Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Les JO de Paris vus par le groupe russe Little Big

Égalité et RéconciliationLes JO de Paris vus par le groupe russe Little Big

Égalité et Réconciliation - 24 juil 2024

En plus d’être méchants, les Russes sont drôles !

   

Et le tout en musique...

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
l'invincibilité du Yémen

Réseau InternationalLe pays invincible du Moyen-Orient c’est le Yémen, et non Israël

Réseau International - 24 juil 2024

Un an après le début de la guerre, le Yémen continue de causer des dommages importants à Israël et à ses alliés au Moyen-Orient.

   

Lorsque les hostilités entre la Résistance palestinienne et le régime sioniste ont commencé à la fin de 2023, le Yémen a été le seul pays à déclarer la guerre à Israël, faisant ainsi le plus grand geste de solidarité avec les Palestiniens de tous les pays de la région. À l’époque, les militants sionistes et pro-occidentaux ont affirmé à plusieurs reprises que les Yéménites seraient détruits en quelques jours par la force militaire conjointe supposée «invincible» d’Israël et des États-Unis. Près d’un an plus tard, la réalité s’est révélée très différente des prédictions fantaisistes des sionistes.

Tout d’abord, il est nécessaire de préciser que le terme «Houthi» a été couramment utilisé par les médias occidentaux de manière péjorative, pour différencier le gouvernement de facto du pays – qui est contrôlé par l’aile politique du groupe ethnique houthi – du gouvernement «officiel» – déjà militairement vaincu sur le champ de bataille et qui s’est exilé en Arabie saoudite. Il est inutile d’éviter d’utiliser le nom du pays – «Yémen» – pour faire référence aux actions menées par le gouvernement houthi, tout simplement parce que les Houthis ont déjà gagné la guerre civile et qu’ils sont actuellement le gouvernement légitime du pays.

Ainsi, lorsque les «Houthis» ont entamé des opérations militaires contre Israël et ses alliés en mer Rouge, c’est l’État-nation du Yémen qui a déclaré la guerre aux sionistes – et non une simple milice ethnique. Induite par la propagande occidentale et sioniste, l’opinion publique mondiale pensait qu’une milice de «chiites primitifs» ne pouvait causer aucun dommage aux solides structures américaines et israéliennes au Moyen-Orient. Il y avait fort à parier que Washington et Tel-Aviv détruiraient rapidement les «Houthis» et rétabliraient le gouvernement saoudien par procuration afin de neutraliser le Yémen en tant qu’adversaire régional. Tout cela s’est avéré totalement faux. La guerre entre le Yémen et les alliés d’Israël est une guerre entre États – et dans ce conflit, les forces armées yéménites se sont révélées suffisamment fortes pour causer de profonds dommages à l’ennemi.

Récemment, des drones suicides lancés par le Yémen ont frappé Tel-Aviv, touchant un nombre encore imprécis de cibles. Tel-Aviv affirme évidemment qu’il ne s’agissait que de cibles civiles, mais on ne peut se fier à de telles affirmations en l’absence de preuves concrètes. Bien que «civiles», les cibles pourraient être des installations utilisées à des fins stratégiques ou militaires par les forces sionistes, ce qui en ferait des cibles légitimes au regard du droit international, qui autorise les attaques contre des infrastructures civiles utilisées pour des manœuvres de guerre.

Coïncidence ou non, peu après l’attaque yéménite contre la capitale israélienne, un cyber black-out s’est produit dans plusieurs pays occidentaux. Israël, les États-Unis et l’Europe ont été fortement touchés par ce que l’on pense être un problème technique avec CrowdStrike – un système de sécurité qui fournit des services au réseau Microsoft. La panne a eu un impact significatif sur la structure informatique mondiale. Des vols ont été annulés ou retardés dans les aéroports. Les systèmes numériques des banques ont été affectés. Les multinationales qui dépendent du réseau Microsoft ont subi de lourdes pertes.

À l’ère de l’internet et des médias sociaux, l’activité la plus simple consiste à répandre des rumeurs et des «théories du complot». Immédiatement, certains internautes ont commencé à dire que la panne informatique était liée d’une manière ou d’une autre à l’attaque yéménite, qui aurait détruit d’importantes installations technologiques à Tel-Aviv. En réponse, des «experts en cybersécurité» attachés à l’image d’Israël et de l’Occident ont affirmé qu’il s’agissait d’un simple problème technique, invalidant ainsi les récits des dissidents.

Cependant, il y a de bonnes raisons de croire que l’attaque yéménite est à l’origine de la panne. Peut-être que les drones n’ont pas touché des installations vraiment stratégiques pour générer un tel impact global. Cependant, il existe d’autres possibilités à analyser. Peut-être l’attaque était-elle une manœuvre de diversion pour attirer l’attention de la défense israélienne pendant que d’autres agents menaient une cyberattaque contre Microsoft. La grande puissance cyber de l’Iran, par exemple, est bien connue de l’Occident. L’Iran étant le plus grand allié du Yémen, on peut penser qu’il s’agissait d’une opération conjointe, combinant une attaque de drone de diversion et une action cybernétique.

Il convient de rappeler que depuis l’année dernière, plusieurs analyses d’experts ont été publiées sur la possibilité que le Yémen ait coupé des câbles internet lors de ses opérations navales. Les analystes estiment que même sans couper complètement les câbles, les Yéménites pourraient provoquer des problèmes techniques et des pannes en raison de l’impact partiel causé collatéralement ou intentionnellement par leurs actions militaires.

C’est le genre de situation dans laquelle le monde ne saura certainement jamais ce qui s’est réellement passé. Les questions relatives aux services de sécurité, aux services de renseignement et aux cyberforces resteront toujours obscures pour l’opinion publique mondiale. Cependant, toute cette controverse montre que le Yémen des Houthis est aujourd’hui l’un des principaux acteurs du scénario géopolitique du Moyen-Orient. Les soupçons et les théories sur les questions d’impact mondial tombent sur les Yéménites, tout simplement parce qu’aujourd’hui personne ne doute que les Yéménites soient réellement capables de provoquer quelque chose de cette nature.

Un an après la déclaration de guerre du Yémen à Israël, la mer Rouge est devenue un lac yéménite, la force navale dirigée par les États-Unis a été vaincue, Tel-Aviv est attaquée et l’on soupçonne même maintenant que la cyber stabilité mondiale dépend des Houthis.

Il est clair que le pays invincible au Moyen-Orient n’est plus Israël.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Donald Trump et Kamala Harris

StratpolPourquoi Trump vient de perdre l’élection à la présidence Américaine

Stratpol - 24 juil 2024

Il y a quelques jours de cela, le candidat Trump surfait sur une dynamique de campagne incroyable, suite à la tentative d’attentat dont il avait été la victime, son image s’était améliorée dans l’esprit des américains ne faisant pas partie de sa base électorale traditionnelle.

   

Son sacre lors du congrès Républicain de Milwaukee de mi-juillet et le “ticket” qu’il incarne désormais avec le très conservateur JD Vance lui assure un plébiscite chez les électeurs de droite. Surtout il mettait en lumière le dynamisme et la détermination d’un candidat qui tout juste miraculé, dans un geste extraordinaire d’un aspect marketing et communication, levait le poing en l’air pour exhorter les américains à le suivre dans cette guerre pour la Maison Blanche. Ce côté messianique, défiant toute rationalité faisait de Donald Trump le vainqueur assuré de cette présidentielle dans la tête de tous les américains comme dans toutes les rédactions aux USA.

