Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Trump next

Echelle de JacobL’Europe panique tandis que Trump sort de sa tombe politique

Echelle de Jacob - 11 avr 2024

La semaine dernière a été riche en rebondissements. Elle a commencé avec la condamnation par la Cour suprême des États-Unis (9-0) de l’utilisation du 14e amendement pour punir les opposants politiques.

   

Ensuite, la méchante sorcière de Kiev, Vic(Toria) “Cookies” Nuland, a été évincée du département d’État après avoir torturé le monde pendant des décennies avec sa psychopathie.

Ensuite, Donald Trump a pratiquement renvoyé Nikki Haley à son Waffle House près de Greenville.

Enfin, le président français Emmanuel Macron a tenté de convaincre le monde entier que l’OTAN était prête à envoyer des troupes en Ukraine. Lesquelles ? Clairement pas des troupes françaises, qui ne sont bonnes à ce stade que pour “faire un safari en Afrique du Nord” , selon le colonel Doug MacGregor.

Et pas non plus les navires britanniques, qui ne semblent pas pouvoir quitter le port. Je pense qu’il y a une sorte de compétition entre les échecs des compagnies aériennes Boeing et les échecs des navires britanniques… mais je peux aussi être conspirationniste.

*bong*

Non, la réponse a toujours été que ce seraient des troupes américaines en Europe qui mèneraient la guerre de l’Europe dont tout le monde – le Royaume-Uni, Davos et ses apparatchiks de l’UE, et les néoconservateurs américains – pensait qu’elle serait un succès retentissant pour saigner la Russie.

Et je suis sûr que c’est exactement la façon dont ils l’ont planifié dans leur fichier Microsoft Project au Globalist Central.

Cela n’a manifestement pas eu lieu et c’est l’Ukraine qui est aujourd’hui en grande difficulté. La vérité, qui se fait rare depuis le début de la guerre il y a deux ans, c’est que l’Ukraine a toujours été en grande difficulté.

Et cela a conduit, comme on pouvait s’y attendre, à la situation que nous connaissons aujourd’hui. Le soutien des États-Unis au projet Ukraine touche à sa fin, si ce n’est déjà fait. Et la panique en Europe est palpable.

Tout cela était très prévisible si l’on acceptait le cadre d’une scission au sommet de la hiérarchie américaine. Une faction attachée à la vision de l’avenir de Davos, qui impliquait des États-Unis dociles, voire battus, et une autre faction qui levait les yeux de son écran et disait : “Euh… non” .

Tout était évident il y a environ huit mois, lorsque le grand sommet de l’OTAN à Vilnius s’est terminé par les gémissements du ministre britannique de la Défense de l’époque, Ben Wallace. Wallace était censé remplacer Jens Stoltenberg au poste de secrétaire général de l’OTAN, mais il a été écarté par Joe Biden (JOAH Bii-Den !).

Après cela, il n’a plus été question de l’adhésion de l’Ukraine à l’OTAN. Zelensky est retourné à Kiev avec les larmes aux yeux après que Biden ne lui a rien donné non plus. Puis, en octobre, le président de la Chambre des représentants Kevin McCarthy a été évincé lors d’un putsch par Matt Gaetz et une poignée de partisans de la ligne dure du GOP en matière de fiscalité.

Ils ont immédiatement obtenu du nouveau président de la Chambre, Mike Johnson (Républicain de Louisiane), qu’il lie tout nouveau financement de l’aide étrangère à des réductions de dépenses et à l’affectation de fonds à la sécurité des frontières, dans la mesure où la faible majorité du Congrès le permettrait.

Depuis lors, Joe Biden a été contraint de chercher sous les canapés du Pentagone quelques millions de dollars à envoyer à l’Ukraine. Il en a trouvé 300 l’autre jour. Aussi mauvaise que soit la situation, le fait que ce soit des millions plutôt que des milliards doit être considéré comme une victoire.

Le Sénat a tenté de faire chanter Johnson avec son ridicule projet de loi d’aide de 95 milliards de dollars et Johnson a simplement fait pression sur le patron Chuck Schumer en demandant une suspension de séance de deux semaines. Aujourd’hui, le mieux qu’ils puissent espérer, c’est un projet de loi plus modeste, avec une clause de prêt/location, sans que l’argent ne soit affecté à l’“aide humanitaire” – un euphémisme pour se remplir les poches.

Et malgré son rapprochement avec les faucons du Sénat, Johnson continue d’utiliser l’aide à l’Ukraine comme un moyen de faire passer en premier les réformes de financement national. Chaque jour où l’on marchande sur ces questions est un jour de plus qui annonce la fin du Projet Ukraine, alors que les forces russes prennent chaque jour des villes et des villages dans le Donbass occidental.

