les enfants ». Êtes-vous d'accord avec cette analyse ?

M. S. : Il existe clairement une offensive contre les enfants. Tout d'abord du point de vue de la santé publique, en raison des mutilations corporelles causées par les bloqueurs de puberté. Ensuite, par l'offensive culturelle sur des réseaux sociaux comme TikTok, où des influenceurs trans réalisent des contenus vidéos avant et après leur transition, la décrivant comme un rêve réalisé sans jamais évoquer ses mauvais côtés. Enfin à l'école, par le biais notamment des manuels scolaires qui reprennent les concepts idéologiques d'identité de genre et sexe assigné à la naissance.

Pour grandir, les enfants, qui sont l'avenir de notre société, ont besoin d'une structure stable et sereine, et de savoir distinguer un homme d'une femme. Au lieu de cela, il leur est enseigné le relativisme, tandis que les savoirs fondamentaux sont bafoués par l'injection d'une idéologie totalement anti-science.

Vous écrivez dans votre ouvrage que « l'idéologie transgenre et ses dérives ouvrent une brèche intéressante pour l'avancée des revendications pédophiles ». Pouvez-vous développer ?

D. M. : Notre travail de recherche nous a menées à la conclusion que certains lobbies pédophiles exploitent l'idéologie transgenre pour faire avancer leurs propres revendications. Par exemple, le lobby pour les droits des pédophiles, Krumme 13, explique dans un article sur un film portant sur la transition d'un enfant que si un enfant peut décider du sexe auquel il appartient, alors pourquoi ne peut-il pas consentir à une relation sexuelle ?

Par ailleurs, certaines associations trans entretiennent des liens avec le milieu pédophile. Le Dr Jacob Berslow, qui siégeait au conseil d'administration de l'association Mermaids, a dû démissionner après la révélation d'une conférence donnée à B4U-ACT, une organisation militant pour les droits pédophiles. Également, certains membres de l'association professionnelle mondiale pour la santé des personnes transgenres, la WPATH, qui édicte les normes en matière de procédures médicales pour cette population, étaient très actifs sur le forum The Eunuch Archive. Ce site recense plus de 3000 récits pédopornographiques, certains d'entre eux évoquant une envie de castrer et mutiler de jeunes hommes...

On peut faire un lien direct entre les fantasmes de certains membres de cette association et son dernier rapport, qui contient une partie entière consacrée à l'identité de genre eunuque et à la chirurgie de nullification pour les hommes voulant se castrer, sans pour autant devenir des femmes. En France, cette association est prise très au sérieux par notre gouvernement. Il faudrait s'en inquiéter.

Selon vous, le transgenrisme est la première étape d'un projet de société transhumaniste. Comment en êtes-vous arrivées à cette conclusion ?

M. S. : C'est la conclusion de notre ouvrage. Transhumanisme et transgenrisme sont deux idéologies très proches. On peut l'observer par exemple avec les tentatives de modification du génome ou la création d'utérus artificiels, ce qui revient à moduler la sexualité à l'envi et à déléguer l'acte de procréation à la machine. Première étape vers ce projet de société transhumaniste.

D. M. : Cette idée selon laquelle le transgenrisme conduit au transhumanisme vient des visionnaires de cette théorie du genre. Fondateur de la première radio par satellite, Martine Rothblatt, membre du groupe d'hommes trans à l'origine de l'élaboration de la très influente International Bill of Gender Rights, a écrit dans les années 1990 l'ouvrage De transgenre à transhumain.

Celui-ci postule que ce qui compte chez l'humain, c'est son esprit, car son enveloppe charnelle peut être modifiée. De la même façon qu'il a rédigé le premier texte légal pour les personnes transgenre, Rothblatt milité déjà depuis une décennie pour les droits des cyborgs. Le transgenrisme préfigure donc une ère de post-vérité transhumaniste.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d'Epoch Times.

[Article publié le 11 mai 2024]

accéder à l'article

Nouveau MondeTrop vaste pour être compris

Nouveau Monde - 14 mai 2024

Je me souviens d’une époque pas si lointaine où l’on pouvait voir avec un certain degré de certitude ce qui se passait dans le monde, même chez soi.

   

En cherchant bien, en dépassant les politiques, les capitalistes avides et les socialistes idéologiques, on pouvait y voir clair. Et même dans ce cas, cela demandait du travail. Il fallait lire beaucoup et trouver des journalistes, des historiens et des auteurs en qui on pouvait avoir un peu confiance.

Ajoutez-y un peu de bon sens ici et là, et vous pouviez à peu près vous raccrocher à une idée assez fiable de ce qui était vrai et de ce qui ne l’était probablement pas. Du moins, c’est ce qu’il semble.

Il y avait toujours des mystères. Les gens disaient une chose et en faisaient une autre. Mais il y avait des jalons dans le sol : des piliers de vérité, certaines choses auxquelles on pouvait se fier, toujours avec un grain de sel, mais pour la plupart dignes de confiance. Prenons l’exemple de la presse américaine.

