Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Notre ADN fonctionne-t-il comme une antenne ?

Profession GendarmeVotre ADN est-il une antenne de réception des EMF ?

Profession Gendarme - 20 mai 2024

Des centaines et des centaines d’études montrent que notre monde merveilleux des EMF (champ électromagnétique, par ses sigles en anglais, ) sans fil n’est pas bon pour notre santé.

   

Mais vous vous demandez peut-être : Comment ?

Lorsque nous parlons de » EMF « , nous parlons de différents types d’ondes électromagnétiques, de différentes fréquences, de différents niveaux de puissance, et ainsi de suite. Par quel mécanisme cela pourrait-il fonctionner ?

Il s’avère que la réponse pourrait bien se trouver dans notre ADN !

Liens associés :
– L’ADN est une antenne fractale dans les champs électromagnétiques (https://www.researchgate.net/publicat…)
– Une image en 3D montre comment l’ADN se rassemble en un « globule fractal » (https://scitechdaily.com/3-d-image-sh…)
– Conductance électronique élevée grâce à des molécules d’ADN à double hélice dotées de groupes d’ancrage en fullerène (https://pubs.acs.org/doi/10.1021/acs….)
– L’arc-en-ciel invisible : Une histoire de l’électricité et de la vie par Arthur Firstenberg (https://amzn.to/3PZuB0r)
– Genetic Entropy (Entropie génétique) par le Dr John Sanford (https://amzn.to/4cHv0hM)

Pour d’autres conseils techniques : https://scottiestech.info

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
courber la 6G

Aube DigitaleLa communication sans fil 6G pourrait bientôt arriver

Aube Digitale - 18 mai 2024

La communication sans fil 6G pourrait bientôt voir le jour, car l’un des principaux problèmes liés à cette technologie semble avoir été résolu.

   

Jusqu’à présent, l’un des principaux obstacles à la communication 6G était la taille minuscule des ondes térahertz qu’elle utilise. Celles-ci sont facilement perturbées par des obstacles tels que les murs, les meubles et les créatures vivantes.

Aujourd’hui, des chercheurs des universités Brown et Rice affirment avoir trouvé un moyen de courber les ondes térahertz autour des obstacles.

Dans une nouvelle étude publiée dans la revue Communications Engineering, les chercheurs démontrent une nouvelle approche pour envoyer des ondes 6G sur des trajectoires courbes, en maintenant un lien fort entre l’émetteur et le récepteur.

« Il s’agit de la première liaison de données incurvée au monde, une étape cruciale dans la réalisation de la vision de la 6G en matière de débit de données élevé et de haute fiabilité », déclare Edward Knightly, professeur d’ingénierie électrique et informatique à l’université Rice.

La question des effets sur la santé de l’exposition aux rayonnements non ionisants (CEM), y compris la 5G, reste une source importante de controverse.

Alors que les vérificateurs de faits et les médias grand public alternent entre la minimisation des craintes concernant les effets négatifs sur la santé et leur ridiculisation comme étant liées à diverses « théories du complot de droite », les experts médicaux et les scientifiques continuent d’avertir qu’il y a de bonnes raisons de croire qu’une exposition constante peut être liée à une grande variété de dommages, allant de la réduction du nombre de spermatozoïdes au cancer et à la démence.

En 2017, des médecins et des scientifiques ont lancé une pétition dans l’UE pour empêcher le déploiement de la technologie de la 5G. Ils ont invoqué des risques potentiels de cancer et ont également fait remarquer qu’en raison de la nouveauté de la technologie, des tests de sécurité adéquats n’avaient pas été réalisés.

Diverses études ont montré que les rayonnements non ionisants pouvaient causer des dommages aux gènes.

Comme l’indique une étude de synthèse, « de nombreuses études ont fait état d’effets sur des cellules et des animaux après une exposition aux CEM à des intensités similaires à celles que l’on trouve dans l’environnement public et professionnel ».

L’étude ajoute que « les mécanismes par lesquels les effets sont induits par les CEM sont fondamentalement inconnus ».

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Nanobots - transhumanisme

Profession GendarmeLes Ondes Électromagnétiques agissent sur les Nanorobots !

