Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a

OMS : Arrêter les citoyens qui s’opposent au vaccin contre la grippe aviaire

Echelle de JacobOMS : Arrêter les citoyens qui s’opposent au vaccin contre la grippe aviaire

Echelle de Jacob - 10 juin 2024

194 pays de l’OMS conviennent d’arrêter les citoyens qui s’opposeraient au vaccin contre la grippe aviaire .

   

194 États membres de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) ont convenu d'arrêter et de poursuivre en justice les citoyens qui s'exprimeraient contre le "vaccin" contre la grippe aviaire, dans le cadre de nouvelles mesures strictes destinées à éradiquer la soi-disant « désinformation ».

L’Assemblée mondiale de la Santé a adopté cette semaine des amendements au controversé Règlement sanitaire international, sans aucune fanfare de la part des grands médias. Ces amendements abolissent la souveraineté nationale des pays, accordent à l’OMS des pouvoirs étendus pour adopter des lois dans les pays occidentaux et criminalisent les discours qui, selon l’OMS, portent atteinte au récit officiel.

Ce qui suit sont de brèves descriptions d'articles, de podcasts et de conférences de presse provenant de diverses sources ces derniers jours. Certaines des préoccupations concernent l’accord selon lequel les gouvernements « s’attaquent » à la désinformation et renforcent encore la surveillance, jetant ainsi les bases de la vaccination de masse par contrainte, la surveillance, la menace, le confinement.

Il est important de noter que les pays disposent de 10 mois pour accepter ou rejeter les dispositions, à l’exception des pays qui ont rejeté les amendements de 2022 et disposent donc de 18 mois. Nous devons donc continuer à sensibiliser et faire pression sur nos gouvernements pour qu’ils rejettent les amendements avant la fin mars 2025.

À la fin, nous avons inclus un article sur le Conseil scientifique de l'Organisation mondiale de la santé, un « groupe de personnes non élues qui contrôleront notre avenir ».

Tedros déclare sa victoire, le 1er juin 2024

Lors d'un point de presse sur la pandémie, la préparation et la réponse ainsi que d'autres développements lors de la 77e Assemblée mondiale de la santé, le dictateur général de l'OMS, Tedros Adhanom Ghebreyesus, a déclaré :

« Aujourd’hui, les nations du monde sont entrées dans l’histoire à l’Assemblée mondiale de la santé. Après 2 ans de négociations, ils ont adopté un solide ensemble d’amendements au Règlement sanitaire international, fondé sur les leçons tirées de la pandémie de covid-19. Le RSI a été mis à jour pour la dernière fois il y a 19 ans. Les amendements adoptés aujourd’hui renforcent la préparation, la surveillance et la réponse mondiale aux urgences de santé publique, notamment aux pandémies.

« Et même si l’Accord sur la pandémie n’a pas encore été finalisé, l’Assemblée de la Santé a tracé la voie à suivre. Ils ont convenu de prolonger le mandat de l'organe de négociation intergouvernemental pour finaliser les négociations sur l'accord sur la pandémie dès que possible et au plus tard d'ici l'Assemblée mondiale de la santé de l'année prochaine.

« Le succès des amendements au RSI démontre que, dans notre monde divisé et conflictuel, les pays peuvent encore s’unir pour trouver une cause commune et un terrain d’entente. »

Le point de presse de 30 minutes a été publié en direct sur Twitter le 1er juin 2023. Vous pouvez regarder le point de presse complet ICI. Et vous pouvez regarder l'intégralité de la séance de clôture de la 77e Assemblée mondiale de la Santé sur le site Web de l'OMS ICI. Dans la vidéo intitulée « Neuvième réunion plénière », le discours de Tedros, le terroriste, commence à 1:33:36. Il commence par dire : « J'espère que vous n'êtes pas fatigué de moi. » La réponse de notre part est : « Oui, nous en avons marre de vous. »

Communiqué de presse de l'Organisation mondiale de la santé, 1er juin 2024

L'Assemblée mondiale de la santé, réunion annuelle de ses 194 pays membres, a adopté aujourd'hui un ensemble d'amendements essentiels au Règlement sanitaire international (2005) (RSI). Les nouveaux amendements au RSI comprennent une définition d’une urgence pandémique ; un engagement envers la solidarité et l'équité; la création du Comité des États parties et la création des autorités nationales du RSI.