Oui, des choses bizarres sont découvertes ici et là dans la presse, même dans les meilleurs moments, mais je me souviens d’avoir fait confiance à la presse. Vous souvenez-vous des grandes révélations du Washington Post lors des scandales du Watergate dans les années 1970 ? Un grand livre et un grand film en ont résulté, All the President’s Men (Les hommes du président). C’était du journalisme à son meilleur (n’est-ce pas ?). La manière contrôlée dont les informations étaient présentées au public, afin d’en garantir l’exactitude et la pertinence. J’étais très fier de ce journal. Mais était-ce la vérité ?

Oui, il y a eu des problèmes de répression journalistique, en particulier pendant le conflit du Viêt Nam. Mais la vérité semblait toujours prévaloir. Était-ce bien le cas ? Malheureusement, je ne le pense pas, même à l’époque. Mais il semblait y avoir plusieurs bastions de vérité sur lesquels on pouvait compter.

Je me souviens que même lors de l’assassinat de JFK, je pensais que la corruption révélée dans ce fiasco était limitée. Au tout début de mes investigations sur cet événement, je ne comprenais pas que le gouvernement américain tout entier était dans le coup. Je pensais que l’absence de scrupules était limitée. C’est également ce que j’ai cru lors du scandale du Watergate.

Même lorsque le 11 septembre nous a frappés, je n’ai pas réalisé à quel point le cancer avait pénétré notre gouvernement (les États-Unis) et même le monde. J’étais loin de me douter à l’époque du gâchis dans lequel tout se trouvait. Et pour vous dire la vérité, je n’en connais toujours pas l’étendue. Malgré un nez bien aiguisé, je suis certain que je n’en connais pas la moitié. C’est assez décourageant.

Quand tous ces mensonges et cette corruption ont-ils commencé ?

Il n’y a peut-être pas de « date de début », ce qui signifie qu’ils ont toujours été présents sous une forme ou une autre. Si l’on remonte à l’époque des cavernes, on trouve probablement la première tentative d’une classe dirigeante d’emprisonner les masses et de créer un monde d’illusion entièrement sous son contrôle. De mon vivant, depuis le début des années 50, la CIA et son homologue de l’Union soviétique, le KGB, ont déployé de grands efforts pour manipuler les médias à l’aide de fausses nouvelles diffusées par les géants des médias des deux pays (le New York Times et le Washington Post aux États-Unis, et la Pravda en URSS).

Selon certaines affirmations, les deux gouvernements au pouvoir se sont mutuellement trompés et ont trompé les masses. Par exemple, à l’époque où Nikita Khrouchtchev était le grand manitou de l’Union soviétique, il agitait continuellement son gros bâton nucléaire en prétendant que l’URSS pouvait fabriquer des missiles nucléaires comme on fabrique des saucisses. Ce n’était pas le cas.

La plupart des historiens affirment que les États-Unis ont été trompés par la posture nucléaire de l’URSS au cours des premières années de la guerre froide. Je doute sérieusement qu’ils aient été dupés, car s’ils connaissaient le nombre réel d’armes nucléaires de Moscou. La ruse soviétique leur a donné une excellente excuse pour augmenter le budget de la défense américaine année après année et convaincre le peuple américain, et les peuples du monde, qu’il y avait de bonnes raisons d’être terrifiés. La peur est toujours une bonne chose à avoir dans sa poche quand on essaie de contrôler les gens.

L’Union soviétique était un tigre de papier. Du moins dans les années 50 et au début des années 60. Après la crise des missiles de Cuba et le règne de Khrouchtchev, l’Union soviétique a commencé à fabriquer des missiles comme des saucisses. L’a-t-elle vraiment fait ? Il est difficile de dire combien d’ogives nucléaires étaient en circulation, nées de part et d’autre. L’information, la désinformation, la propagande, les mensonges et la corruption sont tout simplement trop importants pour être compris et pour que l’on parvienne à la vérité.

La peur de la bombe soviétique pendant la guerre froide n’est qu’un tout petit exemple de la « fausse réalité » dont on nous a abreuvés pendant des décennies. Et, inutile de le dire, la situation n’a fait qu’empirer. Bien pire. Aujourd’hui, grâce aux technologies de pointe et à l’intelligence artificielle, il est plus facile que jamais de manipuler l’information et donc la réalité.

Nous ne pouvons même plus dire si le président des États-Unis qui prononce un discours est le vrai Biden en chair et en os, un hologramme, un clone biologique ou un robot. La main droite ne sait certainement pas ce que fait la main gauche, mais je peux vous garantir qu’il y a un programme clair, conscient, et que ce programme n’est pas déroutant pour ceux qui l’exécutent, et qu’il n’est pas non plus difficile à définir. Mais il est très difficile à comprendre, du moins pour les masses aveugles.

Les choses simples, cependant, sont encore crédibles. L’amour que vous ressentez pour votre partenaire, pour vos enfants et votre famille. La paix que l’on ressent en se promenant sur la plage ou dans le calme d’une forêt. La joie que vous ressentez en dansant et en écoutant de la musique. Et l’émerveillement que vous ressentez devant une œuvre d’art. Le rire d’un bébé sera toujours vrai, la lèche baveuse d’un chien et le regard dans ses yeux lorsqu’il exprime son amour inconditionnel pour son maître. Ces vérités sont également massives, mais elles sont faciles à comprendre. Nous sommes nés avec une compréhension aiguë de leur essence, de leur signification et de leur but.