Encore une fois, ce n’est pas une solution idéale, loin s’en faut, mais c’est une victoire à la Pyrrhus.

Mais telle est la situation après la semaine dernière et elle est bien meilleure qu’au début de l’année, puisque cet argent était déjà attendu il y a six mois.

L’Europe est désormais en mesure d’ôter complètement le masque. En effet, à mesure que les États-Unis se retirent lentement de l’Ukraine, les appels de l’UE pour que l’Amérique maintienne le cap se font de plus en plus forts et stridents.

Rappelez-vous qu’en 2022-23, lorsqu’il semblait que les États-Unis étaient déterminés à aller de l’avant en Ukraine, les dirigeants européens comme Macron et d’autres étaient plus circonspects. Ils voulaient donner un avertissement sur les dangers d’une escalade en Ukraine. Ils ont pu passer pour des modérés dans la salle de crise, tout en continuant à envoyer des milliards d’euros d’aide et d’armes, en obligeant tout le monde à se plier à leurs exigences.

Le véritable événement révélant la position réelle de l’Europe sur cette guerre a été la menace vis-à-vis de Viktor Orban, de la Hongrie, d’une dévastation économique complète s’il ne permettait pas à leur programme d’aide de 50 milliards de dollars de passer au Conseil européen.

Maintenant que tous les plans militaires de Nuland ont échoué, que l’armée ukrainienne a été détruite pour la troisième fois et que toutes leurs tentatives de saper les États-Unis juridiquement et économiquement (Powell doit Pivoter !) ont capoté, l’Europe se retrouve dans une panique aveugle.

“Le gouvernement Démocrate américain et les dirigeants de l’UE, ainsi que les dirigeants des plus grands États membres de l’UE, sont des gouvernements favorables à la guerre. Donald Trump est pour la paix, la Hongrie est pour la paix. Cette différence est à la base de tout”

Viktor Orban

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Paris - Moscou : escalade verbale et business

Les 7 du QuebecL’escalade verbale entre Paris et Moscou, business lucratif

Les 7 du Québec - 05 avr 2024

Dans cette période de crise économique qui frappe cruellement la France, le gouvernement Macron a besoin de créer un climat de guerre ou de peur de la guerre pour exiger des travailleurs de participer au fantasmagorique «effort de guerre», par des sacrifices socioéconomiques supplémentaires.

   

Dans un précédent article intitulé « A quoi servent les gesticulations bellicistes et élucubrations guerrières de Macron ?« , après avoir souligné que l’armée française ne disposait pas de moyens humains et militaires pour mener une offensive militaire de haute intensité contre la Russie, encore moins de légitimité juridique internationale, j’avais conclu mon analyse par ces mots : «En réalité, Poutine est devenu le meilleur allié de Macron. Il lui sert de rempart pour mener sa guerre de classes contre le prolétariat français, d’épouvantail pour justifier et légitimer le durcissement autoritaire de la gouvernance. Pour assurer la transition militariste et fasciste de la France.»

Pendant que Macron fanfaronne en menaçant d’envoyer des troupes en Ukraine pour combattre le grand capital Russe, la France continue d’ouvrir grandement les frontières françaises aux entreprises russes, de faire du business avec la Russie. On se souvient que le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, avait déclaré : «Nous allons provoquer l’effondrement de l’économie russe», à travers les sanctions économiques occidentales. Si effondrement économique il y a eu, c’est celui de l’économie française.

Pour un ministre déterminé à torpiller l’économie de la Russie, il est étonnant d’apprendre de sources sûres qu’il autorise plusieurs entreprises à poursuivre leurs échanges commerciaux avec les entreprises russes. La bourgeoisie française n’en est pas à une hypocrisie près. N’en est pas à une imposture près.

Il en est ainsi des usines agrochimiques du groupe Boréalis, qui possède des sites de production en Autriche et en Allemagne, mais surtout trois usines en France : près de Rouen, près de Melun et en Alsace. Des milliers de tonnes d’ammoniac russe continuent de débarquer dans les usines françaises de Boréalis, notamment celle de Rouen. Pour rappel, la Russie est le premier exportateur mondial d’ammoniac, qui, curieusement, ne semble pas être soumis aux paquets de sanctions européennes. Car, selon les spécialistes, cette matière première constitue un enjeu important pour l’Europe, donc pour la France.

Dans un récent rapport, Greenpeace a révélé comment l’entreprise française Framatome, filiale d’EDF, et l’entreprise allemande Siemens Energy continuent leur business avec l’entreprise publique nucléaire russe Rosatom. «La France mène un lobby acharné au niveau européen afin de protéger les intérêts de la filière nucléaire et continuer son commerce nucléaire avec Rosatom», souligne Greenpeace.

