Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a

La Russie et la Chine en ont assez

Réseau InternationalLa Russie et la Chine en ont assez

Réseau International - 28 mai 2024

Tous deux en ont assez d’être «polis». Vous voulez une confrontation ? C’est ce que vous obtiendrez.

   

Quelque chose de très important s’est produit en début de semaine à Astana, lors de la réunion du Conseil des ministres des Affaires étrangères de l’Organisation de coopération de Shanghai (OCS).

Le ministre des Affaires étrangères chinois Wang Yi est allé droit au but : il a appelé les membres de l’OCS à «maintenir leur autonomie stratégique», et à «ne jamais permettre aux forces extérieures» de transformer l’Eurasie en une «arène géopolitique».

Wang Yi a détaillé comment «quelques pays poursuivent l’hégémonie et le pouvoir, forment de petits clans, établissent des règles cachées, s’engagent dans l’ingérence et la répression, «découplent et coupent les liens», et assistent même les «trois forces» dans la région», tentant ainsi de supprimer l’autonomie stratégique du Sud mondial.

Les «trois forces» sont un code chinois pour le terrorisme, le séparatisme et l’extrémisme religieux – en fait les trois principales raisons de la fondation de l’OCS en 2001, peu de temps avant le 11 septembre.

La traduction directe du message de Wang indique que Pékin est parfaitement conscient de la myriade de tactiques de guerre hybride de l’Hégémon, désormais déployées dans tout le Heartland. Néanmoins, Pékin excelle dans la politesse, appelant à une coopération en matière de sécurité «commune, globale, coopérative et durable» et à travailler avec la «communauté internationale».

Le problème est que la «communauté internationale» est l’otage de «l’ordre international fondé sur des règles».
Redéfinir les «trois forces»

La prochaine réunion des chefs d’État de l’OCS se tiendra à Astana en juillet – un mois seulement après une réunion ministérielle cruciale des BRICS en Russie. Il y a deux mois, le président kazakh Kassym-Jomart Tokaïev, lors d’une réunion à Boao dans la province de Hainan en Chine, a clairement indiqué que tous les dirigeants des États membres de l’OCS ne pouvaient tout simplement pas faire l’impasse sur cette réunion.

Plus tôt que prévu, peut-être dès l’année prochaine, les BRICS et l’OCS pourraient non seulement travailler en tandem, mais aussi partager la même table.

Le sommet de l’OCS de cette année n’est pas seulement crucial en termes de réorganisation d’une véritable guerre contre le terrorisme face aux tactiques de l’Hégémon, mais aussi en termes d’expansion de l’OCS et d’amélioration de la coopération économique et commerciale.

La Biélorussie deviendra membre à part entière de l’OCS en juillet, comme l’a déjà confirmé le président Loukachenko. L’année dernière, le cabinet de l’Arabie saoudite a également approuvé la décision d’adhérer à l’OCS.

Il y a seulement trois mois à Pékin, lors de la célébration du 20ème anniversaire du secrétariat de l’OCS, Wang a fait écho au président Xi à la fin de son face à face fatidique avec Poutine à Moscou en 2023 : «Des changements inédits depuis un siècle» sont en cours. D’où l’importance renouvelée de l’OCS – la plus grande organisation multilatérale non occidentale de facto axée sur la coopération politique et sécuritaire, et l’un des piliers de la multipolarité.

Il convient de souligner une fois de plus que l’OCS est soit ignorée, soit rejetée, soit mal comprise par l’Occident collectif, car elle ne repose pas sur une expansion militaire sans fin à la manière de l’OTAN. L’OCS est totalement axée sur l’intégration Sud-Sud. Ce n’est pas une mince affaire que d’avoir l’Inde, la Chine, le Pakistan et l’Iran à la même table pour discuter d’égal à égal et respecter les priorités de leurs partenaires d’Asie centrale et du Heartland.

Au fil des ans, tout a fini par être discuté à la table de l’OCS – bien au-delà de l’accent initial mis sur les «trois forces» : diplomatie, défense nationale, sécurité, économie, commerce, culture, éducation, transport, technologie, agriculture.

Si l’OCS est au cœur du partenariat stratégique multimodal entre la Russie et la Chine, elle est également le moteur de l’interconnexion économique croissante entre la Chine et les «stans» d’Asie centrale.

En cette Année de la Grande Décision – où la présidence russe des BRICS devrait tracer la feuille de route privilégiée d’un système de relations internationales plus égalitaire – les acteurs de l’OCS semblent pleinement conscients que les «trois forces» constituent, non par hasard, la tactique de guerre hybride préférée déployée par l’Empire du Chaos pour diviser et régner.

Cela s’applique non seulement aux groupes djihadistes obscurs tels que l’EI-Khorasan, mais aussi à la mainmise impériale sur les trafics de drogue, d’êtres humains et d’organes à l’échelle mondiale.

