Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a

Des milliardaires neutralisent les manifestations pro Gaza sur les campus américains

Réseau InternationalDes milliardaires neutralisent les manifestations pro Gaza sur les campus américains

Réseau International - 08 juin 2024

Suivez l’argent : Comment des milliardaires liés à Israël ont réduit au silence les manifestations sur les campus américains.

   

Des milliers d’étudiants risquent de lourdes conséquences pour avoir protesté contre la violence à Gaza. Alan Macleod enquête sur les puissants liens financiers et idéologiques avec Israël qui sont à l’origine des réactions brutales des plus grandes universités américaines.

Les universités américaines sont en feu. Un mouvement de protestation contre la violence à Gaza et la complicité des universités américaines a déferlé sur le pays, avec des campements sur les campus universitaires dans 45 des 50 États américains. La répression a été rapide : des milliers d’étudiants ont été arrêtés, inculpés, condamnés à des amendes, ont perdu leur diplôme ou ont même été expulsés. Alors que les médias corporatistes réclament un «Kent State 2.0», la police anti-émeute, les véhicules blindés et les tireurs d’élite ont été déployés dans tout le pays pour terrifier ceux qui militent pour la justice et les réduire au silence.

Pourquoi des manifestations pacifiques à une écrasante majorité contre les actions d’une puissance étrangère ont-elles fait l’objet d’une réponse aussi musclée ? Une enquête de MintPress News révèle que ces mêmes institutions d’élite ont des liens financiers et idéologiques profonds avec l’État d’Israël, sont financées par des milliardaires pro-israéliens qui ont exigé qu’elles prennent des mesures pour écraser le mouvement étudiant, sont partiellement financées par le gouvernement israélien et existent dans un climat où Washington a clairement fait savoir que les manifestations ne devaient pas être tolérées.
Les milliardaires qui soutiennent Israël

Le mouvement a débuté le 17 avril à l’université de Columbia, où un modeste campement de solidarité avec Gaza a été établi. Les manifestants ne s’attendaient guère à être accueillis par les autorités universitaires, mais ils ont été choqués lorsque la présidente de l’université, Minouche Shafik, a immédiatement fait appel à la police de New York. C’était la première fois que l’université autorisait la police à réprimer la dissidence sur le campus depuis les célèbres manifestations de 1968 contre la guerre du Viêt Nam.

La décision de Mme Shafik a sans doute été influencée par l’énorme pression exercée sur elle par les principaux donateurs de l’université, dont beaucoup ont des liens étroits avec l’État israélien et son armée.
Robert Kraft

L’homme d’affaires milliardaire et dirigeant sportif Robert Kraft, par exemple, a annoncé publiquement qu’il privait l’université de son généreux financement parce qu’elle n’avait pas su réprimer les manifestations de manière suffisamment efficace. «Je suis profondément attristé par la haine virulente qui continue à se développer sur le campus et dans tout notre pays», a-t-il déclaré dans un communiqué, affirmant que Columbia ne protégeait pas ses étudiants juifs.

Le tournant, selon M. Kraft, a été l’observation d’un coup de publicité de Shai Davidai, un universitaire israélo-américain de Columbia, qui a prétendu que son accès au campus avait été révoqué. M. Davidai avait auparavant qualifié les étudiants protestataires de «nazis» et de «terroristes» et demandé que la Garde nationale soit envoyée sur le campement, faisant ainsi indirectement référence au massacre de l’université d’État de Kent.

Kraft est l’un des plus importants donateurs de Columbia. Il a donné à l’institution des millions de dollars, dont 3 millions pour financer le Centre Kraft pour la vie étudiante juive.

Il entretient également des liens étroits avec Israël, où il s’est rendu plus de 100 fois, notamment pour un déjeuner privé avec son ami, le Premier ministre Benjamin Netanyahou, qui a déclaré : «Israël n’a pas d’ami plus loyal que Robert Kraft».

