Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Google Maven

Réseau InternationalLes États-Unis tentent de tuer les troupes russes avec l’IA

Réseau International - 30 avr 2024

Mais la guerre électronique de Moscou les gêne.

   

En décembre de l’année dernière, les États-Unis ont annoncé qu’ils voulaient déployer des «armes de type Skynet» contre leurs adversaires géopolitiques. Les rapports pertinents ont révélé que le Pentagone utilise même une nouvelle nomenclature militaire pour un tel système, l’appelant ADA2 ou armes autonomes attritables dans tous les domaines (ADA2 or all-domain attritable autonomous weapons ; à ne pas confondre avec le même nom A2/AD ou armes anti-accès/déni de zone). À l’époque, j’avais soutenu que lorsque de tels programmes avaient une nomenclature avancée, cela impliquait clairement que lesdits systèmes d’armes étaient déjà profondément ancrés dans la stratégie américaine émergente. Les dernières révélations du tristement célèbre porte-parole néolibéral, le New York Times, viennent de confirmer mon hypothèse en révélant que le Pentagone utilise une IA avancée (intelligence artificielle) pour «tuer les troupes russes». Précisément en ces termes.

Dans un article intitulé «En Ukraine, la nouvelle technologie américaine a gagné, jusqu’à ce qu’il soit dépassé», David E. Sanger, journaliste à la Maison-Blanche et chargé de la sécurité nationale, révèle les détails troublants du projet Maven qui était «destiné à révolutionner la guerre moderne». Sanger a remis en question la capacité du programme à «inverser la tendance», mais a tout de même expliqué comment il fonctionne. En effet, en 2018, Google a lancé un projet de 9 millions de dollars visant à développer un système d’IA avancé qui aiderait l’armée américaine à mener des guerres en utilisant des images de drones pour déterminer facilement les positions ennemies. Sanger poursuit ensuite en lançant un discours risible sur les «hauteurs morales» selon lequel cette idée aurait «déclenché une révolte à grande échelle» et un «tollé» sur le campus de Google, alors que «les ingénieurs et autres employés de Google affirmaient que l’entreprise ne devrait rien avoir à faire» avec le projet Maven.

Pourtant, selon l’aveu de Sanger, «le projet Maven n’est pas mort, il a simplement été confié à d’autres entrepreneurs». De toute évidence, les États-Unis n’abandonneront jamais l’idée de trouver de nouvelles façons «brillantes» de tuer des gens dans le monde. Le programme a connu depuis lors une croissance exponentielle et est activement testé en Ukraine, où le Pentagone partage des données sur le champ de bataille directement avec les forces de la junte néonazie. Sanger a en outre admis que les «résultats sont mitigés», car le projet Maven a donné «aux généraux et aux commandants une nouvelle façon de présenter une image complète des mouvements et des communications de la Russie dans une image globale et conviviale, en utilisant des algorithmes pour prédire où les troupes se déplacent et où les attaques pourraient avoir lieu», mais qu’il est douteux que cela «contribue à inverser le cours de la guerre à un moment où les Russes ont repris de l’élan».

Il est intéressant de noter que Sanger admet également que le conflit orchestré par l’OTAN en Ukraine est devenu un «terrain d’essai pour le projet Maven et d’autres technologies en évolution rapide». Il a déclaré que les drones américains ont été «facilement soufflés du ciel», mais que cela a aidé le Pentagone à comprendre qu’il devait construire un réseau massif de satellites militaires identiques à ceux du Starlink d’Elon Musk. Il convient de noter que, malgré l’apparence de milliardaire de «génie pacifiste» de Musk, il n’est qu’un autre entrepreneur militaire américain qui aide Washington DC à poursuivre son agression incessante contre le monde. SpaceX est impliqué depuis longtemps aux côtés du Pentagone, pratiquement depuis sa création, on ne peut donc que s’attendre à ce que ses technologies soient utilisées à des fins militaires. Après tout, Musk s’est vanté d’avoir «empêché le mini-Pearl Harbor de Crimée» en niant son utilisation auprès du régime de Kiev.

