Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
La Guerre secrète contre les peuples - Claire Séverac

Égalité et RéconciliationLa Guerre secrète contre les peuples de Claire Séverac

Égalité et Réconciliation - 17 mai 2024

Les cafés littéraires de Kontre Kulture

   

Le livre peut être commandé sur Kontre Kulture : https://kontrekulture.com/produit/la-guerre-secrete-contre-les-peuples/

On nous dit que ce sont de simples avions de ligne… Dormez bien, braves gens, il ne se passe rien ! De ces traînées blanches laissées par des avions qui pulvérisent sur nos têtes des produits toxiques, transformant nos beaux ciels bleus en plafonds laiteux, au programme Haarp, officiellement destiné à permettre les communications longue distance, mais qui sert à bien d’autres fins… on nous ment sur tout. Le temps qui se détraque, les catastrophes météorologiques à répétition, dus au CO2 vraiment ? Des documents déclassifiés de l’armée, des experts repentis, des scientifiques intègres parlent, eux, de guerre climatique. Quelles meilleures armes que celles qui se dissimulent sous des phénomènes naturels !

Beaucoup d’entre nous ont entendu parler des diverses expériences de la CIA, toutes plus horrifiantes les unes que les autres. Mais combien savent qu’elles touchent le commun des mortels, que nous sommes tous victimes des armes bactériologiques, des implants, des nanoparticules, des mutations génétiques, des manipulations mentales, exposés aux perspectives terrifiantes ouvertes par le transhumanisme et l’eugénisme qui sont le but de nos élites ? Si nous ne nous y opposons pas, demain, ces nouvelles technologies au service des puissants feront de nous au mieux des pions, au pire des esclaves.

Plus ou moins tenus secrets, ces projets revêtent tous un alibi humanitaire : la faim dans le monde, le réchauffement climatique, la santé, l’écologie, la sécurité… En réalité, ils obéissent tous au plan d’une oligarchie qui n’a plus besoin de toutes « ces bouches inutiles », comme ses membres nous appellent en privé, et qui se donne ouvertement comme objectif de réduire l’humanité à 500 millions d’individus. Le plus grand génocide de l’histoire est en marche dans la désinformation la plus totale.

Pendant trois ans, Claire Séverac a mené l’enquête autour de ces questions inquiétantes pour l’avenir de l’Homme. Elle a décrypté pour nous des centaines de documents, recoupé des discours, fouillé dans les archives et les sites d’organisations internationales, d’ONG ou encore d’institutions gouvernementales. Elle a accumulé les témoignages et les preuves pour les livrer ici à notre jugement. Afin que chacun réagisse avant qu’il ne soit trop tard.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Transmania

Sott : Sign of The TimesLe transgenrisme préfigure une ère de post-vérité transhumaniste

Sott : Sign of The Times - 16 mai 2024

Entretien avec les auteurs de Transmania qui raconte « l'un des plus gros casses conceptuels du siècle » : l'histoire du transgenrisme.

   

En s'attaquant de front à ce tabou idéologique, les auteurs de cet ouvrage à succès, Dora Moutot et Marguerite Stern, deux anciennes égéries du féminisme ostracisées après avoir refusé de nier les fondements scientifiques de l'existence des sexes, sont aujourd'hui la cible de menaces de mort. Cela leur a d'ailleurs valu un soutien de poids en la personne de J.K. Rowling, l'auteur d'Harry Potter. Quel est leur parcours et quels sont les dangers de ce « projet » dénoncés par ces deux féministes ? Elles répondent aux questions d'Epoch Times.

Epoch Times : Comment vous êtes-vous retrouvées nez à nez avec l'idéologie transgenre durant votre parcours de féministes et quelles ont été les motivations qui vous ont poussées à écrire cet ouvrage en collaboration ?

Dora Moutot : Marguerite et moi-même évoluions dans les milieux féministes sans nous connaitre mutuellement. Pour ma part, après avoir quitté le monde du journalisme, j'ai créé un compte Instagram à succès promouvant une sexualité épanouie des femmes hétérosexuelles, que j'avais appelé @tasjoui. En 2019, des militants queers et transgenristes sont venus me reprocher de ne pas être suffisamment « inclusive » et m'ont enjoint de parler de « pénis de femme ».

Ne connaissant pas véritablement l'idéologie transgenre, j'ai initialement trouvé cette demande farfelue, mais drôle. J'ai refusé, revendiquant un fait simple : il existe deux sexes et être une femme, c'est biologique. À partir de là, mon monde s'est écroulé. Accusée d'être transphobe, j'ai subi un harcèlement lunaire de la part des fous furieux du transgenrisme, qui ont exigé des marques pour lesquelles je produisais du contenu à travers ce compte Instagram de résilier leur contrats partenaires avec moi. Je les ai perdus un à un. C'est par le biais de ces tribulations que j'ai rencontré l'idéologie transgenre.

Marguerite Stern : Comme Dora, le sujet du transgenrisme a fait effraction dans ma vie. Fin 2019, Paris était recouvert de collages contre les féminicides, dont je suis la créatrice. Cependant, des femmes ont commencé à instrumentaliser l'esthétique de mes visuels pour promouvoir la pensée transgenre au moyen de slogans comme « une femme trans est une femme ». Féministe, j'ai estimé problématique de ne pas pouvoir faire des femmes l'objet principal de ce mouvement. Sur Twitter, j'ai donc publié un thread visant à dénoncer l'infiltration de ce que j'ai appelé des hommes déguisés en femmes à l'intérieur du camp féministe. À l'image de Dora, alors que j'étais en train de devenir une des nouvelles égéries du féminisme - mon portrait figurait dans le Monde et Libération, j'ai réalisé plusieurs séries podcasts comme « Héroïnes de la rue » (3T dans Télérama), j'étais en discussion avec des boites de production -, ma carrière de féministe en plein essor s'est subitement effondrée.

