Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Obscurcissement planétaire

QactusFrance : Obscurcissement planétaire

Qactus - 23 mai 2024

Les traînées d’avion et la géoingénierie menacent-ils notre climat et notre santé ?

   

La vidéo traite de l’obscurcissement planétaire, un phénomène où la lumière solaire atteignant la Terre diminue, influencé par la pollution et les traînées d’avion.

Le journaliste et photographe partage ses observations personnelles sur la baisse de luminosité depuis les années 90, attribuant cela en partie aux traînées persistantes laissées par les avions, formant un voile dans le ciel. Il mentionne un documentaire diffusé en 2007 qui souligne comment plusieurs scientifiques à travers le monde ont constaté une réduction significative de l’ensoleillement.

Ces observations ont été corroborées par des climatologues américains, allemands, australiens et russes, qui ont tous constaté une diminution du rayonnement solaire. David Trevis, climatologue américain, a mené une étude post-11 septembre 2001, lors de l’interdiction de vol aux États-Unis, et a observé un changement thermique significatif, confirmant l’impact des traînées d’avion sur le climat.

Le journaliste explore ensuite les concepts de géoingénierie, une série de techniques envisagées pour contrer le réchauffement climatique, telles que l’injection de particules dans l’atmosphère pour réfléchir le rayonnement solaire ou la fertilisation des océans pour augmenter la capture du CO2.

Ces technologies, bien que principalement théoriques, soulèvent des questions éthiques et environnementales. Il rencontre Patrice Hernu, économiste et écologiste, qui explique divers procédés de géoingénierie et leur impact potentiel. Hernu évoque des méthodes comme la pulvérisation de particules pour réfléchir les rayons du soleil ou la création de plasmas en haute atmosphère pour influencer le climat.

La vidéo aborde également le projet HAARP, un programme de recherche américain controversé visant à manipuler l’ionosphère pour des applications militaires et climatiques. Le journaliste découvre des initiatives similaires en Russie et dans d’autres pays, illustrant une volonté globale de contrôler les phénomènes climatiques.

La discussion s’étend aux implications sanitaires de ces modifications climatiques, notamment l’acidification des eaux, la réduction de la lumière solaire et les carences en vitamine D. Des experts expliquent comment ces changements environnementaux peuvent affecter la santé humaine, provoquant des maladies et perturbant les écosystèmes.

La vidéo se termine en soulignant la nécessité d’un débat citoyen sur ces questions et la transparence des projets de géoingénierie. Le journaliste appelle à une prise de conscience collective pour évaluer les impacts des interventions humaines sur le climat et l’environnement, tout en critiquant l’influence des lobbies industriels et militaires dans ce domaine.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
patch Sanofi bidon ?

Mr MondialisationUn patch Sanofi bidon validé par le comité des Jeux Olympiques

Mr Mondialisation - 19 mai 2024

Le Youtubeur G Milgram tire la sonnette d’alarme avec l’aide de plusieurs pharmaciens concernant une nouvelle marque lancée par Sanofi en partenariat avec les Jeux Olympiques.

   

Un patch « miracle » qui soignerait les douleurs par « infrarouge » sans composant médical… Du « bullshit » commercial, selon des pharmaciens, qui fait tâche mais promet de rapporter beaucoup d’argent grâce aux J.O. de Paris.

Décidément, les scandales qui entourent ces J.O. commencent à se faire nombreux. Le dernier en date concerne un nouveau produit lancé par le géant de la Big Pharma : Sanofi. Initiv est un nouveau patch collant à « Biologie Augmentée » lancé en partenariat officiel avec les Jeux Olympiques 2024. Sans actif médicamenteux, celui-ci promet de soulager les douleurs en renvoyant les émissions naturelles d’infrarouges de la peau. Tout ce verbiage pour dire que ce simple autocollant hors de prix va garder un peu de chaleur de la peau et la renvoyer vers la zone concernée avec la promesse de soulager quelques douleurs. C’est du moins ce qu’affirme la marque.

Sanofi n’a pas fait dans la dentelle. Avec un plan marketing agressif envoyé à tous les pharmaciens de France à l’occasion des J.O., il est question de convaincre le consommateur de l’efficacité « prouvée » du patch. À ce propos, les patchs sont en vogue depuis quelques temps. On en trouve pour absolument tout. Ils ne coûtent absolument rien à produire mais promettent d’importants profits pour leurs inventeurs. Selon des documents promotionnels ayant fuité, le marché du patch pèserait quelques 400 millions d’euros. Le tout consistant surtout à convaincre le consommateur de leurs pouvoirs de guérison qui, la plupart du temps, n’existent que dans notre imaginaire.

