Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a

L’empoisonnement causé par les dents dévitalisées

Echelle de JacobL'empoisonnement causé par les dents dévitalisées

Echelle de Jacob - 08 juin 2024

La dévitalisation (endodontie) est un acte de stomatologie réalisé sous anesthésie locale consistant à retirer du canal principal de la dent la pulpe (constituée des nerfs et des vaisseaux principaux).

   

Il est prodigué en 2 étapes.

Le dentiste, après avoir retiré les tissus de la dent et atteint la pulpe, va retirer cette dernière et nettoyer son canal. Pour cela, une aiguille dont la texture est rugueuse va permettre d'extraire le contenu du canal. Cet acte nécessite une grande précision car la totalité du nerf doit être extrait sans traverser l'apex (l'extrémité de la dent en contact avec l'os). Aujourd'hui des instruments de mesure électriques permettent d'atteindre l'apex de la dent avec une fiabilité d'1/10ème de millimètre. Le canal pulpaire est nettoyé et désinfecté en injectant un produit oxygéné. Le canal va être provisoirement comblé pendant quelques jours afin que les produits antibactériens fassent effet. Un pansement est placé.
Après quelques jours, le pansement dentaire est retiré et le canal à nouveau nettoyé. Ce dernier est comblé et la dent est reconstituée par un composite de la même couleur que la dent. Jusque dans les années 90, des plombages étaient placés. Aujourd'hui sont utilisés des matériaux photopolymères (plombage blanc sans métal).

Voir les dangers des plombages et les techniques de décontamination à mettre en œuvre pour leur retrait.

Contrairement à ce qu'elle paraît, une dent n'est pas un tissu inerte. Elle est vivante et constamment irriguée via le canal dentaire d'où passent des nerfs et des vaisseaux sanguins. Cet ensemble forme la pulpe qui traverse la dentine en son centre. La dentine est recouverte par un tissu plus dur, l'émail. La partie de la dent visible se nomme la couronne. La dent est implantée dans le tissu osseux par la racine. Le parodonte entoure la racine de la dent. Il forme le cément qui va lier la dent au tissu osseux. Cette liaison est assurée par des ligaments alvéolaires.

La pulpe et son canal principal présentent de nombreuses bifurcations et ramifications qui irriguent l'ensemble de la dent, un peu comme un arbre possède son tronc et ses branches. Cet ensemble est stérile lorsque la dent est vivante et saine. Lorsque la dent est dévitalisée, elle meurt et dégage des toxines très nocives. C'est toute la question des études sur la toxicité d'un corps mort en bouche.

Le scandale des plombages au mercure est bien connu, mais il en existe un bien plus grave selon certains scientifiques. L'empoisonnement causé par les dents dévitalisées. En effet, lors d'une dévitalisation, le canal principal de la dent est nettoyé, cependant la dent est constituée de centaines de sous canaux et bifurcations qui eux ne le sont pas. Ces derniers dégagent des bactéries qui se répandent par absorption vers les tissus osseux puis dans le sang.

Le sujet étant très sensible et peu connu en France par les dentistes eux-mêmes, l'objectif de cet article n'est pas de prendre position pour l'une ou l'autre des thèses mais bien d'informer et partager les avis de différents spécialistes comme c'est le cas dans de nombreux pays.

En France, cet acte est préconisé et remboursé par la sécurité sociale qui elle-même reconnaît les dérives de certains praticiens qui ont recours à cet acte de manière préventive. On retrouve aussi cette dérive dans certaines cliniques pratiquant le tourisme dentaire et qui, afin d'éviter que le patient n'ait à revenir en cas de sensibilité préfèrent traiter directement le canal. Dans le même temps la dévitalisation est déconseillée par l'ordre des stomatologues dans certains pays. On le voit, ce sujet divise une partie de la profession jusqu'aux politiques de santé de certains états.

En France la question est apparue en 2004 dans le rapport remis par Corinne Lepage, alors ex-ministre de la santé qui préconisait l'extraction des dents dévitalisées dans un but thérapeutique. Rapidement contesté par l'ordre des dentistes monté au créneau, ces derniers iront jusqu'en justice pour faire abattre ce texte. L'ancienne ministre qualifiera ce procès de ‘Chasse aux sorcières organisée par un tribu protégeant ses privilèges". Bien que plusieurs études valident la thèse des "anti-dévitalisations", ils perdront leur procès et un chirurgien-dentiste se verra retirer son droit d'exercer.

Alors qu'en penser ? Plusieurs études ont démontré la non-toxicité des produits de comblement utilisés lors de l'endodontie. Mais un problème de méthodologie apparaît dans ces études. L'empoisonnement éventuel proviendrait non pas des produits de complément mais des bactéries se développant dans les sous canaux et bifurcations à la suite de la dégradation des tissus morts. Les études qui elles démontrent que des toxines se dégagent des dents dévitalisées.

[...]

accéder à l'article