Dora et moi-même étions les seules féministes bénéficiant d'une certaine exposition dans les médias et sur les réseaux sociaux à avoir osé prendre la parole contre l'idéologie transgenre. Harcelées, menacées, insultées quotidiennement, nous avons fini par nous rencontrer puis nous rapprocher l'une de l'autre, car nous subissions toutes les deux le même traitement.

In fine, deux choix ont fini par s'imposer à nous : soit nous cessions tout militantisme, puisque nous avions payé très cher, tant socialement que professionnellement, nos prises de position, soit nous allions au bout de notre démarche et écrivions un livre en vue de délivrer au grand public notre message de mise en garde contre le projet transgenre. Un moyen aussi de faire savoir à nos contempteurs qu'ils ne nous muselleraient pas. Nous avons emprunté la seconde voie. Et c'est ainsi que nous avons fait la rencontre de notre éditrice, Laura Magné, avec laquelle nous sommes heureuses de collaborer, car il nous fallait une maison d'édition ayant les épaules pour porter ce livre.

Et depuis sa publication, Transmania est effectivement la cible de violentes attaques. Notre campagne d'affichage a été censurée par l'afficheur privé JC Decaux, SOS homophobie a porté plainte contre nous et nous avons reçu des menaces de mort à plusieurs reprises.

Vous dénoncez une « esthétique de la violence » faisant partie intégrante du mouvement transgenre et allez même jusqu'à dénoncer des « pratiques fascistes ». Quelles sont les causes de cette violence ?

M. S. : La violence fait partie intégrante du mouvement transgenriste. Structurellement. On le voit par exemple aux mantras que ses activistes répètent inlassablement : « Kill the TERF » (acronyme de Trans-Exclusionary Radical Feminist : féministe radicale qui exclut les personnes trans), « Une TERF, une balle », « Sauve un trans, tue une TERF »... Cette esthétique de la violence s'observe également au travers de l'apologie de la défense armée. Sur certains sites commerciaux, il est possible d'acheter des stickers représentant le drapeau trans avec des slogans comme « Defend Equality » surplombés de kalachnikovs, ou bien des t-shirts arborant la phrase « Guns Rights are Trans Rights », également avec une kalachnikov. Elle se voit encore par « le Trans Day of Vengeance » (Jour de la vengeance trans) et les attentats terroristes ayant été commis au nom de cette idéologie.

Aborder les causes à l'origine de cette violence nous conduit à un sujet tabou : la forte occurrence de comorbidités psychiatriques au sein de la population trans (troubles du spectre autistique, troubles de la personnalité borderline, dépression, anxiété...), qui se greffe à des logiques d'embrigadement sectaires.

Enfants et jeunes adultes sont amenés à croire que leurs parents sont transphobes s'ils s'opposent à leur transition. S'isolant de leurs familles, ils rejoignent ensuite une communauté trans formant une sorte de bulle repliée sur elle-même et tournant en boucle toute la journée sur la haine d'un ennemi commun : les TERFs. La désignation d'un ennemi commun est un phénomène bien connu en psychologie, qui permet de créer une psychose collective. Par exemple, Dora et moi-même sommes accusées d'être responsables du « génocide trans » et d'avoir du sang sur les mains. Or, que fait-on lorsqu'on se croit en danger de mort ? On riposte.

La question transgenre, qui fait aujourd'hui régulièrement la une de l'actualité, est parfois décrite comme un simple « effet de mode ». Vous vous inscrivez en faux par rapport à cette idée et rappelez que certaines féministes, telles que Valerie Solanas, Antoinette Fouque ou encore Janice Raymond, avaient alerté dès les années 1960 sur le péril transgenriste. Considérez-vous que les dérives contemporaines de ce mouvement soient le résultat d'une longue marche des idéologues transgenres à travers les institutions ?

D. M. : Tout à fait. Par exemple, Janice Raymond, une professeure d'éthique médicale, a écrit L'Empire transsexuel dans les années 1970, alertant dès cette époque sur ce qui allait se produire. Depuis lors, les associations transgenristes ont grandement œuvré et sont parvenues à changer le discours sur la notion de transsexualité, autrefois considérée comme une pathologie psychiatrique.

Ce qui relevait seulement quelques décennies plus tôt de l'ordre de la maladie mentale est présenté aujourd'hui comme un lifestyle qui devrait être accepté par tout le monde. En d'autres termes, des gens diagnostiqués auparavant comme des malades psychiatriques nous dictent en 2024 la façon dont nous devrions percevoir la réalité. C'est inquiétant.

Comment les idéologues transgenres sont-ils parvenus à imposer leur vision du monde dans toutes les strates de la société, que ce soit à l'école, dans les médias, ou encore dans les institutions ?

D. M. : Le phénomène transgenre a connu une accélération notable à partir des années 2010 suite à des investissements financiers colossaux par des groupes de pression en soutien aux revendications de cette minorité. Aux États-Unis, en 2021, un rapport de LGBT Funders nous apprend que 36 millions de dollars ont été investis pour faire avancer ce programme idéologique par le biais d'une nébuleuse d'ONG pro-trans.