[...]

accéder à l'article

VoltairenetParis 2024 et Berlin 1936 au service d’un impossible rêve impérial

Voltairenet - 09 mai 2024

Thierry Meyssan : Emmanuel Macron n’a jamais eu d’égard pour la culture française.

   

Lors de sa première campagne électorale, il n’a cessé de la brocarder. Son ambition passait par la présidence de la République française, mais, à ses yeux, elle ne prenait de sens que dans l’Union européenne. Durant ses deux mandats, il n’a résolu que peu de problèmes français, mais a construit avec patience la transformation de l’UE en un empire d’une trentaine d’États.

Dans son esprit, les prochains Jeux Olympiques seront l’occasion de manipuler les masses pour magnifier les « États-Unis d’Europe » de sorte qu’elles seront spontanément prêtes à la dissolution des États-membres de l’UE.

Lors de son discours programmatique de La Sorbonne, il y a sept ans, il déclamait : « Quelques semaines après les élections européennes [de 2024], Paris accueillera les Jeux olympiques. Mais ce n’est pas Paris qui reçoit. C’est la France et avec elle, l’Europe qui feront vivre l’esprit olympique né sur ce continent. Ce sera un moment de rassemblement unique, une occasion magnifique de célébrer l’unité européenne. En 2024, l’Hymne à la joie retentira, et le drapeau européen pourra être fièrement arboré aux côtés de nos emblèmes nationaux ».

Oui, les Jeux Olympiques de 2024 à Paris seront l’occasion pour lui de mettre en scène sa vision du monde : à chaque victoire d’un État-membre, l’hymne européen devrait être joué, si rien n’entrave ce dessein. Sans aucun doute, l’UE serait alors la puissance victorieuse. Il réaliserait ainsi le rêve du chancelier Aldolf Hitler à Berlin en 1936. Il en a d’ailleurs déjà repris les codes. Ainsi, le relais de la flamme olympique, qui n’existait pas lors des Jeux originels, est une survivance du nazisme. Le chancelier allemand avait souhaité magnifier les corps des Aryens et traverser les Balkans, préfigurant ses conquêtes à venir. Le président français entend mobiliser les Français derrière son impossible rêve européen pour mieux les manipuler dans les semaines à venir. Il a d’ailleurs confié la réalisation de la torche à Usinor, désormais dénommé ArcelorMittal, comme son prédécesseur l’avait confiée au groupe d’armement Krupp.

Ne vous inquiétez pas, je ne compare pas Emmanuel Macron à Adolf Hitler pour sous-entendre que le président français serait raciste, mais cette allusion historique sera utile à la suite de mon propos. Pour le moment, retenez qu’il y aura des athlètes russes, mais pas d’hymne russe, et aucun champion inscrit au nom de l’Union européenne, mais des hymnes européens.

Pour comprendre le piège qui se prépare et dans lequel nous allons probablement tous tomber, il faut retracer ses étapes précédentes.

Lors de son discours du 27 septembre 2017, il déclarait : « Nous avons tourné la page d’une forme de construction européenne. Les pères fondateurs ont construit l’Europe à l’abri des peuples, parce qu’ils étaient une avant-garde éclairée, parce qu’on pouvait peut-être le faire, et ils ont avancé prouvant ensuite que cela fonctionnait ». Il posait alors les principes d’une mise en scène à laquelle nous avons assisté, parfois participé, sans comprendre.

• Le 25 juin 2018, il lançait l’Initiative européenne d’intervention. Il ne s’agissait pas d’un programme de l’UE. Au moins la moitié des États membres n’en voulait pas, y compris l’Allemagne. Aussi au départ, neuf États seulement y participèrent, dont le Royaume-Uni pourtant sur le départ de l’UE. Ils sont 14 aujourd’hui. Cette initiative est aujourd’hui à l’œuvre dans le Golfe persique (European Maritime Awareness in the Strait of Hormuz ou EMASoH). Elle initie une « capacité d’action autonome de l’Europe, en complément de l’Otan ».
La Mission européenne de l’Allemagne était, selon les nazis, de protéger les peuples d’Europe du bolchévisme. Aujourd’hui, la Mission de l’Union européenne, selon Emmanuel Macron, est de les protéger de la Russie.

Comprenez bien : il n’a jamais été question de créer une armée pour la défense collective des États-membres. C’est même tout le contraire auquel on assiste : la guerre en Ukraine est le prétexte à de gigantesques transferts d’armes, de sorte qu’aujourd’hui plus aucun État-membre n’a les moyens de se défendre plus de deux jours s’il était attaqué conventionnellement par un État développé. Contrairement aux discours sur le renforcement de la puissance militaire, le ministère français des Armées a, selon la Cour des Comptes, supprimé 3 599 postes de militaires l’année dernière. En définitive, nous sommes déjà, et deviendrons encore plus, dépendants des États-Unis et du Royaume-Uni, c’est-à-dire de l’Otan.

