Dernière modification par Nathan - 54 ans il y a

J’ai choisi la liberté

Echelle de JacobJ’ai choisi la liberté

Echelle de Jacob - 03 juil 2023

Désormais, la Russie est une terre d’accueil des émigrés politiques, comme l’“Occident-collectif” le fut du temps de la Guerre Froide.

   

L’aventure d’une victime sexuelle du Biden-d’avant avec un texte de Tara Reade.

La chose est sinistre : ce titre de Kravchenko, décidant en 1946 de ne pas regagner l’URSS stalinienne et de rester aux USA, peut être aujourd’hui complètement retourné. Et encore, Tara Reade n’a pas besoin du FSB comme Kravchenko fut aidé par la CIA, ni de préciser une position d’activiste politique favorisée par Moscou, pour affirmer et rendre publique sa position. Son témoignage est d’autant plus intéressant qu’elle est au départ une personne de peu d’“importance” politique ; elle parle le vrai, venu d’une vie qui n’a pas l’avantage (?) d’intéresser le système de la communication. Avec elle, les choses parlent d’elles-mêmes, et l’univers totalitaire des États-Unis de Biden, du FBI et des Woke, hurlent d’eux-mêmes leur infamie et ne dissimulent rien de ce qu’ils sont, – et même, dirions-nous, ils s’en font une gloire suprême.
La situation est d’une formidable schizophrénie idéologique collective du comportement et du jugement, renforcée d’un autisme complet et également collectif de la perception. On insiste sur ceci, – le caractère extrêmement collectif de l’infamie que chacun traduit comme l’impératif d’une perception individuelle et vertueuse, essentiellement dans le chef des élitesSystème qui se montrent ainsi d’une impitoyable et aveugle cruauté. Ainsi parlons-nous des USA.

On le voit même hors des USA bien entendu, puisque nous parlons de l’Ouest-suppuratif et donc du bloc-BAO lorsqu’un soi-disant “président” français dénonce avec gravité le dimanche des craquements d’effondrement apparaissant dans la société russe surmontée par un gouvernement imposteur, dans une Russie parfaitement calme après une tentative de coup d’État-bouffe de 14 heures, et qu’il est décrit jeudi, par Christoforou-Mercouris, comme « Macron danse, la France brûle », après trois jours de guerre civile intense dans sa “douce France”.

« Je restais à Moscou sans avoir l'intention de retourner aux États-Unis. Du moins, pas tant que Biden restera au pouvoir. Mon cœur est resté brisé en voyant les titres des journaux me qualifier de traître. En quoi étais-je un traître ? Biden m'a violée, m'a réduite au silence et m'empêche maintenant de témoigner ? »

Tara Reade

accéder à l'article