Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
l'eau c'est la vie

Le Media en 4-4-2Eau du robinet, en bouteille ou de Quinton : Quelle est la meilleure option ?

Le Media en 4-4-2 - 17 mai 2024

Dans ce quatrième numéro des RDV de Kate, Gilles Lartigot et notre journaliste Kate nous embarque dans une discussion passionnante autour de l’eau.

   

Gilles Lartigot nous emmène dans un voyage à travers l’histoire de l’eau de ville, en soulignant les progrès réalisés dans la distribution d’eau potable à grande échelle. Cependant, nous ne pouvons pas ignorer les scandales liés à l’eau potable, tels que la contamination par des produits chimiques et des bactéries. Ensemble, nous avons également abordé les scandales liés à l’eau en bouteille, notamment en ce qui concerne la présence de polluants éternels et la contamination microbiologique.

Mais ce n’est pas tout ! Nous explorons l’histoire de l’eau de Quinton, cette eau quantique et les bienfaits thérapeutiques qu’elle peut apporter.

En somme, cet épisode est une mine d’informations pour tous ceux qui souhaitent en savoir plus sur l’eau qu’ils boivent et sur les choix qu’ils peuvent faire pour leur santé et pour l’environnement. Une discussion aussi passionnante qu’informative.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
remplissage des nappes d'eau en France

Révolution 2030 : Autre sourceFrance : Situation des nappes d'eau souterraines au 1er avril 2024

Révolution 2030 : Autre source - 06 mai 2024

Carte de France hexagonale de la situation des nappes d'eau souterraine au 1er avril 2024.

   

Carte établie le 10 avril 2024 par le BRGM, à partir de données de la banque ADES acquises jusqu’au 31 mars 2024. Source des données : banque ADES (ades.eaufrance.fr) / Hydroportail (hydro.eaufrance.fr) / Fond de carte © IGN. Producteurs de données et contribution : APRONA, BRGM, Conseil Départemental de la Vendée, Conseil Départemental des Landes, Conseil Départemental du Lot, EPTB Vistre Vistrenque, Parc Naturel Régional des Grandes Causses, Syndicat Mixte d’Etudes et de Travaux de l’Astien (SMETA), Syndicat Mixte pour la protection et la gestion des nappes souterraines de la plaine du Roussillon (SMNPR).

Cette carte présente les indicateurs globaux traduisant les fluctuations moyennes des nappes. Ils sont établis à partir des indicateurs ponctuels relevés au niveau des points de surveillance du niveau des nappes (piézomètres).

L'indicateur "Niveau des nappes" compare le mois en cours par rapport aux mêmes mois de l’ensemble de la chronique, soit au minimum 15 ans de données, et jusqu'à plus de 100 ans. Il est réparti en 7 classes, du niveau le plus bas (en rouge) au niveau le plus haut (en bleu foncé).

Les zones grises correspondent à des secteurs sans nappes libres, c'est-à-dire avec une couche imperméable ou semi-perméable au-dessus de la nappe, et/ou des secteurs comportant une très faible densité de points de suivi. Ce dernier cas concerne notamment les zones montagneuses dont les nappes sont petites et hétérogènes.

L'indicateur "Évolution des niveaux" traduit la variation du niveau d'eau du mois échu par rapport aux deux mois précédents (stable, à la hausse ou à la baisse).

Ces indicateurs globaux rendent compte de situations et de tendances générales et ne tiennent pas compte d'éventuelles disparités locales.

© BRGM

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Minibarrages dans les Alpes

ReporterreMinibarrages : les torrents alpins sacrifiés pour produire de l’énergie

Reporterre - 01 mar 2024

Le déploiement de petites centrales hydroélectriques sur les torrents alpins est en pleine croissance selon les données recueillies par Reporterre. Bien des maires sont ravis mais la biodiversité trinque.