Profession Gendarme - 27 avr 2024

Les Ondes Électromagnétiques agissent sur les Nanorobots des Vaxx pour modifier notre Comportement et créer les Maladies programmées par les Ondes !

   

Mike Adams, chercheur et militant, avec le Dr Alphonzo Monzo, médecin naturopathe américain spécialisé dans la biophysique et la nanotechnologie en tant qu’arme, et son interaction avec la biologie : Par nanotechnologie, nous entendons de petites machines générées naturellement ou en présence d’un champ électromagnétique.

Elles s’auto-assemblent et peuvent se répliquer à l’intérieur du corps.

Il s’agit d’une arme.

Le danger est que nous ne la connaissons pas.

L’information est en train de sortir, il y a donc de l’espoir.

La nanotechnologie crée des maladies et modifie le comportement.

Elle interagit avec les ondes électromagnétiques !

Source : Changera4

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
CERN - éclipse solaire

Aube DigitaleL’accélérateur du CERN sera mis en service pendant l’éclipse solaire

Aube Digitale - 02 avr 2024

Après deux années d’interruption, l’accélérateur de particules de l’organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) sera utilisé pour rechercher des particules cachées lors de l’éclipse solaire du 8 avril.

   

La machine, le Grand collisionneur de hadrons (LHC), fait exploser des protons les uns contre les autres pour les ouvrir et étudier les particules subatomiques qu’ils contiennent.

Au cours de l’éclipse du mois prochain, l’équipe de scientifiques tentera de prouver l’existence de la matière noire, dont on estime qu’elle constitue environ 28 % de l’univers, bien qu’on ne l’ait jamais vue.

Alors que le LHC fonctionne généralement pendant un mois chaque année, cela fait deux ans qu’il a été remis en service après avoir été arrêté pendant la crise énergétique européenne de 2022.

La semaine dernière, des scientifiques ont révélé qu’une structure « fantôme » avait été découverte à l’intérieur du collisionneur de particules.

Le compte X populaire « Concerned Citizen » a commenté les tests du CERN sur l’éclipse solaire et a également noté que la NASA lancera des fusées portant le nom d’une divinité serpentine égyptienne pendant l’événement.

La mission de la NASA, connue sous le nom de Perturbations atmosphériques autour de la trajectoire de l’éclipse (APEP), a été baptisée en l’honneur de la « divinité serpent de l’ancienne mythologie égyptienne », qui était une « némésis de la divinité du Soleil, Râ ».

« On dit qu’Apep poursuivait Râ et que, de temps à autre, il le consumait presque, ce qui provoquait une éclipse », peut-on lire sur le site web de la NASA.

Selon Ancient Egypt Online, « Apep était l’ancien esprit égyptien du mal, de l’obscurité et de la destruction. En tant qu’ennemi juré du dieu du soleil, Râ, il était une force malveillante qui ne pouvait jamais être entièrement vaincue. Chaque nuit, lorsque le soleil traversait le monde souterrain (ou le ciel), son rugissement emplissait l’air et il lançait son attaque ».

Le projet de la NASA a pour but d’étudier comment l’éclipse solaire, en provoquant une baisse soudaine de la lumière du soleil, affecte la haute atmosphère de la Terre.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
IA prédictive pour déceler les volontaires à la vaccination COVID

Guy BoulianneIA prédicative pour déceler les volontaires à la vaccination COVID-19

Guy Boulianne - 26 mar 2024

Un nouveau système d’intelligence artificielle est capable de prédire si une personne est prête ou non à se faire vacciner contre le COVID-19.

   

Un nouvel outil puissant d’intelligence artificielle est capable de prédire si une personne est prête à se faire vacciner contre le COVID-19. Le système intègre les mathématiques du jugement humain à l’apprentissage automatique pour prédire l’hésitation à la vaccination. Le système prédictif utilise un petit ensemble de données issues de données démographiques et de jugements personnels tels que l’aversion au risque ou à la perte.

Les résultats encadrent une nouvelle technologie qui pourrait avoir de vastes applications pour prédire la santé mentale et donner lieu à des campagnes de santé publique plus efficaces.

