Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
droguer les élèves

Aube DigitalePourquoi droguent-ils les élèves ?

Aube Digitale - 31 mai 2024

Ces dernières années ont fait éclater au grand jour un scandale qui existe depuis longtemps mais qui n’est pas très connu en dehors des spécialistes.

   

Il s’agit de la collaboration entre les entreprises pharmaceutiques, les autorités de régulation et l’industrie médicale. Le problème est si vaste qu’il est difficilement descriptible dans un court article.

Il s’avère que les inefficaces injections anti COVID n’étaient qu’un début. D’après ce que nous savons et ce que nous avons découvert au cours des enquêtes, la piqûre a été mise au point rapidement comme contre-mesure pour détourner l’attention du problème de la fuite d’un laboratoire. La population mondiale a été prise en otage pendant un an et plus, le temps que l’inoculation soit mise en place. Mais une fois le vaccin déployé, il est devenu évident qu’il ne pouvait pas réellement bloquer l’infection ou arrêter la propagation. Tout le monde a donc contracté le virus malgré tout, et nous nous retrouvons avec d’énormes dégâts causés par les vaccins eux-mêmes.

J’ai raconté cette brève histoire au Dr Drew Pinsky, le célèbre médecin spécialiste de la toxicomanie qui tient aujourd’hui un podcast vidéo très populaire. Il n’a rien trouvé à redire au scénario décrit ci-dessus. Il a immédiatement ajouté qu’il y avait de nombreux parallèles avec la crise des opioïdes qui l’a conduit à se lancer dans la défense des intérêts publics. Les sociétés pharmaceutiques ont fait de la publicité pour des médicaments miracles capables de soulager la douleur sans risque d’accoutumance.

La frénésie de prescription était si intense que certains médecins craignaient même des sanctions s’ils ne prescrivaient pas. Il en est résulté, bien entendu, une crise de dépendance désastreuse qui perdure encore aujourd’hui. Contrairement aux fabricants de vaccins, les producteurs n’ont pas été indemnisés pour les préjudices subis, et pas moins de 50 milliards de dollars ont été versés aux victimes rien que l’année dernière. Les chiffres sont ahurissants.

Juste au moment où l’on pense avoir atteint le fond du problème, de nouvelles informations arrivent. Hier soir, j’ai eu le privilège d’assister à une conférence de Sheila Matthews-Gallo, fondatrice d’AbleChild, une organisation qui défend les droits de l’enfant contre la médicalisation forcée. Pourquoi une telle chose serait-elle nécessaire ? Il s’avère que de nombreux enfants, si ce n’est la plupart, sont aujourd’hui confrontés quotidiennement à cette menace dans les écoles publiques. Ils peuvent être identifiés comme souffrant de TDAH ou de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité.

Il s’avère qu’il n’y a rien de prouvé chimiquement pour constituer le TDAH. Il s’agit d’un diagnostic entièrement basé sur le comportement identifié à l’aide d’une liste de contrôle. La liste de contrôle porte sur l’agitation, l’oubli, l’ennui, l’achèvement des tâches, les différents comportements, l’expression de frustrations, etc. En d’autres termes, il s’agit d’une liste de tous les signes auxquels on peut s’attendre lorsqu’on demande à des garçons en particulier de rester assis sans bouger à un bureau pendant des mois et des années et d’accomplir des tâches qui leur sont assignées par une figure d’autorité.

Avec ce type de diagnostic, vous risquez d’embarquer un grand nombre d’enfants, en particulier les enfants exceptionnels et ceux qui étaient autrefois considérés comme « doués et talentueux ». Il s’avère qu’il existe aujourd’hui une vaste industrie visant à pathologiser des comportements tout à fait normaux. Les garçons sont particulièrement touchés car, en général, ils mûrissent plus lentement que les filles et ont tendance à opposer une résistance comportementale à l’adaptation à l’environnement par rapport aux filles.

Pour en savoir plus sur cette réalité étonnante, voir « La fraude du TDAH« , un livre qui ouvre les yeux.