Oui mais voilà, cette incroyable dynamique ne valait que par le fait que son adversaire était un Président en activité tout aussi clivant que lui, au bilan décrié de tous et dont la situation médicale inquiétait au plus haut point même les Democrats les plus convaincus. Trump dans ce duel, était en fait favori non pas par sa capacité à être élu au-delà de sa base mais bien par l’incapacité à motiver et fédérer de son adversaire. La médiocrité de ce dernier fut mise au grand jour notamment lors du fameux débat du 27 juin dernier. L’humiliation subit par le camp de gauche et la soudaine compréhension que Joe Biden ne réussirait jamais dans les mois de campagne restants à renverser les sondages eurent en interne l’effet d’une bombe au parti des Ânes (rappelons que le “Donkey” est le symbole du Democratic Party). C’est alors que s’est mise en place une incroyable machine de guerre électorale. Dans un premier temps, l’opération consistait à faire accepter au Président sortant la réalité factuelle de ses chances, à opérer auprès de ce dernier un travail de déstabilisation que ce soit auprès de ses sponsors ce qui aux USA est le nerf de la guerre, que dans ses soutiens politiques, médiatiques ou people. La chose fut simple et habilement réussie avec en point d’orgue l’annonce d’un bien soudain et inquiétant covid pour l’octogénaire ! Qu’importe le fait que plus personne ne décède de ce virus désormais, l’impression donnée de fragilité et de risque vital pour le candidat démocrate à la Présidentielle était actée dans l’imaginaire collectif.

La deuxième phase du plan était donc de trouver le candidat idoine à même de prendre au débotté la relève. La encore le plan était parfaitement huilé puisque en la personne de la Vice-Présidente Kamala Harris, les Democrats combinaient une personnalité connue nationalement et internationalement, qui du fait de ses fonctions inspirait la confiance quand à savoir exercer le poste tant convoité et qui par dessus tout était jeune (au regard des candidats en lice), issue des minorités et de sexe féminin ! En d’autres mots, un combos idéals de critères pour s’assurer le soutien de la 5ème colonne.

Si Biden était facilement attaquable sur son effroyable bilan, notamment concernant les questions de sécurité aux frontières et pour l’International, sa vice-présidente elle, aura tout loisir de se dédouaner des actions de ce dernier en expliquant avec fourberie qu’elle ne cautionnait pas les décisions prises mais qu’ elle avait su rester fidèle à la fonction exercée et à son parti ce qui renforcera sa crédibilité vis à vis de l’américain indécis qui justement est l’enjeu plus que jamais de cette élection.

À celà, la désormais candidate va pouvoir, et c’est là le plus important, s’appuyer sur la machine médiatique américaine qui va quotidiennement intégrer le narratif du rêve américain et de tout ce que représente cette candidate dans le combat du “camp du bien” contre “l’obscurité” représenté par le populisme, l’ultra patriotisme des MAGA ou devrait-t’on désormais dire des MAGOA (Make America Great Once Again – RNC 2024).

Et c’est là qu’est le cœur de la victoire qui désormais s’annonce plus que jamais pour Kamala Harris. Des acteurs prendront la parole, des chansons réuniront des artistes, la gauche caviar de la Silicone Valley investira dans un “avenir plus humaniste”, les minorités vont se soulever pour soutenir la diversité (cf Obama 2008). Mais plus encore, les médias pèseront de tout leur poids (et ils en ont) pour soutenir, valoriser, créer un mythe fantastique à Kamala. Pour tous ceux qui ont suivi les élections françaises de 2017, rien de ce qui va se passer dans les semaines à venir ne vous surprendra, pour les naïfs qui croient encore que le meilleur gagne… prenez la pilule bleue et restez dans la Matrice parce que à l’instar des derniers grands rendez-vous politiques en Europe comme en France, le “camp du bien” a cette force d’avoir noyauté en profondeur les institutions tout comme le vote des masses par un travail de sape et de longue haleine, par une manipulation mentale des foules qui tend à l’hypnose collective et c’est ainsi que depuis des décennies qu’il soit nommé Deep state, Young leaders, Macronisme ou tout autre appellation, il assure inéluctablement sa survie démocratiquement.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
UE backdoor for cryptos

Aube DigitaleL’UE proposent des portes dérobées pour la surveillance des crypto-monnaies

Aube Digitale - 22 juil 2024

L’UE s’attaque à nouveau au chiffrement, cette fois dans un rapport élaboré par plusieurs agences, dont Europol, l’agence européenne chargée de l’application de la loi, et le coordinateur du Conseil européen pour la lutte contre le terrorisme.

   

Le site de l’UE indique que ce « premier rapport sur le chiffrement », rédigé par ce que l’Union appelle son centre d’innovation pour la sécurité intérieure, cherche des moyens de « préserver la vie privée des citoyens tout en permettant les enquêtes et les poursuites pénales ».

« Le principal défi consiste à concevoir des solutions qui permettraient à la fois un accès légal et ciblé aux communications et qui garantiraient un niveau élevé de cybersécurité, de protection des données et de respect de la vie privée », indique le rapport.

La réponse objective à l’énigme supposée de la réalisation de ces deux objectifs est toujours la même : c’est impossible.

Pourtant, l’UE, divers gouvernements et organisations internationales continuent à faire pression pour saper le chiffrement en ligne et à présenter leurs initiatives de la même manière – comme étant à la fois leur soi-disant souci de la vie privée (et, surtout, de la sécurité) et le fait de faciliter le travail des forces de l’ordre (dire que l’objectif est de « permettre » cela, suggère qu’il n’y a pas d’autre moyen d’enquêter, ce qui n’est pas vrai).

Quant à savoir comment l’UE entend « sauvegarder les droits fondamentaux » (des citoyens) tout en proposant ce qu’elle fait dans ce document, personne ne le sait. Mais les bureaucrates de l’UE sont « à l’abri » de ces questions – du moins pas les médias traditionnels.

Les propositions du rapport comprennent un certain nombre de moyens de casser le cryptage, mentionnent des portes dérobées de cryptage (l’euphémisme sournois est « accès légal » aux communications et aux données), ainsi que le craquage de mots de passe, les crypto-monnaies et d’autres formes de surveillance.

L’abus de langage et de ton, qui n’est pas si subtil, se poursuit tout en discréditant le chiffrement, puisque des services tels que Meta’s Messenger, Apple Private Relay et le protocole Rich Communication Systems (RCS) sont qualifiés de « technologies de chiffrement à l’épreuve des mandats ».

L’une des idées consiste à extraire les clés de chiffrement par des « attaques quantiques par canal latéral » (qui exploitent les informations divulguées par les ordinateurs quantiques). « L’algorithme de Grover pourrait être utilisé dans ce cas pour identifier les données pertinentes extraites lors d’une attaque par canal latéral afin de déduire la clé cryptographique », peut-on lire dans le rapport.

Et si le chiffrement du DNS est mis en œuvre, l’UE estime qu’il sera « crucial » de permettre « aux forces de l’ordre d’accéder au trafic DNS des suspects et de le traiter ».

L’UE fonde ses espoirs de pouvoir briser le chiffrement à l’avenir sur le développement de l’IA, mais aussi, dans le présent, sur le rapport du Cybercrime Judicial Monitor (CJM) qui indique que certains membres de l’Union au niveau national ont récemment modifié leur législation d’une manière qui « pourrait offrir des possibilités supplémentaires de capturer et d’utiliser des données (cryptées) ».

En fait, le rapport annuel du CJM amène l’UE à conclure que « la majorité des États membres de l’UE disposent de capacités directes ou indirectes d’accès légal ciblé à l’appareil d’un suspect ».

Une fois de plus, la question de l’interception des appels vocaux effectués à l’aide de cartes SIM étrangères est abordée dans la section « Interception légale dans les réseaux 5G », tout comme Europol a récemment exploré la possibilité de briser le cryptage de l’itinérance mobile.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
contrôle de l’approvisionnement alimentaire

The DefenderUne expérience effrayante” : Le Danemark veut taxer les émissions du bétail

The Defender - 21 juil 2024

Les critiques disent que les petits agriculteurs sont la vraie cible.