Notre travail s'est appuyé sur les recherches menées par la journaliste d'investigation Jennifer Bilek, première femme à s'être penchée sur les investissements massifs de certains milliardaires militant pour les « droits trans ». Parmi eux, on compte Jon Stryker, petit-fils de l'inventeur du lit d'hôpital. Héritier d'une entreprise américaine spécialisée dans la fabrication de matériel médical, qui, en 2022, a généré un chiffre d'affaires de plus de 18 milliards de dollars, il verse chaque année environ 30 millions de dollars à la fondation Arcus, dont il est le créateur, en vue d'œuvrer à la normalisation du transgenrisme.

Autre grand financier de la cause transgenre : Jennifer Pritzker, anciennement « James », héritier des hôtels Hyatt. Pour sa part, il oriente ses fonds vers les hôpitaux et universités. Deux millions de dollars ont par exemple été investi par ses soins pour créer la première chaire d'études sur le trangenrisme à l'université Victoria, en Colombie-Britannique. Parmi les autres « bienfaiteurs » de la cause transgenre figurent également George Soros, l'ex-femme de Jeff Bezos, Peter Buffett, fils de Warren Buffett, ou encore Roy P. et Sheri Disney, héritiers de Walt Disney.

Pour institutionnaliser le transgenrisme, ces individus fortunés créent en premier lieu des fondations, elles reversent ensuite des fonds à diverses ONG agissant au quotidien dans divers domaines tels que la politique, le juridique, le médiatique, etc. Par exemple, l'association américaine qui s'occupe du lobbying auprès des médias se nomme GLAAD (Gay & Lesbian Alliance Against Defamation). Financée en 2020 à hauteur de 17 millions de dollars, elle a mis au point, en association avec Associated Press, l'équivalent de l'Agence-France presse (AFP), un guide et un lexique visant à faire en sorte que les journalistes emploient la novlangue transgenre.

Sur le plan politique, l'entrée au gouvernement de Rachel Levine au poste de secrétaire adjoint à la Santé des États-Unis a été rendue possible grâce au travail de lobbying du LGBTQ+ Victory Institute, un institut qui a reçu 10 millions de dollars de l'Arcus Foundation pour former et faire élire des politiciens LGBT. Malgré les scandales sanitaires retentissants qui ont éclaté au sein la clinique du genre Tavistock en Grande-Bretagne ou de l'hôpital Karolinska en Suède, cet homme transféminin fait publiquement la promotion de la transition des enfants et des bloqueurs de puberté, soutenant par exemple en 2022 que « les soins d'affirmation du genre sont essentiels pour la jeunesse trans et peuvent sauver des vies ».

Les ONG transgenristes comptent également parmi leurs investisseurs des laboratoires pharmaceutiques, comme Gilead, désireux de booster les ventes de son médicament préventif contre le sida, le Truvada, auprès de la population transgenre. D'après Global Philanthropy, les hommes trans sont 49 fois plus susceptibles de contracter le VIH que les autres adultes... Il y a aussi le laboratoire AbbVie, fabriquant du Lupron, un bloqueur de puberté. AbbVie verse des dons, notamment au Trevor Project, qui soutient les jeunes LGBT, et au GenderCoolProject, association promouvant le transgenrisme chez les enfants.

Il faut savoir que certains des laboratoires produisant ces hormones de synthèse utilisées pour la transition, comme Endo Pharmaceuticals, sont les mêmes qui ont été condamnées en justice pour marketing trompeur lors de la crise des opioïdes, responsable du décès de plus de 500 000 personnes...

Le lobbying transgenriste a aussi produit ses effets au niveau du monde de l'entreprise. En France, dans certaines d'entre elles, il faut par exemple accepter de prononcer le pronom « iel ». Aux États-Unis, de plus en plus de sociétés font la promotion de leurs assurances remboursant les transitions sexuelles. Pourquoi ? Car leur niveau d'inclusivité est noté à travers le « système d'indice d'égalité des entreprises » (CEI), créé par la Human Rights Campaign (HRC), une association financée, entre autres, par la fondation Soros et le géant pharmaceutique Gilead.

Ce CEI entre dans le cadre du mouvement ESG (Environnemental, Social et de Gouvernance d'entreprise), que les fonds d'investissement comme BlackRock et Vanguard suivent de près pour savoir s'ils décident ou non d'accorder des investissements... Résultat, alors qu'en 2000, seulement 3% des entreprises du classement Fortune 500 intégraient l'identité de genre dans leurs politiques de non-discrimination, elles étaient 83% en 2024. On peut dire que la HRC a bien bossé.

Vous dénoncez dans votre ouvrage un scandale sanitaire autour des bloqueurs de puberté. Quels sont les risques associés à la prise de ces médicaments ?

M. S. : Il faut comprendre que la substance active de ces médicaments, la leuproréline ou la triptoréline, est utilisée pour bloquer la puberté précoce des enfants avant l'âge de huit ans, traiter des cas d'infertilité liés à l'endométriose ou bien castrer chimiquement les prédateurs sexuels.

Dans le premier cas, le corps médical estime que les bloqueurs de puberté doivent être administrés aux enfants sur une durée aussi courte que possible, ne devant pas dépasser un maximum de deux ans. Pourtant, certains enfants trans les prennent parfois pendant six ans... Ce qui n'est pas sans graves effets secondaires, car ces molécules détruisent le squelette et empêchent le développement du cerveau. Si bien qu'on se retrouve aujourd'hui avec des jeunes de quinze ans qui ont de l'ostéoporose et des capacités cognitives endommagées. Ces personnes trans deviennent également infertiles et incapables d'avoir un orgasme : on en fait des eunuques.