• Le 4 mars 2019, Emmanuel Macron publiait une tribune libre appelant à la création d’une « Conférence pour l’Europe afin de proposer tous les changements nécessaires à notre projet politique ». Elle devait « associer des panels de citoyens, auditionner des universitaires, les partenaires sociaux, des représentants religieux et spirituels ». Afin de définir « une feuille de route pour l’Union européenne traduisant en actions concrètes ces grandes priorités ». Notez que le président Macron écrivait « ces grandes priorités » avec un « c » et non pas un « s », afin de préciser que la Conférence devait exprimer les moyens de parvenir à un but qu’elle ne choisirait pas elle-même, mais qui lui était imposé.

Il s’agit de la reprise du Grand débat national qui a suivi la révolte des « Gilets jaunes ». 10 134 réunions publiques furent organisées, 19 899 cahiers de doléances furent ouverts, 16 337 mairies y participèrent, 569 000 contributions détaillées furent rédigées. Toutes ces discussions et cette paperasse finirent à la poubelle.

• Quelques mois plus tard, l’Allemande Ursula von der Leyen, présenta le programme de son administration, le 16 juillet 2019, en disant que « L’Europe est comme un long mariage. L’amour ne se développe pas nécessairement dès le premier jour, mais cela dépend ».

À partir de ce moment-là, l’Élysée et l’administration bruxelloise commencèrent à travailler à la transformation de l’Union en un « Empire », les communiquants disent plus joliment en une « fédération ». Il était clair qu’il ne serait pas possible de faire adopter ce bouleversement par voie de référendum. Aussi, l’administration Von der Leyen entendait procéder par étape : modifier les règles d’adoption par une procédure simplifiée puis, plus tard, dissoudre les États-membres et leur substituer un État centralisé.

• Durant son premier mandat, le président Emmanuel Macron a visité chacune des 28 capitales de l’UE. C’était sa campagne électorale pour justifier sa désignation à venir.

• D’avril 2021 à mai 2022, 830 « citoyens » européens se réunirent pour débattre de « L’avenir de l’Europe ». Cette conférence, ouverte par le président Emmanuel Macron, produisit 49 propositions et 326 mesures adressées aux présidents du Parlement, du Conseil et de la Commission.

Premières remarques : cette présentation des faits masque de vrais problèmes. Pour donner une apparence de légitimité au processus en cours, il s’agit de donner l’illusion que l’Empire européen n’est pas une idée venant d’en haut, mais un ardent désir des populations européennes. On parle donc de « citoyens » européens alors qu’il n’y a ni État européen, ni Peuple européen, donc pas de « citoyens » du tout. Les participants furent tirés au sort, ce qui donne l’illusion de leur représentativité et de la légitimité de leurs décisions. Or, dans la pratique, ils ont été rémunérés avec nos impôts alors qu’ils ne formaient pas une institution européenne. Ils ont adoptés certaines mesures dont ils ont longtemps discutées, mais ont aussi voté à la va-vite ce que Paris et Bruxelles souhaitaient qu’ils adoptent et qui va à l’encontre de leurs intérêts.

• Le 25 mars 2022, le Conseil européen, alors présidé par Emmanuel Macron, adoptait la Boussole stratégique. Celle-ci a d’abord défini des menaces, d’où elle a tracé les lignes directrices de sa stratégie. Elle a débouché sur la mise en place d’une Force de réaction rapide de 5 000 hommes.

• Le 9 juin 2022, le Parlement européen, après avoir adopté divers textes relatifs à la Conférence pour l’avenir de l’Europe, adopta une résolution (P9_TA(2022)0244) convoquant une Convention pour la révision des Traités, en application de l’article 48 du traité UE (Traité de Nice).

• Les 10 et 11 mars 2022, Emmanuel Macron convoquait une réunion informelle du Conseil européen à Versailles. Les chefs d’État et de gouvernement y ont approuvé la création d’un budget de soutien à l’Ukraine et le programme de changement de dépendance énergétique.

[...]

accéder à l'article

Réseau InternationalMort et renaissance

Réseau International - 06 mai 2024

Une société s’en va, une autre arrive.

   

Celle qui s’en va est celle du World Economic Forum, celle qui veut réduire à 500 millions d’habitants la population terrestre, sans doute pour que 50 millions vivent encore dans la jet society.

Sans doute, cette perspective est fausse. Parce qu’il est difficile de contrôler les sociétés. On peut, certes, formater les gens, les décérébrer, ce qui est tenté, avec succès depuis 50 ans, mais le flux croissant des refuznikis contrarie le système, profondément.

De plus, cette «jet society», n’est qu’une écume. Elle n’existe que parce que le reste de la société peut la porter, par sa technicité, son savoir-faire, et son utilité.