   

Alors que le Danemark s’apprête à devenir le premier pays au monde à taxer les agriculteurs pour les gaz à effet de serre émis par leur bétail, les critiques affirment que le véritable objectif est de consolider le contrôle de l’approvisionnement alimentaire et de passer à une “alimentation pharmaceutique” contrôlée par les entreprises.

Le Danemark est sur le point de devenir le premier pays au monde à taxer les agriculteurs pour les gaz à effet de serre émis par leur bétail, grâce à un accord conclu le 24 juin entre le gouvernement danois et les représentants de l’industrie agricole et des syndicats.

La taxe, qui vise spécifiquement les émissions de méthane des vaches, des porcs et des moutons, entrera en vigueur en 2030, sous réserve de l’approbation finale du Parlement danois, a rapporté l’Associated Press (AP).

À partir de 2030, les agriculteurs devront payer une taxe de 300 couronnes (environ 43 dollars) par tonne d’équivalent dioxyde de carbone. Ce montant passera à 750 couronnes (108 $) d’ici 2035. Après une déduction fiscale de 60 %, les montants respectifs seront de 120 couronnes (17,30 $) et 300 couronnes.

CNN, citant le “think tank vert” danois Concito, a rapporté que les vaches laitières danoises émettent en moyenne 5,6 tonnes (6,2 tonnes américaines) d’équivalent CO2 par an. Il en résulterait une taxe de 672 couronnes par vache (96 dollars) en 2030 et de 1 680 couronnes (241 dollars) en 2035.

Les émissions respectives de toutes les vaches danoises s’élèvent en moyenne à 6,6 tonnes d’équivalent CO2 par an, selon l’AP, qui rapporte que le gouvernement danois vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays de 70 % par rapport aux niveaux de 1990 d’ici à 2030, citant le ministre de la fiscalité Jeppe Bruus.

Selon CNN, le produit de la taxe sera utilisé pour soutenir la transition écologique de l’industrie agricole au cours des deux premières années, y compris l’investissement de 40 milliards de couronnes (3,7 milliards de dollars) pour des mesures telles que la reforestation et l’établissement de zones humides.

Après deux ans, la taxe sera “réévaluée”.

Le Danemark est un important exportateur de viande de porc et de produits laitiers, selon CNN. L’agriculture est la plus grande source d’émissions de gaz à effet de serre du pays. L’AP rapporte qu’en juin 2022, le Danemark comptait près de 1,5 million de vaches.

La taxe encouragera les agriculteurs à rechercher des solutions pour réduire les émissions

Les partisans de la taxe soulignent que le Danemark est le premier pays à adopter une telle politique, la qualifiant d’étape vers une plus grande durabilité environnementale.

“Nous ferons un grand pas vers la neutralité climatique en 2045”, a déclaré M. Bruus.

“Nous investissons des milliards dans la plus grande transformation du paysage danois de ces derniers temps”, a déclaré le ministre danois des affaires étrangères, Lars Lokke Rasmussen, dans un communiqué cité par CNN. “Dans le même temps, nous serons le premier pays au monde à appliquer une taxe (sur le carbone) à l’agriculture.

Selon Torsten Hasforth, économiste en chef de Concito, “l’objectif de la taxe est d’inciter le secteur à chercher des solutions pour réduire les émissions”, rapporte CNN. M. Hasforth a fait remarquer que les agriculteurs pourraient, par exemple, modifier les aliments qu’ils utilisent, dans le cadre de leurs efforts de réduction des émissions.

La Société danoise pour la conservation de la nature a qualifié la taxe de “compromis historique”, dans des propos cités par l’AP. La présidente de l’organisation, Maria Reumert Gjerding, a déclaré : “Nous sommes parvenus à un compromis sur une taxe sur le CO2, qui jette les bases d’une industrie alimentaire restructurée, y compris de l’autre côté de l’horizon 2030”.

Ben Lilliston, directeur des stratégies rurales et du changement climatique à l’Institut pour l’agriculture et la politique commerciale, a déclaré à PBS NewsHour que les émissions de méthane constituaient “un énorme problème… un énorme défi”. Selon lui, si le méthane reste moins longtemps dans l’atmosphère que le CO2, il est “environ 80 fois plus puissant”.

“Si vous réduisez le méthane, vous pouvez obtenir des résultats à plus court terme et nous donner un peu plus de temps pour réduire les émissions de dioxyde de carbone”, a déclaré M. Lilliston.

La taxe carbone imposée aux agriculteurs est une “expérience effrayante”.

La taxe carbone du Danemark a été adoptée malgré les récentes manifestations d’agriculteurs dans toute l’Europe, notamment à Bruxelles, capitale de facto de l’Union européenne (UE) et centre de décision politique de l’UE.

Les agriculteurs ont exprimé leurs griefs à l’égard des nouvelles réglementations environnementales et de la mainmise des entreprises sur l’agriculture européenne.

Ces dernières années, des États membres de l’UE tels que l’Irlande et les Pays-Bas ont également mis en œuvre des plans visant à limiter l’agriculture et à abattre le bétail, ce qui a donné lieu à des manifestations dans ces pays.

La Nouvelle-Zélande a prévu d’adopter une taxe sur le carbone, qui devrait entrer en vigueur en 2025. La taxe, adoptée par le précédent gouvernement de centre-gauche du pays, a été abrogée le mois dernier par la nouvelle coalition gouvernementale de centre-droit de la Nouvelle-Zélande, selon l’AP.

La nouvelle taxe danoise sur le carbone fait l’objet de critiques, certains experts estimant qu’elle constitue une charge supplémentaire pour le secteur agricole, en particulier pour les petits exploitants.

CNN a cité l’association danoise des agriculteurs Bæredygtigt Landbrug, qui a qualifié la nouvelle politique d'”expérience effrayante”.

Peder Tuborgh, PDG d’Arla Foods, la plus grande entreprise laitière d’Europe, a déclaré à CNN que la nouvelle taxe était “positive”, mais que les agriculteurs qui “font vraiment tout ce qu’ils peuvent pour réduire les émissions” devraient en être exemptés.

Dans des remarques partagées avec The Defender, Catherine Austin Fitts, fondatrice et présidente du Solari Report, a déclaré : “Les émissions sont une histoire de couverture pour réaliser les étapes du ‘Going Direct Reset‘ des banquiers centraux”.

Selon Fitts, l’objectif de cette “réinitialisation” est de “consolider le contrôle de l’approvisionnement alimentaire, en passant à la “Pharma Food” contrôlée par les entreprises, et de déplacer la disponibilité de l’énergie de la population générale pour alimenter un réseau de contrôle électrique qui fournira l’IA[intelligence artificielle], la robotique, les cartes d’identité numériques et un système financier entièrement numérique“.

“Nous échangeons des aliments frais et la liberté contre des camps de concentration numériques et de la viande produite en laboratoire”, a déclaré Mme Fitts. À Wall Street, nous avions l’habitude d’appeler cela un “mauvais commerce”.

D’autres critiques ont déclaré au Défenseur que la nouvelle taxe du gouvernement danois a moins à voir avec la protection de l’environnement et la réduction des émissions qu’avec la réalisation des objectifs de développement durable (ODD) des Nations unies et des objectifs d’entités mondiales telles que le G20 et le Forum économique mondial (WEF).

Meike Terhorst, avocate et activiste néerlandaise, a déclaré au Defender :

“Je pense que ces mesures n’ont rien à voir avec la durabilité, mais avec le pouvoir. Un groupe d’entreprises, les soi-disant mondialistes/banques/investisseurs, comme le WEF, travaillent ensemble avec des gouvernements, comme le G20, et ensemble ils peuvent forcer les petits agriculteurs à quitter leurs terres”.

Tim Hinchliffe, rédacteur en chef de The Sociable, estime que les petites exploitations agricoles seront les plus touchées par la nouvelle taxe.