En France, l'administration aux enfants de bloqueurs de puberté dans le cadre d'une transition est juridiquement autorisée. Sous l'impulsion de la sénatrice Jacqueline Eustache-Brinio, le groupe sénatorial des Républicains porte un projet de loi visant à mettre fin à ce scandale éthique et sanitaire. Nous espérons que ce texte sera voté. Le Royaume-Uni et la Suède ont déjà interdit cette pratique médicale, au motif que cela constitue une expérimentation médicale sur mineurs.

« Les perturbateurs endocriniens nous rendent-ils queers ? » : c'est la question que vous posez dans votre ouvrage. Comment en êtes-vous arrivées à formuler cette hypothèse ?

D. M. : Au-delà de la question trans, je m'intéresse au sujet de la santé en général, et plus spécialement des hormones. Mes lectures m'ont amené au livre Le Grand désordre hormonal de Corinne Lalo, une journaliste scientifique française qui a fait un travail exceptionnel pour expliquer l'impact des perturbateurs endocriniens sur les animaux, mais aussi sur le corps humain.

On constate aujourd'hui que les animaux dans la nature transitionnent réellement. Sous l'effet des perturbateurs endocriniens, des grenouilles mâles deviennent femelles et certains poissons dans les rivières, intersexes.

En 1991, un groupe de 21 scientifiques a signé la déclaration de Wingspread pour sonner l'alarme sur les altérations du développement sexuel causé par ces produits chimiques sur les animaux, appelant à mener des recherches sur l'humain. Dans les années 1990, il existait un terme pour les désigner : « Gender bending chemicals » (produits chimiques perturbateurs du genre). Sans doute attentatoire au politiquement correct, ce terme n'est plus employé aujourd'hui.

Pourtant, l'ouvrage de Corinne Lalo nous dévoile une montée inquiétante des cas, notamment de cryptorchidie et de gynécomastie. Il se passe quelque chose. C'est pourquoi nous nous sommes demandé si les perturbateurs endocriniens ne pourraient pas être responsables de cette soudaine épidémie de dysphorie de genre à un niveau biologique, au-delà du phénomène de contagion sociale.

L'idéologie transgenre s'est infiltrée jusque dans l'enceinte de l'école. En France, on pense par exemple à la fameuse circulaire Blanquer, qui autorise un enfant à changer de sexe et de prénom, sur le papier, mais aussi à occuper les espaces réservés au sexe opposé. Aux États-Unis, des personnalités de la sphère conservatrice n'hésitent pas à parler de « guerre contre les enfants ». Êtes-vous d'accord avec cette analyse ?

M. S. : Il existe clairement une offensive contre les enfants. Tout d'abord du point de vue de la santé publique, en raison des mutilations corporelles causées par les bloqueurs de puberté. Ensuite, par l'offensive culturelle sur des réseaux sociaux comme TikTok, où des influenceurs trans réalisent des contenus vidéos avant et après leur transition, la décrivant comme un rêve réalisé sans jamais évoquer ses mauvais côtés. Enfin à l'école, par le biais notamment des manuels scolaires qui reprennent les concepts idéologiques d'identité de genre et sexe assigné à la naissance.

Pour grandir, les enfants, qui sont l'avenir de notre société, ont besoin d'une structure stable et sereine, et de savoir distinguer un homme d'une femme. Au lieu de cela, il leur est enseigné le relativisme, tandis que les savoirs fondamentaux sont bafoués par l'injection d'une idéologie totalement anti-science.

Vous écrivez dans votre ouvrage que « l'idéologie transgenre et ses dérives ouvrent une brèche intéressante pour l'avancée des revendications pédophiles ». Pouvez-vous développer ?

D. M. : Notre travail de recherche nous a menées à la conclusion que certains lobbies pédophiles exploitent l'idéologie transgenre pour faire avancer leurs propres revendications. Par exemple, le lobby pour les droits des pédophiles, Krumme 13, explique dans un article sur un film portant sur la transition d'un enfant que si un enfant peut décider du sexe auquel il appartient, alors pourquoi ne peut-il pas consentir à une relation sexuelle ?

Par ailleurs, certaines associations trans entretiennent des liens avec le milieu pédophile. Le Dr Jacob Berslow, qui siégeait au conseil d'administration de l'association Mermaids, a dû démissionner après la révélation d'une conférence donnée à B4U-ACT, une organisation militant pour les droits pédophiles. Également, certains membres de l'association professionnelle mondiale pour la santé des personnes transgenres, la WPATH, qui édicte les normes en matière de procédures médicales pour cette population, étaient très actifs sur le forum The Eunuch Archive. Ce site recense plus de 3000 récits pédopornographiques, certains d'entre eux évoquant une envie de castrer et mutiler de jeunes hommes...

On peut faire un lien direct entre les fantasmes de certains membres de cette association et son dernier rapport, qui contient une partie entière consacrée à l'identité de genre eunuque et à la chirurgie de nullification pour les hommes voulant se castrer, sans pour autant devenir des femmes. En France, cette association est prise très au sérieux par notre gouvernement. Il faudrait s'en inquiéter.