À quoi peut bien servir un tel diagnostic ? Vous l’avez deviné : il existe des médicaments pour ce prétendu problème. Ils portent différents noms : Ritaline (méthylphénidate), Adderall (amphétamine), Dexméthylphénidate, Lisdexamfétamine, Clonidine et Atomoxétine. Il n’a pas été prouvé qu’un seul d’entre eux soit un remède chimique à une quelconque anomalie biologique. Ce sont tous des médicaments d’adaptation comportementale, c’est-à-dire des psychotropes, c’est-à-dire des narcotiques pour enfants.

Des millions d’enfants en prennent, jusqu’à 13 % des adolescents. Le taux augmente dans la population universitaire. Environ un adulte sur trois prend des médicaments psychiatriques. La situation s’aggrave. Cela commence à l’école.

En écoutant tout cela, j’ai été stupéfait. Et pourtant, d’une certaine manière, cela correspond à tout ce que nous savons. Nous avons ici une industrie qui travaille en étroite collaboration avec des institutions gouvernementales telles que les écoles publiques, les autorités de régulation et les autorités médicales, qui administrent des médicaments aux gens en leur promettant des miracles, mais avec des résultats qui ruinent en fait des vies.

Imaginez à quel point vos années d’école auraient été différentes si vous aviez développé une dépendance à la drogue et vécu de médicaments psychotropes dès l’âge de 7 ans. J’ai heureusement été épargné par un tel destin. Mais des millions d’enfants aujourd’hui ne peuvent pas en dire autant. C’est tout à fait étonnant. Il me semble qu’il s’agit d’un scandale qui ne demande qu’à éclater au grand jour.

Parmi les facteurs connexes, comme RFK Jr. l’a souligné en public récemment, il y a l’étrange relation entre les fusillades dans les écoles et la distribution à grande échelle de ces drogues. Nous connaissons déjà de nombreux cas, mais les dossiers médicaux d’autres personnes ne sont pas divulgués, même si le public comprend de plus en plus que le véritable problème n’est pas celui des armes à feu, mais celui des produits pharmacologiques. Et pourtant, les activistes eux-mêmes se concentrent entièrement sur la suppression des armes à feu plutôt que d’approfondir la question.

J’ai fait l’expérience personnelle de jeunes adultes qui sont dépendants de l’Adderall. À bien des égards, lorsque l’on est étudiant, l’Adderall semble être un médicament miracle. À l’université, la discipline concernant l’utilisation du temps n’est plus une priorité. Au lieu de cela, on exige de rendre de longs travaux dans les délais, de mémoriser de vastes connaissances que l’on peut recracher lors d’un examen et oublier le lendemain, et de rester intensément concentré de manière sporadique. Pour de nombreux étudiants, cette drogue est exactement ce que le médecin a prescrit : elle permet de passer des nuits blanches hyperconcentrées suivies d’un jour ou deux où l’on se sent comme un zombie, sans que personne ne le remarque.

J’ai connu de nombreuses personnes qui développent des dépendances, non seulement physiques mais aussi psychologiques : la vie sans la drogue semble ennuyeuse en comparaison, et qui veut cela ? Ces étudiants transposent ce phénomène dans leur vie professionnelle et tentent de reproduire le même schéma. Ils peuvent travailler toute la journée et rester éveillés toute la nuit pour obtenir quelque chose qui semble époustouflant mais qui n’est pas tout à fait ce que vous aviez demandé. Vous demandez des solutions, mais elles n’arrivent pas. En fait, vous n’entendez plus parler d’eux pendant des jours, jusqu’à ce qu’ils réapparaissent sans aucun souvenir du travail qu’ils ont accompli. Ce schéma se répète.

Peu à peu, j’ai compris que le vrai problème était la drogue. J’en ai conclu que je préférais avoir un employé modérément productif qui avait au moins un rythme de travail régulier et un léger souvenir des compétences qui pouvaient être développées au fil du temps. Le problème, c’est que lorsqu’on embauche quelqu’un, il n’est pas très correct de poser des questions telles que : quelles sont les drogues que vous prenez ? On finit par deviner, et parfois par se tromper.