Une équipe dirigée par des chercheurs de l’Université de Cincinnati et de l’Université Northwestern a créé un modèle prédictif utilisant un système intégré d’équations mathématiques décrivant les modèles légaux de jugement de récompense et d’aversion grâce à l’apprentissage automatique.

« Nous avons utilisé un petit nombre de variables et des ressources informatiques minimales pour faire des prédictions », a déclaré l’auteur principal Nicole Vike, associée de recherche principale au Collège d’ingénierie et de sciences appliquées de l’UC.

« Il est peu probable que la COVID-19 soit la dernière pandémie que nous verrons au cours des prochaines décennies. Disposer d’une nouvelle forme d’’intelligence artificielle pour la prédiction en santé publique constitue un outil précieux qui pourrait aider à préparer les hôpitaux à prédire les taux de vaccination et les taux d’infection qui en découlent. »

L’étude a été publiée dans le Journal of Medical Internet Research Public Health and Surveillance.

Les chercheurs ont interrogé 3 476 adultes à travers les États-Unis en 2021 pendant la pandémie de COVID-19. Au moment de l’enquête, les premiers vaccins étaient disponibles depuis plus d’un an.

Les personnes interrogées ont fourni des informations telles que leur lieu de résidence, leurs revenus, leur niveau d’éducation le plus élevé atteint, leur appartenance ethnique et leur accès à Internet. Les données démographiques des personnes interrogées reflétaient celles des États-Unis, d’après les chiffres du US Census Bureau. Il a été demandé aux participants s’ils avaient reçu l’un ou l’autre des vaccins disponibles contre la COVID-19. Environ 73 % des personnes interrogées ont déclaré avoir été vaccinées, soit un peu plus que les 70 % de la population nationale qui avaient été vaccinées en 2021.

En outre, il leur a été demandé s’ils suivaient systématiquement quatre recommandations destinées à prévenir la propagation du virus : porter un masque, respecter la distance sociale, se laver les mains et ne pas se rassembler en grands groupes.

Il a été demandé aux participants d’évaluer dans quelle mesure ils aimaient ou n’aimaient pas un ensemble de 48 images séquencées au hasard sur une échelle de sept points de 3 à -3. Les images provenaient de l’International Affective Picture Set, un vaste ensemble de photographies couleur émotionnellement évocatrices, réparties en six catégories : sports, catastrophes, animaux mignons, animaux agressifs, nature et nourriture.

Vike a déclaré que le but de cet exercice est de quantifier les caractéristiques mathématiques des jugements des gens lorsqu’ils observent des stimuli légèrement émotionnels. Les mesures de cette tâche incluent des concepts familiers aux économistes comportementaux — ou même aux joueurs — tels que l’aversion au risque (le point auquel quelqu’un est prêt à accepter une perte potentielle pour une récompense potentielle) et l’aversion à la perte. Il s’agit de la volonté d’éviter les risques, par exemple en souscrivant une assurance.

« Cela peut fonctionner très simplement. Il ne nécessite pas de super calcul, est peu coûteux et peut être appliqué à toute personne possédant un smartphone. Nous l’appelons IA cognitive computationnelle. Il est probable que vous verrez d’autres demandes concernant des modifications de jugement dans un avenir très proche. »

Aggelos Katsaggelos, professeur

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
acte de censure scientifique stupéfiant

The DefenderUn acte de censure scientifique stupéfiant

The Defender - 05 mar 2024

Une revue rétracte une étude évaluée par des pairs critiquant le vaccin Covid-19.

   

Lundi, la revue Cureus a rétracté le premier article évalué par des pairs qui présentait une analyse approfondie des données des essais du vaccin ARNm Covid-19 et des lésions consécutives à l'injection. Les auteurs de l'article ont également appelé à un moratoire mondial sur les vaccins.

Lundi, la revue Cureus a rétracté le premier article évalué par des pairs qui présentait une analyse approfondie des données des essais du vaccin ARNm Covid-19 et des lésions consécutives à l’injection. Les auteurs de l’article ont également appelé à un moratoire mondial sur les vaccins.