Des pharmaciens en colère.

Plusieurs pharmaciens – avec un minimum de conscience professionnelle – ont naturellement réagit à l’arrivée de ce produit sur leur marché. Il existe déjà des produits « sans effet réel » en pharmacie, mais c’est peut-être la première fois qu’une énorme société comme Sanofi s’infiltre dans ce marché douteux, brouillant toujours un peu plus les cartes, et créant toujours plus de méfiance chez le consommateur.

[...]

« En tant que professionnel de santé, je trouve ça scandaleux de vendre en pharmacie ce genre de produit sans réel fondement scientifique. Notre conseil à un poids non-négligeable sur la santé des gens, et je ne veux pas me faire charlatan au nom du pognon des grands groupes pharmaceutiques censés respecter une certaine déontologie et pratiquer une rigueur scientifique exemplaire »

Un pharmacien anonyme

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
l'eau c'est la vie

Le Media en 4-4-2Eau du robinet, en bouteille ou de Quinton : Quelle est la meilleure option ?

Le Media en 4-4-2 - 17 mai 2024

Dans ce quatrième numéro des RDV de Kate, Gilles Lartigot et notre journaliste Kate nous embarque dans une discussion passionnante autour de l’eau.

   

Gilles Lartigot nous emmène dans un voyage à travers l’histoire de l’eau de ville, en soulignant les progrès réalisés dans la distribution d’eau potable à grande échelle. Cependant, nous ne pouvons pas ignorer les scandales liés à l’eau potable, tels que la contamination par des produits chimiques et des bactéries. Ensemble, nous avons également abordé les scandales liés à l’eau en bouteille, notamment en ce qui concerne la présence de polluants éternels et la contamination microbiologique.

Mais ce n’est pas tout ! Nous explorons l’histoire de l’eau de Quinton, cette eau quantique et les bienfaits thérapeutiques qu’elle peut apporter.

En somme, cet épisode est une mine d’informations pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur l’eau qu’ils boivent et sur les choix qu’ils peuvent faire pour leur santé et pour l’environnement. Une discussion aussi passionnante qu’informative.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Licenciement de Patrick Provost

The DefenderLicenciement, puis 42 millions pour préparer la prochaine pandémie

The Defender - 15 mai 2024

Une université obtient 42 millions de dollars pour la “préparation à la pandémie”, deux semaines après avoir licencié un scientifique qui remettait en question les vaccins COVID destinés aux enfants.

   

L’université Laval de Québec, au Canada, a licencié le professeur Patrick Provost, docteur en médecine, pour avoir publiquement mis en doute la sécurité et la nécessité des vaccins COVID-19 pour les enfants. Deux semaines plus tard, l’université a reçu 42 millions de dollars de la Fondation canadienne pour l’innovation afin de créer un centre de préparation aux futures pandémies.

Une université canadienne a licencié Patrick Provost, docteur en sciences, professeur et scientifique expérimenté dans le domaine des nanoparticules d’ARN et de lipides, relançant ainsi le débat sur la liberté académique et la suppression du discours scientifique.

L’université Laval, une université publique de recherche située dans la ville de Québec, a suspendu M. Provost à plusieurs reprises pour avoir publiquement remis en question la sécurité des vaccins COVID-19 et la nécessité de vacciner les enfants.

Le 28 mars, l’université a licencié M. Provost, qui était titulaire du département de microbiologie, de maladies infectieuses et d’immunologie de la faculté de médecine de l’université.

Le licenciement, qui intervient alors que les suspensions précédentes font toujours l’objet d’un arbitrage – et malgré une loi québécoise protégeant la liberté académique – a d’abord fait les gros titres du journal québécois Le Devoir le 26 avril, un jour après que Libre Média a publié des extraits de la lettre de M. Provost à ses collègues.

“Sommes-nous en train d’assister à une réingénierie de la société, où nous ne pourrons plus nous exprimer ou débattre librement … où les professeurs se censureront eux-mêmes, plutôt que d’intervenir … afin de préserver leurs privilèges ? a écrit M. Provost.

La décision controversée de l’Université Laval fait suite à l’exemple de l’Université Harvard qui, en mars dernier, a congédié Martin Kulldorff, Ph.D., l’un des auteurs de la Déclaration de Great Barrington, apparemment pour ne pas avoir respecté le mandat de l’Université concernant le vaccin COVID-19.

Au cours de ses 35 années de carrière dans la recherche universitaire, M. Provost a rédigé près de 100 articles, a été cité dans plus de 16 000 articles de recherche et a reçu trois prix “Découverte de l’année” en reconnaissance de ses recherches.