Les pays ont convenu de poursuivre les négociations sur le projet d’accord sur la pandémie. Les États membres de l'OMS ont décidé de prolonger le mandat de l'organe intergouvernemental de négociation, créé en décembre 2021, pour qu'il termine ses travaux de négociation d'un accord sur la pandémie d'ici un an, d'ici l'Assemblée mondiale de la santé en 2025, ou plus tôt si possible lors d'une session extraordinaire de l'Assemblée mondiale de la santé. Assemblée de la Santé en 2024.
Rejetez la prise de pouvoir illégale de l'OMS : Tedros viole la « Constitution » de son organisation afin de menacer la nôtre, 4 juin 2024

À Genève, samedi soir, l’administration Biden, la Chine communiste et d’autres co-conspirateurs ont lancé illégalement un nouveau mécanisme visant à nous imposer à tous une « gouvernance mondiale ». Dans le processus de modification illégale du Règlement sanitaire international (RSI) de l'Organisation mondiale de la santé, dans le but de donner à son directeur général, Tedros Ghebreyesus, un pouvoir sans précédent pour piétiner notre souveraineté et nos libertés, l'OMS a averti que ce pouvoir serait tyrannique, notamment via la violation de ces mêmes réglementations.

Tedros a ignoré l'article 55.2 du RSI, qui exige que tout amendement à celui-ci soit rendu publique « au moins quatre mois » avant d'être éligible pour adoption. Le directeur général a ensuite refusé de procéder à un vote par appel nominal pour adopter l'accord international juridiquement contraignant. Au lieu de cela, dans une salle décrite comme ne regroupant environ que 30 % des États membres, bien moins que le quorum nécessaire, Tedros a annoncé qu'un « consensus » existait pour l'adoption des amendements au RSI.
Les modifications du RSI de l’OMS ont été illégalement approuvées, le 5 juin 2024

L’Assemblée mondiale de la santé (en étroite coopération avec l’administration américaine HHS/Biden) a travaillé à la « mise à jour » de l’accord existant (2005) sur le Règlement sanitaire international (RSI).

Au mépris flagrant du protocole et des procédures établis, des amendements radicaux au RSI ont été préparés à huis clos, puis tous deux ont été soumis pour examen et acceptés par l'Assemblée mondiale de la Santé, littéralement, dans les derniers instants d'une réunion qui s'est prolongée tard dans la nuit de samedi, le dernière jour du calendrier des réunions.

L’exigence de quatre mois pour l’examen n’a pas été respectée dans la précipitation pour produire un résultat tangible de l’Assemblée. Il n’y a pas eu de vote réel pour confirmer et approuver ces amendements. Selon l’OMS, cela a été obtenu par « consensus » au sein de ce conclave d’initiés non élus plutôt que par un vote. Les représentants de nombreux États-nations membres de l’OMS n’étaient pas présents dans la salle et ceux qui étaient présents ont été encouragés à se taire.

Il s’agissait clairement d’une clique interne agissant unilatéralement pour contourner le processus normal et reflète un processus similaire utilisé pour confirmer la reconduction de Tedros Ghebreyesus au poste de directeur général.

« La 77e Assemblée mondiale de la Santé a adopté un ensemble substantiel d’amendements au Règlement sanitaire international. Nous, le peuple, avons subi une défaite retentissante. La bataille continue », a déclaré James Roguski.

"Les amendements récemment adoptés faciliteront une énorme construction mondiale du complexe industriel d'urgence pharmaceutique des hôpitaux, qui cherche à déclencher des 'urgences pandémiques', qui seront encore aggravées par les 'produits de santé concernés'", a ajouté Roguski.