Pendant que, sur le front diplomatique, Macron agite théâtralement la menace de la guerre contre la Russie, sur le front économique, le vrai nerf de la guerre, c’est-à-dire de la valorisation du capital, l’entreprise française Framatome, signe pacifiquement une joint-venture avec le géant russe Rosatom pour fabriquer, en Allemagne, du combustible nucléaire. Cette coopération entre les deux géants soulève indignation et protestation en Allemagne. En effet, l’accord conclu entre le français Framatome et le russe Rosatom alimente la controverse en Allemagne, où est installée l’usine dans laquelle Framatome assemblera, sous licence russe, le combustible destiné à alimenter les réacteurs nucléaires. Des milliers d’opposants allemands ont manifesté leur colère contre cette coopération franco-russe, vécue comme une trahison, voire un poignard planté dans le dos de l’Allemagne par la France.

Outre les secteurs agrochimiques et nucléaires, la France et la Russie poursuivent leur idylle économique dans le domaine du vin, en particulier celui des grands crus. D’après des documents douaniers exclusifs publiés par le site économique Challenges, le 16 mars 2024, de grands crus de Bourgogne ont été livrés au cours des années 2022 et 2023 à Moscou, en contournant l’embargo européen. En matière économique, le credo du régime de Macron est : qu’importe le flacon (l’État, pseudo-démocratique ou dictatorial), pourvu qu’on ait l’ivresse (de l’argent) !

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
attaque baltimore

Réseau InternationalBrillante attaque stratégique

Réseau International - 03 avr 2024

Lara Logan a dit la messe, pour elle, l’affaire du pont de Baltimore est une attaque militaire.

   

Je lui laisse cette appréciation, en notant toutefois que ses arguments sont diablement convaincants, et qu’il suffit d’avoir fait un peu de géostratégie pour arriver à la même conclusion qu’elle.

Contrairement au 11 septembre, ce n’est pas l’État profond, US, israélien ou britannique, qui eux, finalement, ne savent faire que dans l’hémoglobine en masse, et les multiples attentats causés par leurs faux nez ne sont que de meurtres à grande échelle. Mais dans quel but ? Finalement aucun, les victimes sont enterrées, au mieux, ce sont des justifications de choses déjà décidées.

Ici, n’importe quelle personne un peu informée peut voir une onde de choc tout à fait importante.

«Ne vous y trompez pas : il s’agissait d’une attaque extraordinaire en termes de planification, de timing et d’exécution».

«Le pont a été construit spécifiquement pour transporter des matières dangereuses – carburant, diesel, gaz propane, azote, matériaux hautement inflammables, produits chimiques et cargaisons surdimensionnées qui ne peuvent pas entrer dans les tunnels – que la chaîne d’approvisionnement est maintenant paralysée».

«La destruction structurelle est probablement absolue».

Visiblement, c’est autre chose que l’attaque de Crocus, qui, elle, en termes d’impact économique, est quasi nulle, mais en termes de remobilisation des Russes, totalement contre-productive. De fait, c’est une attaque bête et méchante. Sans parler d’être stupide. Si un Russe doutait de la nécessité d’écraser l’Ukraine et l’OTAN, il n’en doute plus.

Donc, dans le post complet, on voit une analyse dont on ne peut finalement, rien contester. Le port est bloqué, pour longtemps, il est stratégique et le pont l’est par lui-même. Les USA sont aussi, diablement dépendant de leurs ports, avec une économie largement recentrée par la globalisation sur les imports (beaucoup) et les exports (nettement moins), mais devenus totalement indispensables, et les villes centre et ports (aéroportuaires aussi), sont les seuls points d’ancrage du système et financier et politique, totalement gouvernés par le parti démocrate. L’intérieur, lui, est devenu trumpiste par nécessité et laissé à l’abandon.

Le message peut être finalement très clair. «On peut vous paralyser totalement en quelques accidents», dont il n’y a aucune trace, et il faut le reconnaitre beaucoup plus habile que les attentats à la kalach. Ici, le pouvoir politique s’empresse de dire que ce n’est pas un attentat, dans la précipitation, et même s’il n’en sait rien. Cette vitesse est ce qui m’a fait douter en premier du caractère fortuit.

En face, qu’est-ce qu’on a ? On veut livrer «des centaines de VAB», véhicules militaires vieux de 40 ans, et qui sont, au mieux, totalement inadaptés au champ de bataille… De fait, ces VAB, n’auraient jamais dus être construits, ni livrés. Construits à l’économie, ils ne sont pas aptes à combattre. Des véhicules 6 roues, mais plus chers, auraient été plus indiqués.