Il a été un expert de premier plan dans le domaine de l’ARN au cours des 20 dernières années et dans le domaine des nanoparticules lipidiques au cours des 10 dernières années.

Sa connaissance approfondie de ces composants clés des vaccins mRNA COVID-19 l’a amené à s’interroger sur les dangers potentiels associés à ces nouveaux traitements lorsque le gouvernement canadien les a mis en œuvre en 2021.

Conscient des risques potentiels, connus et inconnus, associés à ces nouveaux “vaccins”, je ne pouvais rester silencieux sur des questions aussi importantes, où des vies sont en jeu, en particulier celles d’enfants”, a écrit M. Provost dans sa lettre.

Il a déclaré qu’il se sentait obligé de partager ses préoccupations avec le public, ses collègues et les représentants du gouvernement, afin de promouvoir la transparence et la prise de décision en connaissance de cause.

Malgré ses tentatives de dialogue et de débat, le Provost n’a reçu d’autre réponse que les mesures disciplinaires prises par l’Université Laval.

Il a été suspendu sans salaire à quatre reprises. La première suspension, de huit semaines, a été imposée le 13 juin 2022 à la suite d’une plainte d’un professeur, et la seconde, de quatre mois, a été imposée le 23 janvier 2023 à la suite d’une plainte d’un citoyen.

Une sixième plainte a été retirée le 14 février 2023, après que plus de 275 collègues ont écrit à l’université pour dénoncer la façon dont elle traitait M. Provost, la qualifiant d'”abusive”.

Laval maintient que ses actions n’étaient pas liées à la liberté académique mais qu’elles portaient atteinte à l’autorité politique de l’université, a déclaré le vice-recteur à The Defender.

Dans sa lettre, M. Provost a exprimé sa déception face à l’absence de discussion ouverte sur la question du vaccin COVID-19, en demandant : “Pourquoi les pairs ont-ils disparu du débat public avec opinions dissidentes ?

La liberté académique est la dernière ligne de défense de la démocratie

Le licenciement de M. Provost a suscité des inquiétudes quant à l’application de la loi québécoise – adoptée en juin 2022 – protégeant la liberté académique, a rapporté The Epoch Times.

“Les professeurs d’université ont le droit de critiquer leurs propres institutions, et même le gouvernement”, a déclaré M. Provost au Defender, qui a ajouté que son affaire n’aurait jamais dû être soumise à un arbitre.

Le ministre parlementaire a toutefois refusé d’intervenir et, voulant éviter d’être accusé d’intervenir dans la procédure judiciaire, a affirmé que la procédure d’arbitrage devait se poursuivre, selon M. Provost.

Les critiques affirment que la loi n’a pas été appliquée de manière efficace, ce qui a conduit à la suppression des opinions dissidentes et à la sanction des chercheurs qui remettent en cause les récits dominants.

[...]

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
vaxx et cécité

Le Media en 4-4-2AstraZeneca retire son vaccin contre le covid-19 dans le monde entier

Le Media en 4-4-2 - 09 mai 2024

Un procès est en cours au Royaume-Uni.

   

Le fabricant britannique de médicaments AstraZeneca a annoncé le retrait de son vaccin contre le Covid-19 dans le monde entier, suite à l'admission de la société que le vaccin "peut provoquer le thrombose-thrombocytopénie (TTS)".

Le fabricant britannique de médicaments AstraZeneca a annoncé le retrait de son vaccin contre le Covid-19 dans le monde entier, suite à l’admission de la société que le vaccin « peut provoquer le TTS ». Le TTS, ou thrombose avec syndrome de thrombocytopénie, peut entraîner des caillots sanguins et un nombre de plaquettes trop faible.

Le vaccin, connu sous le nom de Vaxzevria, ne peut plus être utilisé dans l’Union européenne maintenant qu’AstraZeneca l’a retiré, selon le journal The Telegraph. Au Royaume-Uni, un procès collectif est en cours contre AstraZeneca, le géant pharmaceutique étant poursuivi pour des allégations selon lesquelles son vaccin, développé avec l’Université d’Oxford, aurait causé la mort et des blessures graves dans des dizaines de cas.

Les avocats des victimes et de leurs proches affirment que le vaccin a produit un effet secondaire qui a eu un effet dévastateur sur un bon nombre de familles. Le premier cas a été déposé l’année dernière par Jamie Scott, père de deux enfants, qui a subi une lésion cérébrale permanente après avoir développé un caillot de sang et une hémorragie cérébrale qui l’a empêché de travailler après avoir reçu le vaccin en avril 2021.