Les petits agriculteurs seront les premiers à disparaître, et leurs terres seront très probablement utilisées pour abriter diverses initiatives dites “vertes”, telles que des laboratoires de fausse viande, des hectares de panneaux solaires et d’éoliennes à perte de vue, de nouveaux centres de données d’ IA qui nécessitent des tonnes d’eau, d’énergie et de terres, et peut-être même des centrales nucléaires pour alimenter ces centres de données”, a-t-il déclaré.

De même, Terhorst a déclaré que l’objectif est de “fermer les petits agriculteurs dans le cadre de l'”Agenda 2030” – les ODD de l’ONU – ou du programme de prise de contrôle par les entreprises.”

Selon M. Terhorst, cet agenda vise à “garantir que les petits exploitants agricoles soient retirés de la terre et remplacés par une agriculture “numérique””, c’est-à-dire à “remplacer la viande et le lait par des aliments ou du lait à base d’insectes fabriqués en usine et par de la viande cultivée en laboratoire“.

Les critiques ont également remis en question les affirmations selon lesquelles des politiques telles que la taxation du carbone contribuent à promouvoir la “durabilité”.

“Lorsque les mondialistes non élus du WEF et de l’ONU parlent de durabilité, ils n’entendent pas par là l’autosuffisance de l’individu. Ce n’est pas du tout ce qu’ils veulent. Ils veulent s’assurer un contrôle, une influence et un pouvoir durables pour les décennies à venir”, a déclaré M. Hinchliffe :

“À mon avis, le véritable objectif est de prendre le contrôle de terres agricoles de premier choix et de taxer les agriculteurs pour qu’ils disparaissent. Lorsque les taxes deviennent trop élevées et que les agriculteurs ne peuvent plus suivre, des entités publiques et privées interviennent pour prendre le contrôle des terres.

“S’ils croyaient vraiment que les animaux de ferme flatulents étaient responsables du climat, ils n’auraient qu’à planter davantage d’arbres pour absorber le carbone, et leur crise imaginaire serait résolue, mais ils ne le font pas parce que ce qu’ils recherchent vraiment, c’est l’accaparement des terres, l’argent, et le contrôle total de nos systèmes alimentaires”.

Selon M. Hinchliffe, les organisations mondiales visent également à modifier les habitudes humaines, y compris la consommation de viande. Il a dit :

“Sur le plan nutritionnel, des groupes comme le WEF et l’ONU veulent que nous mangions moins de viande et plus d’insectes, ce qui ne fera que nous rendre plus faibles et plus dociles en tant qu’espèce au fil du temps.

“En cas d’épidémie ou de contamination, les citoyens du monde entier souffriront parce qu’il n’y aura pas d’alternative. Les agriculteurs locaux auront disparu à cause des taxes sur le carbone et de l’accaparement des terres.

“L’industrie de la viande biologique a été organisée et financée par les investisseurs et les banques qui font partie du WEF”, a déclaré M. Terhorst. “Si nous voulons devenir durables, nous devons limiter les pouvoirs des investisseurs et du WEF et soutenir les petits agriculteurs.

M. Hinchliffe a ajouté : “Si les taxes sur le carbone ne parviennent pas à étouffer complètement l’esprit humain, elles prévoient déjà de taxer à peu près tout le reste de la nature, y compris l’air que nous respirons, l’eau que nous buvons et le sol même sur lequel nous marchons”.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Trump, Musk et Carlson, la grande inversion

Réseau InternationalQu’est-ce que la grande inversion ?

Réseau International - 21 juil 2024

Pour comprendre la folie des événements géopolitiques actuels et à venir, il faut comprendre la Grande Inversion.

   

Au cours de l’année écoulée, j’ai commencé à utiliser l’expression «la grande inversion» ou, plus simplement, le faux réveil. Je dois encore expliquer pourquoi j’utilise ce terme et ce qu’il signifie exactement, bien que je sois sûr que les lecteurs/téléspectateurs l’ont en grande partie compris maintenant.

Je définis la Grande Inversion comme suit :

«Un faux réveil par lequel les masses d’amoureux de la liberté qui se réveillent régulièrement sont dupées (une fois de plus) et tombent dans le piège de faux héros et messies, et sont furtivement manipulées pour soutenir leur propre asservissement».

Essentiellement, je crois que la montée d’acteurs comme Elon Musk, Donald Trump, Tucker Carlson et d’autres figures fait partie d’un faux réveil en cours où de nombreux amoureux de la liberté à travers le monde se tournent vers ces figures comme la dernière ligne de défense contre la Classe des prédateurs et l’État technocratique.

Malgré les attaques contre Trump et Musk, leurs actions révèlent leur véritable caractère. J’ai largement documenté les façons dont Donald Trump sert le marais et n’est pas un ami de la liberté. Au moment même où j’écris ces lignes, Donald Trump vient d’annoncer que son choix pour la vice-présidence se porte sur J.D. Vance, un sioniste dont l’ascension a été rendue possible grâce aux 15 millions de dollars versés par Peter Thiel, le tristement célèbre «tech bro» de PayPal et de la société de surveillance Palantir, et membre du comité directeur du groupe Bilderberg.

Je sais que cela sera difficile à accepter pour certains à la lumière de la tentative d’assassinat, mais lisez la suite.

Pendant ce temps, Musk promeut les puces cérébrales, le transhumanisme, utilise ses satellites Starlink pour soutenir la guerre en Ukraine et, de manière générale, promeut une vision du monde qui ressemble beaucoup à la 4ème révolution industrielle du Forum économique mondial.

Je pense que le tableau d’ensemble est que la Classe Predator veut que Donald Trump gagne les (s)élections américaines pour créer plus de faux espoirs chez les Américains désillusionnés, les conservateurs et les libertariens qui n’ont pas encore vu ce que Trump représente réellement. À partir de là, nous assisterons à une poussée vers plus de chaos avant que l’ordre ne soit mis en œuvre.

Prenons, par exemple, le récent changement de cap des médias, qui ont appelé Biden à se retirer de la course en raison de son horrible performance au débat. Il est impossible que la Classe des prédateurs, les médias d’entreprise complaisants et les valets du parti démocrate n’aient pas su ce que des millions d’Américains savaient depuis plus d’un an.

Le DNC (et ses contrôleurs) aurait pu écarter Biden depuis longtemps, mais il est plus intéressant et permet de maintenir l’attention du public sur les (s)élections si, tous les deux jours, les gros titres sont : «Va-t-il se présenter ? Va-t-il se retirer ?»

Si Trump remporte l’élection (ce qui semble très probable), les puissances qui souhaitent qu’elles le soient seront en mesure d’apaiser de nombreux amoureux de la liberté qui se sont laissés séduire par la tromperie de Trump et de déclencher à nouveau la colère de la gauche. Nous devrions nous attendre à plus d’émeutes, plus de combats dans les rues et plus d’autoritarisme de la part de l’administration de Trump.

Les grandes lignes de la Grande Inversion

J’ai entendu pour la première fois le terme Grande Inversion de la part d’une créatrice de contenu chrétienne, Probably Alexandra. Bien que je ne partage pas son point de vue chrétien, je pense qu’elle a raison dans son analyse.

À la suite de la tentative d’assassinat, Alexandra a rappelé à ses lecteurs l’existence de TGI :

«Le concept de «Grande Inversion» suggère que les événements sociétaux majeurs sont manipulés ou mis en scène pour créer un récit spécifique ou atteindre certains objectifs. Les incidents violents, en particulier ceux qui impliquent des personnalités importantes, suscitent la peur et l’incertitude au sein de la population. Cette peur peut être exploitée pour introduire de nouvelles politiques, renforcer la surveillance ou justifier des mesures autoritaires. Dans ce cas, il est probable que cela favorise le «programme du côté lumineux», qui consiste à prendre le contrôle des institutions actuelles et à apporter des changements. Ils veulent modifier le récit et continuer à faire avancer «l’inversion»».

