Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
dette publique française

Géopolintel81 % de la dette publique provient de l’État

Géopolintel - 08 mai 2024

Si les français détiennent indirectement la dette française, il faut se poser les questions de comment la calcule-t-on et la rembourse-t-on et à quel prix.

   

Emmanuel Moulin ancien directeur du Trésor et adjoint de Gabriel Attal à Matignon avait préconisé de lever l’épargne des français pour les pousser à investir dans des livrets qui financeraient la future dette de la transition climatique et les guerres en Ukraine et à Gaza.
Le levier sera non pas notre dynamisme économique mais l’épargne des français placée en investissement ou bien en augmentant les impôts, seul moyen légal de voler l’argent des français.

Il faut distinguer le déficit public, qui est le flux, c’est-à-dire la différence entre les recettes et les dépenses, et la dette publique, qui est le stock, c’est-à-dire la somme des déficits accumulés.

Pour comprendre l’état de nos finances en France, il faut calculer le déficit public par rapport au P.I.B. et celui de la dette publique par rapport au P.I.B.
La France a levé 8 mds d’euros au moyen d’une nouvelle OAT à échéance en mai 2055 auprès de la BNP Paribas, Citi, Deutsche Bank, HSBC et Société Générale. Les OAT (obligations assimilables du Trésor) sont des valeurs assimilables du Trésor à moyen et long terme, de maturité de 2 à 50 ans.

De là à dire que nous sommes détenus par des banques il n’y a qu’un pas.
Le rôle de Macron à la banque Rothschild est crucial pour comprendre la hausse de l’endettement français.
Les OAT sont désormais la forme unique du financement à moyen et long terme de l’État, une fuite en avant pour un endettement perpétuel.
Pour résumer, ces levées de fonds augmentent le flux, c’est à dire le déficit budgétaire pour se transformer en stock c’est à dire en dette.

Quand on remplace les stocks de marchandises par la dette, on comprend comment fonctionne notre économie, financée uniquement par la dette détenue par des banques et des fonds de gestion d’actifs comme BlackRock et Vanguard.

La seule garantie de cette dette est notre épargne, convoitée par Emmanuel Moulin, l’ancien directeur du Trésor français.
« Il y a 35 000 milliards d’euros d’épargne privée en Europe, a martelé le ministre de l’économie, Bruno Le Maire, lors d’un déplacement à Berlin, lundi 18 mars. L’argent est là, mais il ne va pas là où il faut… Un tiers dort sur des comptes et un tiers finance l’économie américaine. »

C’est l’Agence France Trésor (AFT) qui gère la dette de l’État. La dette publique correspond à l’ensemble des engagements financiers pris sous forme d’emprunts par l’État, les collectivités publiques et les organismes qui en dépendent directement. (soit 5500 milliards d’euros).
La dette publique évolue constamment au rythme des remboursements d’emprunts effectués par l’État et les administrations publiques et des nouveaux emprunts qu’ils contractent pour financer leurs déficits.

Si le déficit est un flux, la dette est un stock
Les ressources sont constituées par les impôts, les taxes, et autres recettes non fiscales (par les dividendes des entreprises dont l’État est actionnaire).

Les dépenses intègrent non seulement les dépenses courantes de fonctionnement (salaires, achats de fournitures et de services…), les opérations de redistributions (aides, bourses, minimas sociaux…) mais aussi les investissements (travaux d’équipement, acquisitions immobilières et mobilières des collectivités locales…) et les dépenses en capital (charges de la dette des différentes administrations publiques par exemple).

Répartition de la dette par administrations publiques
À la fin du quatrième trimestre 2023, la dette publique s’établit à 3 101,2 milliards d’euros. Comme le montre le graphique ci-dessus, 81 % de la dette publique provient de l’État. Si l’on ajoute les autres organismes d’administration centrale, le total de l’État représente 83,4 %.
Les organismes de Sécurité sociale et les administrations publiques locales (collectivités territoriales) représentent respectivement 8,5 % et 8,1 % de la dette publique. L’État a, à cette date, accumulé à lui seul 2 513,5 milliards d’euros de dettes.
Rappelons que les critères européens exigent que la dette publique des pays membres ne dépasse pas la norme de 60 % du PIB (alors qu’elle est de 110,6 % du PIB en France).