Netanyahu a raison. Kraft est l’un des principaux bienfaiteurs du lobby israélien, ayant donné des millions à des groupes tels que l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC), The Israel Project et StandWithUs. Il s’est engagé à verser la somme gigantesque de 100 millions de dollars à sa propre Fondation pour la lutte contre l’antisémitisme, un groupe qui accuse les détracteurs de la politique israélienne de racisme antijuif. Il a également financé une multitude de politiciens pro-israéliens dans des courses contre des adversaires progressistes et anti-guerre. Une récente enquête de MintPress News a examiné de plus près la façon dont Kraft est un acteur clé dans la tentative de blanchir l’image d’Israël en Amérique.
Leon Cooperman

Leon Cooperman est un autre bienfaiteur milliardaire qui a retiré son financement à Columbia. Le gestionnaire de fonds spéculatifs a suspendu ses dons en octobre, invoquant le soutien des étudiants à la Palestine. «Ces jeunes sont complètement fous. Ils ne comprennent pas ce qu’ils font ou ce dont ils parlent», a-t-il fulminé, ajoutant qu’ils «doivent être contrôlés». Une personne qui sait de quoi elle parle sur cette question est le professeur de politique arabe moderne et d’histoire intellectuelle de Columbia, Joseph Massad. Pourtant, Cooperman a exigé que Massad soit licencié après que l’universitaire a pris des positions sur la Palestine qu’il désapprouvait.

Cooperman a une énorme influence sur Columbia, précisément parce qu’il est l’une de ses principales sources de revenus. En 2012, par exemple, il a fait don de 25 millions de dollars pour soutenir la construction du nouveau campus de l’université à Manhattanville.

Toutefois, Columbia est loin d’être la seule organisation à recevoir de l’argent somptueux de Cooperman. Il est également un donateur régulier des Amis des forces de défense israéliennes (FIDF), un groupe qui collecte de l’argent pour acheter des fournitures, des équipements et du soutien pour les soldats israéliens en service actif. En outre, il a été le premier à fournir une dotation à Birthright Israel, une organisation qui propose des voyages de propagande gratuits en Israël pour les jeunes juifs.
Len Blavatnik

L’oligarque d’origine soviétique Len Blavatnik, qui a exigé que les manifestants de l’université «rendent des comptes», est un troisième milliardaire qui a utilisé son influence financière pour faire pression sur Columbia. Des messages divulgués révèlent que pour Blavatnik, cela signifiait utiliser tout le poids de la loi contre les manifestants.

Blavatnik était membre d’un groupe WhatsApp secret créé en octobre 2023, qui comprenait de nombreuses personnalités américaines, les anciens premiers ministres israéliens Naftali Bennett et Benny Gantz, ainsi que l’ambassadeur d’Israël aux États-Unis, Michael Herzog. Sa mission était, selon ses propres termes, de «changer le récit» en faveur d’Israël et d’«aider à gagner la guerre» pour l’opinion publique américaine. Elle a notamment fait des dons à des candidats politiques pro-israéliens et tenté de faire pression sur des célébrités noires telles que Alicia Keys, Jay-Z et LeBron James pour qu’elles «condamnent publiquement l’antisémitisme», c’est-à-dire qu’elles tentent d’assimiler les manifestants à des racistes.

Blavatnik finance également Birthright et les Amis britanniques de l’Association pour le bien-être des soldats israéliens et a financé au moins 120 bourses d’études pour d’anciens soldats de Tsahal. Ensemble, Kraft, Cooperman et Blavatnik auraient donné près de 100 millions de dollars à Columbia.
Idan Ofer

À partir de Columbia, les manifestations se sont rapidement répandues dans toute l’Amérique, y compris dans les institutions les plus prestigieuses du pays, dont Harvard.