Selon vous, le transgenrisme est la première étape d'un projet de société transhumaniste. Comment en êtes-vous arrivées à cette conclusion ?

M. S. : C'est la conclusion de notre ouvrage. Transhumanisme et transgenrisme sont deux idéologies très proches. On peut l'observer par exemple avec les tentatives de modification du génome ou la création d'utérus artificiels, ce qui revient à moduler la sexualité à l'envi et à déléguer l'acte de procréation à la machine. Première étape vers ce projet de société transhumaniste.

D. M. : Cette idée selon laquelle le transgenrisme conduit au transhumanisme vient des visionnaires de cette théorie du genre. Fondateur de la première radio par satellite, Martine Rothblatt, membre du groupe d'hommes trans à l'origine de l'élaboration de la très influente International Bill of Gender Rights, a écrit dans les années 1990 l'ouvrage De transgenre à transhumain.

Celui-ci postule que ce qui compte chez l'humain, c'est son esprit, car son enveloppe charnelle peut être modifiée. De la même façon qu'il a rédigé le premier texte légal pour les personnes transgenre, Rothblatt milité déjà depuis une décennie pour les droits des cyborgs. Le transgenrisme préfigure donc une ère de post-vérité transhumaniste.

Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et ne reflètent pas nécessairement celles d'Epoch Times.

[Article publié le 11 mai 2024]

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Nanobots - transhumanisme

Profession GendarmeLes Ondes Électromagnétiques agissent sur les Nanorobots !

Profession Gendarme - 27 avr 2024

Les Ondes Électromagnétiques agissent sur les Nanorobots des Vaxx pour modifier notre Comportement et créer les Maladies programmées par les Ondes !

   

Mike Adams, chercheur et militant, avec le Dr Alphonzo Monzo, médecin naturopathe américain spécialisé dans la biophysique et la nanotechnologie en tant qu’arme, et son interaction avec la biologie : Par nanotechnologie, nous entendons de petites machines générées naturellement ou en présence d’un champ électromagnétique.

Elles s’auto-assemblent et peuvent se répliquer à l’intérieur du corps.

Il s’agit d’une arme.

Le danger est que nous ne la connaissons pas.

L’information est en train de sortir, il y a donc de l’espoir.

La nanotechnologie crée des maladies et modifie le comportement.

Elle interagit avec les ondes électromagnétiques !

Source : Changera4

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
la grande transformation

Réseau InternationalLa Grande Transformation détruit les fondements de notre vie

Réseau International - 26 avr 2024

Et vise à transformer les humains en robots.

   

L’intelligence artificielle (IA) – il n’y a guère de mot-clé qui revienne plus souvent lorsqu’il est question de visions d’une société hautement technologique et progressiste. Elle n’est pas seulement censée nous simplifier la vie et nous décharger de certaines tâches : les visionnaires les plus audacieux du développement technologique de la Silicon Valley, comme Raymond Kurzweil et Elon Musk, espèrent même qu’elle permettra de réaliser le vieux rêve faustien de dépasser les limites du corps humain.

Grâce à la technologie, l’homme devrait pouvoir devenir un surhomme et augmenter ses capacités cognitives de manière exponentielle, selon Elon Musk, le patron de Tesla, de la plate-forme X et aussi de Neuralink. Sa puce «Neuralink», directement implantée dans le cerveau humain – selon les propres dires de Musk, un essai sur l’homme est déjà en cours – devrait dans un premier temps aider à traiter les maladies graves du cerveau.

Et si l’on en croit le directeur du développement technique de Google (qui fait partie du géant américain de la technologie Alphabet), Raymond Kurzweil, le progrès technique ne devrait pas seulement nous donner la vie éternelle, mais aussi, dans le cadre de «l’Internet de tous les objets», nous conduire à des connaissances insoupçonnées dans le cadre d’un décollage soudain du progrès, ce que l’on appelle la singularité.

Cette avant-garde du transhumanisme veut atteindre la vie éternelle avant la fin du monde en transformant peu à peu l’homme lui-même en machine ou en téléchargeant son esprit dans un cloud. Parallèlement, de plus en plus de scientifiques comme Geoffrey Hinton et de philosophes comme Alexander Douguine et Alain de Beonist mettent en garde contre les dangers de l’IA – il est donc temps de me pencher sur les possibilités et les dangers de l’IA.

La Grande Transformation

Ces idées trouvent un soutien enthousiaste non seulement aux États-Unis, mais aussi parmi les élites occidentales, qui se sont regroupées autour du Forum économique mondial de Klaus Schwab. Dans le cadre de leur «grand redémarrage» (Great Reset), proclamé dans le sillage des mesures COVID-19 en juillet 2020, les sociétés occidentales – et, selon leur volonté, le monde entier – doivent être transformées dans le sens du nouveau libéralisme 2.0, que certains observateurs qualifient de «socialisme des milliardaires».