Visiblement, on balaie les fonds de stocks, et on livre de la ferraille. De fait, vue la réduction des tailles des armées, ces vieux véhicules obsolètes à la naissance, n’ont plus d’utilité. Si c’est comme ça qu’on veut faire gagner les Ukrainiens…

Côté infrastructures, en France, on n’est pas tellement mieux qu’aux USA. Tous ceux qui ont été en région parisienne, ont pu constater que le RER C, c’était pas tout à fait ça. Et ça empire. Mais c’est pas sur la route des JO.

Côté débilité mentale profonde, on est aussi pas mal doté avec certains «humoristes» dont le caractère humoristique m’échappe un peu. Comme ils sont vraiment cons, ils viennent de se mettre une cible sur le dos.

Côté économie réelle, on voit l’UE s’effondrer : «Les importations européennes de gaz et de pétrole en forte baisse». Les Zécolos vont être contents. On voit d’ailleurs, que l’indispensable pétrole, pour les transports, baisse nettement moins (en volume) que le gaz.

L’indispensable en Europistan, d’ailleurs, révèle des divergences à l’américaine, entre des métropoles démocrates et un reste du pays, de plus en plus opposé. La valeur des passoires thermiques chute (crise en «tâche de léopard»), qui touche tout le monde, et j’ai vu aussi, des personnes très bien portant économiquement, arrêter de se chauffer pour limiter les factures. Et qui se demandent quand c’est que ça va s’arrêter.

Pas besoin, finalement d’envoyer un Kinzal sur une cible. Une équipe chinoise-russe-iranienne-yémenite-etc., bien formée, peut très bien prendre le contrôle d’un navire et l’envoyer dans le décor. Cerise sur le gâteau, les gouvernements occis-dentés, ne peuvent même plus crier au loup ou plutôt, «à l’attentat».

Après, les forces de déclin internes prennent le relais.

«L’effondrement du pont de Baltimore était une «attaque stratégique absolument brillante» contre les infrastructures critiques américaines – très probablement cybernétique – et nos agences de renseignement le savent. En termes de guerre de l’information, ils ont simplement divisé les États-Unis le long de la ligne Mason Dixon, exactement comme pendant la guerre civile».

Lara Logan

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Stratpol : bulletin n°179

StratpolPoutine vs CIA, Serbie vs OTAN, 12 000 FAB.

Stratpol - 31 mar 2024

STRATPOL : bulletin n° 179 de Xavier Moreau

   

01:00 – Économie
Le lent déclin du charbon (Bloomberg)
Micro-électronique russe
Mark Rutte en Chine
Alliance Framatom – Rusatom
Social ou militaire (Wall Street Journal) ?

06:45 – Politico-diplomatique
Il y a 25 ans, victoire de la Serbie contre l’OTAN

08:45 – Terrorisme
Ukraine : repaire de terroristes
Attentat du Crocus City Hall

18:10 – Empire du mensonge
Jubilation gaucho-terroriste
Guerre de religions

20:05 – Armement
Patriot pour tous
Challenger II
12 000 FAB/mois

22:07 – Considérations militaires générales
Pas de guerre contre l’OTAN
La chute de Kiev
Offensive d’été russe
Conscription générale

29:09 – Carte des opérations militaires

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
attentats islamistes CIA MI6

VoltairenetLes liens entre les islamistes et les « nationalistes intégraux » de Kiev

Voltairenet - 28 mar 2024

L’attentat de Moscou rappelle les liens entre les islamistes et les « nationalistes intégraux » de Kiev

   

Il importe peu de savoir si l’attentat contre le public du concert du Crocus City Hall de Moscou a été préparé par Daesh avec ou sans les Ukrainiens : ces gens ont l’habitude de travailler ensemble.
Cela dure depuis trois quart de siècle, mais n’est toujours pas intégré dans la conscience collective : les « nationalistes intégraux » aujourd’hui au pouvoir à Kiev travaillent de concert avec la Confrérie des Frères musulmans et leurs milices, sous la supervision des services secrets anglo-saxons. Leur fonction fondamentale est de lutter contre les Russes.

Le 22 mars 2024, un commando de quatre combattants a attaqué le public d’un concert de rock au Crocus City Hall de Krasnogorsk (banlieue du nord-est de Moscou), tuant 140 personnes et en blessant 115 autres. Puis, il a incendié le bâtiment.