Aujourd’hui, cette jet society se révèle, de plus en plus, superflue et inutile. Aucune utilité réelle, des dominants sociaux simplement, qui savent y faire en matière de manipulation, mais quand le substrat, lui-même, décline, cette «upper class», va décliner dans les mêmes proportions. À l’image de Macias Nguéma, mort à la fin des années 1970 et qui avait tellement concentré la richesse dans son palais, que la quasi-totalité de la monnaie locale y était dans des caisses, et que rien ne circulait en dehors. Rien n’y circulait, d’ailleurs, en dedans non plus…

C’était des bouts de papiers colorés…

Donc, cette caste, macroniste jusqu’au bout des ongles, ne se plaint de rien, de plus en plus réduite, elle est accablée de douceurs, bonbons et délices. Caricature, son biotope ou merdier, c’est surtout l’intérieur du périphérique parisien, et les ghettos de riches.

Aujourd’hui, le coût de l’éducation aidant, surtout dans les pays anglos, le travail manuel est en regain.

Pourquoi ? Parce que la distribution gratuite de diplômes de niveaux bacs, partout dans le monde, dévalue ces diplômes, réservant aux Zeureux titulaires, des métiers de grouillots. Dans le meilleur des cas, fonctionnaire, dans le pire, caissier au superprimou géant. C’est général et ça se généralise. Je me souviens de cette série indienne, ou le lycée aidait les lycéens à avoir le bac, en leur donnant, tout bonnement, les résultats. Un jour, un policier honnête arrêtât le phénomène et refusât l’enveloppe, cette année-là, personne n’eût le bac.

Donc, aux USA, on sombre dans le travail manuel, qui, visiblement, rapporte plus et il est moins onéreux qu’attraper des diplômes qui pour beaucoup, ne débouchent sur rien. Là aussi, dans la série Gilmore Girls, on voit des trentenaires issus de facs onéreuses, mais qui ne font rien.

Ils sont cons, ils «renoncent à l’université», où ils auraient appris des choses inutiles, au profit de réels métiers où, souvent, ils sont rémunérés dans leur formation, que ce soit en apprentissage, ou pas. En plus, ils gagnent correctement leur vie.

Cela indique un changement de société, où la réussite n’est plus la réussite universitaire, qui ne débouche sur rien, et qui, de fait, devient de plus en plus médiocre. Les étudiants notant leurs enseignants, on finit par déboucher sur le phénomène indien. La vie professionnelle et l’enseignement professionnel, hier synonyme d’échec, elle, est plus basique. Un mauvais n’y gagne pas sa vie, et on revoit le phénomène des années 1950, ceux-là «migrent», d’emplois divers en emplois divers…

Autoconsommation aidant le métier le plus demandé aux USA est celui de réparateurs d’éoliennes. Effectivement, solaire et renouvelables en tous genres, ça aide pas mal ceux qui n’aiment pas voir trop leurs factures d’énergies augmenter, même si ces nouveautés anciennes, ne couvrent pas tout…

L’immobilier, lui, suit le mouvement général. Adossé à la bulle bancaire, il n’était soutenu que par un déluge de prêts bancaires. Se loger est un impératif, mais le monde de l’immobilier et du bâtiment, devra, impérativement, muter.

Quant à la bourgeoisie macroniste, elle aura le sort des hautes classes passées ; «L’histoire, c’est le cimetière des aristocraties» (Vilfredo Pareto).

accéder à l'article

SPIRITUALITÉ

Égalité et RéconciliationLes entretiens de Paul Verbeke – Alain Escada

Égalité et Réconciliation - 21 mai 2024

Paul Verbeke s’est rendu à Bruxelles pour s’entretenir avec Alain Escada le 13 avril 2024

   

Au sommaire :

00:01:00 - Violence et répression
00:13:30 - Le spectacle électoral
00:38:13 - La culture de mort
00:56:00 - Lisez !
01:11:05 - La justice sociale

ReporterreGaïa, histoire d’un concept

Reporterre - 16 mai 2024

L’« hypothèse Gaïa », qui considère la Terre comme un être vivant s’autorégulant, est entrée dans le champ scientifique en 1974. Un concept controversé mais toujours influent selon l’historien des sciences Sébastien Dutreuil.

   

En 1974, un article au titre énigmatique parut dans la revue scientifique Tellus : « Atmospheric homeostasis by and for the biosphere : the gaia hypothesis » (« L’homéostasie atmosphérique par et pour la biosphère : l’hypothèse Gaïa]. Coécrit par James Lovelock, scientifique britannique indépendant, et la biologiste étasunienne Lynn Margulis, le texte formulait l’hypothèse d’une Terre autorégulée, à la manière d’un être vivant. Ils la baptisèrent « Gaïa », du nom de la déesse grecque antique. Cette hypothèse suscita bien vite l’ire des biologistes de l’évolution et nourrit une controverse d’une dizaine d’années, au terme de laquelle « l’hypothèse Gaïa » finit par charrier un parfum de scandale dans la communauté scientifique, hormis une poignée de fidèles de Lovelock.