Dès le début, l’université s’est montrée activement hostile au mouvement de protestation et a suspendu des dizaines de manifestants, les empêchant ainsi d’obtenir leur diplôme. Cette hostilité est sans doute en partie due au fait que les grands donateurs de l’université se sont retirés en masse depuis le 7 octobre. Le principal d’entre eux est le magnat israélien du transport maritime Idan Ofer, qui a cité ce qu’il a appelé «le manque de preuves claires du soutien de la direction de l’université au peuple d’Israël» et a exprimé sa consternation quant au fait que l’université du Massachusetts ne condamnait pas le Hamas avec suffisamment de fermeté.

Ofer est un acteur essentiel du renseignement israélien. Comme l’a révélé une précédente enquête de MintPress News, les cargos Zodiac Maritime de sa famille ont régulièrement été utilisés pour transporter secrètement des commandos israéliens au Moyen-Orient dans le cadre d’opérations d’assassinat. C’est ainsi que Mahmoud al-Mabhouh, représentant du Hamas, a été tué à Dubaï et Khalil al-Wazir, dirigeant de l’Organisation de libération de la Palestine, en Tunisie.
Leslie Wexner

L’ancien PDG de Victoria’s Secret, Leslie Wexner, est un autre milliardaire apparemment «stupéfait et écœuré» par les positions pro-Hamas de Harvard. Outre les liens exceptionnellement étroits et très médiatisés de Wexner avec les trafiquants de sexe d’enfants et l’agent de renseignement israélien Jeffrey Epstein, Wexner est un donateur important pour les causes israéliennes.

Une liste de donateurs politiques potentiels établie en 2007 par Benjamin Netanyahu mentionne Wexner en bonne place. (Eyal, le frère de Ofer, Blavtnik et Donald Trump y figurent également). En 2023, Wexner a fait don d’une somme à six chiffres à l’AIPAC, la principale force pro-israélienne dans la politique américaine.
Marc Rowan

Cependant, nulle part ailleurs, la réaction des élites aux manifestations étudiantes n’a été aussi amère qu’à l’université de Pennsylvanie. C’est Marc Rowan qui a mené la charge pour réprimer le sentiment pro-palestinien sur le campus. L’investisseur milliardaire a exigé que son camp «fasse payer le prix» aux étudiants qui expriment leur solidarité avec la Palestine. «Ces jeunes qui défilent n’y pensent pas parce qu’il n’y a pas de prix à payer», a-t-il expliqué, suggérant qu’ils ne devraient plus jamais être autorisés à travailler : «Je ne vous embaucherais pas si vous étiez anti-Noirs. Je ne vous embaucherais pas si vous étiez anti-homosexuels. Je ne vous embaucherais pas si vous étiez contre quoi que ce soit. Pourquoi embaucherais-je un antisémite ?» a-t-il déclaré, faisant l’amalgame entre l’antisémitisme et la critique du gouvernement israélien.

Rowan s’est fermement opposé à l’organisation par UPenn d’un festival de littérature palestinienne en 2023, exigeant que la présidente de l’université, Liz Magill, et le président du conseil d’administration d’UPenn, Scott Bok, soient licenciés. Après le 7 octobre, Rowan et ses alliés ont réussi à les forcer à quitter leur poste.

Rowan a une influence considérable sur son alma mater, principalement en raison de ses poches extraordinairement profondes. En 2018, par exemple, il a fait don de 50 millions de dollars à la Wharton School of Business de Pennsylvanie. Mais à l’instar des bienfaiteurs de Columbia et de Harvard, il est loin d’être un acteur neutre sur la question d’Israël et de la Palestine. En fait, il a des intérêts commerciaux considérables en Israël. Il s’ est décrit comme quelqu’un qui a un «engagement fort et massif» envers le pays et qui «s’appuie sur les forces de défense israéliennes et sur ce que fait Israël» pour s’orienter.