Le Dr Peter McCullough, l’un des auteurs de l’article, a qualifié la rétractation d'”acte stupéfiant de censure scientifique”. Il a dit au Defender :

“La revue et ses rédacteurs avaient le droit de rejeter l’article à tout moment au cours du processus d’examen. Une fois publié, la rétractation d’un article sans justification adéquate constitue une violation des lignes directrices du Comité d’éthique de la publication (COPE) “.

Le document, publié le mois dernier, décrit en détail les graves effets nocifs potentiels des vaccins, les problèmes de contrôle et de traitement des vaccins, les mécanismes à l’origine des effets indésirables, les raisons immunologiques de l’inefficacité des vaccins et les données relatives à la mortalité issues des essais d’homologation.

Les auteurs de l’article ont conclu :

“L’approbation par l’agence fédérale des produits injectables à base d’ARNm Covid-19 sur la base d’une couverture générale de la population n’était pas étayée par une évaluation honnête de toutes les données d’enregistrement pertinentes et par une prise en compte proportionnelle des risques par rapport aux avantages.

Ils ont également demandé que les vaccins soient immédiatement retirés du calendrier de vaccination des enfants du CDC (Centres de contrôle et de prévention des maladies) et que les rappels soient suspendus.

Le document a été lu plus de 350 000 fois dans le mois qui a suivi sa publication. Un article moyen de Cureus n’est consulté qu’à environ 2 700 reprises au cours d’une année entière.

M. McCullough a indiqué que Tim Kersjes, responsable de l’intégrité de la recherche chez Springer Nature, qui publie Cureus, a informé les auteurs la semaine dernière que la revue rétractait l’article. M. Kersjes a soulevé huit points de préoccupation, auxquels M. McCullough a déclaré que les auteurs avaient déjà répondu dans le cadre d’un processus exhaustif d’examen par les pairs.

Le Dr McCullough a déclaré au Defender :

“Je soupçonne Kersjes et Springer Nature d’avoir subi des pressions de la part du puissant complexe bio-pharmaceutique, composé d’organisations de santé publique coordonnées, de fabricants de vaccins et d’organismes de réglementation, pour censurer notre article afin d’empêcher la communauté médicale d’obtenir des informations cruciales sur la sécurité des vaccins.

“Nous avons rejeté la rétractation, nous avons fait appel et nous signalerons cette action contraire à l’éthique à toutes les autorités compétentes, tout en continuant à publier ailleurs”.

M. Nathaniel Mead, l’auteur principal de l’article, a déclaré au Defender qu’il craignait depuis le premier jour que la revue ne subisse des pressions pour rétracter l’article.

J’ai su dès que j’ai appuyé sur le bouton “publier” de Cureus le 24 janvier, à la suite d’un processus d’examen approfondi et de multiples re-soumissions, que nous avions affaire à une bombe à retardement”, a déclaré M. Mead.

“En citant des preuves solides et en exposant la manière dont les essais parrainés par l’industrie ont induit le public en erreur, notre article fondé sur des données probantes a été un véritable réquisitoire contre l’entreprise du vaccin COVID-19”.

Les “rétractations prédatrices” profitent à Big Pharma

John Adler, de l’université de Stanford, et Alexander Muacevic, de l’université de Munich, ont fondé Cureus en 2009. Il s’agit d’une revue médicale générale en ligne à accès libre, évaluée par des pairs, dont les coûts de publication sont peu élevés.

Le géant de l’édition universitaire Springer Nature a racheté Cureus en décembre 2022.

Springer Nature est un conglomérat d’édition fondé en 2015 par la fusion de Nature Publishing Group, Palgrave Macmillian, Macmillan Education et Springer Science+Business Media.

L’éditeur a généré 1,8 milliard d’euros en 2022, affichant une croissance continue d’une année sur l’autre depuis 2020.

Springer Nature dispose d’un groupe interne d’intégrité de la recherche chargé de veiller à ce que le contenu scientifique de l’entreprise soit “rigoureusement évalué“. Lorsque des questions nécessitant l’intervention d'”experts en intégrité de la recherche” se posent, l’équipe de résolution, dirigée par M. Kersjes, intervient.