Le commando terroriste a été arrêté par les Russes alors qu’il tentait de franchir la frontière ukrainienne et que, de l’autre côté, on les attendait. Ils ont été identifiés comme tadjiks. Ils ont avoué avoir été recrutés via internet afin de tuer pour de l’argent. Ils ont assuré ne pas avoir eu de contact avec leur employeur. Pourtant une carte de visite au nom de Dmytro Yarosh a été trouvée sur eux. Yarosh ayant été fondateur de la milice Pravy Sektor, numéro 2 du Conseil de sécurité ukrainien, puis conseiller du chef des armées, les autorités russes ont immédiatement accusé l’Ukraine. Yarosh a démenti l’implication de son pays. Sept complices ont également été arrêtés.

La police antiterroriste russe a torturé les terroristes et a filmé sa brutalité. La télévision publique a montré ces images et les a commentées. La culture russe est à la fois européenne et asiatique. Le peuple russe ne ressent aucune empathie pour des criminels.

Daesh a revendiqué l’attentat coupant court aux accusations d’opération russe sous faux drapeau. Ces terroristes n’étaient pas des fanatiques, mais des professionnels. Ils ne se sont pas immolés en public, mais ont fui, comme ceux qui ont attaqué Paris et Saint-Denis, faisant 130 morts, en 2015, notamment au concert de rock du Bataclan. Ils n’ont donc pas agi par haine de la Russie, mais dans le cadre d’une opération militaire dont les implications stratégiques ont été pensées à l’avance.

Selon la porte-parole du Conseil national de sécurité états-unien, Adrienne Watson, les terroristes de l’État islamique sont les seuls responsables de cette attaque. De nombreux commentateurs ont dénoncé a priori tout amalgame entre l’organisation islamique et les soutiens du gouvernement de Kiev. Le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a accusé la Russie de s’en prendre à l’Ukraine par réflexe. Pourtant le président russe, Vladimir Poutine, a maintenu ses accusations exclusivement contre Kiev, ignorant Daesh.

Dès 2014 et le renversement du président ukrainien élu, nous avons régulièrement souligné les liens entre les nationalistes intégraux et les islamistes, et particulièrement le rôle de Dmytro Yarosh. Les faits parlent d’eux-mêmes. Nous ne savons pas si les Ukrainiens ont ou non organisé cet attentat, mais il est clair qu’ils connaissaient fort bien les assaillants : les nationalistes intégraux ukrainiens et les jihadistes combattent ensemble depuis trois quarts de siècle.

• Avant la Seconde Guerre mondiale, la Confrérie des Frères musulmans noua des liens avec les nazis contre les Britanniques. À cela rien d’étonnant, tous les mouvements anti-colonialistes de l’époque (y compris l’Indien M.K. Gandhi) se tournèrent naturellement du côté de l’Axe à la recherche d’un allié. En général, ils s’en démarquèrent dès qu’ils eurent vérifié sur place leur racisme. Cependant, la Confrérie bénéficia des subventions du III° Reich durant les années et conserva ces liens durant toute la guerre. Lorsque, à la Libération, les services secrets britanniques et les états-uniens récupérèrent de nombreux dirigeants nazis et les recyclèrent dans leur « guerre froide » contre les Soviétiques, ils récupèrent aussi la gouvernance de la Confrérie des Frères musulmans. C’est donc tout naturellement que la CIA fit travailler ensemble Gerhard von Mende, le spécialiste nazi de l’islam en Union soviétique, avec Saïd Ramadan, le gendre du fondateur de la confrérie. Ce dernier ayant été responsable d’une émission à la radio publique pakistanaise, la CIA le plaça à Munich à Radio Free Europe/Radio Liberty. Il y anima une émission pour les musulmans soviétiques et rencontra dans ces locaux Stepan Bandera, leader de l’Organisation des nationalistes ukrainiens (OUN), et son bras droit, Iaroslav Stetsko, l’ancien Premier ministre ukrainien nazi. Ce sont précisément les « bandéristes » (qualifiés d’« ukrainonazis » par le Kremlin, mais se dénommant eux-mêmes « nationalistes intégraux ») qui réalisèrent le coup d’État (« EuroMaïdan ») de 2014 contre le président ukrainien élu Viktor Ianoukovytch.

• Dans les années 1970, le milliardaire saoudien Oussama Ben laden participa aux réunions de la Ligue anti-communiste mondiale de Tchang Kaï-Chek etde … Iaroslav Stetsko [5]. Oussama ben Laden était membre de la Confrérie et avait été formé par le frère de Sayyid Qutb, le stratège de la Confrérie et le théoricien du jihad. C’est dans ce cadre qu’il fut choisi par les Etats-Unis pour devenir le chef des moudjahidines en Afghanistan contre les Soviétiques.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Stratpol : bulletin n°176

StratpolBulletin N°176. Nuland : la fin du carnage ? Bundeswehr sur écoute.