Cinquante et une affaires ont été déposées devant la Haute Cour, les victimes et leurs proches réclamant des dommages-intérêts estimés à 100 millions de livres sterling. Les scientifiques ont identifié pour la première fois un lien entre le vaccin et une nouvelle maladie appelée thrombocytopénie et thrombose immunitaires induites par le vaccin (VITT) dès mars 2021, peu de temps après le début du déploiement du vaccin Covid-19, mais ont été considérés comme « complotistes » sur tous les plateaux de télévision du monde entier.

L’aveu d’AstraZeneca fait suite à d’intenses querelles juridiques et pourrait donner lieu à des paiements si la société pharmaceutique admet que le vaccin a été la cause de maladies graves et de décès dans des affaires juridiques spécifiques. Le gouvernement britannique s’est engagé à prendre en charge les frais juridiques d’AstraZeneca.

« AstraZeneca est un vaccin qui est très efficace, très efficace ! »

Olivier Véran

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Foot - procès Pfizer

Réseau InternationalPfizer comparaîtra face à un footballeur français

Réseau International - 07 mai 2024

Le tribunal devra décider si les injections sont responsables des troubles de santé dont souffre François-Xavier Fumu Tamuzo.

   

Dans la foulée de l’aveu historique de AstraZeneca, qui dans des documents judiciaires au Royaume-Uni a récemment admis que son injection pouvait effectivement causer des effets secondaires graves, c’est au tour de Pfizer et BioNTech de répondre en justice des effets dévastateurs de leurs injections. Le plaignant est cette fois un footballeur, François-Xavier Fumu Tamuzo, milieu de terrain de l’équipe du Stade Lavallois qui évolue en Ligue 2 du championnat de France.
«La longue marche est à peine supportable»

L’avocat du footballeur explique :

«Depuis deux ans, mon client est dans une errance médicale et personne n’a émis un doute sur les effets indésirables du vaccin. Alors qu’on sait qu’ils existent aujourd’hui, personne ne peut le nier. Et au fur et à mesure de ces soucis, François-Xavier est allé consulter des spécialistes de médecine interne qui ont émis éventuellement ce doute. Il faut le lever».

Et le footballeur d’ajouter :

«J’aimerais comprendre pourquoi mon corps a arrêté de fonctionner. La longue marche est à peine supportable, les footings me sont impossibles. Au moment où je veux mettre une impulsion, par exemple pour monter mes escaliers ou monter une étagère ou même descendre les escaliers, les douleurs sont vives».
Pfizer refuse de commenter

Dans un communiqué relayé par la presse, Pfizer indique ne pas avoir encore reçu l’assignation et ne souhaite pas commenter la procédure. Dans le même communiqué, la société affirme de surcroît que «la santé et la sécurité des patients sont nos priorités absolues», alors que des fuites en caméra cachée du journaliste Justin Leslie, et dont nous faisions rapport au mois de mars, révèlent pourtant le contraire.

Le laboratoire ajoute :

«Comme le veut le processus en vigueur pour l’ensemble des vaccins autorisés en Europe, l’EMA [Agence européenne des médicaments] surveille et évalue les cas déclarés d’effets indésirables liés à notre vaccin contre la Covid-19. Le cas échéant, l’EMA recommande également la mise à jour du RCP (Résumé des Caractéristiques Produit) de notre vaccin contre la Covid-19 pour intégrer toute nouvelle information de sécurité. Nous suivons scrupuleusement ces recommandations et modifions le RCP de notre vaccin en conséquence le cas échéant».
Audience en juillet

Au total, quatre entités sont assignées en justice : Pfizer-Allemagne et BioNTech en tant que concepteurs du vaccin, Pfizer-France en tant que fournisseur et la Fédération Française de Football.

Une audience aura lieu le 2 juillet au tribunal judiciaire de Paris. À cette occasion, la justice devra décider si elle nomme un collège d’experts. L’objectif de ce dernier sera d’établir si un lien de causalité existe effectivement entre l’injection et l’état de santé du footballeur.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
aphantasie chez les gens

Mr MondialisationL’aphantasie : vivre sans images mentales

Mr Mondialisation - 03 mai 2024

Il n’existe pas qu’une seule façon d’être au monde. L’aphantasie, terme dérivé du grec signifiant « absence d’imagination », se caractérise par l’incapacité à visualiser des images mentales.

   

Contrairement à la cécité mentale qui affecte la perception visuelle réelle, l’aphantasie impacte uniquement la capacité à créer des images dans l’esprit. Concrètement, si vous essayez de vous représenter le visage d’un ami proche et que vous ne parvenez à rien voir, vous êtes peut-être aphantasique. Explications.