Le 16 février, M. Kersjes a informé les auteurs que les rédacteurs de la revue prévoyaient de rétracter l’article, en précisant que la revue “avait été récemment informée de plusieurs préoccupations concernant la validité du travail”.

Selon le texte de l’e-mail, publié sur Substack par Steve Kirsch, un autre des coauteurs de l’article, ces préoccupations “ne peuvent, à notre avis, être résolues par une correction”.

M. Kersjes a indiqué aux auteurs qu’ils avaient la possibilité d’accepter ou de refuser la rétractation, ce qui serait indiqué sur le site web.

Ils n’étaient pas d’accord. “Nous rejetons vigoureusement cette décision arbitraire et capricieuse, prise a posteriori, de la part de M. Kersjes et de ses supérieurs de Springer”, ont-ils écrit.

La lettre de M. Kersjes fait état de préoccupations concernant les affirmations des auteurs au sujet de données sur la mortalité toutes causes confondues, dusystème de notification des événements indésirables liés aux vaccins (VAERS),du nombre de décès dus à la vaccination par rapport au nombre de vies sauvées, de la possibilité de contamination des vaccins,de l’affirmation selon laquelle les vaccins n’ont pas fait l’objet de tests de sécurité et d’efficacité adéquats, de la déclaration “incorrecte” selon laquelle les protéines spike restent dans l’organisme et peuvent avoir des effets néfastes et que les vaccins sont des produits de thérapie génique.

Dans leur réfutation, les auteurs ont répondu à chaque critique en expliquant leur argumentation et en fournissant des citations à l’appui. Ils ont noté que les huit évaluateurs de l’article et les rédacteurs en chef de la revue avaient jugé leurs réponses satisfaisantes.

Quelques jours après la publication initiale, M. Adler, qui est le rédacteur en chef de Cureus, a déclaré au site web Retraction Watch, qui est favorable envers l’industrie: “Notre réponse éditoriale a été une vigilance accrue au cours du processus d’évaluation par les pairs, avec 8 évaluateurs différents pesant sur la publication ou non, y compris quelques-uns ayant de solides connaissances en statistiques. Par conséquent, un processus crédible d’évaluation par les pairs a été suivi et les conséquences sont tombées comme elles l’ont dû”.

M. Adler a également déclaré que la revue procéderait à une réévaluation si des “failles fatales” étaient identifiées. “Le processus de décision de Cureus contraste fortement avec la décision éditoriale d’Elsevier de censurer l’article en utilisant des arguments ad hominem.

Cependant, un porte-parole de Cereus a déclaré aujourd’hui au Defender : “Après la publication, des inquiétudes ont été soulevées concernant un certain nombre d’affirmations faites dans l’article et une enquête menée par Cureus et l’équipe de Springer Nature chargée de l’intégrité de la recherche a identifié plusieurs problèmes avec l’article qui ont justifié une rétractation”.

Le porte-parole a ajouté : “Il est préférable que de tels problèmes soient détectés lors de l’examen par les pairs, mais ce n’est malheureusement pas toujours le cas. Il est donc important, comme cela s’est produit dans ce cas, que lorsque des problèmes sont soulevés après la publication, ils soient traités rapidement afin de préserver l’intégrité du dossier universitaire.”

Les auteurs affirment dans leur réfutation que la plupart des préoccupations “semblent être adaptées, directement ou indirectement, des nombreux commentaires faits par les trolls bien connus de l’industrie des vaccins sur les médias sociaux, Jonathan Laxton et Matthew Dopler”, qui ont fréquemment commenté l’article sur le site web de Cureus.

[...]

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
la comète du diable visible en mars avril 2024

Echelle de JacobLa comète du diable pourrait devenir visible à l’œil nu dès mars 2024

Echelle de Jacob - 29 fév 2024

Une comète observée depuis des siècles semble prometteuse. Surnommée « comète du diable », 12P/Pons-Brooks semble bien partie pour devenir visible à l’œil nu en 2024.