Ma longue expérience me permet de vous dire que ces médicaments sont une catastrophe pour la vie professionnelle. Personne ne devrait jamais en prendre. C’est en tout cas mon opinion réfléchie, et je mets souvent en garde les étudiants contre ces médicaments. Et ce qui est vrai pour les collégiens l’est des milliers de fois plus pour les lycéens et les écoliers. Il est tout à fait scandaleux que ces drogues soient distribuées comme des bonbons aux écoliers. Les parents ont le droit et l’obligation de résister.

Il est d’autant plus étonnant d’apprendre, comme je l’ai fait hier soir, que le diagnostic de TDAH n’a jamais eu de fondement scientifique, pas plus que la distanciation sociale. Tout a été inventé pour servir l’État et les acteurs adjacents du secteur privé qui bénéficient de divers mandats qui, d’une manière ou d’une autre, aboutissent toujours à droguer la population. Tout cela me stupéfie.

Pensez à la situation dans son ensemble. Nous avons créé ces écoles publiques, forcé les enfants à les fréquenter, leur avons interdit tout travail rémunérateur, avons mis les garçons et les filles ensemble, avons imposé des programmes uniformes comme si tous les élèves apprenaient au même rythme, avons retiré leur pouvoir discrétionnaire aux enseignants et avons truffé les institutions de bureaucraties massives. Lorsque les enfants ne s’adaptent pas bien à l’environnement, nous les qualifions de malades mentaux et nous les droguons de manière à ce que les entreprises pharmaceutiques liées à l’État puissent en tirer profit.

Ce niveau de cruauté est réellement intégré au système. Il est étonnant qu’une société civilisée puisse l’accepter. Et une fois que l’on découvre l’ampleur du scandale, il faut commencer à poser d’autres questions sur les médicaments amaigrissants, d’autres vaccins et remèdes miracles, ainsi que sur l’ensemble des rouages de la médecine allopathique elle-même. Oui, le terrier est très profond.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
sexualisation des enfants

QactusL'OMS prône une première expérience sexuelle de 9 à 12 ans ?!

Qactus - 25 avr 2023

L’heure est grave, désormais, l’OMS recommande que les enfants de 9 à 12 ans aient leur première expérience sexuelle et apprennent à utiliser la pornographie en ligne.

   

Protégé vos enfants, c’est une obligation et votre devoir, ils veulent les traumatiser à vie et les emmener en enfer, ils n’ont plus rien à perdre et tente le tout pour le tout pour pervertir et effondrer l’humanité.

En effet, au travers du “LGBêtise” premièrement, ce sont les réseaux pédophiles qui sont aux commandes, en second, c’est la diminution de la population au même titre que les vaccins, les guerres, les maladies, pour l’extinction de l’humanité comment ? Tout simplement en empêchant la reproduction naturelle de l’humain et troisièmement, le transhumaniste pour leur récolte d’argent avec l’industrialisation et le commerce de leurs usines à bébé grâce aux enlèvements ou autres viols que nous connaissons tous dans les tunnels, aider aussi aux travers par des associations (comme l’ASE pour la France et tellement d’autres dans le monde inventé par le plus grand pédophile anglais). Le tout en excuses pour “commercer de l’humain” pour leur plaisir divers.

La suite est de procéder aux “transhumanistes par ventes et contrôle, seulement pour eux et leurs comptes en banque”, ce cocktail est leur plan pour “la continuité du dépeuplement du monde“, (dites vous que les premiers organisateurs de ce système sont ceux qui sont toujours proches des enfants, pensé à Macron enfant). Vous comprenez maintenant ?

Ils vous culpabilisent aux travers de leurs progrès social comme excuse, mais c’est une machine de guerre qu’ils ont mis en place, un lavage de cerveau mondial écrit par les premiers plus grand pédophile du monde. La sexualité, c’est comme la religion, elle doit se découvrir sans orientation ou obligation et elle se doit d’être personnelle et doit rester personnelle et sans exposition, “une découverte personnelle”. À lire : “Pédophilie : histoire de la fabrication d’une évidence contemporaine”. Et aussi du club médiapart : “L’élite et l’oligarchie mondiales pédophiles”

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
enlèvement d'enfants en Ukraïne

Donbass InsiderDes habitants de Bakhmout accusent les soldats ukrainiens d’enlever des enfants

Donbass Insider - 23 avr 2023

Le 11 avril 2023, le média russe RIA FAN publiait un reportage glaçant, lors duquel une famille évacuée de Bakhmout (Artiomovsk) par le groupe Wagner, accuse les soldats ukrainiens d’enlever des enfants à leurs parents ou à leurs proches.