La crise du Covid-19 a entraîné un fort accroissement de l’endettement public en France.
Pour rembourser la part de sa dette arrivant à échéance, L’État emprunte de l’argent sur les marchés financiers notamment par le biais d’obligations du Trésor (OAT) pour financer son déficit. L’argent nécessaire pour couvrir ces besoins est appelé besoin de financement. En 2024, le besoin de financement de l’État est anticipé à 299,7 milliards d’euros (pour financer le déficit et refinancer la dette arrivée à maturité). C’est l’Agence France Trésor (AFT) qui gère la dette de l’État.

Mesurer l’endettement public
Pour mesurer la dette publique, on la rapporte au produit intérieur brut (PIB). Ainsi, on peut comparer la dette publique à la taille de l’économie.
Depuis quinze ans, la dette publique s’est largement accrue. Elle était de 60 % du PIB au début des années 2000, a dépassé le seuil des 100 % du PIB en 2017 et atteint désormais 110,6 % du PIB.

Dette au sens de Maastricht des administrations publiques
Qui détient la dette publique ?
À la différence des entreprises ou des ménages, les collectivités publiques ne financent pas leur dette principalement en faisant appel à du crédit bancaire mais en émettant des titres financiers (surtout des obligations) sur les marchés financiers.

Une forme d’endettement spécifique
Contrairement aux particuliers, les organismes publics, lorsqu’ils s’endettent, ne remboursent à chaque échéance que les intérêts, car ils émettent des obligations.

S’il émet une OAT à 10 ans, l’État remboursera les intérêts (par exemple 0,5 % du montant de l’obligation émise) chaque année ou chaque semestre pendant 10 ans, mais remboursera le capital en une seule fois, à l’échéance. Pour cela il se réendettera. En période d’intérêts très faibles, il semble facile de s’endetter, puisque cela ne coûte rien et parfois même rapporte (intérêts négatifs). Mais à l’échéance il faudra se réendetter pour le même montant et si les taux d’intérêt ont monté fortement, cela pourra devenir difficile pour l’Etat et son budget de faire face à la charge de la dette (coût des emprunts).

Pour financer la dette publique, l’État émet des titres de créances négociables sur les marchés financiers sur une durée plus ou moins longue. Plus précisément, deux types de titres sont émis par l’État : les Bons du Trésor à taux fixe et à intérêt précompté (BTF) et les Obligations Assimilables du Trésor (OAT). Les OAT constituent la forme privilégiée du financement à long terme de l’État (échéances pouvant dépasser dix ans). Créés en 1985, les Bons du Trésor à intérêts annuels (BTAN) ne sont plus proposés et ne circulent plus sur le marché depuis 2017.

Les non-résidents sont les principaux détenteurs de la dette publique française.
Qui détient la dette de l’état
Selon les chiffres publiés par l’Agence France Trésor (AFT), parmi les détenteurs de la dette publique, on trouve, fin 2023, 53,2 % de non-résidents. Une proportion en hausse sensible depuis la fin du XXe siècle (en 1993, seul un tiers de la dette publique française était détenu par des non-résidents), mais en baisse par rapport à 2009 (67 %).
Pour l’essentiel il s’agit d’investisseurs institutionnels (fonds de pensions et fonds d’assurance notamment), mais aussi de fonds d’investissements souverains, de banques, voire de fonds spéculatifs.
On retrouve au sein de l’Union européenne une certaine hétérogénéité entre les pays. Fin 2022, selon les données d’Eurostat, 93 % de la dette chypriote était ainsi détenue par des non-résidents, contre moins de 25 % au Danemark.

Les particuliers, détenteurs indirects de la dette publique française

Ce sont d’ailleurs également des banques et des investisseurs institutionnels que l’on retrouve parmi les principaux détenteurs résidents de la dette publique française.
L’État français emprunte donc environ un tiers de sa dette auprès des banques et des sociétés financières nationales. 9,5 % de la dette publique est détenue par des compagnies d’assurance, qui « achètent » des titres de dette française pour les placements d’assurance-vie. Les particuliers sont donc indirectement détenteurs d’une partie significative de la dette publique française. Les banques françaises en détiennent environ 7,7 %.

La Finance pour tous

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
la dette déplafonnée

InsolentiaeLe plafond de la dette déplafonné… on va s’emplafonner !

Insolentiae - 31 mai 2023

L’édito de Charles SANNAT

   

Le pire n’aura pas lieu, et objectivement, les Républicains, enfin le « Speaker » républicain Kevin McCarthy s’est plutôt écrasé et l’accord auquel ils sont arrivés de manière théorique entre McCarthy et Biden penche sans conteste pour une victoire presque par KO de la Maison-Blanche.

En effet, le plafond de la dette n’est pas relevé de quelques dizaines de milliards, ou même de quelques centaines.

Non.