   

La prochaine comète visible à l’œil nu en France sera-t-elle la « comète du diable » ? Il est encore un peu tôt pour l’affirmer. L’espoir est cependant permis avec ce spécimen, dont l’éclat pourrait le rendre visible sans instrument dans le ciel de mars ou avril 2024.

La mesure de la magnitude sert à décrire l’éclat apparent d’un astre. Plus l’objet est lumineux, plus sa magnitude est faible. La magnitude limite de l’œil nu est de 6 ; celle de la pleine Lune, -12,6.

De son nom officiel 12P/Pons-Brooks, cette comète pourrait atteindre une magnitude apparente de 7,1 jusqu’à 5,2 tout au long du mois de mars, indiquait BBC Sky at Night le 19 février. Si la magnitude de la comète évolue comme cette prévision l’indique, cela signifierait que son éclat serait très proche de ce que l’œil nu peut percevoir. Le périhélie de la comète, c’est-à-dire le moment où elle sera au plus près du Soleil sur sa trajectoire, est prévu le 21 avril.

Déjà, des astrophotographes se sont mis à chasser cette belle comète et à publier leurs images de sa chevelure verdâtre et sa queue bleutée.
La comète du diable, observée depuis des siècles par les astronomes

Pourquoi est-elle surnommée « comète du diable » ? En juillet, 12P/Pons-Brooks a expulsé énormément de gaz et de poussière, devenant soudainement plus éclatante. Cette explosion a déformé la chevelure de la comète, avec un centre sombre et deux pointes plus brillantes, donnant l’impression qu’elle avait des cornes (comme celles d’un diable). Puis, les scientifiques ont constaté que ce comportement n’était pas si rare pour 12P/Pons-Brooks, qui a déjà connu ce genre d’épisodes.

La comète 12P/Pons-Brooks est bien connue des astronomes : ses premières observations remontent au 14e siècle. L’histoire de cette comète est riche. En 1812, l’astronome français Jean-Louis Pons découvre la comète à l’aide de son télescope, à Marseille. Puis, en 1883, l’astronome américain William Robert Brooks redécouvre à son tour la comète. L’objet céleste a donc pris le nom de ses deux découvreurs. De plus amples observations par les scientifiques ont permis de faire le lien entre les apparitions récentes de 12P/Pons-Brooks et des observations réalisées en 1385 et 1457, correspondant bien à cet objet.

Il s’agit d’une comète de type Halley, en référence à la plus célèbre de toutes les comètes. On regroupe dans cette catégorie des comètes dont la période orbitale est comprise entre 20 et 200 ans. Pour 12P/Pons-Brooks, cette période est d’environ 71 ans. La comète a donc déjà eu de multiples occasions de s’aventurer dans le système solaire interne.

Il est toujours très délicat de prédire avec certitude si une comète deviendra bien visible à l’œil nu. Ce sont des objets célestes très imprévisibles, qui peuvent se comporter de façon surprenante en approchant du Soleil. Après son passage dans le voisinage terrestre en 2021, la comète Leonard s’était ainsi désintégrée — quelques chanceux avaient pu la voir de leurs propres yeux avant cette issue funeste.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Gemini by Google

Echelle de JacobGemini, le moteur ultra-Woke de Google

Echelle de Jacob - 27 fév 2024

La semaine dernière, alors qu’OpenAI faisait frémir le monde de l’intelligence artificielle avec Sora, le premier moteur permettant de créer des petites vidéos réalistes à partir d’une simple description textuelle, Alphabet (la maison-mère de Google) lançait en fanfare la nouvelle version de son agent conversationnel, réponse de l’entreprise mondiale à ChatGPT d’OpenAI, elle-même détenue par Microsoft. Le moins qu’on puisse dire est qu’on n’a pas été déçu.

   

Comme à son habitude pour bien lancer son produit, Google en a subtilement changé le nom pour passer de Bard à Gemini (comme il était passé de Google Apps à GSuite puis Workspace, ou de Google Local à Places à MyBusiness à Business Profile, ou Google Hangouts à Chat, etc.) tout en lui donnant de nouvelles fonctionnalités.

Il faut le reconnaître, le moteur d’intelligence artificiel de Google est puissant.