Il y aurait environ 2 % de personnes dans le monde à ne pas avoir « d’œil mental ». Cette partie de la population serait incapable de se figurer le visage d’un proche ou la forme d’un fruit. Mais l’absence d’images mentales ne se limite pas à la vision. L’aphantasie peut également affecter d’autres sens, comme l’ouïe, l’odorat, le toucher et le goût.

On distingue ainsi l’aphantasie visuelle (incapacité à visualiser des images), de ses dérivés : l’akouphantasie (incapacité à entendre des sons dans sa tête), l’anosmie mentale (incapacité à sentir des odeurs imaginaires), l’agueusie mentale (incapacité à goûter des saveurs imaginaires), l’anesthésie mentale (incapacité à ressentir des sensations tactiles imaginaires).

L’intensité de l’aphantasie varie d’un individu à l’autre. Certains peuvent visualiser des images fugaces, tandis que d’autres ne perçoivent aucune image mentale, quelle que soit la force de leur concentration.

Un monde sans images

L’impact de l’aphantasie est de plusieurs degrés sur la vie des personnes touchées. Certaines d’entre-elles peuvent éprouver des difficultés à mémoriser des informations visuelles, comme des souvenirs, ou à intégrer des concepts abstraits. Bien sûr, elles peuvent développer des stratégies alternatives d’apprentissage et de mémorisation, comme l’association d’images à des mots clés ou l’utilisation d’une autre mémoire fonctionnelle, comme la mémoire auditive ou tactile.

Pour autant, contrairement aux croyances éventuelles, ce trouble ne signifie pas forcément une absence de créativité. Les personnes aphantasiques peuvent exceller dans des domaines artistiques et imaginatifs en utilisant d’autres sens et en s’appuyant sur leur logique et leur intelligence abstraite. En effet, en l’absence de la forme d’imagination la plus commune, d’autres formes de conceptions peuvent être stimulées : narrative, kinesthésique ou encore sensorielle.

Par ailleurs, les rêves des personnes aphantasiques peuvent être différents de ceux des personnes qui visualisent. Ils peuvent être plus abstraits, basés sur des sensations et des émotions plutôt que sur des images.

[...]

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
la toxicité des retombées de sable du Sahara

Profession GendarmeRetombées Sahara ou épandages ?

Profession Gendarme - 02 mai 2024

Depuis quelques temps on nous joue la musique des retombées de sable du Sahara. C’est vrai que dans le midi en particulier on en a quelquefois, depuis toujours.

   

Mirnes Ajanović, avocat bosniaque et président du parti politique BOSS, affirme qu’après l’arrivée de la poussière saharienne nocive en Bosnie-Herzégovine. Mais ce phénomène naturel ne serait-il pas bienvenu pour cacher les retombées bien artificielles des épandages et noyer le poisson.

Mirnes Ajanović, avocat bosniaque et président du parti politique BOSS, affirme qu’après l’arrivée de la poussière saharienne nocive en Bosnie-Herzégovine, une analyse comparative du sable du désert du Sahara et du sable qui est tombé a été effectuée afin de déterminer si la poussière liée aux précipitations était du vrai sable saharien.

Il était impératif de connaître la composition chimique de cette poussière et de savoir si elle contenait des éléments toxiques.

De nombreux éléments et substances nocives ont été trouvés, tels que l’arsenic, le fer, le manganèse, le cuivre, l’aluminium, etc., et des différences très significatives ont été constatées entre le sable saharien et l’échantillon issu des précipitations qui présente des niveaux très élevés de substances nocives, telles que l’aluminium, qui dépasse la concentration du sable saharien de plus de 700 fois.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Artemus - Astrid Stuckelberger

Nouveau MondePodcast : le monde d'à peu près avec Astrid Stuckelberger

Nouveau Monde - 29 avr 2024

Vaccin contre le Covid-19 : podcast Artemus

   

[00:00] Présentation.
[04:00] Causes de la mise au ban de l'invitée au printemps 2020.
[05:21] L'opération covid-19 : une scène de crime.
[13:42] Effets pervers de la compartimentation et la politisation de la médecine.
[17:30] Covid, le moment pivot dans la vie de l'invitée ?
[22:17] Théorie de l'innocuité des virus, toxicité des politiques imposées.
[29:58] Effets pathogènes de la peur.
[35:01] Succès du plan planétaire ?
[38:58] Quel est le but ultime de l'opération ? L'eugénisme.
[44:24] L'OMS aujourd'hui : une mafia ?
[48:49] La détection des vaccinés par la sensibilité olfactive.
[53:00] Une attaque contre l'âme.
[57:00] Des protocoles de protection.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
pénurie de médicaments

InsolentiaePénurie de médicaments en France de pire en pire !

