Dernière modification par Nathan - 53 ans il y a
Algocratie : la nouvelle idiocratie des réseaux sociaux

Mr Mondialisation« Algocratie » : la nouvelle idiocratie des réseaux sociaux

Mr Mondialisation - 07 mars 2023

Addiction, désinformation de masse, polarisation des débats, dévoiement démocratique… Les griefs à l’attention des plateformes numériques sont nombreux.

   

Malgré leur pouvoir informationnel jamais égalé, les réseaux sociaux restent pourtant amplement façonnés par les intérêts financiers de sociétés monopolistiques. Dans son ouvrage Algocratie, vivre libre à l’heure des algorithmes publié aux éditions Actes Sud, Arthur Grimonpont dresse avec rigueur et pédagogie le tableau dantesque de l’impact des réseaux sociaux sur l’ensemble de la société du XXIème siècle. Afin d’associer intelligence artificielle et enjeux actuels, Arthur Grimonpont plaide pour une véritable révolution de l’attention.

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi ressemblerait notre vie sans les réseaux sociaux ? Que se passerait-il si, le premier réflexe d’une majorité d’individus au saut du lit n’était pas de consulter leur smartphone ? S’ils ne pouvaient pas se contenter d’admirer les dernières photos de vacances de leurs proches pour considérer « avoir pris de leurs nouvelles » ? Si la moitié de notre garde-robe ne leur avait pas été directement recommandée par les publicités ciblées de Facebook ou leur influenceur préféré ? Si leur source d’information principale ne se déclinait pas sous forme de feed, de post et de short ?

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 53 ans il y a
application unjected

Aube DigitaleLe premier service de rencontre et de banque de sang pour non vaccinés

Aube Digitale - 17 fév 2023

De nos jours, les rencontres en ligne semblent moins être un jeu de hasard qu’un jeu médical de vérité ou d’audace, étant donné la question décisive : « Êtes-vous vacciné ? »

   

Les femmes d’affaires Shelby Thomson et Heather Pyle, de Maui (Hawaï), ont trouvé que le jeu des rencontres en ligne était une expérience frustrante pour les personnes non vaccinées au plus fort du déploiement du vaccin contre le COVID-19 en 2021.

Confrontées à la discrimination et à la censure, de nombreuses personnes non vaccinées ont perdu leur emploi et leurs relations parce qu’elles avaient choisi de ne pas se faire vacciner. Les personnes non vaccinées « n’avaient pas la possibilité de dire qu’elles n’étaient pas vaccinées » à d’éventuels partenaires de rencontres en ligne, a expliqué Mme Thomson.

En mai 2021, les deux partenaires commerciales, mamans et meilleures amies ont lancé « Unjected », une application de rencontre pour les non-vaccinés, sur les stores Google et Apple.

Cependant, peu après le lancement de l’application, Thomson et Pyle ont commencé à recevoir des courriels haineux, puis une publicité négative dans les médias. Apple a décidé de retirer « Unjected » de la boutique d’applications, au motif qu’elle fournissait des informations médicales erronées.

Lorsque Google a menacé d’emboîter le pas, Thomson et Pyle ont débranché les deux géants des médias, et Unjected.com a été mis en ligne en utilisant l’hébergeur de noms de domaine GoDaddy en août 2021.

Selon Thomson, « Unjected » est plus qu’un service de rencontres pour les personnes non vaccinées. C’est aussi une base de données de banques de sang et une banque de fertilité pour les personnes non vaccinées.

« Nous avons tous beaucoup en commun lorsqu’il s’agit d’être conscients de nos choix, et nous pensons qu’il y a de grandes connexions à établir lorsque des personnes partageant les mêmes idées se réunissent dans le même espace social. »

Shelby Thomson

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 53 ans il y a
câbles sous-marins - GAFAM

Anguille sous rocheLes GAFAM et le contrôle des câbles sous-marins

Anguille sous roche - 30 jan 2023

Devinette : quelle longueur représentent les presque cinq cents câbles sous-marins par lesquels transite l’essentiel du trafic internet ? Réponse : plus de 1,3 millions de kilomètres. Auxquels les GAFAM s’intéressent furieusement.

   

99% des données numériques passent par le câble sous-marin

Ou plutôt les câbles sous-marins, le site spécialisé TeleGeography en dénombre 486, contre moins de la moitié en 2009. Les premiers câbles ont été posés au XIXème siècle entre l’Europe et le continent américain à la suite du développement du télégraphe. Depuis 1988 les câbles classiques en cuivre sont remplacés par de la fibre optique. Les enjeux géopolitiques sont évidents, sans câble plus de communication possible, et la Chine et les Etats-Unis s’affrontent ouvertement via leurs opérateurs.

Traditionnellement les grands opérateurs téléphoniques étaient les opérateurs des câbles sous-marins. Liés à la téléphonie, ils les fabriquaient, les posaient, les entretenaient, les surveillaient et souvent les exploitaient. Ces opérateurs tels Alcatel Submarine Networks, Louis Dreyfus Travocean, Orange Marine, Telefonica, sont devenus minoritaires ou réduits au rang d’associés. Depuis une quinzaine d’années les entreprises de la silicone vallée y ont investi massivement, répondant à leurs besoins croissants de transferts de données, à l’atteinte de nouveaux marchés dans les pays du tiers-monde et permettant également un contrôle de l’information. Ils posent ouvertement un défi à la souveraineté numérique des Etats.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 53 ans il y a
Doctolib

Le médiaSanté : comment Doctolib a pris le pouvoir sur nos vies

Le média - 19 nov 2022

Et si on parlait d’une plateforme numérique utilisée par 37 millions de Français et qui est devenue quasiment incontournable dans nos vies quotidiennes ?

   

J’imagine que vous pensez à Google, Twitter, Instagram ou TikTok… Eh bien non, il s’agit de Doctolib. Doctolib, un site de mise en relation entre soignants et patients, qui constitue désormais un quasi-monopole dans l’Hexagone. Paradoxalement, nous ne savons presque rien sur Doctolib, ce géant qui a réussi à se faire oublier.

Qui est à sa tête ? quels sont les projets de ses dirigeants ? Comment ont-ils réussi à s’imposer sur un terrain caractérisé au départ par une forte concurrence ? Qu’est-ce qu’ils monétisent ? Comment ils rentabilisent leur investissement ? En d’autres termes, puisque c’est gratuit, est-ce que c’est nous le produit ? Le journaliste Théophile Kouamouo a fait appel au journaliste Pierre-Philippe Berson, qui a enquêté, avec son collègue Victor Le Grand et pour le magazine Society, sur cette plateforme qui exerce désormais une forme d’ascendant sur notre système de soins.