Il est tout simplement supprimé.

Que dis-je, il est suspendu.

C’est un mode « no limit » qui est désormais possible pour la Maison-Blanche.. jusqu’en 2025.

Tout cela reste un accord provisoire dans la mesure où il doit être validé par les représentants à la Chambre mais il s’est passé quelque chose aux Etats-Unis.

Quand on regarde en détail l’accord prévu, il ne se passe globalement rien. Les dépenses sociales ne sont pas coupées, pas plus que les dépenses environnementales, disons simplement qu’ils se sont mis d’accord pour construire plus d’éoliennes et également plus de puits de pétrole ! Mais là encore ce n’est pas l’important. Pas plus que le fait de cesser de dépenser les fonds « Covid » n’est significatif d’un point de vue économique.

Passons donc à l’essentiel que cet accord ne dit pas.

Ne vous dit pas.

Et que personne n’a relevé.

Mais pourquoi passer en mode « no limit » et plus de plafond jusqu’en 2025 ?

Pourquoi ?

Pourquoi ne pas rajouter une limite de 2000 milliards, allez, soyons fous, la dette actuelle est de plus de 31 000 milliards de dollars, on aurait même pu rajouter 5 000 milliards de dollars pour se donner du mou.

Ici, c’est sans limite.

Le plafond n’existe plus pour les deux prochaines années ?

Pourquoi ?

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
dépôts bancaires en baisse aux US

InsolentiaeLes dépôts bancaires totaux en chute aux Etats-Unis !

Insolentiae - 16 mai 2023

Je ne vous parle pas des dépôts bancaires dans les banques régionales qui partiraient se mettre à l’abri dans les grosses banques, celles trop grosses pour faire faillite par exemple, non, je vous parle du total des dépôts bancaires.

   

Je vous parle de la somme totale détenue dans les banques par les Américains.

Cette somme baisse.

Et c’est assez logique. Pourquoi ?

Parce qu’il y a moins de prêts octroyés, notamment par les banques régionales qui souffrent.

Ainsi, le crédit que vous faites vous, par exemple, pour acheter votre voiture ou votre maison, c’est un dépôt pour celui que vous payez.

Moins de crédits = moins de dépôts.

Je vous achète votre maison avec de l’argent que je n’ai pas et j’emprunte, mais quand j’achète votre maison, je vous donne bien l’argent tout de suite, même s’il me faut 20 ans pour rembourser la banque !

Moins de crédits = moins de dépôts.

Cela fonctionne aussi avec la voiture que vous allez revendre, ou encore bien évidemment avec le fournisseur de machines pour une entreprise qui va acheter à crédit ses nouvelles machines et le fabricant, lui, va encaisser le montant immédiatement.

Le crédit fait les dépôts en grande partie.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Laine française

ReporterreLa laine française termine au fumier

Reporterre - 18 déc 2022

Les éleveurs ne savent plus que faire de la laine, devenue quasi invendable. La filière de valorisation a été déstructurée et relancer une activité rentable à grande échelle s’avère complexe.

   

Le bélier de la mythologie grecque était paré d’une toison d’or. Aujourd’hui, la laine des moutons de nos campagnes ne vaut pas plus de quelques centimes le kilo... quand elle ne finit pas au fumier. « Cette année, les ballots de laine sont partis pour 15 centimes le kilo. Et encore, le négociant ne prend que la plus belle laine, raconte Rémi, éleveur de quelque 700 brebis à Mornand-en-Forez dans la Loire. J’avais deux gros sacs de laine rava, une race avec beaucoup de jarre [poil long et raide, peu adapté pour le textile], il n’en a pas voulu. Je l’ai utilisé comme litière pour mes bovins, et elle a donc fini au fumier. »

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Suisse vers une interdiction des voitures électriques ?

Aube DigitaleLa Suisse veut interdire les véhicules électriques pour éviter les pannes de courant

Aube Digitale - 04 déc 2022

La Suisse pourrait limiter l’utilisation des véhicules électriques (VE) en cas de pénurie d’électricité cet hiver, dans le cadre d’un nouveau plan en quatre étapes visant à prévenir les pannes de courant et les coupures.

   

Afin de garantir la sécurité énergétique cet hiver, la Suisse pourrait devenir le premier pays à limiter la conduite et l’utilisation des VE, rapporte le quotidien allemand Der Spiegel, citant de multiples médias sur le plan d’action suisse en quatre étapes visant à éviter les pannes d’électricité.