   

On croyait les rivières alpines déjà bien corsetées de barrages et de turbines. Mais la ruée vers l’or bleu se poursuit dans les montagnes, au risque de causer des dommages irréversibles aux derniers cours d’eau sauvages des Alpes. « Il y a eu une bascule ces vingt dernières années, dit David Doucente, ingénieur piscicole de la fédération des pêcheurs des Hautes-Alpes. Jusque dans les années 2000, il y avait quelques centrales hydroélectriques dans les Alpes, mais ces projets étaient cadrés par EDF avec des aménagements mesurés. Depuis, beaucoup d’opérateurs privés ont déposé des dossiers et on a commencé à constater une surexploitation des cours d’eau. »

Ni les services de l’État, ni le syndicat professionnel France Hydro Électricité ne possèdent d’informations chiffrées précises sur ce déploiement. Leur inventaire avait cependant déjà été réalisé par un ingénieur d’étude en 2021 sur les départements de Haute-Savoie, Savoie, Alpes-Maritimes et Hautes-Alpes. Dans le cadre de son mémoire rédigé au sein du laboratoire EcoFlows à l’Institut national de la recherche agronomique (INRAe), Nils Dumarski a recensé les centrales installées depuis 1900 dont la puissance est inférieure à 10 000 kilowatts. Sur les 323 barrages hydroélectriques comptabilisés, 124 ont été érigés entre 2000 et 2020, quand seulement 116 ont été bâtis entre 1950 et 2000. « Le rythme d’installation des microcentrales hydroélectriques dans les quatre départements étudiés s’accélère, notamment depuis les années 2000. Cette dynamique est particulièrement importante au-dessus de 1 000 mètres », constate-t-il.

Une augmentation que corroborent les données de Reporterre. Grâce au registre national des installations de production et de stockage d’électricité, nous avons identifié 347 petits barrages en activité dans les Alpes dont au moins 167 ont été créés ou rénovés ces vingt dernières années.
L’État mise sur l’hydroélectricité

Ce déploiement s’explique par la volonté de l’État d’augmenter l’hydroélectricité dans son mix énergétique. Pour y parvenir, EDF rachète depuis 2007 sa production à un tarif préférentiel. La France mène également depuis 2016 des appels d’offres pour l’exploitation de nouvelles petites centrales hydroélectriques, ce qui a garanti aux lauréats un complément de rémunération. Ces incitations financières ont favorisé la professionnalisation de la filière et la multiplication des projets.

Las, la plupart des rivières françaises sont « déjà largement exploité[es] et présente[nt] peu d’opportunités supplémentaires à long terme », souligne le rapport Futurs énergétiques 2050 du gestionnaire du réseau de transport d’électricité haute tension RTE.

[...]

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
procès du fluor dans l'eau potable

The DefenderProcès historique sur le fluor : La fluoration viole le consentement éclairé

The Defender - 08 fév 2024

Le fluor devrait être interdit dans l’eau potable et le gouvernement américain doit mettre en garde la population – en particulier les femmes enceintes – contre les risques sanitaires graves liés à la consommation d’eau fluorée, a déclaré l’avocat Michael Connett à la journaliste Kim Iversen.

   

M. Connett est l’avocat principal des plaignants dans un procès fédéral historique sur la neurotoxicité de la fluoration de l’eau, intenté contre l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA).

Le procès, qui a repris aujourd’hui après une pause de quatre ans, vise à interdire l’ajout de fluorure dans l’eau.

Le tribunal fédéral du district nord de Californie, à San Francisco, a prévu neuf jours pour le témoignage et le contre-interrogatoire d’experts et de témoins de fait.

Dans l’épisode d’hier du “Kim Iversen Show“, M. Connett a évoqué l’affaire et expliqué pourquoi elle est si importante. Il a dit :

“Nous disposons maintenant de données – des données de haute qualité financées par le NIH [National Institutes of Health] – qui établissent un lien entre l’exposition maternelle au fluorure et les déficits de QI… c’est vraiment l’objet de notre action en justice.

La Cour n’a qu’une question à poser, et c’est la suivante : “La fluoration présente-t-elle un risque déraisonnable d’effets sur le développement neurologique ? Si le tribunal décide que c’est le cas, l’EPA sera alors mandatée par la loi pour prendre des mesures afin de faire face à ce risque.

Bien que le tribunal ne puisse pas dire à l’EPA comment traiter le risque, l’EPA a le pouvoir, en vertu de la loi sur le contrôle des substances toxiques (Toxic Substances Control Act ), d’interdire la fluoration.