Stratpol - 10 mar 2024

STRATPOL : bulletin n°176 de Xavier Moreau

   

01:08 – Économie
Bourse céréalière pour les BRICS
Hydrocarbures russes : + 80%
MS-21 retard de livraison
Cap de Bonne Espérance : chance pour l’Afrique
Crise agricole polono-ukrainienne

06:10 – Politico-diplomatique
Démission de Victoria Nuland
Wang Yi vs occident collectif
Borrell percute le réel
Trump vainqueur de la Primaire
Macron en Tchéquie
Nigéria vers les BRICS
Moldavie vs Russie

15:50 – Terrorisme
Ingouchie

16:42 – Armement
M1 Abrams vs T-72B3
Pentagone : l’épuisement
Armata : trop cher
F-16 : la danseuse de l’OTAN
FAB-1500, la rupture
HIMARS vs Tornado

24:08 – Considérations militaires générales
Bundeswehr sur écoute
Discours de V. Poutine devant le Congrès

27:38 – Carte des opérations militaires

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Stratpol : bulletin n°174

StratpolPrise d'Avdeevka, chaudronophobie, excellence de l'armée russe

Stratpol - 25 fév 2024

STRATPOL : Bulletin n° 174 de Xavier Moreau

   

02:02 Economie
«Situation dramatique» en Allemagne
Bruno Lemaire : €10 milliards d’économie
Vol des actifs russes
Arctic LNG en force

06:10 Politico-diplomatique
13e paquet de sanctions anti-russes
Conférence de Munich sur la sécurité
Lavrov à Caracas

09:10 Empire du mensonge
Grand Continent vs BITD russe

14:05 Terrorisme
Mort de Kuzminov
Mort de Navalny
Vengeance contre Donetsk

19:00 Armement
Royal Navy en panne
US Navy au ralenti
Un Abrams détruit
Pas d’infrastructures pour le F-16
Poutine vole sur TU-160M

22:59 Considérations militaires générales
Généraux russes discrets et compétents
Partisans en Ukraine
Avdeevka : excellence de l’armée russe
Azov en dessous de tout
Zaloujny + OTAN : une guerre de retard
Adaptation du Pentagone

33:40 Carte des opérations militaires
Qui contrôle la mer Noire ?

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Otan préparation de guerre

Réseau InternationalLes États-Unis et l’OTAN préparent des bases militaires pour la guerre avec la Russie

Réseau International - 15 fév 2024

L’Europe accueille actuellement le plus grand exercice de l’OTAN depuis la fin de la guerre froide, Steadfast Defender 2024. Elles ont débuté le 22 janvier et dureront jusqu’au 31 mai, impliquant 90 000 soldats et un grand nombre de systèmes d’armes de 31 pays membres du bloc «pacifique», ainsi que de la Suède encore officiellement «neutre».

Ces exercices ont pour but de tester, d’élaborer et d’améliorer les plans de défense régionaux de l’Alliance de l’Atlantique Nord, qui ont été adoptés à l’été 2023. Dans le même temps, des manœuvres moins grandioses seront menées dans différentes parties de l’Europe. Une attention particulière est portée à l’Europe du Nord. Ainsi, dans la période du 5 au 14 mars, les exercices de l’OTAN Nordic Response-24 (Northern Response-24) doivent avoir lieu. Ils se tiendront en Norvège, en Finlande, en Suède et dans les eaux adjacentes des océans Atlantique et Arctique.

Au cours des manœuvres de la Réponse nordique-24, outre le transfert de personnel et d’équipement par voie maritime, des éléments du mouvement des forces et des moyens terrestres et aériens de la Finlande et de la Suède vers la Norvège et retour seront élaborés. Les forces terrestres de la Suède et de la Finlande commenceront à déplacer leurs troupes de la région d’Enontekie (Laponie finlandaise) en direction de la Norvège du 1er au 3 mars, c’est-à-dire avant les exercices. Ensuite, la majeure partie d’entre eux passera. Après cela, les troupes de la Suède et de la Finlande partiront de Norvège dans la direction opposée, du 14 au 17 mars, c’est-à-dire après les exercices.

À leur tour, les États-Unis augmentent rapidement leur présence en Europe du Nord, concluant des accords de défense séparés avec la Norvège, la Suède, le Danemark et la Finlande. Washington a utilisé ses agents dans ces pays, qui diffusent des informations sur «l’agression» russe depuis des années. Les actions des Américains s’inscrivent dans leur «doctrine arctique», qui vise à bloquer la route maritime russe du Nord.