Dans un blog plus ancien, Alexandra définit plus précisément l’IGC :

«L’inversion représente le passage de l’ordre mondial actuel à un nouvel ordre mondial, mais pas de la manière à laquelle la plupart des gens sont conditionnés à s’attendre. C’est l’inversion de l’obscurité vers la lumière».

La Grande Réinitialisation (sombre) contre le Grand Réveil (clair)

Les mondialistes constituent la majeure partie du côté «sombre». Ils sont identifiés par leurs croyances. Dans le cadre de cet article, toute personne (aux yeux du public) qui s’oppose aux idéaux mondialistes serait considérée comme étant en faveur de l’agenda du côté «lumineux» et de tout ce qu’il implique, c’est-à-dire le contraire.

En ce moment, c’est le «Globalisme» (centralisation, censure de masse, la Grande Réinitialisation, etc.) contre le «Nationalisme» (décentralisation, liberté d’expression, le Grand Réveil, la souveraineté, etc.).

Inversion : le mot «inversion» signifie l’action d’inverser quelque chose ou l’état d’être inversé ; un renversement

«Dans certains cas, l’inversion est le contraire – le sombre et le clair, le chaud et le froid, etc. Ces oppositions sont des pôles l’un de l’autre. Les pôles sont constitués de deux idées opposées qui ne varient qu’en degré et qui sont unies par un axe».

Cette discussion sur les «pôles» et les idées qui semblent opposées mais qui sont en fait alignées d’une manière ou d’une autre est essentielle à notre conversation. Tout comme les partis républicain et démocrate aux États-Unis semblent souvent diamétralement opposés, nous voyons souvent comment ils s’alignent lorsqu’il s’agit de la guerre, de la surveillance, du soutien au sionisme et, d’une manière générale, de la suppression des droits de la population. Bien sûr, il y a de légères différences, mais au bout du compte, ils servent les mêmes maîtres.

Alexandra pense qu’il y a eu des inversions tout au long de l’histoire de l’humanité, mais que l’actuelle représente un changement à l’échelle mondiale. Elle évoque à nouveau les pôles de l’obscurité et de la lumière.

«La Grande Inversion se compose de deux pôles : l’obscurité et la lumière. Vous pouvez également considérer les pôles comme la main droite ou la main gauche reliées par le corps (axe). Ils ne sont ni indépendants l’un de l’autre, ni ennemis. Ils travaillent en symbiose pour atteindre un objectif commun, aussi désordonné soit-il. Les pôles sont reliés par un axe, ils ne peuvent donc jamais être séparés, ils ne peuvent que varier en degré.

Ils se divisent pour mieux se conquérir».

Je suis d’accord avec l’évaluation d’Alexandra et je pense que nous pouvons remonter plus loin dans le temps pour trouver des sources nous avertissant d’un phénomène similaire.

Rudolf Steiner : Lucifer, Ahriman et la conscience du Christ

Dans la conférence de Rudolf Steiner de 1919, Lucifer et Ahriman, le philosophe anthroposophe expose un concept similaire en utilisant le nom du Christ, Lucifer, et ce qu’il appelle Ahriman. Encore une fois, bien que je ne sois pas chrétien, je pense que l’analyse de Steiner peut s’appliquer à nos circonstances actuelles, quelles que soient nos croyances religieuses (ou leur absence). Que l’on croie ou non que ces forces représentent des êtres physiques/spirituels littéraux, je pense qu’il ne s’agit pas d’un sujet à ignorer.

Steiner pensait qu’il existait deux forces du mal, l’une sous la forme de Lucifer et l’autre sous la forme d’Ahriman. Bien que ces deux forces apparaissent et s’incarnent différemment, elles se trouvent en fait sur le même plan d’existence, l’énergie christique se situant au-dessus et au-delà de ces deux forces.

La bibliothèque en ligne Steiner indique que Steiner a averti que «l’humanité doit suivre une voie médiane consciente entre les deux puissances «tentatrices» de Lucifer et d’Ahriman». Alors que Lucifer pourrait être considéré comme représentant une fausse lumière, avec un accent sur les pratiques spirituelles qui éloignent les gens de l’énergie du Christ, Ahriman représente le matérialisme et une énergie plus mécanique et statique.

Alors que ces deux forces semblent travailler l’une contre l’autre ou en opposition, elles travaillent en fait de plus en plus ensemble au fil du temps.

«Tout comme il y a eu l’incarnation qui a culminé au Golgotha, l’incarnation du Christ dans l’homme Jésus de Nazareth, il y a eu une incarnation réelle de Lucifer dans la lointaine Asie, au troisième millénaire avant J.-C.», a déclaré Steiner lors de sa conférence. «Et la source d’inspiration d’une grande partie de la culture antique était ce que l’on ne peut décrire que comme une incarnation terrestre de Lucifer dans un homme de chair et de sang.

Cependant, ces incarnations n’étaient pas les seules à venir. Steiner a déclaré que «avant qu’une partie seulement du troisième millénaire de l’ère post-chrétienne ne se soit écoulée, il y aura, en Occident, une véritable incarnation d’Ahriman, Ahriman en chair et en os» : Ahriman en chair et en os».

Bien que Steiner affirme que les forces de Lucifer et du Christ sont plus familières à l’humanité, il prévient que l’humanité est terriblement mal informée et mal préparée à l’énergie ahrimanique.

«Si Ahriman pouvait se faufiler dans une humanité inconsciente de sa venue, cela le réjouirait au plus haut point. C’est pour cette raison que les événements et les tendances dans lesquels Ahriman travaille pour sa future incarnation doivent être mis en lumière», prévient Steiner.

Le temps est venu pour chaque homme de savoir quelles tendances et quels événements autour de lui sont des machinations d’Ahriman, afin de l’aider à se préparer à son incarnation prochaine».

Steiner a également mis en garde contre le fait qu’à son époque, les gens «n’apprécient plus l’esprit pour l’amour de l’esprit ou l’âme pour l’amour de l’âme» et ne sont captivés que par «ce qui est considéré comme «utile»». Il affirme que le nationalisme profite également à Ahriman et représente une occasion pour lui de s’emparer de l’humanité.

«Tout ce qui peut séparer les hommes en groupes, tout ce qui peut les éloigner de la compréhension mutuelle dans le monde entier et creuser des fossés entre eux, renforce l’impulsion d’Ahriman», a déclaré Steiner. Selon lui, «les liens du sang ont cessé d’être le facteur décisif» dans les relations humaines, mais si le nationalisme persistait, il «ferait directement le jeu d’Ahriman». Steiner a également mis en garde contre le fait que les intérêts d’Ahriman sont favorisés par la capture de l’humanité par les partis politiques.

Comme dans la discussion d’Alexandra sur les pôles, Steiner considère que ces deux forces représentent des pôles opposés avec des objectifs et des résultats similaires.

«Ahriman et Lucifer travailleront toujours main dans la main. La seule question est de savoir laquelle des deux prédomine dans la conscience de l’homme à une époque donnée».

Enfin, Steiner a averti que les «activités» d’Ahriman «prenaient de l’importance» au début des années 1900, lorsqu’il a donné la conférence.

Trump, Elon, Tucker et la grande inversion

Dans mon dernier article pour The Last American Vagabond, j’explique comment je pense que cette bataille entre la fausse lumière et l’obscurité se joue devant nous. Je crois que la montée de Trump, Elon, Tucker, etc. comme le bouclier du peuple, nous défendant contre la Classe Prédatrice, est une fausse dichotomie entre l’énergie Luciférienne et Ahrimanique.

«La Classe Prédatrice veut le chaos pour pouvoir mettre en place l’ordre. Elle créera le chaos de toutes les façons possibles. Si cela signifie tuer un candidat à la présidence qui est soutenu par des millions d’Américains (et détesté par des millions d’autres Américains), ils n’hésiteront pas à le faire.