L'ancienne membre du Congrès Michele Bachmann, qui a également suivi de près le processus de négociation à l'Assemblée mondiale de la santé de l'OMS, a déclaré ce matin dans une alerte par courrier électronique : « L'essentiel est que l'OMS passe d'un organisme mondial uniquement consultatif à un organisme international de contrôle. »
Les amendements au RSI n’ont pratiquement aucun sens, ils sont bénins, du 1er au 3 juin 2024

Le Dr Meryl Nass a publié une série d'articles donnant une perspective différente sur le contenu du document signé lors de la WHA77.

Le premier article qu'elle a publié date du jour où une nouvelle version des amendements du RSI a été publiée pour que les diplomates à Genève puissent la signer. La nouvelle version était datée du 1er juin 2024. « Je suis heureux d'annoncer que même si je n'ai eu que peu de temps pour lire ceci, le document ressemble fondamentalement à ce que j'avais prédit toute la semaine. Il s’agit d’une version « vanille » dont tous les éléments terribles ont été supprimés, à une exception près et une exception partielle », a-t-elle écrit. « Le seul élément odieux est l’accord visant à « lutter contre » la désinformation. »

Dans son deuxième article , le Dr Nass a dressé une liste des « balles que nous venons d’esquiver ». « Certaines personnes s’inquiètent de l’adoption des amendements au RSI. À NE PAS FAIRE », a-t-elle écrit. Et a réitéré qu’« une mauvaise chose restait dans le RSI, à savoir « lutter » contre la désinformation, mais le RSI n’indiquait pas aux pays comment y remédier.

Dans son troisième article , elle a souligné les changements pertinents dans le nouveau texte du Règlement sanitaire international (2005) et a joint son analyse au format PDF. Pour accompagner son analyse, elle a écrit :

Il y a deux arguments majeurs (et de nombreux arguments mineurs que j'ai détaillés précédemment) ICI et ICI) que l'OMS n'a pas suivi ses propres procédures et donc :

la décision d'hier concernant le RSI devrait être nulle et non avenue parce que l'ensemble final d'amendements ciblés n'a pas été présenté aux pays membres 4 mois avant leur examen, comme l'exige l'article 55, paragraphe 2 du RSI, et
les amendements votés en 2022 n'ont pas été votés en séance plénière et devraient donc être nuls et non avenus

Cependant, aucun pays membre n’a jusqu’à présent contesté la validité de ces procédures, et s’ils ne le font pas, les peuples et leurs représentants élus n’ont trouvé aucun moyen d’arrêter l’OMS.

En supposant que l’OMS ne soit pas contestée pour ses nombreuses violations procédurales, voici ce à quoi nous pouvons nous attendre :

Pour les pays qui ont émis une réserve pertinente ou rejeté les amendements de 2022, notamment la Slovaquie, la Nouvelle-Zélande, l'Iran, probablement les Pays-Bas et éventuellement d'autres pays, les amendements nouvellement adoptés entreront en vigueur dans 2 ans, le 1er juin 2026 – à moins que ces pays fassent une réservation ou un refus dans un délai de 18 mois.
Pour tous les autres pays, les amendements entreront en vigueur dans un an, le 1er juin 2025, à moins qu'ils ne posent des réserves ou ne les rejettent dans les 10 mois.

Cela signifie que chaque pays dispose d'au moins 10 mois pour éviter toute disposition qui ne lui plaît pas dans le document nouvellement modifié. Il lui suffit d'écrire à l'OMS et de dire qu'il rejette tout ce qui ne lui plaît pas. Aux États-Unis, le prochain président peut le faire jusqu’au 1er avril 2025.

Le diplomate slovaque n'a pas « rompu le consensus » pour empêcher l'approbation du document, mais peu de temps après, lorsqu'on lui en a donné l'occasion, il a déclaré que la Slovaquie rejetterait le RSI modifié.