Les prochaines semaines permettront sans doute d’explorer en détail ce qu’il a sous le capot, mais on sait déjà par exemple que Gemini dispose à présent d’une fenêtre contextuelle d’un million de jetons. Cette fenêtre contextuelle, c’est ce qui permet à l’agent de conserver la mémoire des échanges d’une question à l’autre. Par comparaison, ChatGPT 3.5 (la version gratuite) dispose d’une fenêtre d’environ 16.000 jetons et la version 4 autorise jusqu’à 128.000 jetons et pour donner un ordre de grandeur, ce dernier nombre représente l’équivalent d’un livre de poche à peu près, là où Gemini peut se rappeler d’une œuvre complète de 1.500 pages…

Ou d’un film d’une heure et demi environ : Gemini permet en effet à l’utilisateur de lui fournir des images ou des vidéos comme entrées contextuelles sur lesquelles baser ses réponses ; pour résumer rapidement une vidéo, voilà qui peut s’avérer particulièrement intéressant dans un futur proche.

Mais à côté de ces progrès techniques indéniables et d’une puissance vraiment intéressante, Gemini s’est surtout illustré par l’identification très rapide d’un problème assez gênant pour la firme de Moutain View en Californie : voulant sans doute rattraper son retard en matière de production d’image à partir d’une description textuelle – OpenAI permet en effet à ses clients de produire des images depuis plusieurs mois directement depuis ChatGPT – Gemini a été doté de cette possibilité mais à l’usage, il est rapidement apparu que certaines demandes n’étaient tout simplement pas acceptés ou que l’écart entre les requêtes et les résultats était si fort que, très rapidement, les réseaux sociaux se sont emparés de l’affaire.

Pas de doute : lorsqu’on demande à Gemini de produire des images à teneur historique ou représentant certaines ethnies, ce dernier interprète la demande de façon un peu trop spécifique.

Ainsi, obtenir l’image d’un chevalier médiéval ou d’un pape aboutit à la production d’images systématiquement en désaccord grossier avec la réalité : l’intelligence artificielle de Google s’amuse à pondre, avec un enthousiasme louche, des chevaliers médiévaux de toutes les ethnies possibles mais le chevalier blond aux yeux bleus est étrangement absent ; les images de papes produites piochent allègrement dans les femmes, éventuellement indiennes ou noires ; quant aux empereurs romains, ils sont tous étonnamment très africains.

Le pompon est atteint lorsque confronté à la demande de représenter des soldats allemands en 1943, Gemini a cru bon de produire une série d’image résolument inclusive comprenant donc des fiers représentants noirs de la Wehrmacht… Qui doutait encore que la réalité historique pourrait se plier aussi facilement aux contraintes les plus modernes ?

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
éruptions solaires

Sott : Sign of The TimesLe Soleil se déchaine : plusieurs éruptions se dirigent vers la Terre

Sott : Sign of The Times - 18 fév 2024

Il arrive à notre Soleil, lorsqu'il entre en éruption, d'expulser des sortes de nuages de plasma. Les astronomes les qualifient d'éjections de masse coronale (CME).

   

Ces derniers jours, le Soleil, qui s'approche toujours plus du pic de son activité, a envoyé vers la Terre, non pas une, mais bien plusieurs de ces CME. Les modèles estiment qu'au moins trois d'entre elles devraient frapper notre Terre ce 13 février 2024.

De quoi déclencher des tempêtes géomagnétiques mineures à modérées, de classe G1 à G2. Avec des aurores boréales qui ne devraient pas devenir visibles à de très basses latitudes.

Il arrive à notre Soleil, lorsqu'il entre en éruption, d'expulser des sortes de nuages de plasma. Les astronomes les qualifient d'éjections de masse coronale (CME). Ces derniers jours, le Soleil, qui s'approche toujours plus du pic de son activité, a envoyé vers la Terre, non pas une, mais bien plusieurs de ces CME. Les modèles estiment qu'au moins trois d'entre elles devraient frapper notre Terre ce 13 février 2024.