Cependant, si le fait que Trump survive à une tentative d’assassinat sert mieux leurs objectifs, ils choisiront cette voie. Ils ne sont pas omnipotents ni invincibles, mais l’histoire montre que la classe des prédateurs qui dirige le gouvernement de l’ombre est tout à fait capable de mettre en scène des événements comportant à la fois des éléments réels et des éléments factices.

J’encourage les lecteurs à ne pas se laisser séduire par ces scénarios et à ne pas les prendre pour la réalité. Ce récit a pour but de créer le chaos et d’attirer davantage de personnes dans la mascarade de la politique et des élections truquées.

Le chaos ne fait que commencer. Les étatistes fanatiques de gauche et de droite continueront à se battre pour l’anneau du pouvoir, chacun jurant que Trump est le seul moyen d’arrêter Biden et les communistes, ou que Biden est la seule valeur sûre pour empêcher Trump de revenir au pouvoir. Tous deux ont raison et vendent une fausse dichotomie aux Américains qui n’ont pas encore compris que la politique n’est pas la réponse à nos problèmes.

Peu importe qui est derrière la tentative d’assassinat de Donald Trump, l’incident sera utilisé pour renforcer davantage le soutien au système politique corrompu et pour attiser davantage la division au sein du peuple américain».

J’encourage les lecteurs à s’accrocher à leurs valeurs et à leurs principes et à ne pas se laisser influencer par de faux prophètes qui ne vous sont présentés que pour faire avancer les mêmes programmes que ceux qu’ils prétendent combattre.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
JOde Paris, billets invendus

RT FranceJO de Paris 2024 : 1,2 million de billets invendus

RT France - 20 juil 2024

Polémique sur les QR codes, les inquiétudes s’accentuent...

   

À huit jours du début des Jeux olympiques de Paris, plus d’un million de billets ne sont toujours pas vendus. Les organisateurs se veulent rassurants et rappellent que ces JO ont déjà battu le record du nombre de billets vendus, alors que de nombreuses voix s’élèvent contre le dispositif sécuritaire qui se met en place.

«Plus de 50 000 nouveaux billets vont être remis en vente [ce 18 juillet] dans plus de 30 sports». L’annonce faite par le directeur général délégué du comité d’organisation des Jeux de Paris, Mickaël Aloïsio, le 17 juillet à propos de la vente de billets le lendemain a mis les réseaux sociaux en émoi, à huit jours des JO.

Les organisateurs affirment néanmoins que les Jeux olympiques de Paris auraient déjà dépassé le record du nombre de billets vendus lors de Jeux modernes avec 8,7 millions de tickets vendus, contre 8,3 millions pour Atlanta en 1996. Sur ces ventes, plus de 60% auraient été réalisées pour des visiteurs français.

Mickaël Aloïsio a également fait savoir qu’à partir du 22 juillet des billets seront quotidiennement mis en vente et qu’il y aurait «des opportunités jusqu’à la fin des Jeux».

«Jamais vu un bordel aussi indescriptible dans Paris»

Derrière ces chiffres des ventes de billets pour les Jeux, se trouvent ceux moins reluisants pour les Jeux paralympiques pour lesquels 1,7 million de billets sont toujours en vente. Fin mai, seulement 800 000 places avaient été vendues pour ces épreuves qui se dérouleront du 28 août au 8 septembre.

Mais c’est surtout face au dispositif sécuritaire que la colère gronde : «Jamais vu un bordel aussi indescriptible dans Paris». Sur X (ex-Twitter), le très médiatique avocat Charles Consigny n’y est pas allé par quatre chemins à propos du dispositif sécuritaire mis en place dans la capitale. Pour lui, «la liberté de circuler n’existe plus. Des policiers bloquent tout, partout. Retour au délire des QR codes et autres absurdités administratives».

QR code : des Parisiens et des personnalités excédés

Un agacement partagé par le président des Patriotes Florian Philippot qui dénonce le QR code sur le réseau social X (ex-Twitter), un procédé «même pas utilisé par la Chine pour ses JO ou le Qatar pour la Coupe du monde de football».

Le journaliste Alexis Poulain parle lui de «servitude volontaire et d’aveuglement devant ce qui s’avère être l’antichambre d’une société totalitaire» alors que la chaîne de télévision BFMTV a fait sensation en révélant que même «des éboueurs de la ville sans QR code» avaient été «empêchés d’accéder à la zone».

Les inquiétudes sur l’usage du QR code pour cet événement sportif se doublent d’une crainte en matière de sécurité dans un contexte politique rendu particulièrement incertain en France après la dissolution de l’Assemblée nationale par Emmanuel Macron.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
pillage en cours

Révolution 2030 : Autre sourceIls s'emparent des terres agricoles françaises

Révolution 2030 : Autre source - 20 juil 2024

Pillage en cours...

   

Dans cette vidéo, nous explorons le phénomène inquiétant de l’accaparement des terres agricoles en France. Alors que les agriculteurs français font face à une crise de vocation et au vieillissement, de grandes multinationales et des fonds d’investissement s’approprient des hectares de bonnes terres cultivables. Ce phénomène, observé dans de nombreux pays, menace l’avenir de l’agriculture française, sa diversité et la qualité de ses produits. Nous discutons également des limitations de la SAFER et des propositions pour mieux protéger nos terres.

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Robert Duncan is dead

Nouveau MondeLe lanceur d’alerte Robert Duncan est décédé

Nouveau Monde - 19 juil 2024

Le Dr Robert Duncan, lanceur d’alerte sur les programmes gouvernementaux d’individus ciblés, est décédé

   

J’ai appris que le Dr Robert Duncan, lanceur d’alerte de la CIA et de la DARPA sur le programme gouvernemental de ciblage et de torture des civils — ainsi que de la technologie de surveillance du cerveau humain à l’échelle mondiale par superordinateur — a été retrouvé mort à son domicile. Il a écrit plusieurs livres, dont Soul Catcher, qui confirme que le piratage de l’âme humaine est possible et a été réalisé. Soul Catcher est de loin le livre le plus important que j’ai lu pour comprendre la profondeur du mal satanique qui surveille et contrôle le monde et comment les superordinateurs souterrains à intelligence artificielle sont utilisés pour les programmes d’assassinat et de torture à distance. Ce programme de ciblage a été le terrain d’essai pour toute l’Humanité. Et maintenant, en raison de l’implantation de l’arme biologique COVID-19, des puces cérébrales nanotechnologiques à assemblage automatique et des microrobots ont été intégrés dans la simulation du monde sensible.

Il a fait d’excellentes présentations, confirmant que les nanoparticules d’auto-assemblage sont utilisées à des fins de contrôle de l’esprit et ont été injectées à des individus avec la capacité de prendre en charge l’intégralité de leurs fonctions cérébrales. En substance, tous les humains sont désormais des candidats mandchous potentiels.

Voir les vidéos à ce sujet...

[...]

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
enfants écrans drogue

scienLe Media en 4-4-2Pourquoi les écrans sont les pires ennemis des vos enfants

Le Media en 4-4-2 - 18 juil 2024

Et comment les sauver.

   

Les écrans envoient un nombre gigantesque d’informations au cerveau de l’enfant qu’il n’est pas en capacité de gérer. La lumière bleue des écrans et la fréquence des images diffusées ont un effet très excitant sur l’enfant et provoquent des difficultés à s’endormir, des dérégulations émotionnelles et physiques au moment de l’extinction de l’écran.

L’utilisation des écrans peut également gêner les apprentissages et avoir un impact sur les relations sociales. Les écrans ne développent pas l’intelligence émotionnelle et sont bien souvent une activité solitaire. Les enfants qui passent trop de temps devant les écrans peuvent donc avoir des difficultés à se concentrer et à interagir avec les autres.