Récemment, les États-Unis ont signé un addendum à un accord de défense antérieur avec la Norvège. Les Américains ont eu accès aux installations suivantes : la base militaire de Haakonsvern, les aérodromes d’Andøya, d’Ørland et de Bardufoss, l’aérodrome et la garnison de Værnes, la garnison de Setermoen (champ de tir et d’entraînement) et les installations d’infrastructure logistique d’Osmarka et de Namsen. Avant cela, seules quatre installations étaient incluses dans l’accord : les aérodromes de Rygge, Evenes, Sola et la base navale de Ramsund.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Poutine - Tucker

Égalité et RéconciliationTucker Carlson : l’entretien avec Vladimir Poutine en français !

Égalité et Réconciliation - 10 fév 2024

Voici l’interview de Vladimir Poutine par Tucker Carlson sous-titrée en français.

   

2 heures…

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Stratpol : bulletin n°172

StratpolBulletin N°172. Opération littéraire spéciale, Ukraine : pourquoi la Russie a gagné

Stratpol - 10 fév 2024

STRATPOL : Bulletin n°172 de Xavier Moreau

   

00:00 – Opération littéraire spéciale
Ukraine : pourquoi la Russie a gagné
Géopolitique profonde
LOGIOS
Planet VPN

02:12 – Économie
Croissance russe 2023 et 2024
Aéronautique civile russe
Joe Biden sauve la planète
Bananes sous sanctions
Démographies russe et ukrainienne

11:50 – Politico-stratégique
Vladimir Poutine par Tucker Carlson

15:35 – Terrorisme
Suède vs Nord Stream
Bombardements sur Lissitchansk, Donetsk et Belgorod
Guardian vs bandéristes

18:40 – Armements
Coalition d’artillerie
Gamelin LGBT
Protection anti-drone pour les chars russes
Mini-missiles anti-drones
Bayraktar en Ukraine

25:35 – Considérations militaires générales
Vision globale du front
Avdeeka bastion bandériste

26:58 – Carte des opérations militaires

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
l'«asabiyya» du Yémen

Sott : Sign of The TimesComment l'«asabiyya» du Yémen remodèle la géopolitique

Sott : Sign of The Times - 30 jan 2024

Le mot arabe Asabiyya, ou « solidarité sociale », est un simple slogan en Occident, mais il est pris très au sérieux par les nouveaux concurrents de la planète que sont la Chine, la Russie et l'Iran. C'est toutefois le Yémen qui l'a généralisé, en sacrifiant tout à la morale collective mondiale pour tenter de mettre fin au génocide à Gaza.

   

Les forces de résistance yéménites Ansarullah ont clairement indiqué, dès le départ, qu'elles avaient mis en place un blocus dans le détroit de Bab el-Mandeb et dans le sud de la mer Rouge uniquement à l'encontre des navires appartenant à Israël ou destinés à ce pays. Leur seul objectif était et reste d'arrêter le génocide de Gaza perpétré par la psychopathie biblique israélienne.

detroit de bab el-mandeb
En réponse à l'appel moral à mettre fin à un génocide humain, les États-Unis, maîtres de la guerre mondiale contre le terrorisme, ont, comme on pouvait s'y attendre, redésigné les Houthis du Yémen comme « organisation terroriste », lancé un bombardement en série des installations militaires souterraines d'Ansarullah (en supposant que les services de renseignement américains sachent où elles se trouvent) et constitué une mini-coalition de volontaires comprenant leurs vassaux britanniques, canadiens, australiens, néerlandais et bahreïnis.

Sans perdre de temps, le Parlement du Yémen a déclaré les gouvernements américain et britannique « réseaux terroristes mondiaux ».

Parlons maintenant stratégie.

D'un seul coup, la résistance yéménite s'est emparée de l'avantage stratégique en contrôlant de facto un goulot d'étranglement géoéconomique clé : Bab el-Mandeb. Elle peut ainsi causer de graves problèmes aux secteurs des chaînes d'approvisionnement, du commerce et de la finance à l'échelle mondiale.

Et Ansarullah a le potentiel de doubler la mise - si nécessaire. Des négociants du golfe Persique ont confirmé, officieusement, que le Yémen pourrait envisager d'imposer un « triangle d'Al-Aqsa », du nom de l'opération de résistance palestinienne du 7 octobre qui visait à détruire la division militaire israélienne de Gaza et à capturer des prisonniers dans le cadre d'un vaste accord d'échange de prisonniers.

Une telle mesure impliquerait de bloquer sélectivement non seulement le détroit de Bab el-Mandeb et la route de la mer Rouge vers le canal de Suez, mais aussi le détroit d'Ormuz, coupant ainsi les livraisons de pétrole et de gaz à Israël en provenance du Qatar, de l'Arabie saoudite et des Émirats arabes unis - bien que les principaux fournisseurs de pétrole d'Israël soient en fait l'Azerbaïdjan et le Kazakhstan.