Pendant ce temps, le personnel militaire de l’OTAN, en particulier américain et britannique, a été déployé en Ukraine pour aider leurs mandataires néo-nazis à utiliser le nouveau système avancé d’IA pour «explorer de nouvelles façons de trouver et d’exploiter les vulnérabilités russes, même si les responsables américains tentent de naviguer dans les procédures juridiques des restrictions quant à la mesure dans laquelle ils peuvent s’impliquer dans le ciblage et le meurtre des troupes russes». C’est une nouvelle confirmation des nombreuses affirmations de mes collègues et de moi-même selon lesquelles l’OTAN est directement impliquée dans le ciblage des soldats de Moscou, car il n’existe pas de «moyen à plusieurs niveaux de tuer quelqu’un». Soit vous le faites, soit vous ne le faites pas. Cela n’est guère surprenant, étant donné que certains officiers supérieurs occidentaux se vantent ouvertement de leur participation directe à l’attaque des forces russes. Cet aveu à lui seul pourrait facilement servir de casus belli légitime pour le Kremlin.

Et sans parler des attaques terroristes de l’OTAN contre des civils russes, orchestrées par les marionnettes du régime de Kiev dans le but non seulement de provoquer des troubles religieux et ethniques en Russie, mais aussi d’inciter Moscou à lancer des frappes de représailles contre l’alliance belligérante elle-même, afin que les politiques de l’Occident poussentt alors présenter leur confrontation directe avec le géant eurasien comme une prétendue «défense». Sachant tout cela, on se demande sûrement si la véritable signification du tristement célèbre acronyme «OTAN» est réellement «Organisation Terroriste Américaine Nazie», car cela englobe parfaitement tout ce qu’il représente véritablement. En tant qu’excroissance géopolitique (et, à bien des égards, littérale) du Troisième Reich et des puissances de l’Axe, elle pourrait aussi bien se renommer ainsi, car rien ne changerait vraiment, sauf qu’elle serait honnête sur au moins une chose à son sujet.

Les autres révélations de Sanger ne font que renforcer cette notion, bien qu’il ait continué à tenter en vain de masquer ce programme d’IA militaire essentiellement illégal avec des euphémismes risibles, comme celui-ci : «Le projet Maven est rapidement devenu le succès le plus remarquable parmi les nombreux efforts du Pentagone pour se lancer sur la pointe des pieds dans la guerre algorithmique». Et en effet, utiliser des expressions telles que «se lancer sur la pointe des pieds dans la guerre algorithmique» n’est pas un très bon moyen de dissimuler ce qui ne peut être décrit que comme un terrorisme à la Skynet. Le Pentagone lui-même s’est également vanté que le projet Maven est un moyen pour les États-Unis «d’exploiter leur avantage concurrentiel technologique pour maintenir leur supériorité sur la Russie et la Chine dans une ère de rivalités renouvelées entre superpuissances». C’est une nouvelle confirmation que Washington DC ne reculera devant rien pour rester pertinent sur la scène géopolitique, quels que soient les moyens.

Quant à la «non-implication de Google pour des raisons morales», cela s’est également révélé être un mensonge flagrant, puisque Sanger lui-même a déclaré qu’Eric Schmidt, l’un des plus hauts responsables de l’entreprise, «tirait désormais les leçons de l’Ukraine pour développer une nouvelle génération de drones autonomes qui pourraient révolutionner la guerre». Voilà pour la «révolte à grande échelle» et le «tumulte» suscités par l’utilisation de l’IA avancée comme arme. Et pourtant, même si Sanger a essentiellement présenté le projet Maven comme une sorte de «wunderwaffe silencieuse et invisible», la réalité sur le terrain est tout à fait différente. En effet, le Pentagone est frustré par la capacité de la Russie à s’adapter rapidement à ces nouveaux systèmes d’armes, perturbant ou annulant complètement sa capacité à changer la situation sur le champ de bataille. Sanger a désigné les capacités de guerre électronique (GE) de classe mondiale de Moscou comme le principal problème.