Il est important de protéger les enfants de cet environnement et de leur donner les bonnes informations. Les neurosciences recommandent d’éviter les écrans avant 6 ans, car il y a des effets dramatiques à court terme. Les parents doivent être conscients des dangers des écrans et trouver des solutions pour détoxifier leurs enfants.

Voici quelques solutions pour vous aider à détoxifier vos enfants des écrans :

. Fixez des limites claires : déterminez des heures précises pour l’utilisation des écrans et respectez-les. Évitez également de laisser les écrans dans la chambre de votre enfant.

. Proposez des activités en famille qui ne nécessitent pas d’écrans, comme des jeux de société, des promenades, des sorties au parc, etc.

. Proposez à votre enfant des activités créatives comme le dessin, la peinture, la musique, etc.

. Favorisez les interactions sociales : encouragez votre enfant à interagir avec d’autres enfants et à participer à des activités de groupe.

. Soyez un modèle : montrez l’exemple à votre enfant en limitant votre propre utilisation des écrans et en étant présent et attentif lorsque vous êtes avec lui.

. Éduquez votre enfant : expliquez-lui les effets néfastes des écrans sur le cerveau et les relations sociales, et aidez-le à comprendre pourquoi il est important de limiter leur utilisation.

. Utilisez des outils de contrôle parental : utilisez des outils de contrôle parental pour limiter l’accès de votre enfant aux contenus inappropriés et pour surveiller son utilisation des écrans.

. Encouragez la lecture : proposez à votre enfant des livres adaptés à son âge et encouragez-le à lire régulièrement.

. Imposez à votre enfant des pauses régulières lorsqu’il utilise des écrans et à bouger pour se dégourdir les jambes.

. Consultez un professionnel : si vous avez des inquiétudes concernant l’utilisation des écrans par votre enfant, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la santé mentale ou un orthophoniste pour obtenir de l’aide.

Yoann

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
JFK Junior

Égalité et RéconciliationJohn F. Kennedy Jr. et la malédiction kabbalistique

Égalité et Réconciliation - 18 juil 2024

Laurent Guyénot : John Fitzgerald Kennedy, Jr. est mort il y a 25 ans, avec sa femme et sa belle-sœur. Ce n’était pas un accident, mais un assassinat.

   

JFK Jr. a été assassiné parce qu’il était le fils de JFK, et qu’il avait des ambitions politiques motivées par une intense piété filiale.

Il devait mourir pour la même raison que son oncle Robert Francis Kennedy (RFK) devait mourir en 1968 : aucun Kennedy ne devait plus jamais s’approcher de la Maison-Blanche – à moins de s’appeler aussi Schlossberg, selon l’avis du rabbin Jeffrey Salkin. Et JFK Jr. aurait pu accéder à la Maison-Blanche en huit ans (il aurait eu 48 ans en novembre 2008 ; son père était devenu président à 43 ans). Je vais expliquer cela aussi.

« La famille Kennedy est un clan, une tribu, une souveraineté et une dynastie », a écrit Arthur Krock, qui les a bien connus [1]. Aucun des Kennedy ne peut être compris comme un simple individu. Ainsi, dans un sens plus profond, la raison pour laquelle JFK Jr. devait mourir est qu’il était le petit-fils du patriarche fondateur, Joe Kennedy. Ce point a été souligné sans ambiguïté par John Podhoretz dans un éditorial pour le New York Post, publié le jour même où le corps de JFK Jr. a été retrouvé au fond de l’océan, avec ceux de sa femme et de sa belle-sœur. Dans cette fiction des plus dégoûtantes, Podhoretz imagine que le Diable s’adresse à Joe en enfer : « Chaque fois que tu crois que ta famille est à nouveau sur le chemin de la gloire, je dois faire quelque chose, comme je l’ai fait ce week-end, avec ton petit-fils John. » Selon Podhoretz, JFK Jr. est mort en représailles pour ce que son grand-père a fait aux juifs, « lorsqu’il était ambassadeur des États-Unis en Angleterre, disant toutes ces gentillesses sur Hitler, et faisant son possible pour empêcher l’émigration juive de l’Allemagne nazie ». « Des milliers de juifs sont morts à cause de toi », selon le Diable parlant par Podhoretz.

Notez que, logiquement, c’est le dieu des juifs Yahvé, et non le Diable, qui devrait vouloir punir Joe en tuant son petit-fils. À moins bien sûr que Yahvé soit le Diable. Podhoretz n’a pas pris le temps de réfléchir à cette question ; il ne pouvait pas attendre un jour de plus pour exprimer sa joie, alors que l’Amérique pleurait le prince de Camelot.

John Podhoretz est le fils de Norman Podhoretz, l’homme qui en 2004 voulait déclencher la quatrième guerre mondiale. Les Podhoretz aiment les guerres mondiales parce que les guerres mondiales sont toujours bonnes pour Israël. C’est pour cela qu’ils ont une haine éternelle envers Joe Kennedy, l’homme qui a presque réussi à éviter la Seconde Guerre mondiale. Comme je l’explique dans le chapitre que je lui consacre dans Qui a maudit les Kennedy ?, Joe Kennedy n’était pas un ami de Hitler, mais un ami de la paix, tout comme Neville Chamberlain. « Je suis pour la paix, je prie, j’espère et je travaille pour la paix », déclara-t-il à son premier retour de Londres en décembre 1938 [2].

Pour avoir tenté d’empêcher les juifs d’entraîner l’Amérique dans la guerre, Joe Kennedy était considéré comme un antisémite de dimension holocaustique. Il est d’ailleurs étonnant que ses fils aient pu réussir si bien dans la politique américaine, malgré la réputation de leur père comme partisan de l’apaisement avec Hitler. Joe a dû déployer des trésors d’ingénuité pour laver sa descendance de la tâche antisémite.

Du point de vue d’Israël, JFK était définitivement un partisan de l’apaisement, comme son père. Israël avait eu besoin de la Seconde Guerre mondiale, et Israël avait maintenant besoin de la Troisième Guerre mondiale (c’est ainsi que Norman Podhoretz appelle la guerre froide). « Qu’est-ce qu’ils ont, tous ces Kennedy ? Pourquoi veulent-ils toujours empêcher ou mettre fin aux guerres dont Israël a besoin ? Que Yahvé les maudisse ! »

La malédiction des Kennedy est un concept kabbalistique qui a été présenté au public dans des livres tels que Les Péchés du père (Ronald Kessler) et La Malédiction des Kennedy (Edward Klein). Le titre du premier livre, écrit en 1997, fait référence à Exode 20:5 : « Moi, Yahvé, ton dieu, je suis un dieu jaloux qui punis la faute des pères sur les enfants, les petits-enfants et les arrière-petits-enfants de ceux qui me haïssent. » Le second livre, publié en 2004, évoque en introduction l’histoire « racontée dans les cercles juifs mystiques » selon laquelle, en « représailles » pour une remarque que Joe aurait faite à « un pauvre rabbin Loubavitch, et six de ses étudiants de yeshiva qui fuyaient les nazis » à la veille de la Seconde Guerre mondiale, « le rabbin a jeté une malédiction sur Kennedy, le condamnant, lui et toute sa progéniture mâle, à des destins tragiques » [8]. On voit bien le rapport entre cette « malédiction des Kennedy » et le texte de John Podhoretz : mettez la malédiction sur le compte du diable, mais sachez qu’il s’agit du pouvoir (surnaturel) des juifs.

Il est implicite dans l’histoire de Klein que la malédiction est d’abord entrée en action par la mort de Joe Kennedy Jr., l’aîné de la fratrie, tué au combat le 12 août 1944, aux commandes d’un bombardier dans une mission à haut risque. Le destin présidentiel est alors passé au deuxième fils.