   

La question qui vient immédiatement à l’esprit c’est pourquoi et où ces enfants sont-ils emmenés ?

La petite Milania, 11 ans, témoigne lors de ce reportage de ce qu’elle a vu et de ce qu’elle a vécu à Bakhmout (Artiomovsk), lorsque le quartier où elle se trouvait avec ses grand-parents était encore sous contrôle ukrainien.

Elle raconte ainsi comment des soldats ukrainiens d’une unité appelée « Anges blancs » (qui rappelle méchamment le nom de l’organisation terroriste pseudo-humanitaire des « Casques blancs » en Syrie) ont emmené de force une enfant de quatre ans, sous les yeux de ses parents qui n’ont rien pu faire face aux armes pointées sur eux.

Ces mêmes soldats ukrainiens ont tenté d’enlever Milania à ses grand-parents à plusieurs reprises, allant même jusqu’à prétendre que la mère de la petite avait été tuée par la Russie, alors qu’elle était bien vivante dans une autre ville du Donbass ! Mais comprenant qu’il s’agissait d’un mensonge, les grand-parents et les habitants du quartier ont caché Milania afin de lui éviter de subir le même sort que l’enfant enlevé devant les yeux de ses parents.

Voir le reportage filmé par RIA FAN, sous-titré en français :

Fait troublant, lors d’une de ces tentative d’enlèvement, les soldats ukrainiens ont prétendu qu’ils devaient emmener Milania en Allemagne. Pourquoi en Allemagne ? Pourquoi pas dans une autre région d’Ukraine ?

Et ce témoignage n’est pas le seul. Le 3 avril, Natalia Tkatchenko, une habitante de Bakhmout (Artiomovsk), a raconté à RIA Novosti, comment non seulement les soldats ukrainiens de l’unité « Anges blancs » mais aussi ceux de l’unité « Phénix », emmenaient les enfants de force afin d’obliger les parents à partir pour le territoire ukrainien. S’ils refusaient de partir de Bakhmout (Artiomovsk) avec leurs enfants, les soldats ukrainiens enlevaient ces derniers purement et simplement.

Elle explique qu’après que le régime de Kiev a annoncé l’évacuation de Bakhmout (Artiomovsk), les habitants ont été invités à partir en Ukraine avec leurs familles et, peu après, les enfants ont été envoyés en masse dans des camps et des sanatoriums.

« Les enfants partaient en vacances et n’en revenaient pas, et les parents étaient obligés d’aller en Ukraine, même s’ils ne le voulaient pas. Puis, au bout d’un certain temps, l’évacuation forcée des enfants par les unités « Anges blancs » et « Phénix » a commencé. Il s’agissait de militaires en uniforme qui se rendaient dans les maisons, dans les sous-sols, à la recherche d’enfants et qui les emmenaient sous la contrainte, par la force. Si les parents étaient d’accord, ils pouvaient les accompagner. Si les parents étaient contre, ils emmenaient les enfants. Il y a donc eu une période où nous avons simplement caché nos enfants », a déclaré Natalia Tkatchenko.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Orpea pue toujours la pisse

L'âge de faireOrpea pue toujours la pisse

L'âge de faire - 18 fév 2023

Tout part de l’enquête d’un journaliste d’investigation indépendant. Trois ans d’enquêtes, près de 250 témoins, des dizaines de documents exclusifs…

   

Victor Castanet livre le second tome d’une plongée inquiétante dans les secrets du groupe Orpea, leader mondial des Ehpad et des cliniques. Il dénonce maltraitances au quotidien et magouilles politiques.

Restrictions sur l’hygiène, les soins médicaux, la nourriture (« pas plus de deux biscottes au petit-déjeuner »), sur le personnel, pensions à des prix exorbitants, duperies sur les fournitures… Orpea est le numéro un mondial de ce secteur juteux qui spécule sur la détresse des plus âgés : 65 000 employés à travers le monde, 1 156 établissements en Europe et en Amérique latine, dont 220 Ehpad en France. Tout cela pour un chiffre d’affaires de 4,3 milliards d’euros en 2021.