“Si nous gagnons”, a déclaré M. Connett, “et si l’EPA fait ce que la logique semble dicter – à savoir si son obligation est d’éliminer le risque posé par les produits chimiques de fluoration– alors le moyen évident d’y parvenir est d’interdire cette pratique”.

Actuellement, le choix de la fluoration de l’eau incombe aux États et aux collectivités locales. Mais si l’EPA interdit cette pratique, “aucune municipalité, même si elle le souhaite, ne pourra fluorer son eau car l’EPA sera la plus haute autorité en la matière”.

Aujourd’hui, plus de 200 millions d’Américains dans des milliers de communautés boivent de l’eau fluorée.

La plupart des grandes villes, y compris Los Angeles, où réside Kim Iversen, fluorent leur eau. “Je ne veux certainement plus boire de fluor”, a déclaré Mme Iversen.

Le 13 janvier, Children’s Health Defense (CHD) a publié un documentaire intitulé “Fluoride on Trial: The Censored Science on Fluoride and Your Health, dans lequel Michael Connett et Mary Holland, présidente de CHD, discutent de la suppression de la recherche scientifique révélant les effets toxiques du fluorure, en particulier sur les enfants.

M. Connett a également évoqué cette suppression avec Mme Iversen.

Par exemple, lorsque le Programme national de toxicologie(NTP) a effectué une revue systématique et a conclu dans son rapport de 1573 pages que 64 études sur 72 montraient un lien entre le fluorure et la baisse du QI, les responsables dentaires des Centers for Disease Control and Prevention et de l’Institut national de recherche sur le visage dentaire et crânien du NIH ont fait pression sur le secrétaire adjoint à la santé du ministère américain des services sociaux, le Dr. Rachel Levine,pour empêcher la publication du rapport.

Mme Levine a demandé au NPT de ne pas publier le rapport, mais de le mettre en attente et de le soumettre à un examen plus approfondi.

“Il n’est même pas nécessaire de l’avaler”

Bien que d’autres produits chimiques comme le chlore soient ajoutés à l’eau publique à des fins de traitement de l’eau, le fluor est le seul produit chimique ajouté à des fins médicales – dans ce cas, pour prévenir les caries dentaires chez les personnes qui boivent l’eau, a déclaré M. Connett.

La fluoration de l’eau est “un programme né aux États-Unis”, a-t-il déclaré à Mme Iversen. L’Europe a étudié l’idée d’ajouter du fluorure à l’eau pour prévenir les caries, mais a décidé de ne pas le faire, car cela viole le droit des personnes à un consentement éclairé.

Il a dit :

“L’Europe a dit qu’il ne fallait pas ajouter un médicament à l’eau parce que cela enlevait à l’individu le droit de prendre ses propres décisions en matière de santé, de donner son consentement éclairé. Et en Europe, comme aux États-Unis, il y a certainement beaucoup de produits fluorés dans les rayons, comme le dentifrice, que tout le monde peut acheter à la pharmacie ou à l’épicerie”.

Connett a déclaré que la recherche montre que le fluorure peut être utilisé pour prévenir les caries dentaires en l’appliquant sur les dents. “Il n’est pas nécessaire de l’avaler.”

D’autres substances pourraient-elles être ajoutées à notre eau ?

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Conférence du Dr Guy Londechamp

VodaflorL'eau et la conscience

Vodaflor - 29 jan 2024

Conférence du Dr Guy Londechamp - mise à disposition par le Dr Olivier Soulier - www.lessymboles.com

   

« SOIGNER L’HOMME, SAUVER LA TERRE ».

Comprendre « la mémoire et le génie de l’eau » et son rôle essentiel tant sur la conscience que la vie sociale.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
eau de pluie - décret

Nouveau MondeFrance : Vers l'interdiction de l’usage de l’eau de pluie pour les particuliers ?

Nouveau Monde - 04 oct 2023

Le gouvernement veut-il interdire l’usage de l’eau de pluie dans les habitations et potagers ?

   

Le décret du 29 août 2023 « relatif aux usages et aux conditions d’utilisation des eaux de pluie et des eaux usées traitées » a été source de polémique. La manière dont il a été rédigé laisse à penser que les eaux de pluie ne seront pas autorisées dans nos habitations ni pour arroser nos jardins. Le gouvernement s’en défend.