Lentement et sûrement, nous atteignons le niveau suivant : l’OCS s’engage à fond, en tant qu’organisation multilatérale, contre les tactiques de terreur d’un hégémon qui encourage même le génocide.

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov ne pouvait pas être plus explicite à la fin du sommet d’Astana :

«La tâche d’élaborer des approches communes pour assurer la sécurité et la coopération eurasiennes par les États de ce continent eux-mêmes est urgente. Nous avons souligné que l’OCS pourrait bien jouer le rôle de catalyseur de ces processus, en impliquant d’autres partenaires dans la région».

En pratique, Lavrov a mentionné une nouvelle impulsion pour le Comité exécutif de la structure régionale antiterroriste (RATS). Traduction : La RATS élargira son mandat à la sécurité de l’information, à la lutte contre le crime organisée et à la recherche approfondie des liens entre le trafic de stupéfiants et le financement du terrorisme.
Êtes-vous prêt pour la confrontation que vous souhaitez ?

Ajoutez à cela que le chef du FSB, Alexander Bortnikov, a été plus qu’explicite lors d’un sommet de la CEI à Bichkek, au Kirghizstan, sur ce que l’Empire du Chaos et ses vassaux préparent pour l’avenir.

Les quatre principaux points à retenir sont les suivants :

1. Les États-Unis, le Royaume-Uni et l’OTAN sont désormais en mode de guerre hybride totale contre la Russie.

2. l’OTAN facilite un transfert massif de terroristes/djihadistes de plusieurs latitudes vers l’Ukraine, certains d’entre eux, en particulier sous la marque EI-K, étant instrumentalisés dans tout le Heartland. Appelez cela une Légion étrangère de la terreur – qui devrait être considérée comme l’ennemi numéro un de l’OCS. Bortnikov a évoqué «la rotation constante des militants dans les zones syro-irakienne et afghano-pakistanaise, et l’émergence de nouveaux camps d’entraînement militants près des frontières méridionales du Commonwealth».

3. L’Ukraine a basculé dans le Terrorisme Total, avec des raids de sabotage incessants aux frontières de la Russie.

4. Sur une note positive, la Majorité mondiale est en mouvement : La Russie coopère étroitement, et de plus en plus, avec une multitude de pays au Moyen-Orient, en Asie élargie, en Afrique et en Amérique latine.

Après une série de «coïncidences» extraordinaires ces dernières semaines, allant de tentatives d’assassinat par un «tireur isolé» à des coups d’État manigancés, en passant par des menaces pures et simples et des disparitions mystérieuses, l’ensemble de l’écosystème BRICS-OCS doit être en état d’alerte très élevé.

Après le sommet épique Poutine-Xi à Pékin et le drame plus étrange que la fiction de l’hélicoptère de Raïssi, la solidité renouvelée des partenariats stratégiques imbriqués Russie-Chine-Iran laisse présager que la Russie-Chine est sur le point d’enlever ses gants de velours.

Poutine et Xi, chacun à leur manière, ont déjà averti l’Occident collectivement imbécilisé : si vous cherchez la confrontation, vous aurez la confrontation. À profusion. Et à vos risques et périls.

La mère de toutes les épreuves, qui aura lieu cet été, est de savoir jusqu’où l’OTAN ira lorsqu’il s’agira d’attaquer directement la Fédération de Russie. Le Premier ministre hongrois Viktor Orban prévient que «l’Europe se prépare à déclencher une guerre contre la Russie».

Les «élites» politico-militaires eurotrash, incultes et sans éducation, sont bien sûr totalement incapables de comprendre la réalité en dehors de leur bulle. En outre, elles interprètent la patience et l’approche légaliste de la Russie comme de la faiblesse. Eh bien, les sources de renseignement à Moscou sont en train de clarifier les choses – officieusement – et la réponse, s’ils tentent quoi que ce soit de stupide, sera dévastatrice.

Au niveau des BRICS, on assiste à une sorte de tentative de dernière minute pour désamorcer l’incandescence. Wang Yi et le principal conseiller en politique étrangère du président Lula, Celso Amorim, ont publié une déclaration décrivant une «compréhension commune» de la fin de partie en Ukraine.

En substance, la déclaration indique que «la Chine et le Brésil soutiennent la tenue d’une conférence de paix internationale au moment opportun, reconnue à la fois par la Russie et l’Ukraine, avec une participation égale de toutes les parties, et une discussion équitable de tous les plans de paix». Ce sera bien évidemment rejeté par l’Empire du Chaos.

Pékin concentre toute son attention sur les provocations de l’Empire du Chaos à Taïwan, tandis que Moscou se concentre sur les provocations de l’OTAN en Ukraine. Tous deux en ont assez d’être «polis». Vous voulez la confrontation ? C’est ce que vous obtiendrez.

Pepe Escobar

accéder à l'article