Insolentiae - 25 avr 2024

L’effondrement de la Corée de l’Ouest.

   

Aujourd’hui je vais faire mon « coming-out ».

Je suis de gauche.

Je suis totalement, viscéralement de gauche. Vous allez me dire quel est le rapport avec la pénurie de médicaments et la « gauchitude » de Charles ?

Vous savez pourquoi ? Parce que je suis très sensible à la souffrance des autres. On appelle cela empathie. Je pense que lorsque l’un d’ente nous chute, nous devons lui tendre la main. Je pense sincèrement, viscéralement, que ce qui définit fondamentalement une société et son degré d’avancement de « civilisation » diraient certain, c’est sa manière de prendre soin des plus faibles, des plus fragiles, des « sans défense ». Alors, oui, je suis de gauche.

Pour autant, je ne suis pas socialiste.

« Le problème avec le socialisme est que vous finissez un jour par avoir dépensé tout l’argent des autres ».

Mais encore plus grave…

« Il n’existe pas de socialisme sans danger. Si c’est sans danger ce n’est pas du socialisme. Et si c’est du socialisme ce n’est pas sans danger. Le chemin du socialisme nous entraîne vers le bas, vers moins de liberté, moins de prospérité, nous abaisse vers plus de confusion, plus d’échec. Si nous le suivons à destination, nous mènerons ce pays à la ruine. »

C’est ainsi que nous n’avons plus de médicaments, que nous, en France, dans cette France « développée » de l’an 2024, cette France qui fait la guerre à la Russie avec un professeur Trouposol à sa tête et un « Mozart » de la finance à Bercy qui veut mettre l’économie russe à genou, nous n’avons plus de médicament dans nos officines.

C’est la pénurie.

Le socialisme c’est toujours la pénurie.

Il se termine toujours dans un drame.

Toujours.

L’égalitarisme mène toujours à la ruine et à la dictature.

« Nous croyons qu’ils devraient être des personnes. Nous sommes tous inégaux. Personne, grâce au ciel, n’est pareil à un autre, contrairement à ce que peuvent prétendre la plupart des socialistes. Nous croyons que chacun a le droit d’être différent mais pour nous chaque être humain est d’une importance égale. »

Je suis de gauche parce que je crois sincèrement que chaque être humain à une importance égale, mais je ne suis pas socialiste parce que je crois à la nécessité des inégalités pour maintenir la liberté et la diversité !

L’égalité est une dictature qui écrase toute diversité et toute liberté. Si nous sommes tous égaux alors… nous sommes tous pareil, et quand on est tous pareil, il n’y a plus aucune liberté, plus aucune différence.

Je suis donc de gauche mais pas socialiste.

Je ne suis pas socialiste, parce que cet ersatz de doctrine politique est faisandée.

Je ne suis pas socialiste, parce qu’ils confondent égalitarisme et égalité des droits et des devoirs.

Je ne suis pas socialiste, parce qu’ils confondent assistanat et juste solidarité et nécessaire entraide.

Je ne suis pas socialiste, parce qu’ils nient la différence et la liberté au nom de la dictature de l’égalitarisme et d’une fausse justice sociale.

Je ne suis pas socialiste, parce qu’ils pensent que l’Etat « magique », avec une pensée » magique » et de l’argent « magique » peut fantasmer un monde et s’abstraire du réel.

Je ne suis pas socialiste, parce que le réel revient toujours au galop et que quand le réel revient ce ne sont pas les riches socialistes du portefeuille à droite et qui habitent la rive gauche qui souffrent. Non ce sont les petits, les sans-grade, les fragiles.

Je ne suis pas socialiste, parce qu’ils font la générosité avec l’argent des autres sans vergogne et jamais avec le leur refusant la vraie générosité pour eux et l’imposant aux autres.

Je ne suis pas socialiste, parce qu’ils pensent qu’ils peuvent, dans un monde ouvert à tous, dans un monde où il y a la libre circulation des biens et des marchandises, encadrer et fixer les prix des médicaments.

Ils pensent ces imbéciles, parce qu’ils sont « l’Etat » qu’ils peuvent dire aux laboratoires pharmaceutiques, « votre boîte je l’achète à 1 euro » et le Labo répond, pas de problème, je vais la vendre aux Hongrois, parce que là-bas, à 10 euros, « hongrois que c’est pas cher quand même »… ou aux Tchèques avec provisions et pas aux chèques sans provision de l’Etat français.

Alors nous n’avons plus de médicaments.

Nous avons une pénurie de médicaments.