Rowan et d’autres oligarques, Jonathon Jacobson et Ronald Lauder, ont contribué à organiser une grève du financement des universités jusqu’à ce que leurs demandes soient satisfaites. Jacobson, qui a affirmé que l’université refusait de défendre les valeurs américaines, est le président de l’Institute for National Security Studies, un groupe de réflexion israélien dont le directeur actuel est l’ancien chef des services de renseignement de Tsahal, Amos Yadlin. Il n’est pas surprenant que, pour un homme de ce milieu, il fasse depuis longtemps des dons à des groupes pro-israéliens aux États-Unis.

Lauder, quant à lui, est encore plus lié à l’establishment israélien que Jacobson. Proche confident et partisan de Netanyahou, il a été nommé négociateur d’Israël avec le gouvernement syrien en 1998. Sa présence à un rassemblement «One Jerusalem» devant des extrémistes religieux et nationalistes en 2001 a conduit à un boycott de la marque Estée Lauder dans le monde musulman.
Collaboration universitaire

Outre la pression exercée par les donateurs, les universités américaines d’élite entretiennent des liens académiques et commerciaux étroits avec Israël. Par exemple, Columbia a annoncé l’année dernière qu’elle ouvrirait un «centre mondial» à Tel-Aviv, qui servirait de pôle de recherche pour les universitaires et les étudiants diplômés. Cela permettrait à l’université d’étendre ses activités en Israël, où les étudiants peuvent déjà obtenir un diplôme conjoint avec l’université de Tel-Aviv ou étudier à l’étranger à Tel-Aviv ou à l’étranger. Ce développement ne profitera toutefois qu’aux Israéliens, car les Palestiniens de Cisjordanie, de Gaza et d’ailleurs sont généralement interdits d’entrée en Israël.

Le projet de nouveau centre mondial a suscité de vives critiques de la part des membres du corps enseignant de Columbia, dont près de 100 ont signé une lettre demandant à l’université de reconsidérer sa décision, compte tenu des antécédents d’Israël en matière de droits de l’homme. En outre, ces dernières années, de nombreux universitaires de Columbia se sont vu interdire l’entrée en Israël, probablement en raison de leurs opinions politiques. Il s’agit notamment de Rashid Kalidi, professeur d’études arabes modernes Edward Saïd, et de Katherine Franke, professeur de droit, qui a été détenue et interrogée par les autorités israéliennes pendant 14 heures avant d’être expulsée.

Pourtant, en ce qui concerne les établissements d’enseignement américains, la collaboration israélienne de Columbia n’est pas inhabituelle. En 2003, l’université Cornell et le Fonds binational israélo-américain de recherche et de développement agricoles ont mis en place un programme de recherche agricole conjoint. En 2014, la Woodrow Wilson School of Public and International Affairs de l’université de Princeton a annoncé un programme commun avec la Lauder School of Government, Diplomacy and Strategy de l’IDC Herzliya en Israël. (L’école Lauder porte le nom de son fondateur et bienfaiteur, Ronald Lauder, défenseur de longue date de la cause sioniste). L’université de Californie a signé un protocole d’accord avec l’autorité nationale israélienne pour l’innovation technologique afin de renforcer la coopération entre les deux organisations.

Malgré le mouvement croissant appelant au boycott académique des institutions israéliennes, la collaboration intellectuelle entre les universitaires américains et israéliens s’est accrue. Entre 2006 et 2015, le nombre d’articles publiés dans des revues universitaires et dont les auteurs étaient des chercheurs affiliés à des universités américaines et israéliennes a augmenté de 45%.

Cette collaboration concerne principalement les institutions d’élite. En tête de liste des écoles, le Massachusetts Institute of Technology (MIT), qui, entre 2006 et 2015, a publié 1835 articles en collaboration avec des chercheurs d’institutions israéliennes. Le MIT est suivi par l’Université de Californie, Berkeley, Columbia, Harvard et Stanford, respectivement. Les domaines de recherche les plus courants sont la médecine, la physique et l’astronomie, la biochimie et la biologie. L’université de Tel Aviv est le collaborateur israélien le plus fréquent.

accéder à l'article