Schwab et son co-auteur Thierry Malleret parlent ouvertement de la nécessité de capter la conscience des gens, car c’est la seule façon d’impulser un changement social majeur. Une transformation verte massive de l’économie, une réduction de la population et une alimentation «respectueuse du climat» avec des insectes au lieu de la viande. «Vous ne posséderez rien et vous serez heureux !» est le slogan moqueur des gens de Davos. C’est précisément là qu’interviennent les derniers développements technologiques, qui s’imbriquent avec des stratégies de censure telles que le politiquement correct et la «cancel culture».
L’algorithme, clé de la domination totale des mondialistes

Aux yeux des transhumanistes, l’homme n’a pas d’âme divine ou de libre arbitre, mais n’est qu’un ensemble d’algorithmes – des règles d’action pour résoudre un problème ou une classe entière de problèmes – et peut donc non seulement être compris comme un ordinateur, mais aussi programmé (c’est-à-dire manipulé). Le politiquement correct prend alors la fonction d’un tel algorithme pour limiter la pensée autonome des gens et les transformer eux-mêmes en machines obéissant à la volonté des élites libérales.
Cybernétique : comment les gens deviennent volontairement esclaves de la technologie

Dans la tradition de la cybernétique, des entreprises comme Google/Alphabet, mais aussi les gouvernements européens, sont donc intéressés par la collecte d’un maximum de données sur leurs citoyens, non seulement pour mieux les surveiller dans le sens de «l’homme transparent» et ainsi étouffer dans l’œuf les mouvements dissidents, mais aussi pour mieux les contrôler.

Des entreprises mondialistes comme Google/Alphabet – dont le nom est devenu synonyme de recherche sur Internet – obtiennent ces données avec une facilité déconcertante et sans pression : des milliards d’utilisateurs alimentent chaque jour le moteur de recherche du groupe avec leurs données, utilisent leurs programmes de messagerie, etc. que Google transforme à son tour en monnaie sonnante et trébuchante, comme les médias sociaux tels que Facebook et Instagram, qui en savent parfois plus sur leurs utilisateurs que ces derniers eux-mêmes. Le sacrifice volontaire de la vie privée et de l’anonymat fait du simple citoyen un gibier potentiel pour les entreprises internationales.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Vexille 2007 VF

Revolution 2030 : autre sourceExtrait du fillm Vexille (2007)

Revolution 2030 : autre source - 19 mar 2024

Film d'animation de science-fiction japonais réalisé par Fumihiko Sori, sorti le 18 août 2007.

   

Extrait du fillm Vexille (2007) en français.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
la tentation de l'IA

Sott : Sign of The TimesIA : la tentation transhumaniste

Sott : Sign of The Times - 26 fév 2024

Ce que l'on appelle l'intelligence artificielle (IA) commence à peine à envahir notre monde du travail, mais aussi tous les autres domaines de notre vie quotidienne.

   

Nous ne parlons encore que de programmes vocaux de plus en plus sophistiqués - c'est-à-dire de robots textuels comme ChatGPT ou "Alexa" d'Amazon - et de générateurs d'images comme Image Creator, Midjourney ou Leonardo. Mais comme le développement est exponentiel à l'ère du numérique, l'IA deviendra de plus en plus puissante dans un avenir proche, effectuera de plus en plus de tâches jusqu'ici réservées à l'intelligence humaine et se rapprochera encore plus de nous, au sens littéral du terme. L'assistant vocal d'Amazon, Alexa, et une foule d'appareils ménagers "intelligents" nous indiquent la direction à prendre. Nous nous entourons d'un cocon de plus en plus dense de vampires de données numériques qui ne font rien de moins que de s'emparer de notre identité.

Il ne faut pas oublier que tout cela n'a rien à voir avec "l'intelligence", c'est-à-dire la compréhension de relations complexes. En réalité, il ne s'agit que de processus complexes de calcul (algorithmes) qui reposent sur la probabilité avec laquelle, par exemple, un mot donné est suivi d'un autre dans le flux de texte, ou avec laquelle certains éléments structurels sont associés les uns aux autres dans la structure des graphiques ou des images. L'IA "apprend" ces probabilités mathématiques au fur et à mesure de son optimisation, pour finalement fournir, après un nombre infini d'heures de travail, des résultats qui doivent se rapprocher le plus possible des opérations du cerveau humain, c'est-à-dire de la pensée. On peut s'attendre à des améliorations drastiques des performances dans ce domaine à l'avenir.

Un autre aspect important, que l'on perd facilement de vue, est que tous les petits "bots", qu'il s'agisse de programmes de texte, de dialogue ou de graphisme, font partie de l'agenda transhumaniste. En fin de compte, il s'agit de rendre le cerveau humain "lisible" pour les ordinateurs et de pouvoir transférer des données dans les deux sens - du cerveau à l'ordinateur (ou aux supports de stockage), mais aussi de l'ordinateur au cerveau, par exemple au moyen d'une puce implantée. Des fichiers d'images et de textes calculés à grands frais pourraient un jour devenir le support intermédiaire décisif. L'objectif final est - outre la possibilité de contrôle total de l'humanité - la possibilité de mémoriser la conscience humaine, afin de la rendre indépendante de son existence physique et finalement immortelle. Hollywood en parle depuis de nombreuses années, et des intervenants tels que le journaliste israélien Yuval Harari ("Homo Deus", 2017), qui est également un invité apprécié du Forum économique mondial de Klaus Schwab, font des déclarations sans équivoque à ce sujet.

L'un des chercheurs les plus en vue dans la recherche de l'"interface homme-machine" est d'ailleurs Elon Musk. Depuis 2017 déjà, il fait étudier, sous l'égide d'une société spécialement créée à cet effet, Neuralink, les possibilités de relier le cerveau humain aux ordinateurs. Il s'agit d'une "interface directe avec le cortex cérébral". En 2020, en pleine année Corona, Musk a présenté au public le prototype de sa puce cérébrale : huit millimètres d'épaisseur, 23 millimètres de diamètre.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Les Huxley

Géopolitique profondeDe la science à la fiction : le sombre monde des Huxley

Géopolitique profonde - 11 fév 2024

Avant l’ère de la surveillance généralisée, des fake news ou des bébés sur mesure, un livre visionnaire, quasi prophétique est né : «Le meilleur des mondes» d’Aldous Huxley.