Ces Yéménites n'ont peur de rien. S'ils parvenaient à imposer le triangle - dans ce cas uniquement avec l'implication directe de l'Iran - cela représenterait le Grand dessein sous stéroïdes cosmiques du général Qassem Soleimani de la Force Qods, assassiné par les États-Unis. Ce plan a le potentiel réaliste de faire s'écrouler la pyramide de centaines de milliers de milliards de dollars de produits dérivés et, par conséquent, l'ensemble du système financier occidental.

Et pourtant, alors que le Yémen contrôle la mer Rouge et l'Iran le détroit d'Ormuz, le Triangle d'Al-Aqsa ne reste qu'une hypothèse de travail.

Bienvenue dans le blocus de l'Hégémon

Avec une stratégie simple et claire, les Houthis ont parfaitement compris que plus ils attirent les Américains privés de stratégie dans le marécage géopolitique de l'Asie occidentale, dans une sorte de mode de « guerre non déclarée », plus ils sont en mesure d'infliger de graves douleurs à l'économie mondiale, que le Sud mondial mettra sur le dos de l'Hégémon.

Aujourd'hui, le trafic maritime de la mer Rouge a chuté de moitié par rapport à l'été 2023 ; les chaînes d'approvisionnement sont bancales ; les navires transportant des denrées alimentaires sont contraints de contourner l'Afrique (et risquent de livrer la cargaison après sa date de péremption) ; comme on pouvait s'y attendre, l'inflation dans la vaste sphère agricole de l'UE (d'une valeur de 70 milliards d'euros) est en hausse rapide.

Pourtant, il ne faut jamais sous-estimer un empire acculé.

Les géants occidentaux de l'assurance ont parfaitement compris les règles du blocus limité d'Ansarullah : Les navires russes et chinois, par exemple, peuvent naviguer librement en mer Rouge. Les assureurs mondiaux ont uniquement refusé de couvrir les navires américains, britanniques et israéliens, exactement comme le voulaient les Yéménites.

Les États-Unis ont donc, comme on pouvait s'y attendre, transformé le récit en un gros mensonge : « Ansarullah s'en prend à l'ensemble de l'économie mondiale ».

Washington a mis le turbo sur les sanctions (ce qui n'est pas grave puisque la résistance yéménite a recours au financement islamique), a intensifié les bombardements et, au nom de la sacro-sainte « liberté de navigation » - toujours appliquée de manière sélective - a parié sur la « communauté internationale », notamment les dirigeants du Sud mondial, qui l'implorent de faire preuve de clémence, c'est-à-dire de laisser les voies de navigation ouvertes, s'il vous plaît. L'objectif de la nouvelle tromperie américaine, recadrée, est de pousser le Sud mondial à abandonner son soutien à la stratégie d'Ansarullah.

Prêtez attention à ce tour de passe-passe crucial des États-Unis : Car, à partir de maintenant, dans une nouvelle tournure perverse de l'Opération Protection du Génocide, c'est Washington qui bloquera la mer Rouge pour le monde entier. Washington elle-même sera épargnée : Le transport maritime américain dépend des routes commerciales du Pacifique, pas de celles de l'Asie occidentale. Les clients asiatiques et surtout l'économie européenne, déjà durement touchée par les sanctions énergétiques russes liées à l'Ukraine, en souffriront encore plus.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Stratpol : bulletin n°169

StratpolBulletin n°169. Impuissance US, Gonzalo Lira assassiné, effondrement allemand

Stratpol - 20 jan 2024

STRATPOL : bulletin n°169 de Xavier Moreau

   

03:06– Stratpol vs LCI :

06:59– Économie :
• Starlink russe
• Allemagne : économie la moins performante en 2023
• SPFS vs SWIFT
• Économie : Russie vs Japon

13:08 – Politico-diplomatique :
• La droite la plus bête du monde
• Sunak à Kiev
• Séjourné à Kiev
• Macron s’en va-t-en guerre
• Poutine à Khabarovsk
• Photo réussite à Davos
• Démonstration de faiblesse US
• Élection à Taïwan
• Corée du Nord à Moscou

27:45 – Terrorisme :
• Assassinat de Gonzalo Lira
• Mercenaires français à Kharkov

30:59 – Armement :
• Pas de Taurus pour l’Ukraine
• Kiev demande des A-10
• Ignat vs F-16
• Pas assez d’obus pour Kiev

35:09 – Considérations militaires générales
• Intelligence française vs OSINT
• Gamelin total
• NYT vs alcoolisme en Ukraine

43:33 – Carte des opérations militaires