Ce que j’ai entendu, c’est que les gens sont mécontents de diverses dispositions du document, sans se rendre compte que la plupart des problèmes qu’ils n’aiment pas se trouvent dans le RSI existant et existent depuis de nombreuses années. Les certificats de vaccination ont par exemple toujours figuré dans le RSI. Les modifications apportées aux certificats de vaccination sont mineures par rapport à ce qui a été proposé, et il s’agit d’ailleurs de recommandations et non d’ordres de l’OMS. Ils n’auront pas besoin d’être numériques, ce qui est un point crucial, car ils allaient être la porte d’entrée vers l’identité numérique, la monnaie numérique et une surveillance massivement accrue. Ils doivent être signés par un médecin, ce qui est déjà le cas dans de nombreux pays.Le RSI tel que modifié hier est inoffensif. J'ai mis en évidence les changements pertinents pour aider les lecteurs à le confirmer., Meryl Nass, 3 juin 2024

Dans son quatrième article, le Dr Nass écrit : « Les amendements du RSI ont été adoptés parce qu’après 2 ans de négociations, l’AMS devait adopter quelque chose pour sauver la face, et il était devenu évident pour les mondialistes qu’ils ne feraient pas mieux s’ils retardaient la décision. C'est très bien.

« Le traité sur la pandémie continuera à être négocié, mais il a également été largement affaibli. Mais nous ne saurons pas avant un an quelle sera la forme définitive du traité. Nous resterons vigilants. Nous continuerons à éduquer sur la préparation à la pandémie », a-t-elle déclaré.

Elle a ensuite partagé une comparaison entre la version de février 2023 du RSI modifié et le texte adopté.

La semaine dernière, au milieu des fanfares des partisans et des opposants à la centralisation de la gestion future de la pandémie, le monde a continué son malheureux retour au fascisme de la santé publique. L'Assemblée mondiale de la santé (« AMS ») a adopté l'ensemble d'amendements au Règlement sanitaire international (« RSI ») de 2005, apparemment quelques heures seulement après qu'un texte final ait été approuvé par son groupe de travail sur le RSI.

Les amendements sont édulcorés par rapport aux propositions précédentes, selon lesquelles les pays s'engageraient à placer les domaines de la santé de leurs citoyens et des droits de l'homme sous la direction d'une seule personne à Genève. Néanmoins, ils jettent les bases d’une nouvelle subversion de la santé publique vers un cycle récurrent mais lucratif d’alarmisme, de répression et de coercition.

Le projet d’accord (traité) sur la pandémie avait été reporté pour de nouvelles négociations jusqu’à 12 mois. Il semble probable que l’Organe intergouvernemental de négociation (INB) réformé se montrera plus circonspect dans la manière dont il gérera les débats au cours des prochains mois, et que la pression extérieure sur les pays s’intensifiera. Il y a beaucoup en jeu, des centaines de milliards de profits par pandémie si le Covid-19 est un modèle. Les pays ayant des intérêts pharmaceutiques majeurs prennent cela au sérieux. Il en va de même pour la Banque mondiale et le Fonds monétaire international, qui ont déjà signalé un fort soutien.

Les amendements au RSI adoptés par l’AMS semblent pour la plupart inoffensifs et ont été largement rapportés comme tels. Cependant, le gain important pour l’OMS et ses bailleurs de fonds (près de 80 % de son travail est financé directement par ses bailleurs de fonds) réside dans la formulation qui renforce encore la surveillance – l’élément clé sur lequel repose le reste de l’analyse de rentabilité concernant les futures pandémies. Cette mesure est adoptée et il existe du monde disposée à y parvenir

Les bases sont posées pour l’approche de vaccination de masse sous surveillance-déclaration-menace-confinement-contrainte qui est une idée qui germe dans les cercles liés à l’industrie pharmaceutique depuis plus d’une décennie.

[...]

accéder à l'article