« Dès que je suis arrivée dans cette unité, dès que l’ascenseur s’est ouvert, j’ai compris que quelque chose n’allait pas. Déjà il y avait cette odeur terrible de pisse, dès l’entrée. Et je savais que c’est parce que [les résidents] n’étaient pas changés assez régulièrement. […] Ça s’est révélé être le cas […]. Je ne vous dis pas à quel point il fallait se battre pour obtenir des protections pour nos résidents. Nous étions rationnés : c’était trois couches par jour maximum. Et pas une de plus. Peu importe que le résident soit malade, qu’il ait une gastro, qu’il y ait une épidémie. Personne ne voulait rien savoir »

Saïda Boulayane, auxiliaire de vie dans une Ehpad

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
12 ans de RGNR - La Guerre

RégénèreThierry Casasnovas : 12 ans de RGNR - La Guerre

Régénère - 15 fév 2023

Participez à la conférence de Carcassonne du 25 février et venez affirmer votre attachement à la liberté d'expression et au choix éclairé.

   

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Affaire Balenciaga

Égalité et RéconciliationAffaire Balenciaga, une énième banalisation de la pédocriminalité

Égalité et Réconciliation - 08 déc 2022

Balenciaga, c’est d’abord une société française fondée en 1917 par un couturier de la famille royale espagnole, Cristóbal Balenciaga. Si l’on en croit Wikipédia, c’était un couturier de grand talent reconnu par ses pairs comme probablement le meilleur d’entre eux.

   

Aujourd’hui, rachetée de nombreuses fois et reprise en main par différents directeurs artistiques, chaque fois moins talentueux que les précédents, comme le veut notre époque chaque jour un peu plus médiocre, la société Balenciaga est au centre d’un énième scandale.

Ce n’est pas la première fois que l’on relie élite, personnel politique ou people à la pédocriminalité. Que l’on se rappelle les affaires Podesta/Clinton, le Pizzagate, les affaires Epstein ou encore – géographiquement plus proche de nous – les enfants du juge Roche, l’affaire Luc Ferry, ou les mœurs douteuses d’un Frédéric Mitterrand ou d’un Pierre Bergé.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Ne touchez pas à nos enfants

Profession GendarmeEmmanuelle Darles : Ne touchez pas à nos enfants !

Profession Gendarme - 08 nov 2022

Depuis le début de la crise sanitaire, pas moins de 48 protocoles sanitaires scolaires se sont succédé provoquant mal-être et souffrance chez les enfants et les adolescents.

   

La vaccination massive des adolescents a, quant à elle, engendré des drames humains totalement ignorés de façon déloyale par les médias ou les journalistes.

Issu de plus de 18 mois de recherches en science des données, cet ouvrage délivre des indicateurs statistiques sur l’impact physiologique et psychologique des protocoles sanitaires en milieu scolaire et dresse un état des lieux des risques concernant la vaccination anti-Covid19 chez les enfants et les adolescents.

Ce livre est dédié à chaque parent qui s’interroge légitimement et propose un éclairage sur les conséquences des mesures sanitaires gouvernementales sur la santé des enfants et des adolescents.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
EHPAD - libérez les prisonniers

Profession GendarmeLibérez les « prisonniers » des EHPADs

Profession Gendarme - 18 oct 2022

L’enfermement inhumain des personnes âgées dans les EHPADs est la démonstration la plus aboutie du déshonneur de certains humains, dès qu’on leur donne un petit pouvoir et qu’on les manipule par la peur..