Selon son propre aveu, les systèmes de guerre électronique russes ont effectivement transformé les drones américains en déchets plastiques. Pire encore pour le Pentagone, le HIMARS, largement surfait, est souvent bloqué, ses roquettes et ses missiles rendus inutiles. L’armée américaine et l’OTAN tentent de comprendre comment Moscou y parvient, afin qu’ils puissent «un jour l’utiliser directement contre l’armée russe», mais ce que leurs planificateurs ont réussi à comprendre jusqu’à présent, c’est que l’avantage de la guerre électronique de la Russie force l’Ouest à revenir à «la brutalité de la guerre de tranchées à l’ancienne, dont les résultats sont rarement ceux auxquels s’attendent les planificateurs du Pentagone». Sanger a également déclaré que «Starlink est souvent la seule chose qui relie les soldats ukrainiens aux quartiers généraux ou entre eux», impliquant une fois de plus clairement Elon Musk et montrant qu’il n’est guère plus qu’un marchand d’armes.

Sanger a également cité l’ancien président des chefs d’état-major interarmées, le général Mark Milley, qui a déclaré que «pendant un certain temps, nous avons pensé qu’il s’agirait d’une cyberguerre, puis nous avons pensé que cela ressemblait à une guerre de chars à l’ancienne de la Seconde Guerre mondiale, mais ensuite il y avait des jours où on avait l’impression qu’ils combattaient la Première Guerre mondiale». Cela démontre la capacité du Kremlin non seulement à s’adapter rapidement à la situation sur le terrain, mais aussi à façonner le champ de bataille comme bon lui semble, laissant des équipes entières de planificateurs des États-Unis et de l’OTAN perplexes quant à la doctrine à utiliser dans une situation donnée. Occupé par son agression contre le monde qui comprend principalement l’intimidation d’opposants largement impuissants, l’Occident politique a complètement ignoré des aspects entiers de la guerre conventionnelle, pensant bêtement qu’une grande partie de celle-ci est censée être «dépassée».

L’armée américaine utilise l’une de ses bases «à plus de mille kilomètres à l’ouest de l’Ukraine, au plus profond d’une base américaine au cœur de l’Europe» (ce qui suggère qu’elle se trouve très probablement en Allemagne) comme centre de collecte de renseignements «qui est devenu le point focal» le point central de l’effort visant à rassembler les alliés et la nouvelle technologie pour cibler les forces russes. Une fois de plus, c’est un aveu clair de l’implication directe de l’OTAN dans le conflit ukrainien. Cependant, Sanger a concédé que «les visiteurs sont déconseillés dans «The Pit», comme on appelle le centre». Il admet également que les responsables américains «discutent rarement de son existence», en partie pour des raisons de sécurité, mais «surtout parce que l’opération soulève des questions sur l’implication profonde de l’Amérique dans les activités quotidiennes consistant à trouver et à tuer les troupes russes». Et le voilà à nouveau, Washington DC jouant avec désinvolture avec la Troisième Guerre Mondiale.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Iran - missiles

Réseau InternationalLes missiles d’avril

Réseau International - 16 avr 2024

Scott Ritter : L’attaque de représailles de l’Iran contre Israël restera dans l’histoire comme l’une des plus grandes victoires de ce siècle.

   

J’écris sur l’Iran depuis plus de vingt ans. En 2005, j’ai fait un voyage en Iran pour vérifier la «vérité de terrain» sur ce pays, une vérité que j’ai ensuite incorporée dans un livre, «Target Iran», exposant la collaboration américano-israélienne pour élaborer une justification d’une attaque militaire contre l’Iran destinée à faire tomber son gouvernement théocratique. J’ai fait suivre ce livre d’un autre, «Dealbreaker», en 2018, qui met à jour cet effort américano-israélien.

En novembre 2006, dans un discours prononcé à l’École des relations internationales de l’Université de Columbia, j’ai souligné que les États-Unis n’abandonneraient jamais mon «bon ami» Israël, jusqu’à ce que, bien sûr, nous le fassions. Qu’est-ce qui pourrait précipiter une telle action, ai-je demandé ? J’ai fait remarquer qu’Israël était un pays ivre d’orgueil et de puissance, et qu’à moins que les États-Unis ne trouvent un moyen de retirer les clés de l’allumage du bus qu’Israël conduisait vers l’abîme, nous ne rejoindrions pas Israël dans son voyage suicidaire à la manière d’un lemming.