Du moins, tel est le récit maintes fois répété par Lovelock lui-même. Or, comme le montre l’historien des sciences Sébastien Dutreuil dans son ouvrage Gaïa, terre vivante (La Découverte) au terme d’une plongée dans les archives de Lovelock et de Margulis, Gaïa n’a pas été contestée en tant qu’hypothèse, mais en raison de sa double nature : elle est à la fois un programme de recherche scientifique et une philosophie de la nature à vocation politique.

Cet essai prolonge la thèse que Sébastien Dutreuil avait consacrée à la formulation de Gaïa. Fin connaisseur de la naissance du concept, l’auteur ambitionne de dépasser la controverse pour resituer Gaïa dans son contexte scientifique. Car Gaïa était alors loin d’être la seule théorie holiste en vigueur.

Depuis la Seconde Guerre mondiale, de nouvelles « théories de la Terre » pensaient, à la manière des philosophes du XVIIIᵉ siècle, le globe dans son intégralité et non pièce par pièce comme la géologie du XIXᵉ siècle. Mais la plupart d’entre elles négligeaient un élément crucial : la vie. La géophysique, soutenue par les gouvernements étasunien et soviétique en pleine Guerre froide en raison de sa capacité de surveillance planétaire, réduit le globe à un ensemble de mécanismes physiques ; la géochimie à une vaste usine chimique ; et la métaphore du « vaisseau spatial Terre » à un objet inerte à placer entre les mains d’une élite technocratique.

De ce point de vue, Gaïa doit être envisagée comme « une certaine manière de concevoir la Terre, alternatives aux autres conceptions globales de la seconde moitié du XXᵉ siècle ». Sa singularité : mettre en lumière « la prodigalité vitale » grâce à laquelle l’ensemble des vivants — que Dutreuil regroupe sous le nom de « Vie », un méta-individu — modifie les mécanismes chimiques et physiques à la surface du globe et la maintient habitable.

Loin d’être une simple hypothèse, Gaïa inspira un cadre de recherche inédit, qui se concrétisa une dizaine d’années plus tard à travers l’International Geosphere-Biosphere Program (IBGP), soutenu par les instances de l’ONU. Bien que l’IBGP soit nettement moins célèbre que le Giec ou l’IBPES, ses concepts, eux, sont bien connus de l’opinion publique, qu’il s’agisse des limites planétaires et de la barre des 2 °C à ne pas franchir, des points de bascule à surveiller ou encore, plus récemment, de l’Anthropocène. Toutefois, les sciences du système Terre ont beau s’inscrire dans la filiation de Lovelock et de Margulis, elles ne revendiquèrent jamais ouvertement — jusqu’il y a peu — l’héritage de Gaïa, jugé trop sulfureux.

[...]

accéder à l'article

Révolution 2030 : Autre sourceJ'ai visité les nouveaux cieux

Révolution 2030 : Autre source - 13 mai 2024

Un prêtre mystique polonais nous parle de ce qui s'en vient.

   

Le Père Adam Skwarczynski est un prêtre charismatique polonais qui est également mystique et a reçu des visions depuis son enfance sur le futur de l'humanité.

Père Artur Migas l'a interrogé sur ses opinions concernant l'Avertissement et la Parousie (seconde Venue du Christ).

L'histoire du Père Père Adam Skwarczynski est particulièrement importante pour le moment historique que nous vivons dans le monde et dans l'Église. Il nous parle dans la vidéo de l'Avertissement, de la persécution des chrétiens, du châtiment que Dieu enverra, mais surtout "des nouveaux cieux et de la terre nouvelle" qui viendront après ces évènements...motif de grande espérance !

Le Media en 4-4-2Le Christ n’est pas un mythe !

Le Media en 4-4-2 - 28 avr 2024

La réponse du philosophe Matthieu Lavagna à Michel Onfray.

   

Dans son ouvrage "Libre réponse à Michel Onfray "Non, le Christ n'est pas un mythe", le jeune philosophe Matthieu Lavagna réfute la théorie de l'auteur athée Michel Onfray selon laquelle Jésus de Nazareth n'aurait jamais existé. Matthieu Lavagna s'appuie sur de nombreuses sources historiques pour prouver l'existence du Christ et répond aux arguments les plus courants contre le christianisme.

Michel Onfray défend depuis plus de 25 ans l’idée que Jésus de Nazareth n’aurait pas eu d’existence historique et que le christianisme serait un mythe. Cependant, Matthieu Lavagna explique que cette théorie n’est pas fondée et qu’il existe de nombreuses sources, à la fois chrétiennes et non chrétiennes, qui mentionnent l’existence du Christ dans les deux premiers siècles.

Parmi les sources non chrétiennes, le jeune philosophe cite Flavius Josèphe, Tacite, Suétone, Lucien de Samosate, Pline le Jeune, Galien, le Talmud de Babylone, Celse et Mara bar Serapion. En plus de ces sources, il existe également des sources chrétiennes, telles que les évangiles, les épîtres de Paul, les Actes des Apôtres et les épîtres de Pierre et de Jacques, qui mentionnent l’existence de Jésus.