   

Il n’y a jamais eu AUCUNE raison d’enfermer un vieillard dans sa chambre sans visites, ni contact avec ses « codétenus », sans sortie dans le jardin …

***
Voici ce témoignage reçu d’un proche d’un résident EHPAD, accrochez-vous …

Je suis Marie

De nombreux mois maintenant
Que je vis dans cette résidence
Où le temps passe lentement
Entre le vide et le silence

 

Trois ans passés déjà qu’on m’y a remisée
Dans cet endroit nouveau qu’on appelle foyer
Trois longues, pénibles et monotones années
Passées loin de chez moi, perdue, déracinée

 

Les jours pareils, je les regarde passer
Par ma fenêtre, je vois le vent souffler
Le soleil tant aimé ne me réchauffe même plus
Derrière ces murs livides, tout n’est que superflu

 

Mes journées sont longues, ennuyeuses à pleurer
Pas de lecture, de jeux, juste un écran télé
Que je regarde d’un œil sans même m’intéresser
Quand je patiente assise entre déjeuner et dîner

 

Et puis il y a ces jours un petit peu animés
Quand j’aperçois la bouille de l’un d’mes bien-aimés
Mon regard est tout de suite rallumé, éclairé
Et sur mes lèvres soudain un sourire est posé

 

Il y a mes enfants fidèles et réguliers
Et les petits-enfants un peu plus espacés
Tous ces moments précieux me réchauffent le cœur
Dans cet endroit bien glauque envahi de froideur

 

Les accolades et les petits baisers
Font de ces visites moments privilégiés
Et même si là-haut, du mal à me rappeler
Mes familiers se lassent jamais de répéter

 

Puis un jour, les voilà se présentant masqués
Leur beau sourire d’un tissu habillé
Plus que nos yeux pour quelques émotions
Quand leurs visages avaient avant tant d’expressions

 

Je n’ai jamais compris pourquoi cette mascarade
Enfermée seule ici hors de cette parade
Pourquoi mes proches ne veulent plus m’embrasser
Quand mes années commencent pourtant à s’décompter

 

Mais qu’ont-ils donc tous bien pu faire
De mon monde où il faisait bon vivre
Est-ce vraiment à ce point devenu un enfer
Où plus personne n’a de chance de survivre

 

Alors on m’a parlé d’un très méchant virus
Tueur impitoyable, contagieux et bien plus
Qu’il s’attaquait à tous et spécialement au vieux
Que c’était en prison que je serai le mieux

 

Puis les visites fréquentes sont devenues bien rares
Mes enfants mes chéris m’avaient-ils oubliée
Plus le bruit de leurs pas arrivant dans l’couloir
Et cette porte verte désespérément fermée

 

Et c’est bien une prison que l’on m’a imposée
Avec interdiction de voir mes bien-aimés
Avec même privation de toute liberté
Quand nos repas de groupe nous sont même retirés

 

Enfermée dans cette chambre à longueur de journée
Quelle était donc ma faute pour y être condamnée
Exemplaire toute ma vie désormais en prison
Même la moindre visite se heurtait à un non !

 

Et sans le moindre mot de mes geôliers en blouse
Je ne savais même pas qu’ils refoulaient mes proches
Les jours si longs sans eux me refilaient le blues
Et dans ma tête en boucle, les idées les plus moches

 

Puis vint l’heure du parloir à des heures encadrées
Derrière ces murs de verre comme en maison d’arrêt
Pourquoi ne plus pouvoir toucher mes fils mes filles
Quand c’est tout ce qu’il reste d’une vie qui s’effile

 

Mais qu’y avait-il donc à redouter comme ça
Était-ce l’hécatombe narrée dans les médias
Même mon écran monotone ne parlait que de ça
Des chiffres en tous sens et des morts à tout va

 

Je ne comprenais plus ce qu’il s’passait dehors
Pourquoi vivre recluse abandonnée de tous
Qu’avais-je donc commis pour mériter tel sort
Pour finir ma vie, bannie que l’on repousse

 

Et puis on m’a piquée à multiples reprises
Pour mon bien parait-il, pour ma santé fragile
J’ai subi tout ce cirque sans aucune maîtrise
Avec l’accord éclairé de mes enfants serviles

 

Les vieux comme cobayes, c’est tellement plus pratique
Même si dans nos entrailles, ça semble si sadique
Pourquoi n’pas nous laisser finir nos vies en paix
N’avons rien demandé sauf dignité, respect

 

Et puis les jours passant, mon souffle devenu court
Mes jambes lourdes maintenant, serrées dans mes collants
Mes forces disparaissant, plus faible de jour en jour
C’était bien leur poison qui me tuait lentement