   

Un titre familier pour de nombreuses personnes. Tout le monde ou presque connaît ce nom de Aldous Huxley, justement grâce à cet ouvrage. Pourtant son aïeul Thomas Henry Huxley et son frère Julian Huxley sont eux aussi de sacrés personnages.

Le chef-d’œuvre de Aldous Huxley, «Le Meilleur des mondes», près de quatre-vingt-dix ans après sa publication, demeure une œuvre visionnaire d’une rare puissance. Son impact, loin de s’estomper avec le temps, n’a fait que se renforcer, gagnant en pertinence au fil des décennies et des évolutions sociétales.

On retrouve ce phénomène avec l’œuvre «1984» de Georges Orwell, un auteur aussi largement connu et lu encore aujourd’hui. Cette pertinence accrue s’explique en partie par sa capacité à anticiper avec une acuité presque prophétique des thèmes et des enjeux qui sont aujourd’hui au cœur de nos préoccupations contemporaines.

Cependant, comme c’est souvent le cas, l’art a tendance à éclipser la science et cela se vérifie dans la famille Huxley. En effet, malgré la renommée littéraire de Aldous, les figures scientifiques de Thomas Henry Huxley (1825–1895), son grand-père, et de Julian Huxley (1887–1975), son frère aîné, demeurent moins connues. Pourtant, ces derniers ont, chacun à leur époque, marqué profondément le monde de la science par des théories audacieuses et révolutionnaires.

Thomas Henry, souvent surnommé «le Bulldog de Darwin», a joué un rôle déterminant dans la défense et la promotion de la théorie de l’évolution, tandis que Julian, biologiste éminent, a été un pionnier dans les domaines de l’éthologie, de la conservation de la nature, et un précurseur dans la réflexion sur le transhumanisme.

Bien que leurs contributions scientifiques soient parfois occultées par le succès littéraire de Aldous, les idées et les théories de Thomas Henry et Julian Huxley continuent encore de résonner dans le monde scientifique et au-delà. Leur héritage intellectuel soulève des questions controversées et des débats éthiques dans divers domaines, de la biologie à la philosophie, révélant les aspects problématiques et les dilemmes moraux associés à cette famille pour le moins exceptionnelle.

L’impact et l’influence de cette famille ne s’arrête pas seulement à ces 3 personnages, d’autres membres de la famille Huxley ont marqué leur temps chacun à leur manière.

Par exemple Sir Crispin Tickell, arrière-petit-fils de Jessica Huxley. Il a servi en tant qu’ambassadeur britannique aux Nations unies et a joué un rôle de premier plan dans diverses institutions européennes. Cette lignée, ancrée profondément dans les sphères scientifiques, culturelles et politiques mondiales, est le symbole d’une influence étendue et d’une intelligence remarquablement mise au service de son idéologie.

Le WWF, l’ONU, l’UNESCO ou encore la Commission européenne, tous ses organismes ont été plus que largement influencés par cette famille dont l’histoire est aussi fascinante que déroutante.

Dans ce reportage, nous remonterons le temps et examinerons comment leur quête de connaissance et leurs différents engagements ont façonné des générations et influencé des institutions clés à travers le monde. Leur histoire est une fenêtre sur les dynamiques du changement et de l’innovation, reflétant les complexités d’une famille qui a été à la fois célébrée pour ses contributions scientifiques et scrutée pour ses opinions controversées.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
implant neuralink

Réseau InternationalLa société Neuralink de Musk a implanté le premier implant dans le cerveau humain

Réseau International - 01 fév 2024

La société de neurotechnologie de l’entrepreneur américain Elon Musk, Neuralink, a implanté pour la première fois un implant dans le cerveau humain.

   

«Le premier humain a reçu un implant de Neuralink hier et il se remet bien», publie sur X Elon Musk.

«Les premiers résultats montrent une détection prometteuse des pics neuronaux», rajoute-t-il.

«Notre mission : Créer une interface cérébrale généralisée pour redonner de l’autonomie à ceux dont les besoins médicaux ne sont pas satisfaits aujourd’hui et libérer le potentiel humain de demain», annonce le site de Neuralink.

«Notre interface cerveau-ordinateur est entièrement implantable, esthétiquement invisible et conçue pour vous permettre de contrôler un ordinateur ou un appareil mobile partout où vous allez», est-il précisé.

L’entrepreneur a ajouté que le premier produit de Neuralink s’appelle Telepathy. Cela permettra à une personne de contrôler son téléphone et son ordinateur grâce au pouvoir de la pensée. «Les premiers utilisateurs seront des personnes qui auront perdu le contrôle de leurs membres», a déclaré Elon Musk.

Neuralink recrute des candidats : «Si vous souhaitez savoir si vous pourriez être admissible aux essais cliniques Neuralink en cours et/ou futurs, envisagez de rejoindre notre registre de patients».

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
humains modifiés

The DefenderDes humains génétiquement modifiés ?

The Defender - 01 déc 2023

Les scientifiques tirent la sonnette d’alarme alors que le Royaume-Uni approuve une thérapie CRISPR pour traiter une maladie du sang.