Pas parce que les usines à médicaments ne produisent plus.

Il n’y a aucune pénurie de médicaments en Hongrie ou en Tchéquie, des anciens pays camarades des républiques bien socialistes. Ils y ont passé 70 ans dans la félicité socialiste.

Il y a une pénurie de médicaments en France.

La France, ce pays si brillant, si merveilleux, qui est devenu la… Corée de l’Ouest.

En Corée de l’Ouest on ne peut plus se soigner et pourtant, tout cela coûte un pognon de dingue.

Alors après 40 ans de socialisme et d’économie administrée socialiste nous sommes dans le mur.

Nous sommes ruinés.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
argile - plasma terrestre

Égalité et RéconciliationL’argile, ce plasma terrestre

Égalité et Réconciliation - 20 avr 2024

L’argile peut (presque) tout soigner. C’est ce que de nombreux travaux semblent montrer, notamment ceux de Jade Allègre ou de Raymond Dextreit…

   

Dans cet exposé, qui pourrait paraitre technique de prime abord, l’argile y est clairement présentée en détails et avec méthodologie pour comprendre son action, et pour l’utiliser de manière éclairée : définition, fabrication et granulométrie, propriétés et couleurs, variétés ou familles d’argile, bienfaits et cadres d’utilisation.

Ce guide complet conclut par la description d’une famille d’argile particulière, les Bentonites, de par leur composition minérale remarquable (montmorillonite + illite + kaolinite, en proportions spécifiques), leur conférant des capacités d’adsorption et d’absorption bien plus élevées que toutes les autres ; les carrières du Périgord dont elles sont naturellement extraites jouant un rôle particulier à l’expression de ces propriétés exceptionnelles.

Au Bon Sens a choisi, et ce depuis plusieurs années, de proposer l’argile bentonite du Périgord, de qualité surfine, avec en complément l’ouvrage de référence L’Argile qui guérit de Raymond Dextreit.

Le docteur Jade Allègre, spécialiste incontestable de l’usage thérapeutique de l’argile, attaquée pour son travail ! L’argile, un remède bon marché qui peut coûter cher à Big Pharma…

« L’argile a une affinité extraordinaire pour tout ce qui est étranger à l’organisme et/ou toxique : elle ne peut littéralement pas supporter la présence de la moindre impureté et n’aura de cesse que tout soit nettoyé. »

 

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
traité de l'OMS

Guy BoulianneOMS : Le Traité sur les pandémies - un coup d'état sur la santé

Guy Boulianne - 17 avr 2024

Le Traité sur les pandémies – Des documents de l’Organisation mondiale de la santé qui ont fuité révèlent le plus grand coup de tous les temps !

   

J'ai fait part à maintes reprises des dangers du Traité de l'OMS sur les pandémies et ceci dès le 7 octobre 2021, alors que je partageais l’article du Dr Urmie Ray. J’ai continué ces avertissements à quelques reprises, soit le 30 mai 2022, le 26 mai 2023, le 9 juillet 2023, le 19 janvier 2024, le 8 février 2024 et le 7 avril 2024. Il ne faut pas oublier non plus que plusieurs projets de loi à travers le monde s'alignent parfaitement avec ce Traité sur les pandémies de l'OMS, dont le Projet de loi Nº 50 du gouvernement Legault qui constitue un réel danger pour l'ensemble des Québécois. Par ce traité, les chefs d’État s’apprêtent à remettre la souveraineté de leurs nations entre les mains d’un gouvernement mondial et à signer un traité international qui soumettra tous les peuples à une dictature sans précédent, incluant les fermetures de frontières, les restrictions de voyage, le confinement (quarantaine), les examens médicaux et la médication des individus (englobant les exigences relatives à l’injection de vaccins ou d’autres produits pharmaceutiques).

Je partage maintenant avec vous une vidéo et un texte du réseau Kla.TV. Comme l'écrit si bien cette plateforme : « Des documents de l'OMS qui ont fuité révèlent le plus grand coup de tous les temps : noir sur blanc, ce document révèle les textes secrets des traités de l'OMS ! Comme avec un scalpel, l'OMS supprime la souveraineté des États membres et se donne elle-même le pouvoir ! L’appel au réveil international vous montre comment démasquer les plans dès maintenant ! »

Kla.TV lance donc un Appel au réveil international !

L’OMS prépare un coup sournois dans 194 pays !