Une possibilité de forte tempête solaire provoquée par à une éjection de masse coronale

De quoi déclencher des tempêtes géomagnétiques mineures à modérées, de classe G1 à G2. Avec des aurores boréales qui ne devraient pas devenir visibles à de très basses latitudes.

Mais la possibilité demeure pour que se produise un événement plus rare. Les chercheurs parlent de CME cannibale. Parce que toutes les éjections de masse coronale ne se déplacent pas dans l'espace à la même vitesse. Si l'une de celles en route vers la Terre devait être plus rapide que les autres, elle pourrait les rattraper. La puissance combinée de ces CME donnerait alors naissance à une forte tempête solaire, de classe G3. Et potentiellement, à des aurores boréales jusqu'à des latitudes moyennes.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
implant neuralink

Réseau InternationalLa société Neuralink de Musk a implanté le premier implant dans le cerveau humain

Réseau International - 01 fév 2024

La société de neurotechnologie de l’entrepreneur américain Elon Musk, Neuralink, a implanté pour la première fois un implant dans le cerveau humain.

   

«Le premier humain a reçu un implant de Neuralink hier et il se remet bien», publie sur X Elon Musk.

«Les premiers résultats montrent une détection prometteuse des pics neuronaux», rajoute-t-il.

«Notre mission : Créer une interface cérébrale généralisée pour redonner de l’autonomie à ceux dont les besoins médicaux ne sont pas satisfaits aujourd’hui et libérer le potentiel humain de demain», annonce le site de Neuralink.

«Notre interface cerveau-ordinateur est entièrement implantable, esthétiquement invisible et conçue pour vous permettre de contrôler un ordinateur ou un appareil mobile partout où vous allez», est-il précisé.

L’entrepreneur a ajouté que le premier produit de Neuralink s’appelle Telepathy. Cela permettra à une personne de contrôler son téléphone et son ordinateur grâce au pouvoir de la pensée. «Les premiers utilisateurs seront des personnes qui auront perdu le contrôle de leurs membres», a déclaré Elon Musk.

Neuralink recrute des candidats : «Si vous souhaitez savoir si vous pourriez être admissible aux essais cliniques Neuralink en cours et/ou futurs, envisagez de rejoindre notre registre de patients».

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Conférence du Dr Guy Londechamp

VodaflorL'eau et la conscience

Vodaflor - 29 jan 2024

Conférence du Dr Guy Londechamp - mise à disposition par le Dr Olivier Soulier - www.lessymboles.com

   

« SOIGNER L’HOMME, SAUVER LA TERRE ».

Comprendre « la mémoire et le génie de l’eau » et son rôle essentiel tant sur la conscience que la vie sociale.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Next Dose 3

Revolution 2030 : autre sourceDirect avec Next Dose, Ricardo Delgado, Astrid Stuckelberger et Dominique Guillet

Revolution 2030 : autre source - 05 jan 2024

Le monde & nous : Une émission de Jacky Cassou.

   

Pour retrouver chacun des invités sur leurs canaux de diffusions:

- Next Dose a un site internet ( https://www.nextdose.fr/ ) et une page Telegram ( t.me/next_dose_officiel )

- La Quinta Columna poste régulièrement des vidéos traduites en français et dans d'autres langues sur Odysee ( https://odysee.com/@laquintacolumnainternational:7?view=content ) et Telegram ( t.me/laquintacolumnainternational )

- le Dr Astrid Stuckelberger, dont on rappellera qu'elle a fait l'expérience directe du fonctionnement de la plus haute autorité sanitaire du monde en tant qu'experte et enquêtrice auprès de l'OMS mais aussi de l'UE avant de devenir une dénonciatrice de renommée internationale. Sur Telegram ( t.me/Dr_Astrid_Stuckelberger ) et X ( https://twitter.com/Stuckelberger )

- Dominique Guillet est sur VK ( https://vk.com/xochipelli sans connexion requise), sur Telegram ( t.me/brigadesantigraphene ) et sur X ( https://twitter.com › Xochipelli1953 ). Son site internet ( https://xochipelli.fr/ ) est en cours de réorganisation tant il est rempli mais sera très vite accessible à nouveau.