   

Les autorités de régulation britanniques ont approuvé cette semaine la première thérapie CRISPR pour le traitement des humains et les autorités de régulation américaines pourraient approuver la thérapie - conçue pour traiter les troubles sanguins - dès le mois de décembre. Dans le même temps, la société américaine à l'origine d'une autre technologie CRISPR, l'"édition de bases", a fait état d'une étude initiale réussie, bien que deux des dix sujets aient subi des crises cardiaques, entraînant la mort d'un participant à l'essai.

Les autorités de régulation britanniques ont approuvé jeudi une thérapie utilisant la technologie d’édition de gènes CRISPR pour traiter deux maladies du sang. Les régulateurs fédéraux américains sont sur le point d’approuver ce même traitement en décembre.

La thérapie exa-cel, qui porte le nom de marque Casgevy, est la première thérapie CRISPR pour l’homme à être approuvée pour le marché.

CRISPR est une technologie d’édition de gènes qui agit comme une paire de “ciseaux génétiques”, permettant aux scientifiques de modifier des sections d’ADN en “coupant” des portions spécifiques et en les remplaçant par de nouveaux segments. Annoncé pour la première fois dans un article de 2012, CRISPR est considéré comme un moyen simple et peu coûteux de modifier les gènes.

Ses inventeurs ont reçu le prix Nobel de chimie en 2020. Ces dernières années, les applications dans le domaine de la manipulation des plantes et les recherches sur une éventuelle utilisation chez l’homme ont proliféré, la technologie étant présentée comme une solution potentielle à des problèmes allant des maladies à la sécurité alimentaire, en passant par le changement climatique.

Mais cette recherche a été très controversée, et une longue série d’articles a été publiée détaillant les effets involontaires de l’ édition de gènes CRISPR, qui s’est avérée produire de nombreux types de dommages graves et involontaires à l’ADN.

Casgevy est conçu pour traiter deux maladies du sang : la drépanocytose et la bêta-thalassémie. La drépanocytose, également connue sous le nom d’anémie falciforme, survient le plus souvent chez les personnes d’origine africaine ou caribéenne. Elle peut provoquer des douleurs débilitantes.

Les personnes atteintes de bêta-thalassémie, qui peut provoquer une anémie légère ou grave, peuvent avoir besoin de transfusions sanguines régulières.

Ces deux maladies génétiques sont dues à des erreurs dans les gènes de l’hémoglobine, une protéine qui permet aux globules rouges de transporter l’oxygène dans le corps, et elles peuvent toutes deux être fatales.

La thérapie, développée par Vertex Pharmaceuticals et CRISPR Therapeutics, a été approuvée après un essai sur la drépanocytose qui n’a suivi que 29 participants sur un total de 45 pendant 16 mois. Vingt-huit des personnes suivies n’avaient plus de douleurs au bout d’un an, selon Nature.

Dans l’essai clinique pour la bêta-thalassémie, 39 des 42 participants à l’essai n’ont pas eu besoin de recevoir de transfusion de globules rouges pendant au moins 12 mois après avoir reçu Casgevy. Ils ont généralement besoin de transfusions sanguines toutes les trois à cinq semaines.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Alain Soral – Les 4 Cavaliers de l’Apocalypse

Égalité et RéconciliationAlain Soral – Les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse

Égalité et Réconciliation - 25 nov 2023

Si on cherche de quoi parle l’Apocalypse de Jean, les Quatre Cavaliers de l’Apocalypse, ce sont ceux-là, on les a sous les yeux, et ils sont coalisés comme vecteurs du Nouvel Ordre mondial, pour nous amener à quoi ? À un esclavage terminal.

   

Deuxième extrait gratuit de SAPTR #25 !

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
humanité 2.0

Réseau InternationalHumanity 2.0 : Le Vatican au cœur du mouvement transhumaniste

Réseau International - 22 juin 2023

Humanité artificielle et Code transhumain

   

Père Philip Larrey, président de l’association Humanity 2.0. Cette entité créée par le pape François porte le nom du célèbre livre de Ray Kurzweil «Humanity 2.0» ou «The Singularity is Near» est un livre de 647 pages de Raymond Kurzweil. Il s’agit d’une mise à jour de ses précédents ouvrages «L’Ère des machines spirituelles» (en anglais «The Age of Spiritual Machines» (1999) et «L’Ère des machines intelligentes» (en anglais «The Age of Intelligent Machines»). Il y décrit sa vision de la singularité technologique, à travers la combinaison de trois sciences principales : la génétique, les nanotechnologies, et la robotique (dont l’intelligence artificielle).

[...]

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
embryons humains synthétiques

Aube DigitaleLa science crée des embryons humains synthétiques

Aube Digitale - 19 juin 2023

Des scientifiques ont créé des embryons humains synthétiques dans le cadre d’une avancée majeure

   

L’exploit remarquable a consisté à créer en laboratoire des embryons humains synthétiques à partir de cellules souches.

Les scientifiques espèrent que ces embryons, qui éliminent totalement la nécessité d’un ovule ou d’un spermatozoïde, offriront une occasion unique d’étudier et de mettre au point des traitements pour diverses maladies génétiques.

Cela dit, ces travaux soulèveront probablement un certain nombre de questions éthiques, d’autant plus que la création d’embryons humains synthétiques est contraire à la législation en vigueur dans un certain nombre de pays.

Il serait certainement illégal de les implanter dans un véritable utérus et on ne sait pas exactement jusqu’où ils pourraient se développer dans ces circonstances.

accéder à l'article