Des documents de l’OMS qui ont fuité révèlent le plus grand coup de tous les temps : noir sur blanc, ce document révèle les textes secrets des traités de l’OMS ! Comme avec un scalpel, l’OMS supprime la souveraineté des États membres et se donne elle-même le pouvoir ! L’appel au réveil international vous montre comment démasquer les plans dès maintenant ! Tedros ne respecte pas les règles et n’est donc pas digne de confiance !
Vérification des faits 1 : La souveraineté des États membres

« Les mesures sanitaires prises en vertu des présents règlements, […] doivent être engagées et menées à bien sans délai par tous les États Parties à l’accord. » (RSI, art. 42)

Jamais un homme ne doit obtenir un tel pouvoir sur le corps et la vie de milliards de personnes dans les 194 États membres de l’OMS !

Le « modèle commercial » de l’OMS

Des transactions financières gigantesques, à débourser par les contribuables, affluent vers des pays plus pauvres et finissent en fait dans les poches de « Big Pharma » et d’investisseurs privés.

C’est ici que l’on découvre avec quelle perfidie l’OMS et ses puissants profiteurs ont mis en place, dans l’ombre, un « coup d’État » dans 194 pays !

Lors de l’assemblée générale de l’OMS qui se tiendra à Genève du 27 mai au 1er juin 2024, les délégués de 194 pays membres devront se prononcer sur un nouveau traité sur les pandémies et une réforme fondamentale du Règlement sanitaire international (RSI) déjà en vigueur. Etant donné qu’ils doivent voter sur une extension importante des pouvoirs de l’OMS et de son directeur général Tedros Adhanom Ghebreyesus, un débat houleux a déjà éclaté dans presque tous les pays plusieurs mois avant l’assemblée. Dans l’article 55 du RSI, Tedros s’engage à transmettre à tous les Etats membres le texte de chaque amendement proposé au moins quatre mois avant le vote.

Le mot anglais « shall » doit être traduit ici comme un ordre impératif. La communication est donc obligatoire, contraignante. Tedros aurait donc dû présenter un projet de texte final le 27 janvier 2024 afin de permettre un vote statutaire. Cela n’a pas été fait avant mars 2024, Tedros ne respecte pas les règles et n’est donc pas digne de confiance !

La recherche Kla.tv d’aujourd’hui, soutenue par des experts internationaux, ne peut donc qu’examiner à la loupe les projets actuels des deux documents qui font encore l’objet de discussions. Pour cette recherche, nous jetons un coup d’œil à l’Allemagne — l’un des 194 États membres :

Le jeudi 22 février 2024, une motion du groupe parlementaire CDU/CSU a été présentée au Bundestag allemand. Elle s’intitule : « Pour des négociations transparentes sur l’accord de l’OMS sur la pandémie – contre la désinformation et les théories du complot ».

La CDU/CSU est le plus grand groupe d’opposition et y a formulé différentes exigences concernant le contrat de pandémie de l’OMS. Ces exigences sont comparées ci-après, dans le cadre d’une vérification des faits, au texte des projets de contrats pour les deux accords. Cette vérification des faits met en lumière – quasiment noir sur blanc – ce que l’OMS négocie actuellement à huis clos.
Vérification de faits n°1 : La souveraineté des États membres

Exigence de la CDU/CSU : « En outre, il faut s’assurer que la mise en œuvre de l’accord se fasse en accord avec les politiques nationales de santé des États membres et que les droits de souveraineté nationaux soient pleinement préservés. »

Fait 1 : Le passage « en tenant compte des vues de l’État Partie concerné » est supprimé à l’article 10.4 du nouveau RSI !

Fait 2 : Le terme « non contraignant » est supprimé à plusieurs reprises dans l’article 1.1 du nouveau RSI !

Texte de l’actuel projet de l’OMS : « Les États Parties reconnaissent l’OMS comme autorité directrice et coordinatrice de l’action internationale en matière de santé publique en cas d’urgence de santé publique de portée internationale et s’engagent à suivre les recommandations de l’OMS dans leur action internationale en matière de santé publique. » (RSI, 13A-1)

Fait 3 : Par le nouvel article 13A-1, les 194 États membres s’engagent à suivre les recommandations de l’OMS ! Ces projets de traités dictatoriaux sont scandaleux et dévoilent les véritables intentions de l’OMS ! L’OMS n’est pas une organisation digne de confiance — même si, en raison de la pression internationale de plus en plus forte, elle devait encore édulcorer les projets à la dernière minute !

Analyse : Comme avec un scalpel, l’OMS « castre » les États membres ! En supprimant ou en ajoutant quelques mots, elle supprime leur souveraineté et s’habilite elle-même ! Les recommandations non contraignantes qui existaient jusqu’à présent deviennent ainsi des directives d’action obligatoires en droit international !
Vérification de faits n°2: La déclaration de l’état de pandémie

[...]

accéder à l'article