La malédiction des Kennedy frappa à nouveau le 22 novembre 1963. J’ai évoqué dans mon livre cet homme de 39 ans nommé Louie Steven Witt qui était venu reprocher silencieusement au président Kennedy le soutien de son père à la politique d’apaisement de Chamberlain, en se tenant avec un parapluie noir à l’endroit et au moment précis de son exécution. Cette coïncidence entre le geste symbolique de Witt et l’assassinat n’était qu’une… malheureuse coïncidence, assura Witt au House Select Committee on Assassinations en 1978, et on ne lui posa pas d’autre question.

Je n’avais pas prêté attention au fait que Witt n’était pas le seul à faire sa « mauvaise blague ». Sur le film Zapruder et sur d’autres photos, on peut voir, devant lui à droite, un homme saluant JFK. Cet homme n’a jamais été identifié, et c’est étrange, car il était visiblement avec Witt. Quelques minutes après avoir vu la tête de JFK exploser sous leurs yeux, ils étaient assis l’un à côté de l’autre au même endroit. Cela suggère que leurs actions étaient un acte symbolique coordonné et que le salut du compère de Witt était censé être un salut nazi. Le parapluie noir en lui-même n’était peut-être pas un message assez clair, et donc le salut nazi rendait le message beaucoup plus clair.

Louie Steven Witt et ses collègues étaient-ils des agents sionistes conscients de la portée de leur geste ? Je ne pense pas. Le fait qu’ils se soient assis ensemble après coup suggère qu’ils étaient stupéfaits et se demandaient ce qu’ils avaient bien fait. Je suppose qu’ils avaient été envoyés pour transmettre un message symbolique, sans savoir que cela pimenterait l’assassinat. Qui serait assez fou pour se mettre dans cette situation en connaissance de cause et se placer, de surcroît, si prêt de la ligne de mire du tireur du Grassy Knoll ? Peut-être avaient-ils été convaincus de le faire pour de l’argent, ou dans le cadre d’un pari, ou comme service rendu au patron juif de Witt à la Rio Grande National Life Insurance Co où Witt travaillait.

Je pense en tout cas que, s’il restait le moindre doute sur le fait qu’Israël était l’instigateur principal de l’assassinat de John Kennedy, Umbrella Man et Nazi-Salute Man en sont la signature ultime. Mais pour voir cela, il faut une certaine perspicacité spirituelle.

Les Podhoretz, fondateurs du mouvement néoconservateur, incarnent l’âme maléfique des États-Unis. Les Kennedy incarnaient le meilleur de l’Amérique : des valeurs familiales ancrées dans le christianisme, et le culte du service rendu au pays jusqu’au sacrifice. La famille Kennedy symbolisait l’Amérique que les Américains et le monde aimaient. Aucune autre famille américaine n’avait une telle aura dynastique.

C’est pourquoi John F. Kennedy, Jr. était le « prince héritier charismatique de la famille royale américaine », comme l’écrivait le New York Daily News au lendemain de sa mort. Il était le prince Hamlet hanté par le fantôme de son père assassiné, destiné à le venger et à sauver le royaume des usurpateurs. La tragédie de Kennedy est l’histoire la plus shakespearienne, la plus mythique, la plus paradigmatique, la plus emblématique de toute l’histoire américaine. Et l’Amérique n’a pas un seul monument digne en leur honneur. Tant de musées de l’Holocauste pour honorer les morts juifs, et pas une seule chapelle pour prier pour les Kennedy.

En fait, seul Israël a construit un mémorial Kennedy relativement important. Il a été explicitement conçu pour ressembler à « la souche d’un arbre abattu », et c’est effectivement le cas. Vous voyez l’idée ? Il symbolise le projet d’Israël pour la dynastie Kennedy. Vous pouvez faire confiance aux juifs pour choisir les symboles avec précision. Et n’imaginez pas qu’on puisse voir une statue ou même une seule photo de Kennedy à l’intérieur du monument ; il est creux comme une souche morte. C’est un mémorial pour effacer la mémoire de Kennedy, ce qui me rappelle le commandement paradoxal de « ne pas oublier d’effacer la mémoire d’Amalek » (Deutéronome 25:19 et Exode 17:14).

La haine des sionistes envers les Kennedy est ancienne et éternelle. Lors de sa rencontre avec le nouveau président le 30 mai 1961 à New York, Ben Gourion ne pouvait s’empêcher de voir en lui le fils d’un pacificateur hitlérien. Abraham Feinberg (qui organisait la rencontre) se souvient que « Ben Gourion pouvait être vicieux et qu’il avait une telle haine envers "le vieux" [Joe Kennedy] » [9]. Ben Gourion ne se faisait aucune illusion sur le fait que John était vraiment le fils de son père. N’avait-il pas, dans son livre Profiles in Courage, lauréat du prix Pulitzer en 1956, donné raison au sénateur Robert Taft pour avoir dénoncé les procès de Nuremberg comme une parodie de justice, et la pendaison de responsables allemands comme « une tache sur l’histoire américaine que nous regretterons longtemps » ? Il n’échappa certainement pas aux sionistes que, le 11 mai 1962, le président Kennedy invita à la Maison-Blanche Charles Lindbergh, celui qui en 1940 avait accusé publiquement les juifs de pousser l’Amérique à la guerre, et vivait depuis la fin de la guerre en reclus pestiféré.

De plus, JFK voulait empêcher Israël de se doter de la dissuasion nucléaire indispensable pour empêcher les Arabes de commettre un nouvel Holocauste. C’est ce que Ben Gourion voulait dire en décrivant Nasser comme un nouveau Hitler et les Arabes comme les nouveaux nazis, dans l’une de ses dernières lettres à Kennedy, le 12 mai 1963, en réponse à la demande de Kennedy d’inspecter immédiatement Dimona : « Les connaissant, je suis convaincu qu’ils sont capables de suivre l’exemple nazi… Monsieur le Président, mon peuple a le droit d’exister… et cette existence est en danger. » Il termina sa lettre par une remarque cryptique sur le roi Hussein de Jordanie : « Il y a toujours le risque qu’une balle mette fin à sa vie et à son régime. » [10]

Ben Gourion avait de bonnes raisons de craindre, non seulement une présidence de John Kennedy jusqu’en 1968, mais la dynastie Kennedy, car on imagine aisément que Robert Kennedy prenne sa succession pour huit ans et, pourquoi pas, Ted Kennedy ensuite. Il fallait non seulement éliminer John Kennedy, mais détruire la dynastie Kennedy. Pour cela, il fallait également tuer le fils unique du président Kennedy. Tuer son avenir politique n’était pas suffisant, et probablement pas possible.

J’ai écrit un très long article sur JFK Jr. en janvier 2019, intitulé « Le destin présidentiel brisé de John Kennedy Junior », que je vais maintenant résumer.

Les preuves de l’assassinat

[...]

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Trump - Vance

Le courrier des stratègesPourquoi Trump a choisi James David Vance comme vice-président

Le courrier des stratèges - 17 juil 2024

A peine remis de l’attentat qui a failli lui coûter la vie, Donald Trump a désigné celui qui entrerait comme vice-président à la Maison Blanche avec lui en janvier 2025. Il s’agit de James David Vance, sénateur de l’Ohio.

   

Il est intéressant de regarder de plus près les raisons pour lesquelles l’ancien président a fait ce choix. Un célèbre libertarien américain, Wayne Roote, a son idée sur la question.

Le choix d’un vice-président est toujours complexe pour un candidat à la présidence des Etats-Unis. Et Donald Trump a fait une mauvaise expérience, puisqu’il a été trahi, en fin de premier mandat, par Mike Pence, un homme politique catholique, très opposé à l’avortement mais qui a refusé d’aider Trump à démasquer la fraude du camp Biden lors de l’élection présidentielle de 2024.

Certains s’étonnent, pour cette raison, que l’ancien président ait chois, cette fois, un homme qui le critiquait durement il y a quelques années. Mais écoutons ce qu’a à en dire Wayne Root, célèbre libertarien américain...

accéder à l'article