Matthieu Lavagna souligne que même les Juifs, qui étaient les ennemis des chrétiens, n’ont pas remis en question l’existence du Christ. Il explique également que les sources historiques mentionnant Jésus sont beaucoup plus nombreuses que celles mentionnant d’autres figures historiques de l’époque, telles que Jules César.

Yoann

accéder à l'article

InsolentiaeSatan vu par les hommes et Satan vu par l’IA, problème !

Insolentiae - 28 avr 2024

L’IA est l’un de mes terrains de jeu pour essayer d’appréhender aussi bien les capacités que les limites de tels outils et les problèmes que cela peut nous poser.

   

L’un de sujet qui arrivera rapidement est celui du travail. Tout le monde imagine facilement le fait que l’IA en automatisant de nombreuses tâches va réduire nombre d’empois. C’est vrai et prévisible. Mais ce n’est pas le problème principal.

Le problème principal des effets négatifs sur l’emploi de l’IA va en réalité concerner les jeunes. Ceux qui démarrent.

Traditionnellement, lorsqu’un jeune commence, quels que soient ses « diplômes » et autres parchemins plus ou moins démonétisés par un niveau scolaire affligeant, il ne sait rien faire ou si peu. Evidemment, pour avoir été jeune moi aussi, la vieillesse étant une maladie qui arrive si rapidement, je vous aurais soutenu « mordicus » que je savais tout faire ou presque ! Avec l’âge et l’expérience on sait que quand on était jeune on ne savait pas grand-chose finalement, mais c’est le chemin classique de vie de tout être humain, notre courbe « d’apprentissage ».

Les jeunes démarrent donc par des tâches simples, un peu répétitives souvent, et pas trop techniques. Et puis progressivement ils acquièrent cette expérience et cette maturité indispensable qui leur permettent d’aller de plus en plus loin, de faire des choses de plus en plus complexes. En automatisant toutes les tâches simples, il n’y aura plus de place, plus de tâches à réaliser et permettant de former les plus jeunes progressivement. Cela peut sembler anodin, pourtant c’est LE principal problème que va nous poser l’IA. En empêchant la formation des jeunes, cela va empêcher leur progression. L’IA va donc probablement accélérer la destruction des capacités intellectuelles humaines à une vitesse jamais vue. Ajoutez à cela les réseaux débiles comme Tik-Tok et les vidéos « short » et vous obtenez des armes de destruction massive de l’intelligence humaine et de notre créativité.

Cela me conduit à ma dernière expérience IA que je voulais partager avec vous.

Satan vu par les hommes et vu par l’IA Chat GPT.

J’ai été volontairement court dans le « prompt » (le script ou la demande) posé à Chat-GPT. Ma demande était la suivante.

« Peux-tu me générer deux images. La première serait celle de Satan le mal vu par les hommes selon ce qu’ils imaginent en moyenne et la seconde comment toi dall-e tu verrais Satan. »

Normalement, les deux images devraient sensiblement coïncider si le même système de valeurs a été intégré dans le système de l’IA qui reste une « machine » programmée par les hommes.

Or, factuellement, l’image de Satan selon les hommes et celle selon l’IA ne correspondent pas.

Dans un cas nous avons Satan qui est « diabolique ».

Dans la seconde image, Satan vu par l’IA… les choses sont nettement moins négatives. Satan est presque « sympathique ».

J’aimerai bien savoir comment la notion de bien et de mal a été intégrée dans l’IA.

Vous voyez, l’IA est une chose bien trop importante pour être laissée entre les mains de quelques apprentis sorciers qui disposent tous de leur propre idéologie, mystique ou rapport au bien ou au mal.

Les questionnements qui devraient être les nôtres sont en réalité vertigineux, et notre représentation nationale n’a aucune conscience de la nécessité de faire de la philosophie pour faire de la politique. N’hésitez pas à partager cet article avec vos députés, là encore pour stimuler et alimenter leurs réflexions.

accéder à l'article

TRAVAIL

InsolentiaeVidéo - Amazon déploie ses 1er humanoïdes dans les entrepôts.

Insolentiae - 17 mar 2024

Prenez quelques secondes pour regarder cette vidéo.

   

Entre les robots non humanoïdes et les nouveaux robots bipèdes, il n’y a presque plus d’intervention humaine dans les entrepôts d’Amazon et cela préfigure parfaitement le fonctionnement sans emploi du géant du commerce en ligne.

La technicité de la logistique et son efficacité atteignent un summum de raffinement et de productivité.

Sans préparateur de commande, puis demain sans livreur, mais également sans ouvrier dans les usines pour produire, puis sans infirmière ou garde malades puisque nous aurons des humanoïdes pour tous les usages ou presque, se posera inévitablement la question du partage de la valeur et de la richesse dans un monde où le travail aura presque disparu pour le plus grand nombre en tous les cas.

accéder à l'article

MozinorDu Plomb dans la Citerne

Mozinor - 28 jan 2024

Mozinor

   

Série noire.

InsolentiaeContre-offensive générale des patrons contre le télétravail

Insolentiae - 21 nov 2023

La véritable raison de l’offensive générale des patrons contre le télétravail enfin dévoilée.