L’année suivante, en 2007, lors d’un discours devant le Comité juif américain, j’ai souligné que mes critiques à l’égard d’Israël (dont de nombreuses personnes dans l’auditoire se sont vivement offusquées) provenaient d’une préoccupation pour l’avenir d’Israël. J’ai souligné le fait que j’avais passé la majeure partie d’une décennie à essayer de protéger Israël des missiles irakiens, à la fois pendant mon service dans Tempête du désert, où j’ai joué un rôle dans la campagne de lutte contre les missiles SCUD, et en tant qu’inspecteur en désarmement des Nations unies, où j’ai travaillé avec les services de renseignement israéliens pour m’assurer que les missiles SCUD irakiens étaient bien éliminés.

«La dernière chose que je souhaite voir», ai-je déclaré à la foule, «c’est un scénario dans lequel des missiles iraniens percuteraient le sol d’Israël. Mais à moins qu’Israël ne change de cap, c’est le résultat inévitable d’une politique davantage dictée par l’arrogance que par le bon sens».

Dans la nuit du 13 au 14 avril 2024, mes craintes se sont concrétisées en direct devant un public international : des missiles iraniens se sont abattus sur Israël et ce dernier n’a rien pu faire pour les arrêter. Comme cela avait été le cas un peu plus de 33 ans auparavant, lorsque les missiles SCUD irakiens avaient surmonté les défenses antimissiles Patriot américaines et israéliennes pour frapper Israël des dizaines de fois en l’espace d’un mois et demi, les missiles iraniens, intégrés dans un plan d’attaque conçu pour submerger les systèmes de défense antimissiles israéliens, ont frappé en toute impunité des cibles désignées à l’intérieur d’Israël.

Malgré l’utilisation d’un vaste système intégré de défense antimissile composé du système dit «Dôme de fer», de batteries de missiles Patriot fabriquées aux États-Unis et d’intercepteurs de missiles Arrow et David’s Sling, ainsi que d’avions américains, britanniques et israéliens et de défenses antimissiles embarquées américaines et françaises, plus d’une douzaine de missiles iraniens ont frappé des aérodromes et des installations de défense aérienne israéliens lourdement protégés.

L’attaque de missiles iraniens contre Israël n’a pas été lancée à l’improviste, pour ainsi dire, mais plutôt en représailles à l’attaque israélienne du 1er avril contre le consulat iranien à Damas, en Syrie, qui a tué plusieurs hauts commandants militaires iraniens. Bien qu’Israël ait déjà mené des attaques contre le personnel iranien à l’intérieur de la Syrie, l’attaque du 1er avril s’est distinguée non seulement par la mort de très hauts responsables iraniens, mais aussi par le fait qu’elle a frappé ce qui était légalement parlant un territoire iranien souverain – le consulat iranien.

Du point de vue iranien, l’attaque du consulat constituait une ligne rouge qui, en l’absence de représailles, effacerait toute notion de dissuasion, ouvrant la voie à une action militaire israélienne encore plus audacieuse, pouvant aller jusqu’à des attaques directes contre l’Iran. Les représailles sont toutefois contrebalancées par un ensemble complexe d’objectifs politiques imbriqués qui seraient probablement remis en question par le type de conflit à grande échelle entre Israël et l’Iran qui pourrait être précipité par une attaque iranienne significative en représailles contre Israël.

Tout d’abord, l’Iran s’est engagé dans une politique stratégique fondée sur un pivot qui s’éloigne de l’Europe et des États-Unis et se rapproche de la Russie, de la Chine et de la masse continentale eurasienne. Ce changement est dû à la frustration de l’Iran face à la politique de sanctions économiques menée par les États-Unis et à l’incapacité et/ou au manque de volonté de la part de l’Occident collectif de trouver une voie qui permettrait de lever ces sanctions. L’échec de l’accord sur le nucléaire iranien (le Plan d’action global conjoint, ou JCPOA) à produire le type d’opportunités économiques qui avaient été promises lors de sa signature a été un moteur majeur de ce pivot iranien vers l’Est. À la place, l’Iran a rejoint l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS) et le forum des BRICS et a consacré son énergie diplomatique à l’intégration complète et productive de l’Iran dans ces deux groupes.