La conduite de VE pourrait être interdite en Suisse, sauf en cas de « trajets absolument nécessaires », selon la troisième étape des plans d’économie d’énergie. Le pays prévoit également une limitation de vitesse plus stricte sur les autoroutes dans le plan d’action récemment proposé, qui doit encore être adopté.

La Suisse importe généralement de l’électricité de France et d’Allemagne pour répondre à l’ensemble de ses besoins en électricité, mais cette année, l’offre de ses voisins est limitée.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Amazon dans le rouge

Égalité et RéconciliationAmazon a perdu 1 000 milliards de dollars de valorisation, un record

Égalité et Réconciliation - 13 nov 2022

En un peu plus d’un an, Amazon a perdu plus de la moitié de sa valorisation boursière. Microsoft connaît aussi une situation compliquée

   

Amazon est devenu la première société au monde cotée en Bourse à voir sa valorisation perdre 1 000 milliards de dollars. Encore plus impressionnant, cette chute s’est réalisée dans un laps de temps extrêmement court : moins de 18 mois.

Amazon est aujourd’hui valorisée à 879 milliards de dollars, très loin des 1 880 milliards de dollars qu’elle valait en juillet 2021. L’entreprise avait largement profité de la crise sanitaire pour tirer son épingle du jeu en 2020 et 2021, mais connait une période bien plus troublée actuellement.

Amazon connait un fort ralentissement de la croissance du commerce électronique, les consommateurs reprenant leurs habitudes d’avant la pandémie. De plus, l’inflation fait faiblir la demande, alors que les coûts de stockage, de paquetage et de transport des produits augmentent [...].

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Crise militaire, énergétique et alimentaire

Réseau InternationalCrise militaire, énergétique et alimentaire

Réseau International - 9 juil 2022

Début juin, le Center for Strategic and International Studies a publié un article1 qui décrit bien un certain changement de paradigme dans l’approche nord-américaine du conflit en Europe de l’Est.

   

Il semble désormais tout à fait possible que l’Ukraine ne regagne pas son territoire à l’est, qu’elle ne reçoive pas les niveaux d’aide dont elle a besoin pour se reconstruire rapidement, qu’elle soit confrontée à des menaces permanentes de la Russie à l’est qui limiteront sa capacité à recréer une zone industrialisée, et qu’elle soit confrontée à des problèmes majeurs en termes de commerce maritime.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Faillite de l'Espagne ?

Aube DigitaleL’Espagne est-elle au bord de la faillite nationale ?

Aube Digitale - 04 juin 2022

L’Espagne est non seulement l’un des pays européens où l’hystérie du covid a été mise en œuvre avec succès, mais aussi le cinquième pays le plus endetté au monde. La faillite de l’État semble être à portée de main.

   

C’est pourquoi le gouvernement socialiste de gauche est en train de faire passer une loi autorisant les expropriations de la propriété privée et un « corralito ».

Ce dernier point signifie que l’État peut accéder à l’épargne que les gens ont sur leurs comptes bancaires. Dans ces « situations de crise », le citoyen n’aurait le droit de retirer que de petites sommes. Le reste de l’argent pourrait être « temporairement » confisqué. Le montant maximal serait déterminé par l’autorité du pays concerné, expliquait le portail "La Información" en mars 2021.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Bilderberg 2022 Chart

Aube DigitaleL’agenda de la réunion du Groupe Bilderberg 2022 - 120 invités

Aube Digitale - 04 juin 2022

L’agenda de la réunion du Groupe Bilderberg 2022 : Désinformation, démondialisation et perturbation du système financier mondial

   

Chaque année, les dirigeants d’entreprise, les banquiers, les responsables des médias, les universitaires et les politiciens les plus riches et les plus puissants du monde se réunissent à huis clos pour discuter de la manière de façonner le monde tout en perpétuant un statu quo qui a été très bénéfique pour une poignée de personnes. Nous parlons, bien sûr, de la réunion annuelle, et toujours très secrète, du Groupe Bilderberg.

La 68e réunion Bilderberg est déjà en cours à Washington, D.C., et a débuté jeudi pour se poursuivre jusqu’à dimanche.

Albert Bourla, PDG de Pfizer, Eric Schmidt, ancien PDG de Google, Henry Kissinger et William J. Burns, directeur de la CIA, figurent parmi les 120 invités (cliquez ici pour la liste complète) de cette année, originaires de 21 pays… mais rares sont les Russes.

« Si le groupe Bilderberg n’est pas une conspiration quelconque, il est dirigé de manière à en donner une imitation remarquablement bonne »

C. Gordon Tether, un écrivain du Financial Times

accéder à l'article