Le 24 septembre 2023, Pierre L’écoleau et Benjamin Vialan étaient tous deux les invités d’une émission proposée par le média L’ArchiPelle qui met en lumière les experts et initiatives en lien avec l’autonomie et la résilience. Ils y ont évoqué leur inquiétude vis-à-vis du décret du 29 août 2023. Ce dernier, dédié à l’utilisation des eaux non domestiques, contient deux articles pour le moins déconcertants.

Alors que ce texte de loi concerne l’usage des eaux usées traitées et les eaux pluviales, les articles R. 211-126 et 127 indiquent que l’utilisation de ces eaux « n’est pas possible » dans « les locaux à usage d’habitation », ni pour « l’arrosage des espaces verts des bâtiments ». Des propos qui ont engendré plusieurs contenus alarmants sur les réseaux.

[...]

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Google gouffre de consommation d'eau

Le Libre PenseurGoogle a consommé près de 30 millions de m³ d’eau potable en 2022 !

Le Libre Penseur - 25 août 2023

En quatre ans, sa consommation a augmenté de 82% !

   

Elle est pas belle la lutte contre le réchauffement climatique avec les GAFAM ! La protection de la plus précieuse ressource de la terre, c’est-à-dire l’eau, qui est balancée par milliards de litres pour refroidir leurs “data centers” ! On vous expliquera ensuite que c’est le fait d’arroser votre jardin ou de remplir la piscine qui détruit la planète ! 30 millions de m³ d’eau potable en une année pour Google uniquement, qu’en est-il des autres géants du secteur ?

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
fuites d’eau potable

Le Libre PenseurStop aux fuites d’eau potable en France !

Le Libre Penseur - 08 juil 2023

Les pertes d'eau potable dans notre pays sont considérables, de l'ordre d'1 litre sur 5, soit 1 milliard de m3 par an !

   

Au lieu de détruire l’économie française et son industrie en mettant en place des restrictions dangereuses et inutiles sous prétexte de sauver le climat, il serait beaucoup plus intéressant d’investir quelques milliards dans la remise en état des réseaux de distribution d’eau afin de récupérer ce milliard de m3 d’eau potable qui disparaît chaque année dans les fuites. Cet argent d’ailleurs reviendrait à des salariés français en diminuant le chômage contrairement aux milliards d’euros donnés à Big Pharma qui finissent dans des paradis fiscaux pour des injections purulentes hasardeuses aux effets indésirables catastrophiques.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
les megacenter grand consommateur d'eau

France SoirLe mégacentre de données nécessitera 600 millions de litres d'eau par an

France Soir - 27 mai 2023

Le mégacentre de données de Zuckerberg en Espagne nécessitera 600 millions de litres d'eau par an

   

Le développement par Meta d'un grand centre de données dans la région de Tolède (Castilla-la-Mancha), suscite l'inquiétude en raison de sa consommation estimée à plus de 600 millions de litres d'eau potable dans une région où l'eau est rare.

Meta, le conglomérat dirigé par Mark Zuckerberg et dont dépendent Facebook, WhatsApp et Instagram, installera son plus grand centre de traitement de données d'Europe dans la province de Tolède.

Ce sera, plus précisément, à Talavera de la Reina, l'ancienne capitale de la céramique qui, aujourd'hui, malgré sa proximité avec Madrid, traverse une période de crise sociale, économique et démographique.

Opportunité économique...

Le gouvernement régional de Castille-La Manche a décidé il y a quelques semaines de poursuivre le projet Meta Data Center Campus, en soulignant son impact sur le territoire - plus de 1 000 emplois et 250 emplois directs hautement qualifiés - mais en ignorant le fait que l'infrastructure consommera plus de 600 millions de litres d'eau potable par an.

Comme l'explique El País, la consommation “totale”, y compris en eaux "non potable", pourrait atteindre “120 litres par seconde dans le centre de données et 33 litres par seconde” dans le reste des installations. À ce rythme, on parle d'environ 4,8 milliards de litres d'eau par an. L'entreprise n'a toutefois pas confirmé officiellement ces estimations.