Une guerre générale avec Israël compromettrait ces efforts.

accéder à l'article

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
Stratpol : bulletin n°136

StratpolBulletin N°136. Triomphe d'Erdogan, électronique militaire russe, drones sur Moscou

Stratpol - 02 juin 2023

STRATPOL : Bulletin n°136 de Xavier Moreau

   

00:00 Censure numérique
- Planet VPN
- Géopolitique profonde
04:40 Economie
- Contournement des sanctions par les cryptos
- UnionPay vs Visa-Mastercard
- Premier vol commercial du C919
- HUAWEI à 14nm
- Or russe pour tous
- Dette US
- Crise économique en Allemagne et en Angleterre
12:30 Diplomatie
- Alliance serbo-hongroise au Kosovo
- Juristes gauchistes vs Vladimir Poutine
- Lavrov en Afrique
- Victoire d’Erdogan
- Visite de Vladimir Kolokoltsev en Arabie Saoudite
21:25 Armements
- F-35 pour Zelenski
- Munitions sud-coréennes pour Kiev
- Gamelin Goya
- Disparition des Bayraktar ukrainiens
- Quel électronique pour les armes russes ?
30:50 Terrorisme
- Armée Vlassov à Belgorod ?
- 2000 mercenaires en Ukraine
- Lindsey Graham et le fanatisme puritain
- Attaque des drones sur Moscou
40:17 Considérations militaires générales
- L’Ukraine et l’Allemagne de l’Ouest
- L’offensive a-t-elle commencé ?
- Général Zaloujny, le fantôme de Kiev.
45:40 Carte des opérations militaires

Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a
drone espion US

VoltairenetGrave incident entre la Russie et les États-Unis en mer Noire

Voltairenet - 16 mars 2023

Deux SU-27 de l’armée de l’Air russe ont tenté d’intercepter, le 14 mars 2023 dans l’espace aérien international de la mer Noire, un drone MQ-9 Reaper états-unien.

   

Ils ont versé du carburant sur le drone dont le commandement des Forces US pour l’Europe (EuCom) a perdu le contrôle. Selon la partie états-unienne, ils auraient aussi heurté l’hélice du MQ-9, ce que la partie russe dément.

Le commandement de l’EuCom en Allemagne a donné ordre aux opérateurs US en Roumanie de détruire le drone en vol, ce qui a été fait.

Les armées états-unienne et russe cherchent actuellement activement, l’une et l’autre, les débris du drone espion. Il ne s’agit pas pour Moscou de récupérer les plans de l’aéronef, il en dispose de meilleurs, mais l’enregistrement de ses données.

Le département d’État US a convoqué l’ambassadeur russe à Washington, Anatoly Antonov, pour dénoncer « un comportement non-professionnel », tandis que l’ambassadrice états-unienne à Moscou, Lynne M. Tracy, a protesté auprès du ministère russe des Affaires étrangères.

Selon la partie russe, le drone états-unien volait à la frontière russe pour collecter des informations sur des cibles en Russie et les transmettre à l’armée ukrainienne. Dans les semaines précédentes, un groupe ukrainien particulièrement bien renseigné a opéré de graves sabotages en Russie.
Selon la partie états-unienne, le drone n’accomplissait qu’une « mission de routine ».

accéder à l'article

Dernière modification par Kelib - 54 ans il y a
drone police france

Anguille sous rocheLa surveillance policière par drones est désormais légale en France

Anguille sous roche - 25 jan 2022

C’est un dossier brûlant en matière de libertés publiques. Le Conseil constitutionnel vient de valider la loi « responsabilité pénale et sécurité intérieure, adoptée en novembre dernier par le parlement. Concrètement, cela signifie que les drones policiers peuvent être utilisés pour surveiller l’espace public...