 

J’ai continué ainsi sans la moindre complainte
À l’image de ma vie, femme discrète et simple
Mais jusqu’à l’épuisement, l’inéluctable malaise
Quand la mort vous attire au bord de la falaise

 

Je ne me relèverai pas de ce terrible coup
Embolie pulmonaire, ma vie ne vaut plus rien
Je vais finir mes jours, épuisée, presque à bout
Aujourd’hui plus qu’hier, dépérir vers la fin

 

On me dit qu’aujourd’hui pour me rendre visite
Il faut être classé comme aux heures les plus sombres
Mais moi j’en connais un qui quand l’Histoire hésite
Ne cédera jamais à une nation qui sombre

 

Mais qui sont donc ces gens pour me priver de lui
Que sont devenues nos lois dans une telle folie
Faudra-t-il sortir d’ici les 2 pieds en avant
Pour qu’il puisse à nouveau me serrer tendrement

 

On m’a privée des sourires en cette fin de vie
De la chaleur des miens en cette fin d’chemin
Des bisous, des câlins, d’la famille, des amis
Quand chaque heure qui passe menace le lendemain

 

Moi qui croyais en dieu, je ne crois plus personne
De ces sombres années, je veux que mon glas sonne
Je n’ai donc plus la force de continuer ici
N’importe où mais ailleurs, sera le paradis

 

C’est donc ainsi ici que l’on chérit nos aïeux
Avec tant de mépris, parfois même sans adieux
J’avais rêvé finir, entourée par les miens
Non pas au cri d’Je suis Marie[1], détruite de chagrin…

Par Ity le dimanche 10 octobre 2021, 22:22

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Viols d'enfants

Team FsocietyTeam FSociety - Viols d'enfants, à quand la fin du silence ?

Team Fsociety - 29 sep 2022

Enquête et filature sur réseaux pédophiles. Team FSociety expose les noms censurés. Documentaire en français.

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
poursuites à l'encontre des médecins

Nouveau MondePoursuites des médecins ayant approuvé les mutilations transgenres

Nouveau Monde - 29 août 2022

Vague de poursuites à l’encontre de psychiatres et de médecins qui ont approuvé les mutilations et les chirurgies transgenres.

   

Les professionnels de la santé qui approuvent les hormones sexuelles croisées et les bloqueurs de la puberté chez les enfants seront tenus responsables de la maltraitance des enfants et de fautes professionnelles médicales. Les professionnels de la santé qui poussent les chirurgies transgenres et les mutilations génitales sur leurs patients seront bientôt l’objet d’une vague de poursuites judiciaires.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Le film censuré "A Child's Voice"

Alexandre LebretonLe film censuré "A Child's Voice" en VOSTFR ?!

Alexandre Lebreton - 28 août 2022

Retour sur quelques déclarations choc de John Paul Rice !

   

Le film « A Child’s Voice » sorti sur Amazon en 2020 a été immédiatement censuré. Motif : il traite des réseaux pédocriminels de l’élite… Qui n’existent pas, voyons ! Vous le découvrirez bientôt sur LENVERS-TV. Pré-abonnez-vous sur : https://fr.tipeee.com/lenvers-tv Lorsque John Paul Rice s’exprimait sur : 2:50 MeToo

Dernière modification par Nathan - 55 ans il y a
Dans quel monde vit-on ?

Égalité et RéconciliationDans quel monde vit-on ?

Égalité et Réconciliation - 11 juin 2022

Attention : si votre moral est au plus bas, si par exemple vous avez été vacciné plus ou moins contre votre gré, pour garder votre boulot ou faire plaisir à votre conjoint, alors ne lisez pas ce qui suit. Cela pourrait achever ce qui vous reste de résistance mentale.

   

En même temps, comme dirait le petit prince de la Banque R, ça peut servir de purge totale pour que le peu de moral déprimant qui vous reste soit éradiqué et qu’un moral nouveau en béton russe se reforme. C’est le principe de l’homéopathie, ou du vaccin : on envoie une petite dose de mal pour stimuler les défenses de l’organisme, pour réveiller le bien.
On vous aura prévenus...

accéder à l'article