Meta dispose actuellement de trois installations de ce type en Suède, au Danemark et en Irlande. Il y a quelques mois, une enquête du média Noordhollands Dagblab a démontré que le centre de données de Microsoft aux Pays-Bas consommerait 84 millions de litres d'eau en 2021, alors que l'entreprise avait annoncé une consommation de 12 à 20 millions de litres.

...mais impact environnemental délétère ?

Cette “sous-déclaration” n’est pas une première. Un schéma similaire s'est produit aux Pays-Bas. Les centres de stockage de données et d'informations Middenmeer, de la firme Microsoft, ont consommé jusqu'à sept fois plus d'eau que ce qui avait été prévu au lancement du projet.

Techniquement, l'eau est utilisée en abondance au sein des data centers afin de faire diminuer la température des serveurs ou d'autres installations électroniques présentes (ordinateurs, baies de stockage...).

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
récupération eau de pluie

Echelle de JacobRécupérer l’eau de pluie : l’amende faramineuse que vous risquez

Echelle de Jacob - 23 mai 2023

On annonce de la pluie chez vous, et vous voulez en profiter pour la récupérer ? Prudence : certaines erreurs en la matière peuvent vous coûter cher.

   

Lorsqu’il pleut beaucoup, posséder un récupérateur d’eau de pluie est un excellent moyen de faire des économies au quotidien... Et d’adopter un mode vie plus écologique. Cependant, il existe, en France, quelques interdits en la matière. Suivez le guide pour éviter les faux pas... et les amendes.

Récupérer l’eau de pluie : les conditions à respecter

Récupérer et réutiliser l’eau de pluie est autorisé, mais selon certaines conditions. Pour ce faire, vous pouvez utiliser un récupérateur d’eau de pluie classique, ou un système DIY. Mais il faut que votre installation respecte les règles suivantes :

L’eau récupérée doit avoir ruisselé sur une toiture qui n’est pas accessible au quotidien
Le toit ne doit pas contenir de l’amiante ou du plomb
Elle doit être stockée dans une cuve hors-sol ou enterrée
Il n’est pas permis d’utiliser du produit antigel dans la cuve de stockage
Votre réseau d’eau de pluie ne doit surtout pas être raccordé au réseau d’eau potable
Dans votre maison, vous ne pouvez pas posséder à la fois des robinets d’eau potable et des robinets d’eau de pluie. Les robinets d’eau de pluie doivent par ailleurs être verrouillables.
Une fiche attestant de la conformité de votre installation doit être établie par la personne responsable de sa mise en service

Réutiliser l’eau de pluie : les usages autorisés et interdits

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
réchauffement climatique

Tatiana VentôseRéchauffement climatique : la peur pour nous faire accepter la misère

Tatiana Ventôse - 09 mai 2023

Une capsule de Tatiana Ventôse

   

Dans sa nouvelle vidéo, Tatiana Ventôse explore comment la classe dominante utilise la peur du réchauffement climatique pour nous faire accepter des politiques inacceptables.

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
On ne manque pas d'eau

Le Media en 4-4-2Idriss Aberkane : « Non, nous ne manquons pas d’eau potable ! »

Le Media en 4-4-2 - 09 mai 2023

Le monde consomme un peu moins de 60% du volume de l'Amazone en eau douce, chaque année.

   

A l'heure où le malthusianisme forcené veut confisquer toutes nos libertés, limiter drastiquement les naissances, nous confiner dans ces atroces "villes de 15 minutes", il était devenu absolument vital de contredire ce discours apocalyptique par un peu de science exacte. Non, nous ne manquons pas d'eau potable. Certes, sa répartition dans le monde n'est pas bonne, mais une chose qui peut se répartir facilement de l'Alaska à l'Afrique et du Lac Baïkal à la Terre de Feu, c'est l'intelligence et la connaissance."

Si la Macronie a vanté le projet apocalyptique d’un nouveau rationnement de l’eau douce (dans une France qui n’a jamais manqué d’eau, ni pour sa population ni pour son agriculture ni pour son industrie), nous devons rappeler que des projets existent qui pourraient générer le débit de plusieurs grands fleuves par an, et que non, définitivement, nous ne manquons pas d’eau douce, nous ne manquons que de bon sens.

accéder à l'article