   

Au nom de la productivité, du sentiment d’appartenance ou d’une meilleure collaboration entre les équipes, de nombreuses entreprises commencent à serrer la vis sur le télétravail et à exiger un plus large retour au bureau des salariés, parfois même total.

C’est le cas chez Groupama Immobilier, où les salariés reviennent travailler tous les jours au bureau depuis le 14 novembre. La filiale immobilière de l’assureur teste pour trois mois ce retour au monde d’avant la crise du Covid , après avoir instauré, comme la majorité des entreprises concernées, deux jours de télétravail par semaine. « On a un effectif de 130 collaborateurs, il y en a 30 qui ont rejoint l’entreprise depuis 2020 et qui n’ont jamais connu le présentiel ‘full time’ (à 100 %, NDLR) », justifie auprès de l’ AFP le directeur général, Éric Donnet. « Pour eux, ça va être l’expérimentation de ce qu’ont connu les collègues par le passé . Ils nous prennent pour des dinosaures ! »

« Ce qui se joue aujourd’hui, c’est un gros débat sur la notion de productivité », confirme Flore Pradère, directrice recherche et prospective bureaux chez le spécialiste de l’immobilier d’entreprise JLL, qui a mené deux études à l’échelle internationale sur l’articulation télétravail-bureau. « Au départ, on s’est dit : formidable gain de temps, (on va) optimiser l’espace, les gens vont pouvoir travailler plus et peut-être qu’on va économiser des mètres carrés. » Désormais, « il y a un petit rétropédalage, où on se dit : quid de la transversalité, du sentiment d’appartenance, de la collaboration entre les équipes et des capacités à innover ? », explique-t-elle à l’ AFP .

Je vois bien la difficulté pour les entreprises et il n’est pas seulement question de « productivité ».

Par exemple le sentiment d’appartenance, n’a rien à voir avec la productivité. Bien au contraire. « l’appartenance », cela prend du temps, et cela coûte très cher en séminaires, restaurants et autres couillonnades de « team-building » où il faut danser ensemble, jouer au babyfoot et toutes les âneries d’usage.

L’idée, c’est l’endoctrinement et la libre pensée...

accéder à l'article

Réseau InternationalRéincarner la lutte

Réseau International - 28 oct 2023

Les images du président Macron massivement hué, sifflé comme jamais, à la cérémonie d’ouverture de la Coupe du monde de rugby le 8 septembre dernier, ont ceci d’édifiant qu’elles révèlent sans détour l’absurdité d’un système dit «démocratique», où le peuple est tenu de subir un pouvoir manifestement illégitime sous le prétexte médiatique que son représentant aurait été «(ré)élu». Par qui et comment, le mystère demeure.

   

Souvenons-nous : le 12 mars 2020, Monsieur Macron annonçait l’arrêt de nos libertés fondamentales de circulation et de réunion avec la condamnation d’une population entière à l’assignation à résidence du fait de la circulation d’un virus respiratoire méconnu, stoppant net le mouvement épidémique des Gilets jaunes à qui on interdisait alors la rue.

De la punition collective à la répression ciblée pour délit d’opinion, le peuple de France goûtait plus encore aux plaisirs totalitaires d’un régime que seul le privilège historique du «progrès» sépare de la république bananière. Au nom de la santé d’État, c’est l’idéologie sécuritaire du risque zéro qui devait prévaloir, écrasant au passage toute exigence critique en faveur de la dignité humaine : le monde était masqué, confiné, piqué, ridiculement soumis à ses maîtres sorciers.

Si le smartphone est l’opium du peuple – accaparant les mains et l’attention dès le plus jeune âge -, cette période de crise liberticide aura permis à nos gouvernants de s’assurer une virtualisation accélérée du monde et des rapports humains, où le télétravail devenait la norme, et le télécombat une triste fatalité pour les résistants en gilet jaune, précipités dans une société nouvelle : celle de l’hypercontrôle et de l’omnisurveillance.

Ce que redoute avant tout cette autorité-là, c’est l’indépendance de ses administrés. L’indépendance productive des artisans et petits entrepreneurs, que les multiples taxes et confinements successifs ont dû achever ; et l’indépendance de pensée, que les médias colonisés – promoteurs de la bêtise marchande et de la médiocrité culturelle – finiraient par criminaliser.

accéder à l'article

InsolentiaeSoumission. Pôle Emploi fait danser les chômeurs devant des recruteurs

Insolentiae - 24 oct 2023

Le ridicule est sans limite et la démagogie aussi.

   

Il faut maintenant danser pour avoir un boulot.

C’est au sens propre, presque la danse du ventre devant un employeur.

Tout ceci est aussi absurde que révoltant.

On doit être recruté pour ses compétences et c’est d’ailleurs ce que dit justement la loi. Tout processus de recrutement doit avoir pour objet de juger les compétences du candidat.

D’un côté on nous parle des CV anonymes et sans photo et de l’autre Pole Emploi fait danser ses candidats.

Tout ceci est délirant et c’est une forme de soumission qu’il faut refuser.

Refusez toujours ce qui s’apparente à des humiliations et des soumissions.

accéder à l'article